Rapport d'information fait au nom de la commission des affaires européennes sur le Fonds social européen

De
Créé en 1957 par le Traité de Rome, et destiné à l'origine à accompagner la mobilité géographique et professionnelle des travailleurs, le Fonds social européen (FSE) a vu son rôle évoluer face à la montée du chômage. Il constitue maintenant le principal pilier de la Stratégie européenne pour l'emploi (SEE) qui est elle-même une des expressions de la Politique de cohésion, dont l'objectif est de réduire les écarts de développement et renforcer la cohésion économique et sociale entre pays et régions de l'Union. Le rapport étudie la mise en œuvre du FSE, « outil de proximité dans la politique de l'emploi et de la formation », plus particulièrement l'utilisation des crédits par la France, dans le contexte de crise économique et financière subie par l'Europe depuis 2008. L'auteur émet des avis sur les différentes réformes envisagées pour le FSE et, plus largement la Politique de cohésion, dans le cadre des négociations sur le prochain cadre financier pluriannuel (2014-2020).
Publié le : mercredi 1 juin 2011
Lecture(s) : 30
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000439-rapport-d-information-fait-au-nom-de-la-commission-des-affaires-europeennes-sur-le-fonds
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 53
Voir plus Voir moins
N° 691   
SENAT 
SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 
Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 juin 2011 
RAPPORT D´INFORMATION
 
FAIT
au nom de la commission des affaires européennes (1) sur leFonds social européen, 
Par M. Richard YUNG,
Sénateur.
 
 
(1) Cette commission est composée de :M. Jean Bizet, président ;MM. Denis Badré, Pierre Bernard-Reymond, Michel Billout, Jacques Blanc, Jean François-Poncet, Aymeri de Montesquiou, Roland Ries, Simon Sutour, vice-présidents ; Mmes Bernadette Bourzai, Marie-Thérèse Hermange, secrétaires ; Badinter, Jean-Michel Baylet, Didier Boulaud,MM. Robert Mme Alima Boumediene-Thiery, MM. Gérard César, Christian Cointat, Mme Roselle Cros, M. Philippe Darniche, Mme Annie David, MM. Robert del Picchia, Bernard Frimat, Yann Gaillard, Charles Gautier, Jean-François Humbert, Mme Fabienne Keller, MM. Serge Lagauche, Jean-René Lecerf, François Marc, Mmes Colette Mélot, Monique Papon, MM. Hugues Portelli, Yves Pozzo di Borgo, Josselin de Rohan, Mme Catherine Tasca, M. Richard Yung. 
 
INTRODUC
3 --
S O M M A I R E
Pages
TION..................................7.......................................................................................
I. LE FSE PERMET LA MISE EN UVRE DUNE POLITIQUE DE PROXIMITÉ............. 11
A. LE FSE : DE LA POLITIQUE SECTORIELLE À LINVESTISSEMENT DANS LA PERSONNE...............................................................................................................................11
B. LA PART RELATIVE DU FSE DANS LA POLITIQUE DE LEMPLOI .................................. 13
C. LES ACTIONS FSE TIRENT LEUR VALEUR AJOUTÉE DE LA JUSTESSE DES CIBLESVISÉES.......................................................................................................................14
II. LA MISE EN UVRE DU FSE EN FRANCE....................................................................... 17
A. LE PROGRAMME OPÉRATIONNEL FRANÇAIS ................................................................... 17
1. Lactivité et lemploi.................................................................17..............................................2. Léducation et la formation des actifs.....................................................................................173. Lexclusion sociale et les discriminations...............................................................................814. La modernisation des structures et systèmes de lemploi, de la formation et de linsertion...............................................................81................................................................5. Un PO français en adéquation avec la stratégie de Lisbonne.................................................. 18
B. UNE MOBILISATION DES CREDITS PLUS DYNAMIQUE DEPUIS 2008............................ 18
C. LES BÉNÉFICIAIRES DU FSE EN FRANCE EN 2009 ............................................................ 19
D. UN RECENTRAGE SUR LES ENJEUX ESSENTIELS ............................................................ 201. Un outil de lutte contre la crise........................................02.......................................................2. Une mobilisation dynamique des crédits................................20.................................................3. La simplification de laccès au FSE........................................0..2..............................................4. Une communication plus dynamique12.......................................................................................5. Les résultats des contrats FSE............12....................................................................................
E.ANALYSEDELANNÉE2009.................................................................................................21
1. Axe 1 : contribuer à ladaptation des travailleurs et des entreprises aux mutations économiques (20 % des crédits)...........................................................................................22...2. Axe 2 : améliorer laccès à lemploi des demandeurs demploi (35 % des crédits)................. 223. Axe 3 : renforcer la cohésion sociale, favoriser linclusion sociale et lutter contre les discriminations (36 % des crédits)...................22.......................................................................4. Axe 4 : investir dans le capital humain et la mise en réseau, linnovation et les actions transnationales (6 % des crédits)................................................................................22
- 4 -
III. ETAT DES LIEUX EN FRANCE APRES LA CRISE ET PRECONISATIONS............... 23A. LES DÉFAUTS DU MARCHÉ DU TRAVAIL FRANÇAIS ONT ÉTÉ AGGRAVÉS PARLACRISE.........................................................................................................................231. Les formations tout au long de la vie......................................................32................................2. La mobilité professionnelle.....................................................................24................................3. La création et la reprise dentreprises......................................................................2..............44. Lexclusion sociale................................................................................................................42..
B. POUR UN MEILLEUR USAGE DES CRÉDITS DU FSE ......................................................... 251. Renforcer le pilotage.................................................................................................5..........2....2. Définir les priorités structurantes...25........................................................................................3. Mieux répondre aux évolutions socio-économiques................................................................. 264. Mieux favoriser la formation tout au long de la vie................................................................. 26
C. QUELQUES EXEMPLES FRANÇAIS DE PROJETS FINANCÉS PAR LE FSE ...................... 26
IV. LE DÉBAT SUR LAVENIR DU FSE.................................................9..2................................A. LEUROPE A ENCORE BESOIN DUN FONDS SOCIAL EUROPÉEN MAIS UNE SIMPLIFICATION DE LA MISE EN UVRE EST NÉCESSAIRE ......................................... 30
1. La crise est une opportunité pour réformer le FSE.................................................................. 302. Pour une simplification du FSE30..............................................................................................3. Pour un système de gestion plus orienté sur le résultat........................................................... 31
B. LA POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN ........................................................................ 31
C. ISOLER LE FSE : UN PROJET ABANDONNÉ PAR LA COMMISSION ................................ 33
D. LA POSITION DU COMMISSAIRE AUX AFFAIRES SOCIALES ET À LEMPLOI, LASZLOANDOR.....................................................................................................................35
V. CONCLUSIONS DU RAPPORTEUR................................................................37.....................1. Sur la renationalisation de la politique de cohésion en général et du FSE en particulier............................................37...................................................................................2. Sur le détachement du FSE de la politique de cohésion et sur la non territorialisation des crédits....................73...........................................................................................................3. Sur lidée de réserver les crédits du FSE aux États membres les plus pauvres........................ 384. Sur lidée de concentrer prioritairement les crédits du FSE à la lutte contre la pauvreté................................3..8................................................................................................5. Sur la durée de la programmation...........................................................................................836. Sur le verdissement du FSE........9..3...........................................................................................7. Sur la possibilité dexonérer de lobligation de cofinancement certains États membres.......39..........................................................................................................................8. Sur la responsabilité budgétaire et comptable du commissaire aux affaires sociales et à lemploi......................04.........................................................................................................9. Sur la nécessaire simplification de la gestion administrative budgétaire et comptable des crédits du FSE............................................................................................................4......010. Sur la fusion du FSE et du FEM (Fonds européen dajustement à la mondialisation)........... 4111. Sur la régionalisation des crédits du FSE................................41.............................................
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.