Véloroutes et voies vertes. : - Fiche 7. L'accessibilité pour tous - octobre 2007.

De

Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0064742

Publié le : jeudi 1 janvier 2009
Lecture(s) : 8
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0064742&n=1&q=%28%2B%28%2Bsujet%3Apdf%29%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Véloroutes et voies vertes
fiche 7
L’accessibilité pour tous
Les véloroutes et voies vertes servent non seulement aux déplacements
non-motorisés mais sont aussi des espaces de loisirs et de découverte pour un
maximum d’usagers, quelles que soient leurs capacités.
La définition du concept véloroutes et voies vertes prévoyait dès l’origine leur
utilisation par les personnes à mobilité réduite. Cependant, si les voies vertes, par
principe, sont ouvertes au plus grand nombre, leur adaptation réelle aux
exigences des personnes handicapées n’est pas automatique.
A condition d’être aménagées avec un soin particulier, les véloroutes et voies
vertes peuvent conjuguer amélioration de l’intégration sociale des personnes
en situation de handicap et développement du marché touristique. Le label
Tourisme & handicap est un outil à la disposition des maîtres d’ouvrage pour
réaliser des aménagements véritablement accessibles à tous.
Penser à l’accessibilité des itinéraires en amont des projets accroît l’agrément
pour tous les usagers et permet d’éviter des réaménagements coûteux a
posteriori.
SYNDICAT MIXTE ARGELES-GAZOSTL’accessibilité pour tous
Rendre les véloroutes et voies vertes accessibles à tous est non seulement un
impératif réglementaire mais aussi l’occasion d’améliorer le confort et la sécu-
rité pour tous les usagers. On aboutit ainsi au concept de confort d’usage pour
1tous qui tend à intégrer, le plus en amont possible, toutes les composantes
d’usage qui favorisent l’autonomie et la sécurité des personnes en situation de
handicap.
Dès lors, l’adaptation, même a posteriori, n’a plus pour finalité de répondre à
un besoin exclusivement sectoriel ou catégoriel mais profite à tous. Réellement
accessibles, les véloroutes et voies vertes peuvent devenir le support d’une
nouvelle offre de déplacements, de loisirs et de tourisme particulièrement
attractive.
L’accessibilité est une condition néces- triques des voies vertes, y compris sur les
saire pour permettre à tous d’exercer les aires de repos et les accès, en les ren-
actes de la vie quotidienne, de participer dant :
à la vie sociale, d’avoir des loisirs actifs • “roulants” (durs, non meubles, unifor-
et de partir en vacances. mes),
• bien délimités (contraste de couleur etLe développement des véloroutes et
voies vertes en France offre des possi- de relief),
• sans obstacles,bilités nouvelles de mieux prendre en
compte les nombreuses situations de • suffisamment larges,
handicap : difficultés ou restrictions de • comportant des protections en cas deVoie verte des Gaves
mobilité, de vision, d’audition, défi- passages dangereux.
cience mentale ou intellectuelle, obé- ® Favoriser les continuités de roule-Définition du handicap
sité, petite taille,… Les seniors aussi ment profite à toutes les circulations
L’article 2 de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 peuvent avoir des difficultés croissan- douces (cyclistes, piétons, rollers,…) et
sur l’égalité des droits et des chances, la participation tes de mobilité et rechercher des également aux personnes en situation
et la citoyenneté des personnes handicapées définit lieux et des services adaptés, tout de handicap, aux familles avec desainsi le handicap: “Constitue un handicap, au sens
comme les personnes temporairement poussettes,… de la présente loi, toute limitation d’activité ou restric-
moins valides (convalescence, femmestion de participation à la vie en société subie dans ® Adapter non seulement les itinérai-
son environnement par une personne en raison enceintes,…). res mais aussi les équipements tels les
d’une altération substantielle, durable ou définitive
relais vélo, les aires de repos, les sanitai-d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, L’accessibilité:
res… que l’on trouve à proximité desmentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandi-
une obligation légale voies vertes et de leurs accès: parkings,cap ou d’un trouble de santé invalidant.”
La loi du 11 février 2005 pour l’Egalité transports collectifs, services taxi,… estLe décret n° 2006-1657 du 21 décembre 2006 rela-
tif à l’accessibilité de la voirie et des espaces publics, des droits et des chances prévoit le indispensable pour la mise en accessibi-
précise que chaque commune ou groupement principe d’accessibilité généralisée lité qu’il faut étendre aux services
compétent doit établir un plan de mise en accessibili- (éducation, emploi, cadre bâti, (hébergement, restauration, location de
té de la voirie et des espaces publics, dans les 3 ans.
transports,…), quel que soit le handi- matériels,…).
cap (physique, sensoriel, mental, psy- ® Eliminer les obstacles au déplace-
chique, cognitif). ment des personnes en situation de
Ainsi, selon la loi, “la chaîne du déplace- handicap favorise la sécurité de
ment, qui comprend le cadre bâti, la voi- chacun.
rie, les aménagements des espaces ®Simplifier la signalétique en portant
publics, les systèmes de transport et leur l’attention sur la clarté, la brièveté et la
intermodalité, est organisée pour permet- simplicité des messages, accompagnés
tre son accessibilité dans sa totalité aux de symboles, favorise la compréhension
personnes handicapées ou à mobilité des personnes en situation de handicap
réduite”. (y compris la déficience mentale) et
Tout aménagement doit donc impéra- facilitera aussi celle des enfants qui ne
tivement prendre en compte cette savent pas lire, des personnes de langue
dimension en amont des projets. En étrangère,…
outre, leur adaptation a posteriori est ® Les informations nombreuses, régu-
plus coûteuse. lièrement renouvelées en bord de voie,
et clairement énoncées sont utiles aux
Mises en accessibilité,
déficients auditifs qui ne peuvent
adaptations demander leur chemin à une personne
qu’ils croisent.Sans être exhaustif, on peut mentionner
les points ou travaux suivants: ® Un travail sur la grosseur des carac-
® Améliorer la qualité des chemine- tères, les contrastes de couleur et/ou
ments, principalement celle des revête- de relief, un plan en relief permet-
ments et des caractéristiques géomé- tent aux déficients visuels de lire les
1: Conseil national du tourisme 2004 : “[...] au-delà des réglementations en vigueur, qu’il est nécessaire de maintenir,... ce concept donne une
valeur ajoutée à un bien ou un service tant il ouvre des possibilités de marchés nouveaux et renforce la qualité des prestations proposées.”
SYNDICAT MIXTE ARGELES-GAZOSTinformations, nombreuses, en bord de aménagements cyclables aux piétons
voie et de se promener avec un maxi- mais ils sont ouverts aux personnes
mum d’autonomie. en fauteuil roulant (voir encadré
Sources: Label Tourisme & handicap; comité départemental handisport ci-dessous).
des Hautes-Pyrénées L’aménagement et l’adaptation de ces
infrastructures de déplacement peuventAtouts des véloroutes et
aussi faire partie de projets fédérateurs
voies vertes accessibles et structurants pour une politique d’ac-
à tous cessibilité menée sur un territoire. Qu’il
s’agisse de permettre à tous l’accès auxJusqu’à présent, les efforts des collecti-
activités de loisirs de proximité et devités publiques pour rendre l’espace
valorisation du patrimoine ou qu’ilspublic plus accessible ont porté essen-
constituent un bon moyen de capter detiellement sur le milieu urbain. Les
nouvelles clientèles pour l’économievéloroutes et voies vertes apportent
touristique.des solutions pour renforcer l’offre de
circulations douces en espace rural et
Accès aux loisirs
périurbain avec un confort accru pour
de proximitéles publics qui ne sont a priori pas
réputés handicapés mais régulière- Bien aménagées ou adaptées, les vélo-
ment en situation de handicap : troisiè- routes et voies vertes peuvent être
me âge, familles avec de jeunes facteur d’intégration sociale pour les
enfants,… personnes en situation de handicap ou à
Si les voies vertes sont a priori les mobilité réduite. Elles ouvrent notam-
ment un accès en plus grande autono-supports privilégiés pour toutes les
mie et gratuit à des activités de loisirs etcirculations douces et notamment
de découverte du patrimoine pour cespour les déplacements des personnes
Vélo et tricycles sur une voie verte en Picardie personnes, seules, en famille ou entreen situation de handicap, l’attention
amis, sans surcoût par rapport à uneportée à l’accessibilité ne doit pas
personne valide.négliger le reste des véloroutes. En
Populations en situation de handicap
effet, la réglementation interdit les Elles deviennent ainsi facteur de mixitéen France et en Europe
On estime que sur les 380 millions d’Européens, en Les personnes en fauteuil peuvent 2004, 53 millions étaient en situation de handicap, emprunter les aménagements cyclables et les voies vertessoit 14 % de la population (ODIT France, 2005). En
France, plus de 5 millions de personnes ont une défi-
L’article R. 412-34 du Code de la route stipule que sont assimilés aux piétons “les infirmes quicience motrice, visuelle, auditive, mentale ou
se déplacent dans une chaise roulante mue par eux-mêmes ou circulant à l’allure du pas”.Lepsychique (ministère de la Santé et des solidarités,
fauteuil roulant utilisé dans ces conditions n’est pas considéré comme un véhicule mais comme2005), le nombre de personnes en situation de
un équipement spécifique permettant à une personne handicapée de retrouver la mobilité d’unhandicap est encore bien supérieur. Sans compter
piéton.les seniors qui, selon l’INSEE, en 2010, seront
Par ailleurs, l’article R. 412-35 du Code de la route, crée une exception au principe de réser-19,6 millions en France à avoir plus de 60 ans, cont-
vation de la chaussée à la circulation des véhicules en autorisant les personnes se déplaçant àre 16,3 millions en 2000.
l’aide d’une chaise roulante à circuler dans tous les cas sur la chaussée.
En effet, la chaussée telle que définie par le Code de la route (article R. 110-2) est: “une partie
de la route normalement utilisée pour la circulation des véhicules”. Ce même article définitRépartition par déficience de la
également la piste et la bande cyclable comme une chaussée et une voie, c’est-à-dire unepopulation handicapée française
partie de la chaussée, réservée à la circulation de certaines catégories de véhicules. La seule
contrainte particulière alors imposée aux personnes en fauteuil est de circuler près du bord droitAuditive 24%
de la chaussée (article R. 412-36) dans le sens de leur marche, à l’inverse des piétons validesMentale 14%
qui doivent, hors agglomération, circuler sur le côté gauche de la chaussée, en contresens deMotrice 45%
la circulation.Visuelle 17%
Dans le cas où la vitesse, telle qu’homologuée par le constructeur, est supérieure à celleSource: INSEE 1999, CTNERHI 2001
du pas, le fauteuil doit être inscrit dans l’une des catégories existantes de véhicules,
généralement celle des quadricycles légers à moteur. Le fauteuil roulant électrique doit, par
conséquent, respecter les contraintes réglementaires en terme de dispositif de freinage, d’éclai-
rage et de signalisation. De plus, son conducteur est tenu d’être titulaire du titre de conduite
correspondant au véhicule et sa circulation est régie par les règles communes du Code de laRépartition par tranches d’âge de la
route. Il doit circuler sur la chaussée et respecter les mêmes obligations que celles des auto-population handicapée française
mobilistes.
En conséquence, les personnes handicapées en fauteuil roulant peuvent dans tous les26% 32% 74%
cas circuler sur la chaussée, et par déduction sur les pistes et bandes cyclables. Quand
des 0-19 ans des 20-59 ans des 60 ans et plus elles circulent sur ces espaces réservés aux véhicules, il ne peut que leur être recommandé de
circuler avec prudence et d’utiliser tout équipement de nature à améliorer leur sécurité notam-
Source: INSEE 1999, Centre technique national d’études et de ment en terme de visibilité, par exemple grâce à l’emploi d’un dispositif rétroréfléchissant.
recherches sur les handicaps et les inadaptations 2001
Source: ministère de l’Ecologie, du développement et de l’aménagement durables, Direction de la sécurité et de la circulation
routières
HANDISPORT PICARDIEsociale pour des gens qui n’ont pas l’ha- ces, meublés, gîtes et campings) ren-
bitude de se côtoyer, a fortiori de se dent leurs établissements accessibles
parler. en autonomie aux seniors et aux per-
sonnes en situation de handicap. Sans
L’accessibilité et pratiquer pour autant une marginali-
sation culturelle et sociale; la grandele marché touristique
majorité de la demande de cette clien-Les personnes en situation de handicap
tèle porte au contraire sur des lieuxou à mobilité réduite sont une clientèle
qui permettent la mixité des publics ettouristique numériquement importante
des usages adaptés au plus grandcar elle comprend également les mem-
nombre.bres de leur famille, amis, accompagna-
Source: “Tourisme et handicap, réussir l’accueil”, ODIT France, 2006teurs,…
Un certain nombre d’opérateurs spécia- Une offre touristique
lisés, agréés par le ministère de la Santé,
adaptée ou globaleproposent des séjours en groupe,
Le potentiel de développement dessouvent dans des lieux réservés aux
activités touristiques susceptibles d’êt-personnes handicapées, et à des prix
prohibitifs, ce qui ne répond pas à l’at- re créées à partir des véloroutes et
voies vertes complètement accessiblestente de la grande majorité des ces
personnes. Les clientèles handicapées est difficile à évaluer car cette offre
qui partent en vacances, souhaitent le d’itinéraires est récente. Toutefois, si
faire en autonomie avec leur famille ou l’accessibilité des différents maillons
leurs amis, et considèrent que, quel que de l’offre est assurée, ce potentiel est
soit le niveau d’adaptation de la presta- reconnu par les associations qui
tion, une hausse tarifaire ne se justifie travaillent à la prise en compte des
pas. Notamment parce que leur dépense handicaps, ainsi que par les profes-
moyenne dans un lieu d’hébergement sionnels du tourisme.
est souvent supérieure à celle des touris- Le tourisme prenant en compte l’acces-
tes valides, car elles y prennent la majo- sibilité maximale peut prendre deux
rité de leurs repas et consomment formes :
volontiers des extras.
D’une part, une offre touristique adap-
Les professionnels qui accueillent plus tée se structure. Des voyagistes et des
particulièrement les seniors notent que associations spécialisés proposent des
ceux-ci ont l’habitude de faire du produits séjours spécifiques pour cette
tourisme et de se distraire, continuent clientèle, souvent en groupes (Access
de voyager, même quand s’accroissent
Tourisme Service, APF Evasion…).
parfois les handicaps liés à leur âge.
D’autre part, ciblant la demande majo-Leur poids financier est indiscutable
ritaire, les professionnels du tourisme
car leur pouvoir d’achat est souvent
travaillent à rendre accessible l’offreélevé. Hôteliers et autres profession-
touristique, afin qu’elle soit “consom-nels de l’hébergement soulignent
mable” en autonomie par tous lestoujours leur comportement agréable
publics.et la richesse d’expérience vécue, tant
Dans tous les cas, la création de produitspour le personnel, que pour les autres Le long du canal du Midi, une accessibilité pour tous
touristiques adaptés (cf. www.access-vacanciers.
tourisme.com) suppose de s’intéresser àTant les personnes en situation de
l’ensemble de la chaîne des prestations.handicap que les seniors sont des clients
Cela va de la réservation d’hôtels adap-potentiels de plus en plus importants
tés, aux services minibus, bus, voiturepour le secteur touristique. En effet, dès
adaptés, à l’aide et accompagnementlors qu’elle est satisfaite, cette clientèle
des personnes dépendantes, en passantest très fidèle et sa durée de séjour est
par des dispositifs d’informationsouvent supérieure à celle du marché
adéquats (services de guides bilinguestraditionnel, notamment en raison des
spécialisés, d’interprètes en langagecontraintes de transport.
gestuel,…).Aujourd’hui, cette demande est forte
De plus, dans la mise en place de servi-pour des déplacements et des séjours
ces touristiques liés aux itinéraires, onindividuels mais elle se heurte à
rencontre des similitudes entre lesl’inadaptation de la chaîne des presta-
besoins des clientèles handicapées ettions: transports, hébergements, ser-
vices, activités. Y répondre suppose ceux des autres clientèles touristiques,
notamment à vélo: spécialisation desque les professionnels de l’héberge-
ment (hôtels, résidences de tourisme, hébergements, qualité d’infrastructure,
chambres d’hôtes, villages de vacan- circuits de distribution des produits… Un handi-tandem pour malvoyant à l'arrière
HANDISPORT-PICARDIE AF3V - J.SAVARYsites, établissements ou équipementsLa notion de territoire
touristiques, renseigne de façon fiable,adapté: assurer
homogène et objective sur leur accessi-
la cohérence de l’offre bilité en fonction du handicap (moteur,
Accueillir des publics en situation de visuel, auditif et mental) grâce à quatre
handicap est souvent affaire d’entre- pictogrammes (voir logo).
preneurs motivés. Adapter des lieux Pour les professionnels du tourisme,
d’accueil ou des sites de loisirs est ainsi c’est un avantage concurrentiel, il valo-
une première étape dans l’accueil de rise leurs efforts en matière d’accessibi-
personnes handicapées. Favoriser lité et d’accueil de clientèles spécifiques.
l’émergence d’offres touristiques
Le label pour les itinéraires deaccessibles complémentaires sur un
promenade et de randonnéeterritoire, et les relier entre elles, est la
Handibike à Senlis deuxième étape, pour laquelle les Les principes du label Tourisme &
handicap sont formalisés dans uncollectivités territoriales jouent un rôle
essentiel. cahier des charges général. Pour
chaque type de structure (héberge-Dès la création du label Tourisme &
ment, restauration, sites, loisirs…), leshandicap en 2001, de nombreux comi-
critères d’accessibilité, d’accueil et detés départementaux du tourisme ont
prestation sont précisés dans un cahierréfléchi à la notion de “destination
des charges et une grille d’évaluationaccessible”. Sur un territoire, il s’agit de
spécifiques.veiller à l’accessibilité des itinéraires de
circulations douces, des hébergements Le cahier des charges consacré aux itiné-
raires de promenade et de randonnéeet des sites de visites. A partir de ces iti-
néraires véloroutes et voies vertes avec s’applique uniquement aux voies vertes.
des prestations adaptées, les agences Le label n’a pas qu’une vocation touris-
réceptives et les voyagistes peuvent éla- tique, il garantit bien évidemment l’ac-
borer des forfaits séjours. Les touristes cessibilité des voies vertes en autono-
Des territoires de tourisme adapté peuvent également organiser eux- mie pour l’ensemble des usagers, loisirsen Région Rhône-Alpes
mêmes leur séjour. et déplacements utilitaires. Les champs
L’attrait d’un produit accessible est renforcé par la
d’application du label sont les suivants :présence de prestations accessibles complémentaires Le label Tourisme & ® le stationnement,au sein d’une zone géographique donnée. Le Conseil
régional Rhône-Alpes expérimente avec 11 territoires ® l’information,handicap: un outil pour
volontaires le concept de “territoire de tourisme adap- ® la qualité des cheminements,l’accessibilitété”, projet global de mise en accessibilité d’un territoire ® la signalétique,touristique, qui permet aux personnes en situation de Le label Tourisme & handicap est une ® la qualité des équipements,handicap de profiter, au maximum, de leurs loisirs et marque de qualité de l’accueil créée parvacances. ® la qualité des services.
le ministère du Tourisme, qui identifieCes territoires doivent présenter des prestations touris- La charte du professionnel ou du sitel’accessibilité des lieux de vacances, detiques labellisées Tourisme & handicap (hébergements, “labellisé” est signée par le prestataire
restaurations, activités culturelles, sportives, loisirs ou de culture, pour les personnes
avec la structure locale qui délivre leludiques,…), complétées par les services du quotidien présentant une déficience motrice,
adaptés (boulangerie, pharmacie, poste, distributeur de label; elle précise un certain nombrevisuelle, auditive ou mentale. Il résulte
billets, cabine téléphonique…), reliés entre eux par un d’engagements, dont celui de garantir
d’un partenariat entre ce ministère, lescheminement adapté garantissant au visiteur une fluidi- l’accessibilité de l’équipement par unprofessionnels du secteur et les associa-té et une continuité dans le déplacement.
entretien régulier.
Mission d’ingénierie touristique Rhône-Alpes: www.crt-mitra.com tions représentant les personnes handi-
Source: Jérôme Tarlin, dossier “Tourisme et handicap - Pour des destinations capées. L’association Tourisme & L’information
accessibles”, la revue source n° 84, juillet 2006 handicaps (ATH) est d’ailleurs chargée La conquête de l’accessibilité est un
d’assurer la coordination nationale du processus : tout ne se fait pas du jour au
dispositif. lendemain, mais très progressivement.
Ce label national est, de manière opéra- L’information sur la réalité de l’accessi-
tionnelle, mis en œuvre par des organis- bilité est donc fondamentale. Sa fiabili-
mes régionaux et/ou départementaux té est la première condition de satisfac-
dont les coordonnées sont proposées tion des utilisateurs des itinéraires de
sur le site Internet de l’association déplacements doux et des services
Tourisme & handicaps (www.tourisme- associés. Elle permet à la personne
handicaps.org). handicapée de faire un choix en
En octobre 2007, 2500 sites étaient connaissance de cause suivant son
labellisés Tourisme & handicap. degré d’autonomie.
Promotion du labelLes principes généraux
La promotion du label auprès du publicPour un touriste handicapé, le label
Tourisme & handicap garantit un est assurée par les différents organismes
accueil efficace et adapté. Le logo, appo- compétents en matière de promotion
sé sur tous documents et à l’entrée des touristique à chaque échelon territorial:Rampe d'accès à une voie verte pour les PMR
CONSEIL GENERAL 71 AF3V - E.BROUWERL’accessibilité pour tous
local, départemental, régional et national.
Pour ce dernier, la promotion est faite par La voie verte des Gaves (Hautes Pyrénées),
1ère voie verte de France labellisée Tourisme & handicapdeux organismes rattachés au ministère
délégué au Tourisme: En 1999, le Syndicat mixte de l’arrondissement d’Argelès-Gazost (SMDRA) décide de trans-
® Maison de la France, qui présente former en voie verte l’ancienne voie ferrée reliant Lourdes à Soulom. En 2000, 17 km sont
réalisés.l’ensemble des sites labellisés sur le
portail national de l’offre touristique La labellisation Tourisme & handicap
(www.franceguide.com). Lourdes et la vallée des Gaves, accueillent chaque année plus de 80000 malades et person-
nes handicapées.® L’Agence nationale pour les chèques
En 2004, l’aménagement de la voie verte a été revu pour permettre à ces visiteurs de profiter
vacances, à travers son catalogue de cet espace de loisirs et de découverte. Cette démar-
(www.ancv.com). che s’est traduite par l’obtention du label Tourisme &
handicap.
Sources et ressources La voie verte a obtenu le label pour trois déficiences,
sur le premier tronçon de 17km:
® Tourisme et loisirs de pleine nature adaptés: ® Le handicap moteur: la surface au sol est très
diagnostics et orientations stratégiques, roulante, les aires de repos sont accessibles, le
Cahier de la MITRA n° 5 dénivelé est très faible (26 m pour l’ensemble du
® Vade-mecum illustré du label Tourisme & handicap, parcours).
Carnet de la MITRA n° 5, Mission d’ingénierie ® Le handicap mental: la voie est sécurisée, les
touristique Rhône-Alpes/www.crt-mitra.com informations visent une compréhension facilitée aux
® Comment accueillir la clientèle handicapée? juin 2004, déficients mentaux légers, donc autonomes
Fédération nationale des comités départementaux du (phrases courtes, signalétique associant texte et
tourisme/www.fncdt.net image, informations renouvelées fréquemment).
® Le handicap auditif: des panneaux explicatifs® Label Tourisme & handicap, Itinéraires de promenade
nombreux et précis jalonnent la voie verte.et de randonnée: cahier des charges - grille
L’adaptation de la voie verte pour le handicap visueld’évaluation, Association Tourisme &
est en cours. Il s’agira de créer des plans en relief lehandicaps/www.tourisme-handicaps.org
long de la voie verte, avec légende en braille, et d’édi-
® Tourisme et handicap - Réussir l’accueil - Pour la mise ter des brochures en braille, diffusées par les offices
en accessibilité des prestations touristiques, 2005, de tourisme.
ODIT France/www.odit-France.fr Ces projets sont conduits en partenariat avec le Parc
® Délégation ministérielle à l’accessibilité national des Pyrénées, la Délégation régionale au tou-
www2.equipement.gouv.fr/accessibilite/index.htm risme et la Mission régionale tourisme & handicap de
Midi-Pyrénées. (www.valleedesgaves.com)® COLIAC (Comité de liaison pour l’accessibilité des
transports, du cadre bâti et du tourisme)
www.coliac.cnt.fr
® Dossier Sport et handicaps, ministère de la Santé, de
la Jeunesse et, des sports et de la vie associative
Fiche 7www.jeunesse-sports.gouv.fr
www.creps-centre.jeunesse-sports.gouv.fr Véloroutes et voies vertes: l’accessibilité pour tous
Fiche publiée en coédition et diffusée par:
Définitions • Ministère de l’Ecologie, du développement et de l’aménagement durables (MEDAD)
- Secrétariat d’Etat chargé des transports - Direction générale de la mer et des transports, Direction des transports Une véloroute est un itinéraire pour cyclis-
ferroviaires et collectifs, Direction générale de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction (DGUHC), Direction de tes à moyenne et longue distance, d’intérêt la sécurité et de la circulation routières, Arche de la Défense, Paroi Sud, 92055 La Défense Cedex 04,
départemental, régional, national ou euro- www.equipement.gouv.fr
péen, reliant les régions entre elles et - Secrétariat d’Etat chargé de l’écologie (Délégation au développement durable), 20 avenue de Ségur,
traversant les agglomérations dans de 75302 Paris 07 SP, www.ecologie.gouv.fr
bonnes conditions. Elle emprunte tous • Ministère de l’Economie, des finances et de l’emploi, Direction du tourisme (MEFE), 23 place de Catalogne,
75685 Paris Cedex 14, www.tourisme.gouv.frtypes de voies adaptées, notamment les
• Ministère de l’Agriculture et de la pêche, 78 rue de Varenne, 75349 Paris 07 SP, www.agriculture.gouv.frvoies vertes et les routes à faible trafic.
• Ministère de la Santé, de la jeunesse et des sports, 95 avenue de France, 75560 Paris Cedex 13, Une voie verte est un aménagement en site www.jeunesse-sports.gouv.fr
propre défini par le Code de la route Comité de rédaction:
comme: “une route exclusivement réservée S. Baholet (MEFE), J-M. Berthier (MEDAD), S. Chartier (Syndicat mixte de l’arrondissement d’Argelès-Gazost),
à la circulation des véhicules non-motori- J-P. Cournet (Comité handisport 65), F. Jérusalem (MEFE), E. Journaux (MSJS), A. Masson (association Tourisme &
sés, des piétons et des cavaliers” (décret handicaps), A. Monthulé (Conseil général 71), N. Leterrier (MEDAD), S. Orsini (Mission d’ingénierie touristique
Rhône-Alpes), G. Rollin (AF3V), J. Tarlin (Source), G. Thiévenaz (Conseil général 73), E. Tulliez (association Tourisme &n° 2004-998 du 16 septembre 2004 modi-
handicaps), Ch. Vocher (MEFE). Mission nationale véloroutes et voies vertes: http://mn3v.tourisme.gouv.frfiant le Code de la route).
Conception - réalisation:Les itinéraires doivent être linéaires, conti-
Amarcande, Francine Loiseau, 19 rue Jean Bleuzen, 92170 Vanves octobre 2007nus, jalonnés et adaptés à tous types de
cyclistes. Offrant un haut niveau de sécuri-
té et entretenus, ils doivent offrir des servi-
ces spécifiques vélo, locaux et touristiques
en liaison avec les transports publics – et
notamment le train – auxquels ils donnent
accès.
(Source: Cahier des charges “Schéma
national des véloroutes et voies vertes”,
MINIST È RE DE L’ ÉCONOMIE
DES FINANCES ET DE L’EMPLOImai2001)
SMDRA

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.