Rapport du Gouvernement au Parlement présentant l'impact financier de l'indemnisation des victimes de l'amiante pour l'année en cours et pour les vingt années suivantes

De
Le présent rapport entend par indemnisation des victimes de l'amiante non seulement la prise en charge des maladies liées à l'amiante (régimes de sécurité sociale et FIVA - Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante), mais également la prise en charge particulière des travailleurs de l'amiante au titre de la cessation anticipée d'activité (CAATA). La détermination de l'impact financier de l'indemnisation des victimes de l'amiante pour l'année en cours et pour les vingt années suivantes constitue un exercice complexe. Un effort particulier de collecte d'informations non seulement détenues par des interlocuteurs multiples mais aussi collectées et traitées de manière différente par chacun d'eux a été nécessaire. Il a ainsi été nécessaire de construire des estimations à partir des données de gestion. De fait, l'exercice a révélé l'absence de lieu de centralisation de l'information disponible et la grande difficulté à isoler les données relatives au risque amiante. Par ailleurs, la connaissance de l'épidémiologie des maladies de l'amiante est délicate et, de ce fait, limitée. Non seulement les études sont rares sur la situation actuelle et a fortiori sur les vingt prochaines années. Mais encore, elles se sont exclusivement intéressées aux pathologies malignes liées à l'amiante (mésothéliomes et cancers broncho pulmonaires) ; l'étude des autres pathologies (plaques pleurales et fibroses pulmonaires), plus nombreuses, mais bénignes, et touchant une population plus vaste n'a pas été engagée. Enfin, l'institution du FIVA est elle-même trop récente pour permettre d'avoir un recul suffisant : la mise en place effective de la structure a débuté au printemps 2002 et s'est poursuivie au cours de l'année 2003.
Publié le : samedi 1 janvier 2005
Lecture(s) : 14
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000615-rapport-du-gouvernement-au-parlement-presentant-l-impact-financier-de-l-indemnisation
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 43
Voir plus Voir moins
Rapport du Gouvernement au Parlement présentant limpact financier de lindemnisation des victimes de lamiante pour lannée en cours et pour les vingt années suivantes
Sommaire
Introduction........................................................................................................................4
1èrepartie -Lindemnisation des victimes de lamiante en 2003 .......................................................7
1) 7La sécurité sociale.................................................................................................................... 1-1 Le régime général ............................................................................................................... 7 1-2 Les autres régimes ............................................................................................................ 10 La SNCF ............................................................................................................................ 10 La RATP............................................................................................................................ 11 EDF/GDF..........................................................................................................................12 Etablissement national des Invalides de la Marine (ENIM).............................................. 13
2)Les régimes de la fonction publique .................................................................................... 13
2-1LafonctionpubliquedEtat..............................................................................................13
2-2Lafonctionpubliqueterritoriale.....................................................................................14
2-3 La fonction publique hospitalière ..................................................................................... 15
Synthèse sur la prise en charge par les régimes de sécurité sociale........................................ 16
3)Les indemnisations judiciaires ............................................................................................. 16
4) 17Le FIVA..................................................................................................................................
5)Les dispositifs de cessation anticipée dactivité et le suivi post professionnel des salariés exposés à lamiante ................................................................................................. 19 5.1 Le Fonds de cessation anticipée dactivité des travailleurs de lamiante (FCAATA) ...... 19
5.2 Les dispositifs spécifiques de cessation anticipée dactivité ............................................. 22
5.3 Le suivi post professionnel des salariés exposée à lamiante .......................................... 22
6)Synthèse.................................................................................................................................. 23
2
2èmepartie  Les données épidémiologiques disponibles révèlent lampleur du phénomène sanitaire lié à la fibre amiante dans les années récentes et aident à lévaluation à l horizon 2020 ...................................................................................................................26
1. 28Les données actuelles ............................................................................................................
1-1 les pathologies malignes ................................................................................................... 28
Le mésothéliome de la plèvre et du péritoine, maladie spécifique.................................... 28 Les cancers broncho pulmonaires, maladies qui peuvent être liées à lexposition à lamiante ............................................................................................................................ 29 1-2 Les pathologies bénignes .................................................................................................. 29
Les plaques pleurales et les épaississements pleuraux ...................................................... 30
Lasbestose ........................................................................................................................ 30
2.Les hypothèses dévolution sur 20 ans................................................................................. 31
2-1 Les pathologies malignes .................................................................................................. 31
Les mésothéliomes de la plèvre et du péritoine................................................................. 31
Les cancers broncho pulmonaires ..................................................................................... 32
2-2lespathologiesbénignes...................................................................................................32
3èmepartie 
Les perspectives financières pour les 20 prochaines années ........................................33
1. La déclaration et la reconnaissance des pathologies liées à lamiante ............................. 33
2. Les perspectives financières à 20 ans................................................................................... 34
2-1 Le coût de lindemnisation sur les 20 ans à venir ............................................................ 34
Lemésothéliome...............................................................................................................34
Les cancers broncho pulmonaires ..................................................................................... 35
Les pathologies bénignes................................................................................................... 37
Synthèse : lindemnisation des différentes pathologies liées à lamiante ......................... 38
2-2 Le coût de la cessation anticipée dactivité (le FCAATA) ................................................ 40
Synthèse générale ........................................................................................................................ 42
3
INTRODUCTION
En vue de renforcer linformation du Parlement, larticle 6 de la loi n°2002-1487 du 20 décembre 2002 de financement de la sécurité sociale pour 2003 prévoit que le Gouvernement « déposera, avant le 15 octobre 2003 un rapport présentant limpact financier de lindemnisation des victimes de lamiante pour lannée en cours et pour les vingt années suivantes ». Tel est lobjet du présent rapport.
Le présent rapport entend par indemnisation des victimes de lamiante non seulement la prise en charge des maladies liées à lamiante (régimes de sécurité sociale et FIVA1), mais également la prise en charge particulière des travailleurs de lamiante au titre de la cessation anticipée dactivité2(CAATA3).
La détermination de limpact financier de lindemnisation des victimes de lamiante pour lannée en cours et pour les vingt années suivantes constitue un exercice dont la complexité sest révélée à plusieurs niveaux. Un effort particulier de collecte dinformations non seulement détenues par des interlocuteurs multiples mais aussi collectées et traitées de manière différente par chacun deux a été nécessaire. Par ailleurs, les données répondent à un objectif de gestion et non à une logique dexploitation statistique que la réalisation dune étude dimpact financier rend nécessaire. Il a ainsi été nécessaire de construire des estimations à partir des données de gestion ; les résultats doivent en être interprétés avec les précautions méthodologiques nécessaires. De fait, lexercice a révélé labsence de lieu de centralisation de linformation disponible et la grande difficulté à isoler les données relatives au risque amiante. Par ailleurs, la connaissance de lépidémiologie des maladies de lamiante est délicate et, de ce fait, limitée. Non seulement les études sont rares sur la situation actuelle et a fortiori sur les vingt prochaines années. Mais encore, elles se sont exclusivement intéressées aux pathologies malignes liées à lamiante (mésothéliomes et cancers broncho pulmonaires) ; létude des autres pathologies (plaques pleurales et fibroses pulmonaires), plus nombreuses, mais bénignes, et touchant une population plus vaste na pas été engagée.
1 Loi n°2000-1257 du 23 décembre Article 53 de la2000 de financement de la sécurité sociale pour 2001 2 n°98-1194Article 41 de la Loi 23 dudécembre 1998 de financement de la sécurité sociale pour 1999. 3 Stricto sensu, la cessation anticipée dactivité des travailleurs de lamiante est une extension particulière du mécanisme de cessation anticipée dactivité de certains salariés prévu par la loi : elle ne correspond pas à lindemnisation dun préjudice mais constitue un revenu de remplacement. Cependant, elle représente également une prise en charge collective des victimes au titre de lamiante. Par ailleurs, elle est financée par un fonds spécifique abondé par une fraction du produit des droits de consommation sur les tabacs et un versement de la branche accident du travail/maladie professionnelle du régime général, et non par le fonds national pour lemploi qui finance les autres dispositifs de cessation anticipée dactivité. Les travaux parlementaires confirment la nécessité dune approche globale du dossier : les travaux des rapporteurs comme les débats en séance associent les dispositifs de CAATA et du FIVA comme deux éléments dune reconnaissance particulière par la collectivité de la situation spécifique des victimes de lamiante.
4
Enfin, linstitution du FIVA est elle-même trop récente pour permettre davoir un recul suffisant : la mise en place effective de la structure a débuté au printemps 2002 et sest poursuivie au cours de lannée 2003. Les premières offres dindemnisation ont pu être faites à partir du printemps 2003 dès lors que le barème indicatif avait été adopté.4
* Les principales pathologies liées à lamiante
Lexposition à lamiante est délétère pour lappareil respiratoire. Les principales pathologies respiratoires associées à lexposition à lamiante sont : -la pathologie pleurale bénigne (plaques pleurales, épaississements pleuraux localisés ou diffus, atélectasies par enroulement, pleurésies bénignes) ; l asbestose ; -- (mésothéliome, cancer broncho-pulmonaire).la pathologie maligne
Ces affections ont en commun : -un temps de latence le plus souvent élevé, qui peut se compter en dizaines dannées, entre le début de lexposition et les premières manifestations radio cliniques ; -persistance du risque toute la vie durant ;la -labsence fréquente de traitement curatif.
Leur pronostic diffère : -bon, avec une morbidité faible ou nulle pour les plaques pleurales ; -mauvais pour le mésothéliome et les formes non opérables de cancer broncho-pulmonaire ; -intermédiaire pour lasbestose, qui expose au risque dinsuffisance respiratoire.
Les plaques pleurales: La prévalence est élevée. Leur présence ne semble pas indiquer un niveau dexposition particulier, ni constituer un facteur de risque supplémentaire dasbestose, de cancer broncho-pulmonaire ou de mésothéliome. Leur évolutivité est lente ou nulle. Il nexiste aucun traitement.
Les épaississements pleuraux diffus :Ils se traduisent plus fréquemment par des symptômes cliniques (douleurs, dyspnée). La fonction respiratoire peut être altérée. Ces anomalies peuvent aussi se retrouver dans certains cas datélectasie par enroulement.
Les pleurésies asbestosiques bénignes :Elles sont souvent peu abondantes.
Lasbestose(fibrose pulmonaire): La survenue dune asbestose est indicative dun niveau dexposition supérieur à 20-25 f/ml x années. Lévolutivité est en général faible, mais le développement dune insuffisance respiratoire est possible et peut constituer une perte de chance pour le traitement dautres affections. Il est possible que le tabagisme accentue lévolution de la fibrose pulmonaire. Il nexiste pas de traitement susceptible de faire régresser le processus fibrosant. Le dépistage dune asbestose conduit à lidentification du sujet comme faisant partie dun groupe fortement exposé, et donc à risque accru en matière de cancer.
4 dIndemnisation des Victimes de lAmiante, Rapport dactivité au Parlement et au Gouvernement Fonds 2002/2003 établi par le Conseil dadministration, 1erjuillet 2003.
5
Le cancer broncho-pulmonaire: La survenue dun cancer broncho-pulmonaire nest pas indicative dun niveau dexposition particulier. Les formes localisées, justiciables dune résection chirurgicale complète, ont le taux de survie à 5 ans le plus élevé.
Le mésothéliome: La survenue dun mésothéliome nest pas indicative dun niveau dexposition particulier. Le traitement est essentiellement médical et son bénéfice en terme despérance de vie semble très limité. Lévaluation de ce bénéfice doit tenir compte de lexistence de formes dont lévolution est spontanément longue et de données concernant la qualité de vie des malades traités.
*La présente fiche a été établie sur la base des résultats de la conférence de consensus « Elaboration dune stratégie de surveillance médicale clinique des personnes exposées à lamiante », 15 janvier 1999  Paris La Villette
6
ère 1 partie Lindemnisation des victimes de lamiante en 2003
La mise en place de dispositifs spécifiques dindemnisation des victimes de lamiante est une préoccupation née au milieu des années 1990 à mesure de la prise de conscience généralisée du risque amiante liée à la multiplication des pathologies directement imputables à une exposition au matériau. Depuis, la demande dinformation saccélère. Afin dapprocher le coût financier de lindemnisation des victimes de lamiante, les principaux intervenants de lindemnisation des victimes de lamiante ont été sollicités.
1)La sécurité sociale
1-1 Le régime général
Lors de la séance du 31 mars 2003 du Conseil Supérieur de Prévention des Risques Professionnels, la prise en charge par le régime général au titre des tableaux 30 et 30 bis relatifs aux affections liées à lamiante a été évaluée comme représentant, pour lannée 2000 12% des dossiers reconnus et 60% du coût total des indemnités versées au titre des maladies professionnelles.
Ces pourcentages sont importants ; ils doivent être éclairés en tenant compte de différents facteurs qui renseignent et justifient ces données brutes : ils sont fondés sur une logique de risque (montants imputés aux comptes employeurs qui sont fonction de la législation et de différentes conventions comptables) et non sur les prestations réellement servies une année donnée ; coût des pathologies prises en charge dans lannée) etil sagit de données en flux (le non en stock (lensemble des pathologies prises en charge) ; sur ce plan, la levée de la prescription par larticle 40 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 19995 a certainement joué un rôle important même sil ne peut être quantifié ; lévolution du nombre de maladies déclarées et reconnues intervient dans un contexte de réforme réglementaire facilitant la reconnaissance de lensemble des maladies professionnelles.
Ces éléments convergent pour expliquer quele nombre de nouvelles maladies reconnues au titre des pathologies de lamiante a fortement augmenté à partir du milieu des années 1990.
5 Loi n° 98-1194 du 23 décembre 1998 de financement de la sécurité sociale pour 1999 qui prévoit que par « dérogation aux dispositions des articles L 431-2 et L 461-5 du code de la sécurité sociale, les droits aux prestations et indemnités dont les organismes de sécurité sociale ont la chargeau profit des victimes daffections professionnelles consécutives à linhalation de poussières damiante ou provoquées par elles, et ceux de leurs ayants droit, sont rouverts dès lors quils ont fait lobjet dune première constatation médicale entre le 1erjanvier 1947 et la date dentrée en vigueur de la présente loi »
7
Evolution du nombre des affections professionnelles consécutives à linhalation de poussières damiante reconnues par le régime général :
Année Asbestose PlaquesDégénérescence MésothéliomeTumeurs Cancers Fibrose pleuralesmaligne (§C)(§D)primitives (30bis) (§A) (§B) (§E) 1980 13116 20 1985153 24 25 1990 8 13181 137 57 1991268 203 19 12 84 1992 24 15 104331 250 1993 82 7250 409 50 1994151 519 62 49 59 1995 95 59 93135 674 1996 140 115172 1 109 71 1997 77 143 47 111165 1 220 1998 191 25 180 89 444201 1 1999 20 331 280 107 027294 2 2000 434 259 19 414 127368 2 2001430 3 492 21 619 166 343 Source : CNAMTS-DRP-MS
Total
149 202 396 586 724 798 840 1 056 1 607 1 763 2 130 3 059 3 621 5 071
Cependant, lensemble des maladies reconnues une année ne donne pas nécessairement lieu à indemnisation la même année. En effet, il peut sécouler un certain temps entre la décision de reconnaissance et lattribution dun taux dincapacité permanente partielle (IPP) permettant de servir un capital ou une rente. Outre les délais de traitement des dossiers, cette situation sexplique par le fait que certaines pathologies peuvent ne pas être consolidées immédiatement.
La répartition des pathologies fait apparaître la prépondérance des prises en charge des pathologies bénignes (les plaques pleurales représentent 69 % de la totalité des dossiers) sur les cancers (23 % de la totalité des dossiers). Pour lannée 2001, la clé de répartition est proche de celle constatée sur lensemble des autres années.
Répartition en 2001 des pathologies nouvellement indemnisées par le régime général :
N° MPSyndrome 030A Asbestose 030B Plaques pleurales Dégénérescence maligne bronchopulmonaire compliquant 030C des lésions bénignes 030D et Mésiothéliome malin primitif et autres tumeurs pleurales E primitives 030Bis Cancer broncho pulmonaire primitive Total Source : CNAMTS-DRP-MS
Nombre Pourcentage 4308,4% 3 49268,9% 1663,3% 3647,2% 61912,3% 5 071100,0%
Les données par âge confirment celles émanant du FIVA : lâge moyen des victimes, au moment de la reconnaissance était de 61 ans en 2001 : 90 % des victimes ont plus de 50 ans.
8
En ce qui concerne le coût associé aux pathologies reconnues,le système dinformation de la branche accidents du travail et maladie professionnelle du régime général ne renseigne que sur le coût des pathologies nouvellement prises en charge au titre dune année (flux).
Valorisation du coût de la prise en charge des pathologies liées à lamiante reconnues en 2001 par le régime général :
(les montants sont en euros)
N MP Syndrome ° 030A Asbestose 030B Plaques pleurales Dégénérescence maligne bronchopulmonaire compliquant 030C des lésions bénignes Mésiothéliome malin primitif et 030D autres tumeurs pleurales et E primitives Cancer broncho pulmonaire 030Bis primitive
Total Source : CNAMTS-DRP-MS
Montant des Montant Frais Indemnités Frais Frais de indemnités annualisé d'hospitalisat journalières médicaux pharmacie en capital des rentes
285 682 337 578
90 211
257 618 401 916
1 373 005
281 131 107 477 491 926 297 454
275 758 20 308
637 895 81 685
1 267 682 55 963
2 954 392 562 887
133 822 187 108
15 460
103 033
64 486
503 909
101 645 584 109 2 570 646 1 049 950
1 448 1 079 808
0
0
2 503 567
2 928 204
2 673 740 8 145 638
Total
1 493 867 4 934 662
1 482 993
3 583 798
4 718 251
16 213 571
Il faut noter que ces chiffres ne sont pas totalement représentatifs. Par exemple, la prise en charge des frais médicaux est fonction de la date de reconnaissance de la maladie professionnelle.
En revanche le coût de la prise en charge financière du stock nest pas disponible directement et doit être estimé à partir des flux des années antérieures.
La valorisation du coût total de la prise en charge des malades de lamiante supporté par le régime général pour lannée 2001 est estimée au minimumà 100 millions dEuros. Le tableau présenté ci-dessous en détaille les éléments par pathologie et type de prestation :
Asbestose Plaques (§A) pleurales (§B) Prestations de soins7,6 8,9 Indemnités en capital0,2 3,7 Montant total Rentes6,3 6,7 Total14,1 19,2 %14%19% Source : CNAMTS-DRP-MS
En millions dEuros Dégénérescence Mésothéliome Tumeurs Cancers Total maligne (§C) primitives (§E) (30bis) (§D)
4,9
0,0
3,4 8,4 9%
15,0
0
7,7 22,7 23%
0,9
0
0,5 1,4 2%
20,9 58
0 4 11,7 36 32,6 98,5 33%100%
9
En outre, le système dinformation ne permet pas de déterminer directement le coût des rentes servies aux ayants droit des victimes de lamiante dont le décès a été reconnu imputable à lamiante. Une extrapolation à partir du nombre total de rentes dayants droit conduit à estimer le montant total versé aux ayants droit pour lannée 2003 à 13 millions dEuros.
Au total, le coût de lindemnisation des victimes de lamiante pour le régime général en 2003 est donc estimé à environ 115 millions dEuros.
A ce stade, il faut signaler que la caisse nationale dassurance maladie des travailleurs salariés a engagé un travail de refonte de son système statistique afin daméliorer la production dinformations sur les prestations servies. Les résultats devraient en être disponibles au plus tôt au second semestre 2004.
1-2 Les autres régimes
Des données ont pu être recueillies auprès de la SNCF, de la RATP, dEDF-GDF, du ministère de la Défense et des fonctions publiques territoriale et hospitalière. En revanche, les données concernant les autres ministères nont pu être prises en compte.
La SNCF
Le tableau ci-dessous présente lévolution du nombre de victimes reconnues en maladie professionnelle par année depuis 1997 par le régime de la SNCF :
Année Nombre de maladies professionnelles reconnues Total fin 2002
1997 1998
47 100
Source : SNCF, direction des affaires sociales, médicales et logement
1999 2000
243 199 988
2001
170
2002
229
Les éléments de nature financière transmis par les services de la SNCF concernent lannée 2002. Le montant des prestations versées au titre de la législation sur les maladies professionnelles, pour ce qui concerne les tableaux 30 et 30bis relatifs aux maladies de lamiante, sest élevé à 5,5 millions dEuros (rentes et indemnités en capital confondues et sans que les sommes directement allouées aux ayants droits soient isolées) pour 988 maladies de lamiante.
Isolé pour la première année en 2002, le montant versé au titre de la faute inexcusable de lemployeur sest élevé à 4,2 millions dEuros.
Au titre de lindemnisation des victimes des maladies de lamiante, le régime de la SNCF a donc versé un total de 9,7 millions dEuros.
10
Prestations versées par le régime de sécurité sociale de la SNCF en 2002 :
Montant de la prise en charge par poste de dépense aladie professionnelle M Faute inexcusable de lemployeur Total Indemnisation
En millions dEuros
5,5 4,2
9,7
Pour 2003, le coût de la prise en charge des travailleurs de lamiante par le régime spécial de sécurité sociale de la SNCF au titre des maladies professionnelles est estimé à 11,5 millions dEuros.
La RATP
Entre 1999 et 2002, 67 maladies professionnelles ont été reconnues au titre dune exposition à lamiante imputable au service, y compris les cas dexposition relevant dun employeur autre que la RATP (3 cas) et les données disponibles ne révèlent pas une accélération des reconnaissances.
Le tableau ci-dessous présente lévolution du nombre de victimes reconnues en maladie professionnelle par le régime RATP par année depuis 1999 :
Année
Nombre de maladies professionnelles reconnues
Total au 30 juin 2002 Source : RATP-secteur AT/MP
1999 2000 2001 2002 (au 30 juin)
13
18
67
28
8
Les éléments financiers recueillis auprès de la RATP permettent de constater une nette accélération du coût de la prise en charge au titre des maladies de lamiante à partir de la fin des années 1980 et de nouveau une très forte accélération depuis le milieu des années 1990.
Coût de la prise en charge des victimes de lamiante par le régime AT/MP de la RATP depuis 1997 : En Euros Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 Rentes et indemnités
 425,31 417 192,95 403 139,68Victimes 233 Ayants droit 195 401,65 65 564,41 132 737,68 Total 2998 704 550 162,99 598 594,60 Soins 14 356,58 20 290,38 23 910 Total général 313 060,67 570 453,37 622 504,60 Source : RATP  secteur AT/MP
314 763,50 320 184,66
634 948,17 15 786,93 650 735,10
377 994,98 595 645,47
973 640,46 26 548,87 1 000 189,33
344 504,62 646 404,54
990 909,16 8 681 999 590,16
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.