QUELS DETERMINANTS POUR L'EVOLUTION DES SAVOIRS SCOLAIRES EN ...

De
Publié par

UNIVERSITE AIX-MARSEILLE I – Université de Provence
U.F.R. Sciences de l’éducation


N° attribué par la bibliothèque




THESE
Pour obtenir le grade de
DOCTEUR DE L’ UNIVERSITE AIX-MARSEILLE I

Formation doctorale : Systèmes d’apprentissage – systèmes d’évaluation


Présentée et soutenue publiquement

Par
Christine DOLLO

Le jeudi 20 décembre 2001


QUELS DETERMINANTS POUR L'EVOLUTION
DES SAVOIRS SCOLAIRES EN SES ?
(L'EXEMPLE DU CHOMAGE)


Directeur de thèse : Samuel JOHSUA




JURY

M. J.P. ASTOLFI
Mme. E. CHATEL
M. Y. CHEVALLARD
M. J. GUIN
M. S. JOHSUA
2
















Aux femmes de ma famille,
(ma grand-mère, décédée le 12 septembre 2001,
ma mère, ma fille, ma sœur, …),
sans qui je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui,



A mes hommes
(Alain, mes fils, mon père, …),



A tou(te)s mes ami(e)s.
3
4



Remerciements


Pour m’avoir permis de réaliser ce travail, et de le mener à son terme, je dois remercier tout
particulièrement :


• Samuel Johsua, sans qui ce travail n’aurait jamais abouti.
Il a toujours répondu présent à chacune de mes sollicitations et a toujours permis le
« déblocage » des situations désespérées par quelques conseils - clefs. Sa lecture attentive et
exhaustive de mon travail m’a beaucoup aidée. Je souhaite vraiment à tout chercheur apprenti
débutant de croiser un jour sur sa route un tel directeur de thèse.

• Alain, qui, par ses lectures ...
Nombre de pages : 483
Voir plus Voir moins
UNIVERSITE AIX-MARSEILLE I – Université de Provence U.F.R. Sciences de l’éducation N° attribué par la bibliothèque THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L’ UNIVERSITE AIX-MARSEILLE I Formation doctorale : Systèmes d’apprentissage – systèmes d’évaluation Présentée et soutenue publiquement Par Christine DOLLO Le jeudi 20 décembre 2001 QUELS DETERMINANTS POUR L'EVOLUTION DES SAVOIRS SCOLAIRES EN SES ? (L'EXEMPLE DU CHOMAGE) Directeur de thèse : Samuel JOHSUA JURY M. J.P. ASTOLFI Mme. E. CHATEL M. Y. CHEVALLARD M. J. GUIN M. S. JOHSUA 2 Aux femmes de ma famille, (ma grand-mère, décédée le 12 septembre 2001, ma mère, ma fille, ma sœur, …), sans qui je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui, A mes hommes (Alain, mes fils, mon père, …), A tou(te)s mes ami(e)s. 3 4 Remerciements Pour m’avoir permis de réaliser ce travail, et de le mener à son terme, je dois remercier tout particulièrement : • Samuel Johsua, sans qui ce travail n’aurait jamais abouti. Il a toujours répondu présent à chacune de mes sollicitations et a toujours permis le « déblocage » des situations désespérées par quelques conseils - clefs. Sa lecture attentive et exhaustive de mon travail m’a beaucoup aidée. Je souhaite vraiment à tout chercheur apprenti débutant de croiser un jour sur sa route un tel directeur de thèse. • Alain, qui, par ses lectures assidues, ses conseils, critiques et encouragements a permis la progression au jour le jour du travail. Il a subi mes mauvaises humeurs, mes phases de découragement, et a même fait plus de tâches ménagères et d’éducation d’enfants que ne le signalent les statistiques de l’INSEE sur la répartition des tâches domestiques. • Yannick Kérignard, sans qui le logiciel AVRIL aurait gardé tous ses mystères. Elle a écrit pour moi un petit manuel du parfait débutant en logiciel des représentations sociales, m’expliquant patiemment comment ouvrir les différents outils et les utiliser. • Pierre Verges, qui m’a reçue et conseillée. Il m’a prêté toute la documentation dont on peut rêver sur les représentations sociales, et bien sûr, a mis à ma disposition son logiciel « magique » de traitement des questionnaires de représentations. • Marie-Ange Decugis, qui m’a notamment permis de retrouver de vieux manuels et de vieilles annales de baccalauréat que j’aurais sans doute eu beaucoup de mal à dénicher. J’ai ainsi gagné un temps précieux. • Les collègues qui m’ont accueillie dans leurs classes pour la passation de mes questionnaires : Laurent Acotto, Emmanuel Buisson, Nathalie Chiappe, Jean-Pierre Dal Follo, Delphine Dolce, Philippe Froissart, Jacques Gervasoni, Juliette Haÿ, Lionel Lorrain, Ghislaine Musso, Christophe Rodrigues, Elsa Yunes. • Mes enfants qui ne m’ont pas traitée de mère indigne parce que j’avais moins de temps à leur consacrer et qui se sont même « intéressés » à mon travail, par des petites questions révélatrices : « mais ça sert à quelque chose ce truc ? » . Ma mère, qui a joué les cobayes en représentations avec grand plaisir et a lu le manuscrit à la recherche des fautes oubliées… Mon père, pour sa relecture également attentive du manuscrit final. • Anne-Mary Drai (et sa sœur) ainsi que Pascale Dollo (ma sœur), pour leur contribution à la traduction anglaise du résumé de la thèse • Jean Pierre Dal Follo, qui a inspiré deux de mes graphiques sur le marché du travail et qui a fait marcher son scanner pour moi en plein milieu du week-end parce que c’était « urgent » • Tous mes amis, qui, par leurs questions incessantes : « Alors, t’en es où ? », « T’as écrit combien de pages ? », « Tu soutiens quand ? » « Ah bon, ça ne fait que deux ans que tu as commencé ? Depuis le temps que tu nous en parles de TA thèse … », « il te reste ENCORE deux chapitres ? Eh ben … » ont servi d’aiguillon pour relancer mon travail et me permettre de le mener à terme. 5 6 Sommaire INTRODUCTION GENERALE...................................................................................... 19 PREMIERE PARTIE : DEBATS FONDATEURS DES SES ET PROBLEMATIQUES DE RECHERCHE...................................................................... 23 CHAPITRE I : D’UNE BREVE HISTOIRE DES SES ET DE SES DEBATS A LA PRESENTATION DES QUESTIONS DE RECHERCHE ........................................... 25 SECTION I. LA MISE EN PLACE D’UN ENSEIGNEMENT DE SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES AU LYCEE ............................................................................................................ 25 1.1. LA GENESE D’UN ENSEIGNEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL ........................................... 25 1.2. LES REFORMES DE STRUCTURE DES LYCEES DEPUIS LES ANNEES SOIXANTE : NAISSANCE ET EVOLUTION DE LA SECTION B (PUIS ES)........................................................................... 27 SECTION II : LE « PROJET FONDATEUR » DES SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES ... 31 2.1. LE PROJET FONDATEUR DANS LES TEXTES OFFICIELS D’ORIGINE ................................... 31 2.2. L’INFLUENCE DE L’ECOLE DES ANNALES ...................................................................... 33 2.3. UNE TENTATIVE DE RECOMPOSITION A PARTIR DE PLUSIEURS SCIENCES SOCIALES........ 36 2.4. UN OBJECTIF PEDAGOGIQUE ET UN OBJECTIF POLITIQUE................................................ 38 SECTION III : LES DEBATS AUTOUR DU PROJET FONDATEUR ET L’EVOLUTION DE LA DISCIPLINE........................................................................................................................... 39 3.1. METHODE INDUCTIVE VERSUS DEMARCHE HYPOTHETICO-DEDUCTIVE .......................... 39 3.1.1. Les sciences économiques et sociales à l’origine : une méthode inductive .............. 40 3.1.2. Une méthode hypothético-déductive qui fait davantage appel à la modélisation ..... 42 3.2 QUELS « SAVOIRS » FAUT-IL ENSEIGNER EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES ? .... 44 3.2.1. Les SES, discipline scolaire « autonome » ?............................................................. 46 3.2.2. De l’économie, de la sociologie et des sciences politiques ....................................... 48 3.3. METHODES ACTIVES OU « DEBAT SCIENTIFIQUE DANS LA CLASSE » ? ........................... 50 3.4. EVOLUTION DES INSTRUCTIONS OFFICIELLES ET DES PROGRAMMES .............................. 53 7 SECTION IV : DES DEBATS FONDATEURS A UNE QUESTION DE RECHERCHE..................... 56 4.1. LE POINT DE DEPART DE NOTRE REFLEXION : LES TEXTES FONDATEURS ....................... 57 4.2. LE CHOIX D’UN THEME APPROPRIE ................................................................................ 58 4.3. UNE CONSTRUCTION PROGRESSIVE DE LA REPONSE AUX QUESTIONS POSEES ................ 59 4.3.1. Comment prendre en compte les préoccupations des élèves ?................................. 59 4.3.2. Quelle est la place du thème du chômage dans l’enseignement des SES ? ............. 60 4.3.3. Quelle référence aux savoirs scientifiques concernant le chômage ? ....................... 61 4.4. UNE REPONSE NUANCEE SUR LA PRODUCTION DES SAVOIRS SCOLAIRES EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES ................................................................................................. 62 DEUXIEME PARTIE : LES REPRESENTATIONS SOCIALES DES ELEVES SUR LE THEME DU CHOMAGE ................................................................................. 65 CHAPITRE II : LA THEORIE DES REPRESENTATIONS SOCIALES : UN OUTIL PERMETTANT LA PRISE EN COMPTE DES CONNAISSANCES DES ELEVES ............................................................................................................................. 67 SECTION I. REPRESENTATION : UN CONCEPT EMPRUNTE A LA PSYCHOLOGIE SOCIALE.67 1.1. HISTOIRE D’UN CONCEPT............................................................................................... 67 1.2. DEFINITIONS, CARACTERISTIQUES ET FONCTIONS DES REPRESENTATIONS SOCIALES .... 71 1.2.1. Qu’est ce qu’une représentation sociale ? ................................................................. 71 1.2.2. Comment une représentation sociale se forme-t-elle ? ............................................. 73 1.2.3. Les fonctions des représentations sociales................................................................ 76 1.3. STRUCTURE DES REPRESENTATIONS : NOYAU CENTRAL ET ELEMENTS PERIPHERIQUES. 78 1.3.1. Le noyau central d’une représentation sociale : définition ....................................... 78 1.3.2. Saillance et identification du noyau central .............................................................. 79 1.3.3. Les éléments périphériques ....................................................................................... 80 1.3.4. Les représentations comme double système ............................................................. 81 SECTION II. QUELLE UTILISATION DU CONCEPT DE REPRESENTATION DANS L’ ?............................................................................................................. 83 ENSEIGNEMENT 2.1. DIDACTIQUE, REPRESENTATIONS ET/OU CONCEPTIONS ................................................. 83 2.1.1. Développement de la prise en compte des représentations dans les recherches en éducation et en didactique................................................................................................... 83 8 2.1.2. Représentations ou conceptions ?.............................................................................. 85 2.2. POURQUOI ET COMMENT PRENDRE EN COMPTE LES REPRESENTATIONS SOCIALES DANS L’ENSEIGNEMENT ?............................................................................................................... 87 2.2.1. La prise en compte des représentations sociales permet de comprendre certaines des « erreurs » des élèves........................................................................................................... 87 2.2.2. Les représentations sociales des élèves : un ensemble structuré et résistant produisant des obstacles à l’apprentissage ............................................................................................ 88 2.2.3. Faire avec pour aller contre ....................................................................................... 91 SECTION III. REPRESENTATIONS SOCIALES DES ELEVES ET SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES ............................................................................................................................. 95 3.1. DES REPRESENTATIONS SOCIALES AUX REPRESENTATIONS SOCIALES DE L’ECONOMIE.. 95 3.2. DE NOMBREUX TRAVAUX SUR LES REPRESENTATIONS EN ECONOMIE PUIS EN SES........ 97 3.2.1. Les représentations économiques des élèves de collège et de lycées........................ 97 3.2.2. Les représentations en sciences économiques et sociales ....................................... 104 CONCLUSION : QUELLE UTILISATION DES REPRESENTATIONS SOCIALES DANS LE CADRE D’UN TRAVAIL SUR LES SAVOIRS SCOLAIRES EN SES ?.................................................... 115 CHAPITRE III : LA METHODOLOGIE DE RECUEIL DES REPRESENTATIONS SOCIALES....................................................................................................................... 117 SECTION I : LE CHOIX DE LA METHODE DE RECUEIL ...................................................... 117 1.1. PANORAMA DES METHODES DE RECUEIL DES REPRESENTATIONS SOCIALES................. 118 1.1.1. L’entretien ............................................................................................................... 119 1.1.2. Planches inductrices ou supports graphiques .......................................................... 121 1.1.3. Le photo langage ..................................................................................................... 122 1.1.4. L’approche monographique..................................................................................... 124 1.1.5. Les méthodes associatives....................................................................................... 125 1.2. LE CHOIX DE LA METHODE DU QUESTIONNAIRE........................................................... 127 1.2.1. Une technique largement répandue ......................................................................... 128 1.2.2. Le refus des questions d’opinion et des questions « de cours » .............................. 129 1.2.3. Un questionnaire qui « emprunte » à d’autres méthodes de recueil........................ 132 1.2.4. Présentation du type de questions choisies.............................................................. 133 SECTION II: CONSTRUCTION DU QUESTIONNAIRE ET TRAITEMENT DES DONNEES ........ 137 2.1. LA DEMARCHE D’ELABORATION.................................................................................. 137 9 2.1.1. Choix des concepts et propositions présents dans les questions ............................. 137 2.1.2. Du « pré-test » au questionnaire définitif : histoire d’une enquête ......................... 139 2.2. LA METHODE DE TRAITEMENT DES DONNEES............................................................... 151 2.2.1. Les questions d’évocation ....................................................................................... 151 2.2.2. Les logiciels SIMI et AVRIL................................................................................. 155 SECTION III : MODALITES DE L'ENQUETE ET POPULATION ETUDIEE............................. 157 3.1. LES MODALITES DE L'ENQUETE.................................................................................... 157 3.1.1. La date de passation ................................................................................................ 157 3.1.2. Le déroulement de l'enquête 158 3.2. LA POPULATION ETUDIEE............................................................................................. 159 3.2.1. L'échantillon............................................................................................................ 159 3.2.2. Caractéristiques socio-démographiques de la population étudiée........................... 161 3.2.3. Origine sociale des élèves interrogés ...................................................................... 162 CHAPITRE IV : QUELLES REPRESENTATIONS SOCIALES SUR LE THEME DU CHOMAGE ?............................................................................................................ 163 INTRODUCTION : LES ELEVES NE SONT PAS DES « ANALPHABETES DE L’ECONOMIE » .. 163 SECTION I. DEFINITION ET CARACTERISTIQUES DU CHOMAGE CHEZ LES ELEVES ........ 165 1.1. LE CHOMEUR : UN INDIVIDU SANS TRAVAIL INSCRIT A L'ANPE .................................. 165 1.2. LE CHOMAGE : UN « ETAT » DONT IL FAUT PRENDRE EN COMPTE LES CONSEQUENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES ............................................................................................... 167 1.3. LE CHOMAGE : UN PHENOMENE QUI PEUT ETRE "VOLONTAIRE" .................................. 171 SECTION II. LES CAUSES DU CHOMAGE POUR LES ELEVES DE LYCEE ............................ 173 2.1. LICENCIEMENTS ET DESEQUILIBRE DU MARCHE DU TRAVAIL ...................................... 173 2.1.1. Une évidence pour les élèves : le licenciement....................................................... 173 2.1.2. Une inadéquation Offre/demande ........................................................................... 175 2.2. LE PROGRES TECHNIQUE ET LE MANQUE DE DIPLOMES PARMI LES PREMIERS RESPONSABLES DU CHOMAGE............................................................................................. 176 2.2.1. Le progrès technique, cause du chômage : une représentation forte chez les élèves ........................................................................................................................................... 176 2.2.2. Le chômage est dû également à un « manque de diplômes » ou à un « Niveau d’études insuffisant » ........................................................................................................ 180 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.