Rapport annuel 2010 de l'Institut de veille sanitaire

De
Publié par

Etablissement public créé par la loi du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et au contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l'homme, l'InVS présente son rapport pour l'année 2010. Il revient sur les deux aspects de l'alerte que sont la surveillance spécifique (pathologies très identifiées et très surveillées) et non spécifique (risques liés à des expositions environnementales ou professionnelles encore mal connues ou peu investiguées au plan scientifique). Le rapport s'arrête sur la surveillance épidémiologique en matière de risques professionnels ainsi que sur les conséquences des modifications de l'environnement sur la santé des populations humaines. Après s'être penché sur sa mission de surveillance des maladies chroniques, des traumatismes (cancers, maladies cardio-vasculaires, diabète, maladies rares, etc.) et des maladies infectieuses, l'InVS aborde la question de sa coopération avec ses homologues étrangers et son action en région.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000366-rapport-annuel-2010-de-l-institut-de-veille-sanitaire
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins

Rapport annuel 2010
Institut de veille sanitaire
observer,
surveiller,
alerter1 46 Profl Coordination des alertes et des régions
2 52 Le mot du président Les Cire
• Cire Antilles-Guyane 3 Édito de la directrice générale
• Cire Aquitaine
• Cire Auvergne 4 Gouvernance
• Cire Bourgogne Franche-Comté
• Cire Centre Chiffres clés 7
• Cire Ile-de-France Champagne-Ardenne
• Cire Languedoc-Roussillon 8 Faits marquants en 2010
• Cire Limousin Poitou-Charentes
• Cire Lorraine Alsace 10 L’InVS dans le champ
• Cire Midi-Pyrénées sanitaire français et européen
• Cire Nord-Pas-de-Calais Picardie
12 • Cire Normandie Stratégie scientifque
et innovation • Cire Océan Indien
• Cire Ouest
14 Maladies infectieuses • Cire Pays de la Loire
• Cire Rhône-Alpes
22 Santé environnement • Cire Sud
30 Santé travail 88 Surveillance internationale
38 Maladies chroniques
et traumatismes L’InVS
L’Institut de veille sanitaire
Observer, surveiller, alerter
erCréé par la loi du 1 juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et au contrôle de la sécurité sanitaire
des produits destinés à l’homme, l’Institut de veille sanitaire (InVS) est un établissement public placé sous la tutelle
du ministère chargé de la Santé. L’InVS a vu ses missions complétées et renforcées par la loi du 9 août 2004,
relative à la politique de santé publique, afn de répondre aux nouveaux défs révélés par les crises sanitaires
récentes et les risques émergents.
L’InVS réunit les missions de surveillance, de vigilance et d’alerte dans tous les domaines de la santé publique
et plus particulièrement :
• la surveillance et l’observation permanentes de l’état de santé de la population : recueil et traitement des
données sur l’état de santé de la population à des fns épidémiologiques, en s’appuyant sur le réseau national
de santé publique ;
• la veille et la vigilance sanitaires : recueil et analyse des connaissances, détection des facteurs de risque et suivi
des populations les plus vulnérables ;
• l’alerte sanitaire ;
• la contribution à la gestion des situations de crise sanitaire.
L’InVS intervient dans l’ensemble des domaines de la santé publique : les maladies infectieuses, les effets
de l’environnement sur la santé, les risques d’origine professionnelle, les maladies chroniques, les traumatismes
et les risques internationaux et tropicaux. Dans le cadre de ses missions, l’InVS participe à l’action européenne
et internationale de la France, notamment à travers les réseaux internationaux de santé publique dédiés
à la surveillance et à l’alerte sanitaires.
427 17 62,4
collaborateurs Cire (Cellules interrégionales d’épidémiologie) millions d’euros de budget
dont 68 % de personnels scientifques dont 15 en métropole et 2 en outre-mer de fonctionnement
1Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaireLe mot du
président
’année 2010 a été une nouvelle fois une année
d’évolutions importantes pour l’Institut de veille L sanitaire (InVS), tant sur le plan des systèmes de
surveillance que sur le plan de son organisation pour
mieux répondre encore à ses missions.
La place centrale occupée par l’Institut au sein du
dispositif de sécurité sanitaire se renforce au fl des
années pour mieux affronter les nouvelles menaces.
Murice Girou ,
Même si l’année 2010 n’a pas connu de crises sanitaires président du Conseil d’administration
majeures, l’InVS a amélioré sa cohésion et la réactivité
des réseaux de partenaires et ses réseaux en région,
les Cellules interrégionales d’épidémiologie (Cire) qui J’ai apprécié dans l’exercice de la présidence du Conseil
sont à la base des missions de veille, de surveillance et d’administration, le caractère pluridisciplinaire de la
d’alerte. fonction, et le climat serein ayant toujours permis des
débats constructifs.
J’ai eu l’honneur, pendant deux mandats successifs,
soit six années au total, d’être le président du Conseil J’ai également beaucoup apprécié le travail des Cire,
d’administration de cette institution qui, au-delà de garantes de la qualité des informations transmises
ses compétences scientifques incontestables et de par l’InVS, l’ouverture des missions à l’international
la richesse de ses ressources humaines, a prouvé ses ainsi que l’écoute et l’aide sans faille apportés
capacités d’expertise et de réactivité. par le ministère chargé de la Santé et le ministère chargé
du Budget.
C’est avec plaisir que je tiens à vous exprimer la très
haute considération et le grand respect que m’inspire Je quitte l’InVS qui a un projet professionnel, social
l’InVS. et immobilier qui lui donne une identité forte tant au
niveau national qu’au niveau international. Cette
Je reste admiratif devant les qualités professionnelles identité, je la mesure tous les jours en tant qu’usager
et humaines des directeurs successifs, que ce soit en étant médecin au Centre hospitalier universitaire
Gilles Brücker et son adjoint Martial Mettendorf, puis de Dijon.
Françoise Weber et Caroline Gardette. L’ensemble du
personnel et des collaborateurs de l’InVS, extrêmement Je regagne Dijon, riche de cette expérience profes-
compétents, disponibles et réactifs, est garant de la sionnelle, scientifque et personnelle que j’ai trouvée
crédibilité de l’InVS, sur le plan sanitaire et aussi sur le extraordinaire et je resterai fdèle à l’InVS et très pré-
plan scientifque. sent à ses différentes manifestations.
2 Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaire
daÉdito de la
directrice
générale
n 2010, les orientations stratégiques de l’Institut de
veille sanitaire (InVS) s’appuyaient sur trois grands Eaxes : conforter la réactivité en cas de crise, poursuivre
le développement de systèmes de sur veillance innovants,
tout en continuant à remplir ses missions de veille, de
surveillance et d’alerte, tant au plan national que régional.
Une des premières priorités de l’Institut en 2010 a tout
naturellement été de conforter la place des Cellules
interrégionales d’épidémiologie, véri tables "avant- François Weber ,
postes" des activités de surveillance, de veille et d’alerte directrice générale
de l’InVS au cœur des toutes nouvelles Agences régio-
nales de santé (ARS). Aujourd’hui, l’actualité comme de ses systèmes d’informations, qui sont son système
l’action des Cire sur tous les fronts montrent, s’il en était nerveux, et qui jouent un grand rôle, son effcience et
besoin, la nécessité de mener aussi les activités de veille, sa réactivité.
de surveillance et d’alerte qui sont celles de l’InVS au
niveau régional comme au niveau national. La doctrine L’InVS étend également ses sources de données, et
fondatrice de cette action a par ailleurs été actualisée 2010 aura ainsi vu se développer considérablement
avec la publication du rapport sur la veille et l’alerte. la collaboration avec la Caisse nationale d’assurance
maladie des travailleurs salariés (CnamTS) pour
L’InVS s’est également attaché en 2010 à poursuivre sa l’utilisation des bases de données dans de nombreux
dynamique de développement et de mise en œuvre de domaines de surveil lance.
dispositifs de surveillance innovants, destinés à répondre
à des questions complexes de surveillance comme Il a, bien sûr, comme chaque année été mobilisé sur un
l’imprégnation de la population par les polluants, son état nombre croissant de champs de veille, de surveillance
nutritionnel et sanitaire, sur l’épidémiologie des cancers et d’alerte, associant une activité de surveillance sans
sur l’ensemble du territoire en complément des registres, relâche des pathologies à fort impact sur la santé des
ou sur l’impact des expositions professionnelles sur la santé. populations et une vigilance constante sur l’ensemble
des signaux sanitaires qui lui sont parvenus.
Pour plusieurs d’entre eux, 2010 aura vu l’achèvement
de la phase de développement et le démarrage de la Veiller, surveiller, orienter son action et adapter ses
mise en œuvre. Ainsi, la stratégie de biosurveillance méthodes et ses outils pour le meilleur service de
est maintenant fnalisée et validée, et après une phase l’action en santé publique, l’amélioration constante de
de fnalisation du protocole en 2011, l’Enquête bio- la sécurité sanitaire et la réponse aux préoccupations de
surveillance nutrition santé devrait débuter en 2012. santé de nos concitoyens, cette dynamique ne faiblira
La cohorte Coset, dispositif innovant qui permettra de pas en 2011 ni les années suivantes.
décrire et de surveiller l’état de santé des personnes en
fonction de leur exposition professionnelle, a démarré C’est l’engagement de l’Institut dans son ensemble, et
auprès des travailleurs du monde agricole, en partenariat de chacun de ceux qui y travaillent.
avec la Mutualité sociale agricole (MSA), en prélude à la
phase nationale. Le système multisources de surveillance Cela a été aussi l’engagement, jusqu’en 2010,
des cancers est désormais opérationnel pour la première du Président de son Conseil d’administration,
phase de son développement, à partir des bases de le professeur Maurice Giroud. P endant toutes ses
données de l’Assurance maladie et du Programme de années, il a accompagné et soutenu l’InVS dans son
médicalisation des systèmes d’information (PMSI). action, dans son évolution et dans l’exercice de ses
missions, avec rigueur, bienveillance et souci permanent
De même, l’InVS a poursuivi la modernisation de ses du bien commun. Au moment où il achève son mandat,
dispositifs de surveillance existants, et en particulier qu’il en soit tout particulièrement remercié.
3Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaire
egouvernance
Le Conseil d’administration Le Conseil scientifque
Pr Maurice gIrou D, Président Mr Frédéric Van roekegheM , Président du Conseil scientifque
du Conseil d’administration Directeur de la Caisse nationale Pr François DabIS, Institut de santé
d’assurance maladie des travailleurs publique, d’épidémiologie Dr Jean-y ves graLL, Directeur
salariés et de développementgénéral de la santé ; ministère du
Travail, de l’Emploi et de la Santé Pr andré Syrota, Directeur général, Personnalités scientifques qualifées
Institut national de la santé Dr anne-Marie bouLDouyre-Mme emmanuelle Wargon,
et de la recherche médicale MagnIer , Faculté de médecine Secrétaire générale des ministères
Pitié-Salpêtrière, Université Pierre chargés des Affaires sociales Mr Pierre-Jean LanC ry , Directeur
et Marie Curiegénéral de l’Agence régionale Dr Françoise Weber, Directrice
de santé Basse-Normandie Mr Jean bouyer , Institut national générale, Institut de veille sanitaire
de la santé et de la recherche Pr Marc bro DIn , Médecin Mme annie Po Deur, Directrice médicale U1018 – Centre de recherche coordonnateur ; Hospitalisation générale de l’offre des soins ; en épidémiologie et santé à domicile – Groupe hospitalier ministère du Travail, de l’Emploi des populations ; Épidémiologie Bichat
et de la Santé de la reproduction
Mme r uth Ferry, Centre régional et du développement de l’enfantMme anne-Marie bro CaS,
d’information et de prévention Directrice de la recherche, des Pr Serge brIançon , École de santé
du sida
études, de l’évaluation et des publique, faculté de médecine,
statistiques Mr étienne CanI arD , Membre du Nancy Université
Collège de la Haute autorité de Dr Pierre ChauVIn , Institut national Mr Jean-Denis CoM brexeLLe ,
santé ; Président de la Commission de la santé et de la recherche médicale Directeur général du travail ;
qualité et diffusion de l’information U707ministère du Travail, de l’Emploi
médicale
et de la Santé Dr annabel DeSgréeS Du Loû ,
Mr arnaud De bro Ca, Secrétaire Centre population et développement, Dr r onan SteP han, Directeur
général ; Association des accidentés Université Paris Descartes, Institut général pour la recherche et
de la vie et des handicapés (FNATH) national d’études démographiques, l’innovation ; ministère de la
Institut de recherche pour le Jeunesse, de l’Éducation nationale Mr alain t rugeon, Président
développementet de la Recherche de la Fédération nationale des
Observatoires régionaux de la santé Pr régis De gauDeMarIS , Service
Mr Christian MaSSet, Direction
de médecine et santé au travail, Centre
générale de la mondialisation, Mr Jean-Luc Mar ChanD ,
hospitalier universitaire de Grenobledu développement et des Représentant du personnel, Institut
Pr Didier guILLeMot , Institut Pasteur/partenariats ; ministère des Affaires de veille sanitaire
Institut national de la santé étrangères et européennes
Mr g érard t agLIana, Contrôleur et de la recherche médicale U657
Mr Julien Dubertret, Directeur général ; Mission de contrôle général
Dr France Lert , Institut national de la du budget ; ministère de l’Économie, santé publique et sécurité sanitaire
santé et de la recherche médicale U687des Finances et de l’Industrie
Pr François DabIS, Président du Pr Isabelle MoMaS , Service santé
Mme n athalie hoM obono, Conseil scientifique de l’InVS ; publique et environnement, faculté
Directrice générale de la Institut de santé publique,
des sciences pharmaceutiques
concurrence, de la consommation d’épidémiologie
et biologiques
et de la répression des fraudes et de développement
Pr Françis MégrauD , Institut national de
Mme Claire h ubert, Chef du Mme Corinne beyranD , Agent la santé et de la recherche médicale U853
service de la recherche, Direction comptable, Institut de veille
Dr Isabelle StuCker , Centre
de la recherche et de l’innovation ; sanitaire
de recherche en épidémiologie et santé
ministère de l’Écologie,
des populations, UMRS 1018Dr Laurent ChaM bauD , Directeur
du Développement durable,
de la Santé publique à l’Agence Dr karen anne rItChIe , Institut des Transports et du Logement
régionale de santé Ile-de-France national de la santé et de la recherche
Dr Pascale brI anD , Directrice médicale U888Mr n icolas DuP ort , Représentant
générale de l’alimentation ;
du personnel, Institut de veille Pr Philippe VanheMS , Département
ministère de l’Agriculture,
sanitaire d’hygiène, d’épidémiologie et de de l'Alimentation, de la Pêche,
prévention, Hôpital Edouard Herriot ; de la Ruralité et de l'Aménagement
Laboratoire d’épidémiologie et de du territoire
santé publique, Université
Claude Bernard Lyon 1
4 Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaireInterviewreprésentant des observatoires
régionaux de santé proposé En 2010, mon mandat de président du
par la Fédération nationale des Conseil scientifque de l’InVS a été renou-
observatoires régionaux de santé velé pour la troisième fois. Je suis ainsi par-
Dr bernard LeDéSert , Directeur de ticulièrement honoré de continuer à accom-
l’Observatoire régional de santé pagner l’InVS dans sa politique scientifque
Languedoc-Roussillon pour trois années encore.
représentant de l’Institut national
Le Conseil scientifque est une instance de la santé et de la recherche
consultative qui émet des avis et formule médicale
François dabis , des recommandations auprès de la Direction Dr Marie-hélène bouVIer-CoLLe,
président du Conseil générale et du Conseil d’administration. Institut national de la santé
scientifque
et de la recherche médicale U953 Composé d’une vingtaine de membres de
compétences pluridisciplinaires d’origine variée, il apporte une réfexion sur Spécialistes de santé publique
d’un pays tiers l’organisation et les axes de travail de l’Institut pour répondre au mieux aux
missions qui lui sont confées. Dr roland SaLMon, NPHS
Communicable Disease Surveillance
Nous avons mis en place au cours du mandat précédent une revue systé-
Centre
matique des départements de l’InVS afn de s’assurer de la cohérence de
Dr Isabelle roMIeu, Institut national
la politique scientifque de l’établissement et formuler un avis sur l’activité
de santé publique du Mexique ;
des départements, la qualité scientifque des travaux conduits, l’articulation International Agency for Research
avec les autres agences sanitaires et le monde de la recherche. Je me réjouis on Cancer
de l’ancrage de plus en plus fort de l’InVS dans le paysage de la sécurité Président du Conseil scientifque
sanitaire française. L’InVS a en effet élargi progressivement ses champs de des autres agences
compétences jusqu’à couvrir aujourd’hui l’ensemble des grandes probléma-ou son représentant
tiques de santé publique et de sécurité sanitaire sur tout le territoire fran-Mr Dietrich aVerbeCk, Institut
çais métropolitain et ultra-marin mais aussi en Europe et parfois au-delà.de radioprotection et de sûreté
nucléaire
Au cours des dernières années, l’InVS a dû faire face à plusieurs crises
Mr Christian DuCrot , Institut sanitaires, la canicule en 2003, puis le Sras, l’épidémie de chikungunya à la
national de la recherche agronomique
Réunion fn 2005 et la pandémie de grippe A (H1N1) en 2009. Les équipes
Dr Michel MaLLaret, Agence de l’InVS ont montré dans ces circonstances leur réactivité, leur rigueur
française de sécurité sanitaire scientifque et leur professionnalisme. Nous avons pu, en tant que Conseil
des produits de santé ; Centre scientifque, les accompagner dans leurs retours d’expérience en les aidant
hospitalier universitaire de Grenoble, à réféchir à l’évolution de leurs dispositifs. Enfn, la formalisation d’une
Laboratoire de pharmacologie, Centre
Direction scientifque auprès de la Direction générale en 2009 a permis le
d’évaluation et d’informations sur la
développement d’une réelle politique scientifque de l’InVS au service de la pharmacodépendance
veille, de l’alerte et plus généralement, de la mesure de l’état de santé de
Dr noël torDo, Institut Pasteur, la population française.
Département de virologie unité
de biologie des infections virales En 2010, le Conseil scientifque a complété le cycle de revue des
émergentes, Centre national de départements de l’InVS en effectuant celle du Département des maladies
référence des fèvres hémorragiques chroniques et traumatismes (DMCT). Il a été également appelé à se
virales (FHV), Centre collaborateur de prononcer sur les grands chantiers de l’Institut tels que l’Étude de
l’Organisation mondiale de la santé
biosurveillance nutrition santé qui voit la concrétisation d’efforts de
pour les FHV et les arbovirus
mutualisation des moyens internes à l’Institut pour une nouvelle grande
Voix consultatives
enquête abordant des sujets complexes tant scientifques que sociétaux
Dr Françoise Weber, Directrice en matière de santé environnementale.
générale, Institut de veille sanitaire
Jusqu’à la fn de son mandat actuel, le Conseil scientifque poursuivra Dr Sandrine Danet, Direction
de la recherche, des études, son travail de réfexion, en lien avec la Direction scientifque, pour livrer
de l’évaluation et des statistiques un avis critique et toujours constructif sur la stratégie scientifque de
l’Institut. Nous espérons ainsi améliorer la qualité et la pertinence de représentants des Cellules
interrégionales d'épidémiologie (Cire) son expertise en appui à la décision ainsi que l’information produite à
destination des différents acteurs de la santé publique en France et Dr Dominique JeanneL, Cire Centre
au-delà de nos frontières.Dr Philippe gerMonneau, Cire
Limousin Poitou-Charentes
5Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaireL'équipe de direction
FRANÇOISE WEbER
Directrice générale
CAROLINE GARDETTE MICHEL DEPINOY jEAN-CLAuDE
Directrice générale Délégué général DESENCLOS
adjointe Directeur
scientifque
THIERRY CARDOSO CHRISTINE SAuRA GEORGES SALINES ISAbELLE GREMY ELLEN IMbERNON MARC GASTELLu-
Directeur Directrice Directeur Directrice Directrice ETCHEGORRY
de la coordination du Département du Département du Département du Département Directeur
des alertes des maladies santé environnement des maladies santé travail du Département
et des régions infectieuses chroniques international
et traumatismes
PIERRE MORISSET ISAbELLE TREMA jEANNE SARRAzIN CORINNE vERRY OLIvIER bIELECkI
Directeur Directrice Directrice Directrice Directeur
fnancier, logistique de la communication des ressources de la documentation des systèmes
et économique humaines et des archives d‘informations
6 Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaireChiffres clés
•Budget de fonctionnement (réalisé) : 64 473 736,64 euros.
•Budget d’investissement (réalisé) : 3 092 365,75 euros.
•Progression du budget de fonctionnement 2010-2009 : +2,32 %.
•Progression du budget d’investissement 2009-2008 : -3,90 %.
•Moyens budgétaires affectés aux Centres nationaux de référence (CNR) : 10 828 190 euros.
•Moyens budgétaires affectés aux registres (tous registres confondus) : 7 023 780 euros.
Répartition du budget par type de dépenses/exercice 2010
Total budget
PartenariatsPoste de dépenses (en euros) 41 %
aPersonnel 30 990 376,39 Déplacements
1 %
bPartenariats 26 270 045,95
Autres dépenses
c de fonctionnementDéplacements 647 160,45
10 %
dAutres dépenses de fonctionnement 6 566 153,85
Personnel
48 %Total 64 473 736,64
a Personnel : rémunérations, taxes sur rémunérations, charges sociales.
b Contrats de partenariat : subventions aux partenaires, financement des registres, financement des CNR, prestations externes liées au déroulement
des projets scientifiques.
c Déplacements : transport et frais de mission, frais d’inscription aux colloques.
d Autres dépenses de fonctionnement : impression et diffusion des rapports, frais d’organisation de colloques et conférences, loyers, entretien
des locaux et des véhicules, télécommunication, formation du personnel, frais de recrutement, fournitures, documentation.
Répartition du budget par programme de surveillance/exercice 2010
(dont pilotage et soutien réparti)
Total dépenses
Thématique (en euros) Pandémie grippe Direction
A (H1N1) 2009scientifiqueMaladies infectieuses 21 196 713,39 Coordination Maladies 2 %3 %
des alertes infectieuses(hors grippe A (H1N1) 2009)
et des régions (hors grippe A (H1N1) 2009)
Santé travail 5 444 661,97 17 % 33 %

Maladies Maladies chroniques et traumatismes 14 545 251,22
internationales
et tropicalesSanté environnement 7 714 456,08
2 %

SantéMaladies internationales et tropicales 1 265 874,35
environnement
12 %Coordination des alertes et des régions 10 968 478,28 Santé travail
8 %
Direction scientifique 1 956 751,27
Maladies chroniques
et traumatismesSpécifique grippe A (H1N1) 2009 1 381 550,08
23 %

Total 64 473 736,64
7Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaireFaits marquants en 2010
Janvier avril
er Du 1 septembre 2009 Le dépistage organisé du cancer du sein en 2009
au 18 janvier 2010, 1 742 a connu une légère hausse par rapport à 2008 : 53 %
signalements d’épisodes des femmes de 50 à 74 ans (2 343 980 femmes) ont
d’intoxication au monoxy- participé au dépistage, contre 52,8 % en 2008. Cette
de de carbone (CO) ont été proportion augmente d’année en année depuis la mise
transmis à l’InVS par son en place, en 2004, de ce dépistage organisé.
système de surveillance. L’épidémie de rougeole s’intensife avec 659 cas déclarés
Chaque année, environ erau 1 trimestre 2010, ce qui porte à 2 804, le nombre
4 000 personnes sont ex-
de personnes touchées par ce virus depuis janvier 2008.
posées à des émanations
Une progression qui témoigne d’une circulation active du
de CO lors de tels épisodes.
virus et d’une couverture vaccinale hétérogène et insuff -
sante en France. La rougeole est choisie comme priorité
2010 de la Semaine européenne de la vaccination orga-Février nisée du 23 au 30 avril. 5 006 cas de rougeole ont été
déclarés en 2010. L’InVS lance, en partenariat avec la Mutualité sociale Une vingtaine de cas de chikungunya sont constatés agricole (MSA), le pilote d'une grande étude nommée
sur la commune de Saint-Paul, à l’ouest de la Coset-MSA, afn de décrire et de surveiller l’état de san -
Réunion.té de la population au travail dans le monde agricole.
La première phase de l’étude concerne cinq départe-
ments : les Bouches-du-Rhône, le Finistère, le Pas-de-Ca- Mai
lais, les Pyrénées-Atlantiques et la Saône-et-Loire, dans
lesquels 10 000 personnes, choisies par tirage au sort et L’InVS publie les résultats âgées de 18 à 65 ans, seront invitées à remplir un ques-
d’une enquête nationale sur tionnaire sur leur santé et leur activité professionnelle.
le nombre d’enfants touchés
par le saturnisme. Il faut sa-
voir que 4 400 cas ont été Mars
recensés en France métropo-
litaine en 2008-2009 et le À la veille de la Journée mondiale de la tuberculose, nombre est estimé à 5 330
l’InVS publie les données 2008 relatives à la tuber- pour l’ensemble de la France.
culose en France : une hausse modérée avec 5 758 cas Publication des données (5 589 en métropole et 169 dans les territoires d’outre-
estima tives, pour 2010, mer) contre 5 574 en 2007.
relatives au cancer : le Lancement, en collaboration avec l’Université nombre de personnes atteintes d’un cancer devrait
Paris 13, de la première progresser par rapport à 2009 et le nombre de
phase d’une étude, nommée décès devrait rester stable. Il devrait y avoir
Anais, destinée à décrire 203 100 nouveaux cas de cancer chez les hommes
L’Institut de veille sanitaire et l’Université Paris 13
réalisent dans votre établissement, à partir de mars 2010, l’alimentation et la santé
la première phase d’une grande étude sur l’alimentation et 154 600 chez les femmes (contre respectivement
et la santé psychique des personnes âgées.
psychique des résidents Pourquoi une telle étude ?
Pour contribuer à améliorer la qualité de vie des personnes 197 000 et 149 200 en 2009). Les décès dus aux
âgées par la promotion :
• d’une alimentation et d’une activité physique adaptées ;des établissements d’hé-
• du bien-être psychique. cancers sont estimés à 84 700 chez les hommes
En quoi consiste bergement pour personnes cette première phase ? et 62 100 chez les femmes (contre respectivement • Elle porte sur un échantillon de résidents tirés au
sort dans six établissements pour personnes âgées
d’Indre-et-Loire.âgées. L’étude débute dans
• Elle comporte des questions sur la santé et la vie
quotidienne dans l’établissement. 85 300 et 61 900 en 2009).
• Des mesures (poids, taille, pression artérielle) et des
dosages (albumine, fer) seront réalisés. le département de l’Indre-
• Toutes les données recueillies seront traitées de façon
anonyme.
et-Loire et concerne 90 ré- Pour plus d’informations,
contactez le numéro vert : 0 800 10 10 56
L’étude a reçu l’avis favorable du Comité de protection des personnes
et l’autorisation de la Commission nationale informatique et libertés.sidents tirés au sort dans
six établissements.
8 Rapport annuel 2010 — Institut de veille sanitaire
Ensemble,
contribuons
à améliorer
la qualité de vie
des personnes
âgées
SANTÉ
NUTRITION
BIEN-ÊTRE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.