Rapport annuel 2006-2007 de l'Observatoire national de la démographie des professions de santé (ONDPS)

De
Publié par

Ce troisième rapport de l'Observatoire national de la démographie des professions de santé comporte une synthèse générale assortie de préconisations et de quatre tomes thématiques : la médecine générale (tome 1), les internes en médecine (tome 2), la profession de chirurgien dentiste et les métiers de la périnatalité (tome 3), les métiers de la cancérologie (tome 4).
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/084000372-rapport-annuel-2006-2007-de-l-observatoire-national-de-la-demographie-des-professions-de
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 555
Voir plus Voir moins

La synthèse du rapport est disponible dans un second fichier PDF.
Pour consulter ce fichier, utilisez la table des matières active
(signets) à gauche de l’écran.
LTome 1
La médecine générale
Le rapport 2006-2007© ONDPS, 2008
ISBN : 978-2-11-097349-8
DICOM : 08.037
Réalisation : www.lasouris.orgTable des matières
9 Introduction
13 Préambule
14 Tous les diplômés de médecine générale n’exercent pas
la médecine de proximité
14 Les effectifs des omnipraticiens, selon les sources administratives
15 Le nombre de médecins généralistes libéraux de premier recours
n’a pas augmenté sur la période 1995-2005
17 La répartition des médecins généralistes libéraux est inégale
selon les départements
19 Un grand nombre de diplômés de médecine générale n’exercent pas
la médecine de premier recours
19 Les compétents
20 Les médecins généralistes en milieu hospitalier
20 Les médecins à exercice particulier (MEP) : une stabilité des effectifs
24 Lxer : une part plus importante en exercice salarié
25 L’appréciation du potentiel d’offre de soins en médecine générale
suppose une prise en compte fine de l’activité des praticiens
25 Une estimation de l’offre de soins de médecine générale libérale
à partir des données de l’Assurance maladie
28 L’enquête du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM)
28 L’intérêt d’un suivi rapproché des effectifs:
illustration sur une région, la Basse-Normandie
31 L’orientation de l’activité des médecins généralistes libéraux
31 Les généralistes selon le secteur de conventionnement
33 La patientèle selon l’orientation de l’exercice
33 La part des actes cliniques est très majoritaire, mais les MEP ont une activité
technique plus importante que leurs collègues généralistes libéraux
de premier recours
37 Les acupuncteurs sont significativement plus âgés que les généralistes de premier recours
37 Les homéopathes ont une activité clinique élevée
Médecine générale • 2006 • 338 Inventaire des formations accessibles aux médecins titulaires
d’un diplôme de médecine générale
39 Les possibilités ouvertes aux diplômés de médecine générale
pour acquérir une autre spécialisation ou une autre compétence
39 Les parcours accessibles sur concours
41 Lcours accessibles hors concours
44 Les effectifs d’internes de médecine générale inscrits dans des formations
complémentaires
e46 Le stage de 2 cycle chez le praticien
48 Les conditions d’exercice de l’activité
48 La diversité de l’activité des médecins généralistes
48 Le pourcentage d’assurés ayant choisi leur médecin traitant varie de 64 % à 85 %
selon les départements
50 Des différences de pratiques des médecins généralistes libéraux
sont mises en évidence dans la plupart des travaux
51 La diversité, si elle n’est pas occultée, ne paraît pas contradictoire avec la définition
de missions unificatrices de la spécialité
52 L’exercice isolé, qui domine aujourd’hui largement
la médecine générale, n’apparaît plus comme un modèle privilégié
53 Les caractéristiques actuelles de l’exercice en groupe dans le secteur libéral
54 De nombreuses imprécisions compliquent l’identification des professionnels
qui pratiquent un exercice en mode regroupé
55 L’environnement réglementaire et fonctionnel de l’exercice en groupe
de la médecine générale
55 L’exercice de la médecine générale en cabinet de groupe
57 L’exerale en structures de soins autorisées ou agréées
58 Les évolutions de la réglementation
58 Les mécanismes incitatifs à l’exercice en groupe de la médecine générale
61 Les déterminants et les enjeux du regroupement des professionnels de santé
en médecine de premier recours
62 Certains des obstacles au regroupement des professionnels de santé ont été levés,
mais les effets de ces évolutions ne peuvent encore se traduire quantitativement
62 Une faible reconnaissance institutionnelle freine le développement du regroupement
des professionnels de santé
63 L’absence de « mesure » de l’efficacité des pratiques développées dans un cadre regroupé
n’est pas spécifique à ce mode d’exercice
64 Les voie permettant une plus grande compatibilité entre exercice plus collectif
des soins et le système de reconnaissance des actes
67 Qu’attend-on des médecins généralistes ?
68 Les définitions retenues par les institutions en charge de la santé
68 Les institutions extranationales
70 En France, les définitions institutionnelles et législatives de la spécialité de médecine
générale ne sont pas toujours (ou pas encore) concordantes
71 L’insuffisance de la définition du premier niveau de recours est très unanimement
soulignée
73 Les spécialistes en médecine générale : des spécialistes comme les autres ?
4 • Le rapport annuel de l’ONDPS • tome 1 • 2006-2007table des matières
75 Les singularités de la médecine générale par rapport aux autres spécialités ont pu être
intégrées dans la définition de la filière universitaire
77 Points de vue
79 Pour les représentants de la médecine générale, la multiplication
des possibilités de spécialisation ne contribue pas à clarifier le paysage
de l’offre de soins médicale
80 La plupart des médecins spécialistes envisagent une plus grande implication
des médecins généralistes dans la prévention et le suivi des patients
80 Le point de vue des représentants des internes en médecine générale
(ISNAR-IMG)
80 Une nécessaire mutation du métier de médecin généraliste
82 Réorganiser pour sauvegarder une médecine générale de proximité
84 Le point de vue des représentants des patients (CISS)
84 Un accès et une disponibilité des médecins généralistes jugés parfois insuffisants
84 Les attentes exprimées correspondent à la définition du médecin généraliste
comme médecin de famille
85 Les pistes de réflexion proposées
87 Contributions
89 Souhaits et aspirations des médecins qui envisagent l’exercice
de la médecine générale
F.-X. Schweyer
137 Une médecine générale durablement dépréciée? Enquête sur une évidence
G. Bloy
175 Les contributeursLa médecine générale

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.