Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage

De
Etude visant à mesurer l'impact direct de l'usage de l'informatique sur les salaires et les risques de perte d'emploi. L'étude formule ensuite quelques questions ou hypothèses sur ce qui, dans l'organisation et le fonctionnement des entreprises ainsi que dans les processus décisionnels relatifs à la main-d'oeuvre, est à la source du supposé biais technologique.
Publié le : mardi 1 décembre 1998
Lecture(s) : 35
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/994000432-utilisation-de-l-informatique-salaire-et-risque-de-chomage
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 145
Voir plus Voir moins

RESUME

Dans cette tude, nous cherchonsmesurer l'impact direct, dans notre pays, de
l'usage de l'informatique, sur les salaires et sur les risques de perte d'emploi. Nous

formulons ensuite, trs brivement, quelques questions ou hypothses sur ce qui, dans

l'organisation et le fonctionnement des entreprises, ainsi que dans les processus
dcisionnels relatifsla main-d'oeuvre, estla source du suppos biais «

technologique »

Jusqu' un certain point, nos travaux confortent la thorie du "biais technologique".

Mais ils lui apportent aussi des nuances importantes. L'usage de l'informatique est liune
importante slection delamain-d'oeuvre. Cette slection n'a que des effets modestes sur la
distribution des salaires. Elle a des effets limits, mais rels, sur le march du travail. En

revanche, les autres technologies tudies n'ont pas un impact analogue,cequi concorde

avec les conclusions de D. Goux et E. Maurin, obtenuesl'aide d'autres mthodes.
La slection de la main-d'oeuvre informatise n'obit cependant pasun mcanisme

unique, qui serait de surcroît entirement identifiableune valuation que les entreprises
feraient dela et qui se traduirait par un bnfice salarial enrapportproductivit individuelle,

direct avec celle-ci. L'valuation des comptences ncessaires l'usage del'informatique est

en partie spcifique.

Les qualits ncessairesla maîtrise de l'informatique neserduisent pas au niveau
scolaire, ou au capital humain au sens restreint habituellement donn cette expression.Il

faut savoir s'insrer dans un rseau d'entraide.Ilfaut disposer de temps libre, au cours de

son travail ou pendant ses loisirs. De plus, les salaris qui s'efforcent d'accumuler un savoir

informatique, au-del des exigences immdiates de l'entreprise, dans une logique de

formation d'un capital humain, voient rarement leurs efforts rcompenss. Les
comportements reposant sur des dispositionss'intresserdesobjets techniques, mais
aussi plus payants, eles mettre au service de buts non exclusivement techniques, sont n

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Golrlad uirtag nCommissaamarz ; icnarK scarF ,".nalp

termes de carrire ou d'intrêt dutravail. Dans un contexte de changements technologiques

rapides, le "sens du jeu",aun rôle essentiel, alorsqueles calculs explicites, faute
d'information suffisante sont peu efficaces. Les mcanismes de reconnaissance des

qualifications contribuent de savoir trop exclusivement techniques.pnaliser l'accumulation
L'ensemble des dispositions et des aptitudes ncessairesun usage de l'informatique
efficace pour l'entreprise et rentable pour le salari peut être considr comme une forme de

"capital culturel".Ilimporte de rappeler que ce capital culturel neserduit pas au niveau
scolaire, et même dans le cas de l'informatique, n'est pas en relation monotone avec lui.

Certesla un niveau scolaire minimal. Mais l'intrêt (au supposemaîtrise de l'informatique

sens le plus gnral) est maximal pour les salaris dont lesmaîtriser l'informatique
diplômes etla ressources. mais qui disposent d'autresqualification reconnue sont moyens,Il

ne faut pas non plus ngliger le rôle des ressources collectives (l'entraide au sein de rseau,

qui peuvent être soutenus ou non par l'organisation formelle de l'entreprise).

La slection opre parl'informatique, au moment du choix des salaris informatiss,

et aufilde leur carrire, ne rduit se donc pasla slection des "meilleurs", mêmesielle

s'en approche. En ce sens, le terme de "biais technologique" n'est pas idal, car il suggre

une slection mcanique delamain-d'oeuvre. Le biais tient autantdes facteurs
sociologiques (formation, formes d'organisation du travail collectif, reconnaissance des

qualifications) qu'aux proprits intrinsques destechniques.

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Golrnd lalp u".na; Commissariat grFnaic srKmara z, ac

Utilisation de l'informatique, salaire et risque

dechômage

« Le prsent document constitue le rapport scientifique d'une recherche finance
par le Commissariat Gnral duPlan (subvention nÊ 8/1995 du 5 dcembre1995).
S o n contenu n e saurait engager la responsabilit duCommissariat Gnral duPlan.
Toutereproduction,mêmepartielle,estsubordonnel'accorddesauteurs».

Michel GOLLAC

(CEE)

Francis KRAMARZ

(CREST)

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Golca ,an."u plal dnrg tairassimmoC ;z aramKrs cianFr

AVERTISSEMENT

Nous utilisons largement les rsultats figurant dans :

F. Bonvin, J.C. Combessie, J.P. Faguer et M. Gollac : Une machine qui change

vie?, CEE, 1994

la

M.GollacetF.Kramarz,1996 :"AreNewTechnologiesworkersprotectedfrom

unemployment : an Investigation using matched Workers-establishments Panels", AEA

Meeting, San Francisco

M. Gollac et F. Kramarz, 1997, « L'ordinateur : un outil de slection ? Utilisation d e

l'informatique,salaireetrisquedechômage»,Revueconomique,nÊ5,vol.48,septembre

H. Entorf, M. Gollac et F. Kramarz, Wages Technologies, and Workerparaître, «

Selection»,JournalofLaborEconomics

M. Gollac, avec G. Laffond : Diversit des usages de l'informatique, mimo, CEE.

Nous sommes seuls responsables des erreurs et imprcisions de cetexte.

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Goll dunrat gariaimssC mozr; aram Kisncra Fc,ala p"n.

Ce travail bnficiedu soutien financierdelaDARES et du Commissariat au Plan.

Ce travailat prsenteau groupe detravail "Changements techniquesetqualifications".

Lesauteurs remercientles leurs remarquesparticipants pouretsuggestions.

Les travaux informatiques ncessairescette tude ont t ralissur le centre

informatique de Paris de l'INSEE, surlecentre national universitaire sud de calculduCNRS, et sur

micro-ordinateur, l'aide du logiciel SAS complt par desprogrammes spcifiques.

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel GolFr, cianKrs aramca".ral gnplan du oCmm z ;irtasias

2.5

REVUE DES TRAVAUXRÉCENTS
RÉSULTATSONOCÉUEIQTRMÉSETNOSAVITERBSODE TERRAIN
QUELLESSONTLESQUALITÉS L'USAGECOMPLÉMENTAIRES ÀDEL'INFORMATIQUE ?
INFORMATIQUEETÉVALUATION DES PERFORMANCES
INFORMATIQUEETDÉSUTILITÉ DU TRAVAIL

CONTRAINTES INSTITUTIONNELLESETTENEMLUORÉDDECEÈRRIAR
INVESTIGATION AUPRÈSDES ENTREPRISES

2.6

2.7.1 SALAIRE: L'INFORMATIQUE OU L'IMPLICATION ?
2.7.2 STABILITÉDE L'EMPLOI
2.7.3 L'INFORMATIQUE PERMETUNSUIVI PLUSPRÉCIS
2 . 7 . 4 L'ÂGE DANSLEDISCOURS DES CADRES

2.7

2.8 QUELQUESOTHÈHYPSES

2.7.5 DIRIGERL'USAGEDEL'INFORMATIQUE

1 6

2 VRAIMENT CHANGER LEMARCHÉL'ORDINATEUR PEUT-ILDUTRAVAIL ?

1 2

1 4

2.2

2.1

2.4

2.3

2 1
2 6

2 9

33

3 8

40

41

1 0

9

9

67

Sommaire

1INTRODUCTION

7

1 7

1 9

1 6

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Golrancc, Fal du plan." Kismara ;rzom Cssimairag tarn

5 6

5 4

5 4

52

5 4

5 0

5 1

3.2 LA SÉLECTIONDES USAGERS DE L'INFORMATIQUE
3.3ANALYSEENCOUPE
3.3.1 FRANCEETÉTATS-UNIS :DESEFFETS VOISINSPOURL'USAGEDEL'INFORMATIQUE

4 6
4 7

3.1MODÉLISATIONSATITTSQIEU

3.3.2 L'ORDINATEUR,LEFAX ETLECRAYON
3.3 . 3 SEGMENTATIONDUMARCHÉ ET ORGANISATIONDUTRAVAIL
3.3.4 EFFETSDESÉLECTION?

3.4 INFORMATIQUEETSALAIRE :ANALYSEENLONGITUDINAL
3.4.1ATSÉRTLUSPRINCIPAUX

3 INFORMATIQUE ET SALAIRES

DISCUSSION

3.3.5ISULCNOCONDEL'ÉTUDEENCOUPE

DISCUSSION DES INTERPRÉTATIONS ALTERNATIVES

3.4.2

4 4

3.4.3

3.4.4

CONCLUSION

4INFORMATIQUE ET RISQUE DE CHÔMAGE

4.1

4.2

4.3

4.4

4.5

4.6

4.7

4.8

DONNÉES

L E RISQUE DE CHÔMAGEENJUIN

DÉCEMBRE 1993, UNE CONJONCTURE DIFFÉRENTE

DISCUSSION

USAGE DE L'INFORMATIQUE ET EFFET DE SÉLECTION

ÉTUDEDESCALENDRIERS D'ACTIVITÉ

EFFET DE L'ÉVOLUTION DE L'EMPLOI DANS L'ÉTABLISSEMENT EMPLOYEUR

CONCLUSION

5QUELQUES SUGGESTIONS DE RECHERCHES

6 BIBLIOGRAPHIE

7

TABLEAUX

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Goln." plal dunra tgraaiimssC momara ;rzncra KisaF ,c

6 8

69

69

7 1

7 6

77

7 8

8 0

8 2

84

87

89
94

1 Introduction

La diffusion trs rapide de l'informatique a, en quelques annes, chang le sens

des enjeux professionnels lis encore au milieu desson utilisation. Alors qu'il s'agissait
annes 1980, d'une ressource rare, procurantses utilisateurs un "atout" professionnel
incontestable, l'informatique est devenue aujourd'hui une pratique professionnelle
relativement banale dont la non connaissance tend,l'image de l'chec scolaire et de
l'illettrisme, un handicap professionnel ayant uneêtre perçue par les employeurs comme

valeur plus ou moins disqualifiante selon les professions et les secteurs d'activit.

AuxEtats-Unis,ladtriorationdela qualifissituation des travailleurs les moins

est gnralement attribue aux effets conjoints des changementstechnologiques et du

commerce international. Parmi de nombreux travaux sur la question, on peut citer ceux de
Bound et Johnson (1992), Katz et Murphy (1992), Murphy et Welch (1992). Krueger

(1993)a les salaires des l'usage des ordinateurs surparticulirement tudi l'impact de
individus. Doms, Dunne et Troske (1997) ont abordlaquestion surpartir de donnes

les tablissements.

Dans un article rcent, Card, Kramarz et Lemieux (1996),l'aide de statistiques

descriptives simples, ont mis en lumire le fait que tant la diffusion des nouvelles

technologies que l'volution du commerce extrieur ont t trs semblables enFrance,

aux Etats-Unis et au Canada. Cependant, en dehors des Etats-Unis, rares sont les tudes

qui analysent les effets des nouvelles technologies sur le fonctionnement du march du
travail (on peut toutefois citer Entorf et Kramarz (1997) et Goux et Maurin (1995) pour la
France, ainsi que Chennels et Van Reenen (1995) pour le Royaume-Uni).

Or la transposition au cas français de rsultats amricains nevapas de soi.
Depuis une dizaine d'annes, les grandes tendances du march du travail ont tfort
diffrentes aux Etats-Unis et en Europe. Aux Etats-Unis, l'emploiaaugment, les salaires
rels ont baiss et les ingalits de salaires sesont accrues. En Europe, l'emploia
stagn, les salaires rels ont augment, et les ingalits desalaire n'ont que modrment

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Gol; C moimssraai t Francis Kramarz,ca".nalp ud larng

volu (Bayet et Cases (1994); Kramarz, Lemieux et Margolis ( paraître)). On explique

souvent ces volutions divergentes par la diffrence des caractristiques institutionnelles

des marchs du travail de part et d'autre de l'Atlantique, le march du travail amricain

tant "flexible" et les marchs europens relativement plus"rigides". Les conventions qui

fondent la gestion des qualifications sont aussi diffrentes d'un paysl'autre. D'autre part
les caractristiques du systme ducatif, qu'il s'agisse de formation initiale ou de
formation au cours de la vie professionnelle, varient grandement d'un paysl'autre, les

pays europens tant cetgard profondment diffrentsentre eux comme ils sont

diffrents des Etats-Unis. Enfin l'organisation du travail dans les entreprises, activit
gale, peut être sujetted'importantes particularits nationales.

Dans cette tude, nous cherchons emesurer l'impact direct, dans notre pays, d
l'usage de l'informatique, sur les salaires et sur les risques de perte d'emploi. Nous

formulons ensuite, trs brivement, quelques questions ou hypothses surce qui, dans
l'organisation et le fonctionnement des entreprises, ainsi que dans les processus

dcisionnels relatifs
technologique»

la

main-d'oeuvre, estla source du biais suppos «

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel GolFranac, Kramcis an."ismmrisaz arCo; d lalp ug tarn

2

L'ordinateur

peut-il vraiment

march du travail ?

2.1 Revue des travaux rcents

changer

le

A. Krueger, dans son article de 1993 paru dans le Quarterly Journal of Economics,

est le premier avoir tent d'valuer le lienentre utilisation de l'informatique et salaire.

Les rsultats qu'il prsente sont simples et frappants : les utilisateurs d'ordinateurs sont
mieux pays, même aprs avoir contrôldes caractristiques observables, que les non
utilisateurs. La prime se montaitla Etats-Unisfin des annes 80 aux u10 15% d
salaire. Krueger explore aussi la question de l'origine de cette prime : productivit accrue
ou capacit initiale du travailleur plus forte. Sa conclusion penche en faveur du premier
terme de l'alternative. Malheureusement, les donnes utilises, descoupes transversales,

sont inadquates pour trancher le dbat. Les travaux plus rcents ont tous tent de

rpondre cette même question. Si les travailleurs qui utilisent l'informatiquesont mieux

pays, est-ce parce que leur productivit s'est accrue par l'usage des nouvelles

technologies,ouont-ilstslectoinnsparmidespersonnelsmieuxrmunrsenraison

de caractristiques non observes, caractristiques par ailleurscorrles l'usage d e
l'informatique1tnosnarfsiaçtnE.boxaanrdestcetujserpmeeisrrtvaua ?LtKraorfemarz
(1997;paraître) utilisant l'enquête "Technique etorganisation du travail" complmentaire
l'enquête sur l'emploi de 1987, enla fois sous coupe et de panel, ont forme montr
d'une part que les utilisateurs d'ordinateurs sont mieux pays (de15% peu prs) et
d'autre part qu'ils taient dj mieux pays avant de commencerutiliser cette technique.
Peu de temps aprs, Doms, Dunne et Troske (1995) travaillant sur donnes d'entreprises

amricaines ont tabli que les firmes utilisatrices paient mieux leurs salaris (salaire

moyen par tête) même avant l'implantation des nouvelles technologies. Chennels et Van

Reenen (1995) ont, quelque temps aprs, fait un constat similaire pour le Royaume-Uni.

La documentation Française : "Utilisation de l'informatique, salaire et risque de chômage / Michel Gol ulpna".nrlad sariat g; CommismarK zranarF sic, ac

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.