Eco-conception et mise en place d'une politique durable dans l'entreprise

De
Publié par

Ecole: ESC WESFORD
Entreprise: aucune
Niveau: BAC + 4
Où en sont les entreprises et les pouvoirs publics quant à leur responsabilité et leur préoccupation envers l'environnement ?
Publié le : mercredi 15 juin 2005
Lecture(s) : 73
Nombre de pages : 82
Voir plus Voir moins
SACCHI Mikaël
Date de création :01.06.2005 Date de dépôt :15.06.2005 Niveau :BAC + 4
Eco-conception et mise en place d'une politique durable
dans l'entreprise
                    

         ! " #  ! $   % &       ' # " (  #    ' !' ) *                 ESC WESFORD, 6, boulevard Gambetta, 38000 Grenoble Responsable Marketing 2003 / 2005  
 
1
+
  Je tiens à remercier dans un premier temps mes camarades de promotions, avec qui nous avons pu échanger des idées et des sources d’information dans la réalisation de nos travaux respectifs.  Je tiens à remercier Claude Jollain, Responsable Environnement Produit * Éco conception chez Schneider Electric qui m’a apporté une vision pratique et concrète de l’application de l’éco conception au sein du groupe.  Je tiens à remercier Éric Marty, actuellement VP External Offer Development, et anciennement Responsable Environnement Schneider Electric qui m’a consacré un peu de son temps pour m’expliquer l’implication du groupe dans cette démarche et les « rouages » d’une telle mécanique dans l’entreprise, à savoir les conflits, le changement, la responsabilité, etc.  Je tiens à remercier Gérard Combet, Direction des sites PPC Schneider, pour son ouverture d’esprit vers les jeunes, sa bonne humeur, et son attitude responsable face aux enjeux de la société.  Je tiens également à remercier Marie*Hélène Thoraval, Responsable Pédagogique, pour son soutien dans mes travaux et dans le reste, et ce tout au long de cette année scolaire.  Enfin, je tiens particulièrement à remercier Nicolas Géraud, chargé d’affaires Ad*Valor, pour sa patience dans la relecture de mon travail, ainsi que pour la fertilité de ses idées dans nos discussions.  Une pensée particulière pour mes parents et mon amie qui ont bien souvent dû supporter mes discussions très engagées vers un développement durable de l’activité économique.                                 !       "       # $ % &   '       ()*)  %   %        ())(  +  ,    ())-$ ."  ())(      ())/ 0,12$   (---       & &    3     5 2&   1%$ + 6  2% &4 057 2  4    2     4  &  2  .   2& &    %    1   &   
 * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durable dans l’entreprise.Mikaël SACCHI 2
Sommaire
  , - $  "   #" ....................................................... ,./  I Quelques constats ............................................................................................................... P.6 1.1 La dégradation de l’environnement ....................................................................... P.6 1.2 Réactions face à l’environnement ......................................................................... P.6 1.3 Prévention ou correction ........................................................................................ P.6 1.4 Focus sur l’Europe ................................................................................................ P.7  II Introduction à une problématique environnementale ......................................................... P.8 2.1 Le rapport macro*économie / macro*écologie ....................................................... P.8 2.2 L’Institution publique, une entité pionnière ? ......................................................... P.8 2.3 « Think global, Act local » ...................................................................................... P.9  III La rencontre Environnement / Développement économique ............................................. P.11 3.1 Donner du sens aux affaires .................................................................................. P.11 3.2 Le principe de précaution ...................................................................................... P.11 3.3 La synergie de la Valeur Ajoutée ........................................................................... P.12 3.4 Le développement d’entreprises et d’associations responsables .......................... P.12  IV Valeurs, Environnement, éthique des affaires : force de différenciation ............................ P.14 4.1 La différenciation en cinq exemples ...................................................................... P.14 4.1.1 Suez, eau. .................................................................................................... P.14 4.1.2 Steelcase, mobilier de bureau. .................................................................... P.14 4.1.3 Sofrance, filtration. ....................................................................................... P.14 4.1.4 Prosign, marquage routier. .......................................................................... P.15 4.1.5 Monoprix, distribution alimentaire. ............................................................... P.15 4.2 Évaluer ce qui peut être perçu comme différenciation : l’activité de notation ........ P.16  V Éthique via Gestion d’entreprise ........................................................................................ P.17 5.1 Question de la propriété ........................................................................................ P.17 5.2 De la propriété au sens ......................................................................................... P.18  VI La stratégie d’entreprise ................................................................................................... P.19 6.1 L’entreprise responsable ....................................................................................... P.19 6.2 Les moyens pour fonder une stratégie d’entreprise responsable .......................... P.19  VII En amont de l’éco conception, la politique d’achat .......................................................... P.21 7.1 La fonction achat ................................................................................................... P.21 7.2 Pourquoi acheter « responsable » ? ...................................................................... P.21  VIII Analyse du cycle de vie du produit ................................................................................. P.22 8.1 Définition ............................................................................................................... P.22 8.2 Un outil d’aide à l’Analyse de Cycle de Vie du produit ........................................... P.25 8.3 La démarche d’amélioration .................................................................................. P.26 8.4 Stratégie produit : les stratégies de rupture ........................................................... P.26 8.5 La rupture systémique ........................................................................................... P.27 8.6 Au centre de l’ACV, le choix de composition des produits ..................................... P.27 8.7 Choix de fin de vie des produits ............................................................................ P.29
 Mikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durable dans l’entreprise.
3
Sommaire
8.8 Méthodologie : comment réaliser une Analyse de Cycle de Vie ............................ P.30  IX Les Analyses du Cycle de Vie dans la réglementation Européenne ................................. P.32  X Éco conception des bâtiments : l’éco architecture ............................................................. P.34 10.1 Pourquoi l’éco architecture ? ............................................................................... P.34 10.2 Observation d’un contre exemple ........................................................................ P.34  XI La communication environnementale ............................................................................... P.36 11.1 L’utilisation du management environnemental .................................................... P.36 11.2 Le référentiel ....................................................................................................... P.37  Conclusion ............................................................................................................................ P.38  , 0 $   1  "   #" ............... ,.23  I Historique et présentation de Schneider Electric SAS ........................................................ P.40 1.1 Présentation du groupe ......................................................................................... P.40 1.2 Une préoccupation déjà ancienne ......................................................................... P.40  II L’engagement de Schneider Electric .................................................................................. P.41 2.1 Une sensibilisation globale et transverse .............................................................. P.41 2.2 Directives européennes ......................................................................................... P.41 2.3 Quel développement durable aujourd’hui pour Schneider Electric ? ..................... P.42  III Éco conception, mesure et natures de la demande .......................................................... P.43 3.1 Expression des clients ........................................................................................... P.43 3.2 Le Profil Environnemental de Produit .................................................................... P.44 3.3 État de la pression concurrentielle ........................................................................ P.44  IV Le pilotage par les Analyses de Cycle de Vie ................................................................... P.45 4.1 L’EIME ou Environmental Information and Management Explorer ........................ P.45 4.2 Les ACV sur le terrain ........................................................................................... P.46  Conclusion ............................................................................................................................ P.47  Annexes ................................................................................................................................ P.48  Liste des Institutions et entreprises citées ............................................................................. P.68  Glossaire ............................................................................................................................... P.69  Bibliographie et e*graphie ..................................................................................................... P.73   
 Mikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durable dans l’entreprise.
4
 
   
             , -   ,, 45 6 7 ,8745       ! " #  ! $  &       ' # " (  #    ' !' ) 
 Mikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durable dans l’entreprise.
5
Partie 1 Approche théorique de la problématique
 45745 +  -.- 7 9  !'  The Global Environment Outlook, rapport des Nations Unies préparé par plus de 1100 chercheurs, conclut que 70% de la surface du globe souffrira en 2032 d’importantes dégradations de l’environnement. Les estimations démographiques tablent sur une population mondiale atteignant plus de 9 milliards d’individus d’ici 2050, dont plus de 85% vivront dans les Pays en Voie de Développement. L’ensemble des émissions de gaz à effet de serre est évalué à 28 milliards de tonnes et l’augmentation actuelle de 15% des rejets de CO² dans l’atmosphère dans les pays occidentaux, pourrait doubler d’ici à 2050. Au niveau des désastres probables climatologiques et météorologiques on peut anticiper un réchauffement relativement critique des océans, voire d’inversement des vents dans des zones instables, des sécheresses extrêmes, une modification critique des courants marins, un seuil de déforestation difficilement réversible… La liste est encore longue car il ne faut pas oublier la désertification que l’on connaît déjà, le phénomène d’extinction d’espèces animales, et le sujet d’actuels violents conflits dans le monde : la rareté de l’eau potable… Enfin, notons que 70% des pollutions mondiales ont été produites depuis un siècle.  -.0  : ( !'  Devant des phénomènes aussi extrêmes l’Homme paraît bien désemparé ; nous sommes pourtant à l’origine des bouleversements de notre éco*système.  Aujourd’hui, de manière assez grossière et largement non exhaustive, on peut distinguer trois comportements économiques, à l’échelle du monde, face à cet ensemble d’informations :   Le premier consiste à ne pas prêter garde au problème environnemental et à continuer de penser la croissance économique sur du court terme – ce qui est à priori assez dangereux à long terme. Dans cette vision de l’activité humaine on s’en réfère à un certain fatalisme déguisé qui consiste à dire,8  , .   $  2   %    9  :. Certains libéraux pensent que le marché est un régulateur suffisant et font confiance à l’Innovation pour que sans cesse on trouve des solutions au problème d’épuisement des ressources.  à se préoccuper vraiment de cette problématique ;L’autre réaction est plutôt à l’opposé et tend certains vont même jusqu’à remettre notre système économique en jeu, mais ceci est un autre débat. Ici on essai de trouver des solutions durables, et pour le citoyen, et pour le monde de l’entreprise.  Puis il y a, à l’image de la Chine, des pays et des zones géographiques qui sont en train de se lancer dans la production de consommation de masse pour répondre à une demande émergente. Il en va sans dire qu’ici on s’inscrit dans une stratégie de volume et que le cahier des charges ne présente pas de volet environnemental…  -.2 ,'    Devant des pays qui sont plus ou moins disposés à intégrer des contraintes environnementales, de part la culture ou l’état d’avancé économique, tous ne peuvent intervenir au même niveau ou à la même phase de pollution.
 6 Mikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durable dans l’entreprise.
Partie 1 Approche théorique de la problématique
Culturellement, on a plutôt tendance à penser qu’il vaut mieux agir « préventivement » que « correctivement » si l’on en croit le dicton « mieux vaut prévenir que guérir ». En ce qui concerne l’environnement, le problème de pollution est plus souvent soulevé par le bout de la chaîne que par la source des externalités. Illustration avec les pouvoirs publics1 lancent des qui campagnes de communication pour le recyclage il y a de cela dix ou quinze ans. Ici la mesure prise est implicitement corrective car ne s’adresse qu’à la dernière chaîne du maillon, qu’à la dernière phase de pollution. En fait il y a une dissonance cognitive dans le comportement des consommateurs et peut être également au niveau des industriels. C’est à dire que l’on peut très bien affirmer être « pour » l’environnement, évoquant un respect de l’environnement et des générations futures, et dans la réalité ne faire simplement que continuer à appliquer le même mode de consommation, moyennement écologique, comme par exemple en prenant sa voiture alors que le tramway est à deux pâtés de maisons ou de ne pas trier le verre usagé. D’une vision « bout de chaîne », des efforts ont été consentis, à la fois par les entreprises et par les pouvoirs publics, sans oublier les consommateurs. Nous avons remonté les phases du cycle de vie du produit, et de fil en aiguille, les étapes ont été remontées pour identifier à la source les externalités engendrées, mais nous reviendrons plus tard sur le sujet.  -.; <  !  En Europe les choses évoluent, et ce de manière assez encourageante. La Scandinavie s’est lancée depuis plus de vingt ans dans un programme de développement visant à promouvoir les énergies renouvelables et des pratiques plus « vertes » au niveau des entreprises. La France et l’Allemagne ont entrepris plusieurs actions en commun allant des énergies renouvelables au recyclage en passant par l’éco*conception2. Seulement 20% des déchets produits par l’homme sont traités dans le monde ; en Europe des filières de traitement et de revalorisation sont éprouvées et adaptées selon les secteurs d’activité. Bien que constituant un véritable marché et pouvant être très lucratif, le retraitement des déchets n’est qu’en fait une stratégie corrective et non pas préventive du problème. Autrement dit, s’occuper des déchets et des produits en fin de vie c’est bien, mais prendre garde à la conception même de ces produits en terme de recyclage, de matières et surtout en terme de gestion de nos ressources naturelles paraît être encore plus judicieux. Le marché des déchets est colossal et représente en France 28 millions de tonnes de déchets par an, soit plus de 400Kg de déchets par Français ; moitié moins qu’outre Atlantique…  L’éco*conception est aujourd’hui tout sauf une utopie si l’on considère l’engouement que vouent s et. oin d’être désintéressé, peut être suscité par nécessité acveretca inneots aemntmreepnrti sleins ciatuatiounj deE lnag olouie mNeRnEt,  qsuui rl les Nouvelles Régulations Économiques (annexe 1, Dates clefs du Développement Durable). En bref cette loi impose aux sociétés Françaises cotées en Bourse de rendre compte, par l’intermédiaire d’un rapport annuel, de la prise en considération des impacts environnementaux dans leurs activités.  Car loin d’être un frein à la croissance économique et un gouffre pour les marges, l’approche eÀn vironnementale peut être leviers déconomies dans bien des cas. torités compétentes l’internationale, la question environnementale révèle un véritable fiasco des au comme les Nations Unies ou certaines ONG3 Unis, la devant le dédain des pays comme les Etats * Chine ou l’Australie à ratifier le traité de Kyoto ou à signer la convention de Bâle4. Mais ici nous entrons dans des conflits d’intérêts politiques qui ne sont pas l’objet du présent mémoire.  
 7 Mikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durable dans l’entreprise.
Partie 1 Approche théorique de la problématique
 +65+ = 5+ ,8745 +>+++7   Face à une consommation responsable, le consommateur n’affiche en fait que peu d’engouement ; c’est à dire qu’il attend la plupart du temps un geste de la part de la marque, ou bien encore, de la part des Pouvoirs Publics sans exprimer lui*même des volontés claires. La question qu’il convient ici de poser est de savoir si le consommateur a réellement les moyens en sa possession pour prendre position face à des enjeux. On va voir des entreprises proposant des emballages recyclables, des carburants plus propres, des voitures moins polluantes et des produits allégés. C’est ici d’ailleurs que se croisent préoccupations environnementales et innovations : pour exemple la vie du consommateur de tous les jours, on peut prendre le cas du marché des sacs poubelles, qui a priori ne dispose pas d’une marge d’innovation phénoménale. Le sac poubelle connaît aujourd’hui un second souffle avec l’adaptation des sacs au tri des déchets. Naissent des gammes de sacs fonctionnels de couleurs et de matières différentes, comme la gamme tri sélectif de Handy bag qui reprend les codes d’Éco*emballages.  0.- 7   ? 9  Même sans adhérer à l’idée, on peut reconnaître que notre mode développement économique n’est pas par définition « durable ». Et sans tomber dans des excès cinématographiques, le « développement non durable » est aujourd’hui visible pour le consommateur. Aux entreprises et plus particulièrement aux marketeurs de revoir leurs copies et d’intégrer cette nouvelle donne dans les stratégies d’entreprises et stratégies marketing. D’une manière ou d’une autre la consommation sera touchée par cette véritable pression environnementale (épuisement et coût des matières premières, pouvoir d’achat, réglementation…). Il est important de distinguer une stratégie d’entreprise fondée sur un respect de l’environnement, à une stratégie marketing qui se fonde sur la prise en compte de l’environnement. De manière générale, on peut dire la première est fondée sur des valeurs véhiculées par les dirigeants ; valeurs qui vont être visibles par la mise en place d’un système de production normalisé, une volonté d’amélioration continue, la rédaction et le respect d’une charte de développement durable5, etc. La stratégie marketing va quant à elle reposer sur des éléments du mix. Dans une suite logique, une stratégie marketing ayant pour levier le respect de critères environnementaux, s’appuit normalement sur des valeurs d’entreprise qui vont dans ce sens. Or une stratégie marketing peut très bien se baser sur des éléments un peu fragiles du mix, c’est à ce moment que l’on se trouve dans une position d’opportunisme. L’opportunisme relevant du marketing va se traduire par de la communication institutionnelle ou encore des gammes de produits verts destinés à redorer l’image d’entreprise réputée limite sur leur approche normative.  Pour rester générique car touchant tant à l’entreprise qu’à la vie quotidienne des citoyens, nous pouvons parler ici d’éco*conduite. L’éco*conduite consiste en une multitude de gestes quotidiens que peuvent effectuer les citoyens consommateurs afin d’améliorer nos conditions de vie. Parmi ces gestes on peut noter l’équipement des voitures en pot catalytique, le respect des limitations de vitesses, l’extinction systématique des bureaux la nuit dans les grandes entreprises.  0.0 7! #"1    )  En fait les projets pilotes qui ont porté des actions d’éco*conception sont à l’origine de cahiers des charges sortant de collectivités territoriales6. Certaines entreprises se sont positionnées sur le créneau en faisant de l’environnement le fondement stratégique de leur business model ; je pense notamment à Patagonia (vêtements techniques outdoor).
 8 Mikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durable dans l’entreprise.
Partie 1 Approche théorique de la problématique
D’autres ont vu dans l’environnement un formidable moyen de communiquer sur des valeurs qui étaient alors « à la mode », tout en sachant que leur entreprise n’avait rien à voir de près ou de loin avec cette préoccupation. Ainsi on peut se souvenir du groupe Rhône*Poulenc qui avait un spot de 30 secondes de communication institutionnelle avant l’émission Ushuaia Nature, alors que n’importe quel industriel connaît les pratiques moyennement écolos de l’entreprise. L’opportunisme est aujourd’hui moins d’actualité notamment de part les exigences de la Commission Européenne, et du fait aussi que les clients B to B des entreprises ne sont en général pas dupes. Chaque époque a eu son mot d’ordre quant à la vocation des entreprises et aux compétences des salariés. Nous avons eu le « long life job » dans les années 70, le <: 8 ; années 80, des remplacé aussitôt par la mode de la flexibilité dans les années 90. Aujourd’hui des filières industrielles aux consommateurs CSP A et B, le besoin exprimé est celui de la transparence. Combinée à la rapidité des flux d’informations caractérisant les marchés, la transparence a été et, est toujours un facteur clef de succès d’une entreprise. Et cette transparence est valable implicitement pour les démarches environnementales. Si des entreprises usent de la communication environnementale pour revaloriser leur image, on peut supposer qu’il en de même avec les collectivités et les mairies. Cependant rassurons*nous nos Institutions ne travaillent pas uniquement leur campagne de communication mais plutôt font un véritable travail de fonedt  pÉour amener des moyens écolotgeiqmupess  tdeanndse nut n àp rgeémniéerra ltiesemr plse sd ans des infrastructures type musée cole, puis dans un deuxième pratiques à des zones géographiques de la ville par exemple. C’est avec ce genre de collectivités novatrices que l’on peut voir des projets pilotes prendre forme, et par la suite que l’on peut lever certains freins au changement.  0.2 %  9#1   *  Mais la transparence a un coût et ceci est légitime. Sur un marché globalisé où centres de développement, centres de production et centres de ressources sont dispatchés autour de la planète, il est compliqué pour une entreprise multinationale de gérer ses approvisionnements et ses bonnes pratiques et c’est d’ailleurs pour cela que la transparence mise en avant, l’est en générale sur les projets les plus importants de l’entreprise. Si l’entreprise connaît des problèmes pour faire certifier7(validation par un organisme tierce partie selon une norme,0+5=) et normaliser8des phases de conception ou des projets globaux, il est important de soulever un problème qui ne vient non pas de l’interne mais de l’externe : la concurrence. Cela semble évident, mais la concurrence est, avec l’actionnariat (communication financière), les pouvoirs publics et les clients, l’une des impulsions de la démarche environnementale. Dans la théorie la plus philosophique voire philanthropique, une entreprise a raison de se préoccuper de l’environnement et même plus précisément de son environnement. En pratique cela se discute… D’abord parce que, si l’on prend par exemple, le marché du bâtiment en France, on s’aperçoit que seulement 25% des appels d’offre pour des constructions de type lycées / musés, comportent un volet environnemental. Ce volet environnemental est une donne assez récente que l’on peut estimer à moins de dix ans, et qui généralement est à l’impulsion d’une association ou d’une collectivité territoriale. Du coup, l’entreprise qui fait des efforts peut se voir ici récompenser.  Maintenant si l’on prend des biens de grandes consommations, par exemple des ordinateurs de bureau ou des PC portables, on se rend compte que certains font véritablement un travail de fond pour ôter les matières dangereuses des processus de fabrication (Plomb, gaz…) comme Siemens ou Hewlett Packard. Même si l’on tend vers des produits « propres », certaines matières ne peuvent pas être remplacées totalement. La valorisation9 produits est à ce moment la seule issue pour traiter ces des matières et protéger l’environnement. Le procédé de valorisation va se faire en fonction de la nature des déchets à traiter. (Annexe 2, Les principaux types de traitement des déchets en France)
  ception et mise en place d’une pMikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco9  con olitique durable dans l’entreprise.
Partie 1 Approche théorique de la problématique
En face, la concurrence se compose de plusieurs fabricants asiatiques qui n’ont que faire de telles contraintes dans les cahiers des charges. Alors la problématique ici est que pour un marché géographique donné, des distorsions de concurrence peut apparaître entre ceux qui produisent en respectant les critères environnementaux définis dans les cahiers des charges et ceux qui produisent sans respecter ces critères. Bien souvent l’utilisateur final ne perçoit aucun élément tangible de différenciation au niveau des attentes qu’il en a, cependant en fin de vie les produits non éco*conçus sont des véritables tracas pour les ingénieurs pour les retraiter. D’où notamment la Directive Européenne WEEE (Waste of Electrical and Electronic Equipment) sur les produits électriques et électroniques qui instaure le principe de pollueur / payeur. Reprenons tout de même, aucun élément tangible ne veut pas dire qu’il n’est pas sensible au prix qui peuvent se voir à la hausse. En plus du prix, une consommation responsable peut être un élément déterminant dans l’acte d’achat.  Ce que l’on peut dire sur la problématique environnementale, c’est que l’environnement est une question quil faut que luonn  Ésoautlève au niveau planétaire, un raisonnement global. On voit qu’au niveau d t , les actions réalisées relèvent d’un micro*environnement, idem au niveau des consommateurs où là l’action responsable réside dans le comportement de chacun. Seules quelques entreprises peuvent agir avec des niveaux de visibilité plus haut, bien que le Comité de Direction d’une entreprise Y prend des décisions globales qui vont impacter les niveaux hiérarchiques en dessous de manière différente, selon les pays d’application, les compétences et l’ouverture d’esprit des gens concernés. L’environnement est une préoccupation mondiale que l’homme doit commencer à traiter au niveau local.   
 Mikaël SACCHI * Mémoire de maîtrise * Éco conception et mise en place d’une politique durabl10 e dans l’entreprise.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.