COURS PCEM2 - Version 2003-2004

De
Publié par

Bioch_Metabol_2003/Sablonnière 1
COURS PCEM2


Chap1 : Généralités et métabolisme énergétique


Introduction.
Le mot métabolisme vient du grec metabole, changement. Il représente l’ensemble des
transformations chimiques qui se produisent dans une cellule ou un ensemble de cellules
convertissant les nutriments (oses, acides aminés, acides gras) ou « matériaux bruts » en
produits finis, chimiquement complexes, et en énergie.

Il se compose de plusieurs centaines de réactions enzymatiques organisées en séquences
distinctes. Au cours de chaque séquence propre ou voie métabolique, un précurseur est
transformé en un produit « fini » via une série d’intermédiaires appelés « métabolites ».

A quoi sert le métabolisme : Il exerce deux fonctions essentielles :
- production d’énergie nécessaire aux fonctions vitales
- synthèse de macromolécules (Acides nucléiques, protéines)

A cet effet, le métabolisme est constitué de 2 types de processus :
- Le catabolisme qui dégrade et oxyde les nutriments apportés par l’alimentation ou par les
réserves cellulaires. Les réactions cataboliques sont généralement exergoniques et l’énergie
libérée est souvent captée sous forme d’ATP.
- L’anabolisme constitue l’ensemble des séquences métaboliques qui permettent la synthèse
de molécules formées à partir de nutriments ou d’intermédiaires métaboliques de structure
chimique simple et aboutissant à la synthèse de molécules complexes et/ou de
macromolécules.

1. ...
Publié le : mardi 3 mai 2011
Lecture(s) : 308
Tags :
Nombre de pages : 78
Voir plus Voir moins
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 1
COURS PCEM2 Chap1 : Généralités et métabolisme énergétique Introduction. Le mot métabolisme vient du grecmetabole, changement. Il représente lensemble des transformations chimiques qui se produisent dans une cellule ou un ensemble de cellules convertissant les nutriments (oses, acides aminés, acides gras) ou « matériaux bruts » en produits finis, chimiquement complexes, et en énergie. Il se compose de plusieurs centaines de réactions enzymatiques organisées en séquences distinctes. Au cours de chaque séquence propre ouvoie métabolique, précurseur est un transformé en un produit « fini » via une série dintermédiaires appelés « métabolites ». A quoi sert le métabolisme : Il exerce deux fonctions essentielles :  - production dénergie nécessaire aux fonctions vitales  - synthèse de macromolécules (Acides nucléiques, protéines) A cet effet, le métabolisme est constitué de 2 types de processus : - Le catabolisme qui dégrade et oxyde les nutriments apportés par lalimentation ou par les réserves cellulaires. Les réactions cataboliques sont généralement exergoniques et lénergie libérée est souvent captée sous forme dATP. - Lanabolisme constitue lensemble des séquences métaboliques qui permettent la synthèse de molécules formées à partir de nutriments ou dintermédiaires métaboliques de structure chimique simple et aboutissant à la synthèse de molécules complexes et/ou de macromolécules. 1. Organisation générale Nous distinguerons pour chaque type daliment, les processus de dégradation digestive qui se déroulent dans le milieu extracellulaire et aboutissent généralement à la formation des nutriments. Ensuite les séquences du catabolisme qui fournissent des produits terminaux de faible masse moléculaire et pauvres en « énergie libre ».
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 2
Enfin, nous étudierons en fonction de leur intérêt médical, certaines séquences de lanabolisme. Digestion Aliments Nutriments (Glucides, graisses, protéines) (Oses, acides gras, acides aminés)  ATP, NADH, NADPH Catabolisme produits terminaux (CO2, HOH, NH3) anabolisme Molécules précurseurs Macromolécules (Acides aminés, oses, acides gras bases azotées)
(Protéines, polysaccharides, lipides, ADP, NAD+, NADP+acides nucléiques)
Anabolisme et catabolisme se déroulent simultanément dans une même cellule. Pour éviter toute anarchie, la cellule utilise deux stratagèmes : - Elle régule strictement et séparément lanabolisme et le catabolisme. - Les séquences métaboliques qui pourraient entrer en compétition sont souvent localisés dans plusieurs compartiments cellulaires. Exemple. Les acides gras : catabolisme dans la mitochondrie et anabolisme dans le cytosol. 2. Les voies cataboliques sont convergentes Si on examine le catabolisme des principaux nutriments dans une cellule hétérotrophe typique, les différentes réactions enzymatiques impliquées aboutissenten présence doxygèneà la formation deau, de gaz carbonique et dammoniac.
Bioch Metabol 2003/Sablonnière 3 _ _
-Au cours de la première étape du catabolisme, les éléments de construction produits (assimilables auxnutriments) sont relativement peu nombreux : 20 acides aminés, 5 à 10 oses, environ 10 acides gras et du glycérol, et au total moins de 50 molécules, et souvent un peu moins car les oses sont tous convertis en Glucose. -Au cours de la deuxième étape, ces éléments de construction sont à leur tour dégradés pour donner un nombre dintermédiaires métaboliques plus simples encore plus restreint. - Les acides aminés donnent du pyruvate ou de lacétate (couplé au Coenzyme A), et pour certains dentre eux 3 ou 4 autres acides alpha-cétoniques qui rejoignent directement le cycle de lacide citrique. - Le glucose et le glycérol donnent du pyruvate - Les acides gras donnent de lacétyl-CoA. Loxydation du pyruvate générant de lacétyl-CoA, celui-ci représente le produit unique et commun de dégradation de cette étape. -Au cours de la troisième étape, loxydation totale du groupe acétyle par le cycle de lacide citrique et des oxydations phosphorylantes, produisent de leau et du gaz carbonique, produits de dégradation ultimes du catabolisme aérobie. Cest cette étape du catabolisme qui génère la plus grande partie de lénergie utilisable produite par la cellule.  Comme le catabolisme est très souvent oxydatif, une partie de lénergie chimique peut être conservée sous forme délectrons à potentiel énergétique élevé transférés à deux coenzymes : le NAD et le NADP. Le catabolisme utilise la réduction du NAD en NADH,H+. Lénergie libérée lors de loxydation du NADH,H+, dans les cellules aérobies est couplée à la formation dATP. 3. Les voies anaboliques sont divergentes. Un nombre limité de petites molécules précurseurs simples suffit pour permettre la biosynthèse de presque tous les éléments constitutifs dune cellule (protéines, lipides, polysaccharides). Toutes ces substances sont synthétisées à partir des éléments de construction appropriés par les voies de lanabolisme. Ces biosynthèses impliquent la formation de nouvelles liaisons covalentes et un apport dénergie chimique est nécessaire pour permettre ces processus endergoniques. LATP formé au cours du catabolisme fournit cette énergie. Par ailleurs, cest le NADPH,H+qui est utilisé pour fournir des électrons à potentiel élevé aux réactions de réduction de lanabolisme.
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 4
4. Mécanismes généraux de régulation. Les voies métaboliques sont régulées à trois niveaux. - Les enzymes allostériques agissent au premier niveau en modifiant la vitesse de catalyse en réponse à des activateurs ou à des inhibiteurs. - Les hormones agissent à un deuxième niveau. Par lintermédiaire de protéines transductrices du signal généré par un récepteur cellulaire, elles modifient (activent ou inhibent un ou plusieurs enzymes cibles) au niveau dun groupe cellulaire dun tissu donné. Leurs effets sont généralement plus durables que ceux des effecteurs allostériques (quelques minutes à quelques heures). - Le troisième niveau est lié à un contrôle génétique de lexpression du taux denzyme.
Un des éléments majeurs qui contribuent à lhoméostasie cellulaire est la séparation des principaux processus liés à lirréversibilité de certaines réactions enzymatiques et surtout au phénomène de compartimentation cellulaire. Organite Fonction Mitochondrie Cycle de lacide citrique, oxydations phosphorylantes, oxydation des acides gras, dégradation des acides aminés. Cytosol Glycolyse, voie des pentoses, biosynthèse des acides gras, néoglucogénèse. Réticulum endoplasmique Biosynthèse des lipides et des stéroïdes lisse Réticulum endoplasmique Synthèse des protéines membranaires et secrétées rugueux Peroxysomes Réactions doxydation (Aa- oxydases, catalases) Lysosomes Digestion enzymatique de constituants issus de lendocytose et de constituants cellulaires. Appareil de Golgi Modifications post-traductionnelles des protéines membranaires et secrétées. Fomation des vésicules de secrétion. Noyau Réplication et transcription de lADN. Maturation des ARN
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 5
5. Métabolisme et échanges dénergie. Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger !Cela résume le cycle essentiel de couplage entre les réactions du catabolisme et les processus de biosynthèse ou de consommation dénergie (Ex : la contraction musculaire). Lors du catabolisme, le contenu en énergie libre des nutriments est récupéré par un processus de couplage à la synthèse dintermédiaires « riches en énergie ». Ces intermédiaires dont le chef de file est lATP, peuvent alors être utilisés par de nombreux enzymes des voies anaboliques qui sont pour la plupart endergoniques. LATP joue ainsi le rôle de monnaie énergétique universelle. Il est utilisé avec un turn-over très élevé et est hydrolysé principalement en ADP :  1  ATP ADP + Pi + énergie  2 Dans le sens « 1 », lhydrolyse de lATP est une réaction très exergonique. Le contenu en énergie libre ainsi libéré peut être utilisé à de nombreuses fonctions cellulaires, notamment la biosynthèse de molécules complexes utilisant des réactions endergoniques. Dans le sens « 2 », la formation dATP à partir dADP nécessite un apport dénergie libre qui provient de nombreuses réactions du catabolisme des nutriments dont certaines sont très exergoniques et libèrent donc une quantité dénergie libre suffisante pour permettre la synthèse dATP. Rappel et notions quantitatives :  ATP ADP + PiG = ADP. Pi / ATPG° + 2,3 RT log   : concentrations intracellulaires moyennes etG° = -7,3 Kcal/MoleATP et Pi = 4 mM et ADP = 1 mM. Donc rapport Q = 0,001 Soit : 2,3 RT log 0,001 = -4,1 etG = - 11,4 Kcal/Mole Il sagit là destimations puisque selon les conditions intracellulaires, les valeurs des concentrations des réactifs varient à chaque instant. Cela témoigne cependant de la valeur élevée dénergie libre disponible lors de lhydrolyse dune molécule dATP qui est très éloignée des conditions standard.
Bioch Metabol 2003/Sablonnière 6 _ _
A) Utilisation de lATP. En tant que monnaie énergétique, il peut être utilisé de plusieurs façons : -Dégradation préliminaire des oses, qui implique une phosphorylation (Ex : glucose-6P) -Interconversion de nucléosides triphosphates. Il sagit de précurseurs indispensables à la biosynthèse des acides nucléiques : CTP, GTP, UTP et leurs formes désoxyribonucléotides, dGTP, dCTP, dTTP, dATP. Il sagit ici de réactions déchange très proches de léquilibre, catalysées par une nucléoside diphosphate kinase : ATP +XDP ADP +XTP -Processus physiologiques : transport de molécules, pompes cellulaires, contraction musculaire : Les protéines concernées possèdent généralement une activité dite ATPase, ce qui rend ces processus irréversibles. -Hydrolyse de liaisons pyrophosphate supplémentaires couplées à des réactions très endergoniques. Certaines réactions hydrolysent lATP en AMP et Pi : ATP AMP + 2Pi G = -7,3 + (-8,0) = -15,3 Kcal/Mole Exemple : première étape de loxydation de acides gras nécessitant leur activation sous forme de thioester. B) Formation de lATP Trois processus assurent dans la cellule, le renouvellement de lATP : - Phosphorylation liée au substrat. Ces séquences interviennent lors de la glycolyse à partir dintermédiaires dont le contenu en énergie libre est plus élevé que celui dune liaison phosphoanhydride : Exemple Phosphoénol-pyruvate + ADP pyruvate + ATP  G = -14,8 + 7,3 = -7,5 Kcal/Mole - Oxydations phosphorylantes : Cest un processus primordial chez les êtres vivants hétérotrophes. Le métabolisme oxydatif permet une récupération délectrons déclenchant la formation dun gradient de protons de part et dautre de la membrane mitochondriale interne. La dissipation de ce gradient est couplée à la synthèse enzymatique dATP à partir dADP.
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 7
Chez lhomme, 90% de lATP est régénéré par ce processus ! - Réaction de lAdénylate kinase : AMP + ATP 2ADP Cest une réaction surtout utilisée dans le muscle strié. LATP ne peut être stocké. Il assure la transmission dénergie libre et possède donc un turn-over très élevé. Il est sans cesse hydrolysé et régénéré. Ce turn-over varie selon les conditions physiologiques de 0,05 à 0,5 Mole /min, soit 27,5 à 275 grammes/min ! Ainsi le cerveau possède une réserve très faible (concentration cellulaire juste suffisante pour quelques dizaines de secondes). Dans le muscle, lATP peut être rapidement régénéré par hydrolyse de la créatine-phosphate. 6. Anabolisme, catabolisme et réactions doxydo-réduction Les nutriments sont de bonnes sources dénergie chimique car leurs atomes de carbone sont dans un état relativement réduit. Ex : glucose : C6 H12 O6 6CO2 + 6 HOH  C/O = 1 C/O = 1/3  Acide gras: C16 H32 O2 14 CO2+ 16 HOH =  C/O = 8 C/O 3,14 Lors de ces réactions doxydation, des atomes dhydrogène sont produits et transportés sous forme dions Hydrure par un coenzyme: NAD+ des réactions catalysées par les lors déshydrogènases. Le NADH,H+ sera oxydé lors de létape ultime des oxydations formé phosphorylantes mitochondriales. Loxygène est laccepteur final et sera réduit en eau. Le système NAD+/NADH,H+ être considéré comme une navette qui transfère les peut électrons des substrats aux mitochondries où ils sont ensuite transférés à loxygène, lultime accepteur des électrons provenant du catabolisme. Par opposition, lanabolisme est un processus essentiellement réducteur.En effet, si on prend lexemple des acides gras à partir de lacétyl-CoA, il faut des atomes dhydrogène activés pour réduire le carbonyle de lacétyl-CoA en CH2-.
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 8
Le pouvoir réducteur est fourni par le NADPH,H+, la source la plus commune dhydrogène à haut pouvoir énergétique. Le NADPH,H+est donc une navette délectrons entre les réactions cataboliques et les réactions anaboliques.  Certaines des voies centrales du métabolisme intermédiaire, comme le cycle de Krebs, ont un double rôle : ils interviennent à la fois dans le catabolisme et lanabolisme. On appelle ces voiesolibueiqphams. 7. Nutriments, métabolisme et rôle spécifique en nutrition. A. Les protéines : elles représentent comme aliment, une source dacides aminés et une source dazote. Les acides aminés essentiels qui ne peuvent être synthétisés par lorganisme représentent un élément essentiel de lalimentation protéique chez lhomme. Certains acides aminés dits glucogèniques peuvent être convertis en glucose, tandis que dautres dits cétogèniques peuvent être convertis en acides gras ou en acides cétoniques. Si lapport énergétique cellulaire est suffisant, ces deux types dacides aminés seront convertis en triglycérides. Un certain nombre de protéines sont soumises à un renouvellement rapide et participent à léquilibre azoté. Elles assurent léquilibre nutritionnel, notamment lors de la croissance. B. Les glucides. Leur finalité essentielle est la production dénergie. Les oses sont métabolisés par la voie de la glycolyse. Les polysaccharides sont dabord dégradés en oses simples et rejoignent la voie de la glycolyse. Les oses sont également des composants essentiels des nucléotides, des glycoprotéines et des glycolipides. Le cerveau ne consomme que du glucose ou des acides cétoniques. Si lapport en glucides dépasse ce qui est nécessaire pour couvrir les besoins énergétiques de lorganisme, lexcès est converti en glycogène et en triglycérides (formes de réserve dénergie). Si lapport en glucides est insuffisant, lacétyl-CoA formera des acides cétoniques, fournissant ainsi une source dénergie utilisable pour le cerveau. C. Les lipides. Les acides gras et les triglycérides peuvent être utilisés par de nombreux tissus comme source dénergie. Une carence extrême aura des conséquences sur lapport de certains phospholipides essentiels à la biosynthèse des membranes et de certains acides gras (séries oméga-3 et oméga-6). En cas dexcès il y aura accumulation de triglycérides dune part et
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 9
accroissement du risque dathérosclérose et de certaines formes de cancers (colon, sein, prostate).  Conclusion  Le métabolisme est un ensemble de nombreuses réactions complexes, finement orchestrées, régulées soit au niveau cellulaire lui-même ; soit au niveau tissulaire, par la coopération de différents organes. Comme nous létudierons à la fin du programme, le rôle respectif du foie, des muscles, du cerveau et du tissu adipeux est indispensable à léquilibre général des voies métaboliques. Le but du métabolisme est de fournir de lénergie, de créer une grande variété de biomolécules, et de récupérer et gérer à bon escient, lensemble des produits intermédiaires formés lors de ces réactions complexes.
Bioch Metabol 2003/Sablonnière 10 _ _
Chap 2. La phosphorylation oxydative Introduction : Cest un processus essentiel de transfert dénergie chez les eucaryotes. Il consiste en une production dénergie fournie à partir du transfert du flux délectrons libérés par les catabolites du métabolisme intermédiaire à loxygène. Lénergie libre récupérée est utilisée pour synthétiser lATP à partir de lADP. Lénergie est fournie par loxydation des atomes dhydrogène (somme protons plus électrons) récupérée des coenzymes réduits. De leau est produite à partir de lhydrogène et de loxygène, au terme de la chaîne des réactions doxydo-réduction dénommée chaîne respiratoire. La chaîne respiratoire est constituée de deux sous-ensembles : - unechaîne doxydo-réduction protons et électrons des coenzymes réduits vers loxygène. Elle est transportant constituée de 4 complexes enzymatiques (CI à CIV) enchâssés dans la membrane interne de la mitochondrie (MMI); et 2 transporteurs mobiles : lubiquinone et le cytochrome c.  un mécanisme de phosphorylationassurant la synthèse dATP à partir de lADP catalysé par lATP synthase ou complexe V. Cette double fonction donne à la chaîne sa dénomination de « phosphorylation oxydative » appelée aussi « oxydation phosphorylante ». La membrane interne de la mitochondrie, joue un rôle fondamental en séparant deux compartiments, la matrice et lespace inter-membranaire. Cette membrane interne empêche les protons de passer librement dun compartiment à lautre. Ils ne pourront franchir cette barrière que par lintermédiaire des complexes respiratoires transmembranaires, permettant ainsi de constituer un gradient électrochimique dont lénergie de dissipation permettra la synthèse dATP. 1. Chaîne respiratoire et transfert délectrons. La plupart des électrons entrant dans la chaîne respiratoire mitochondriale proviennent du complexe de la pyruvate déshydrogènase, du cycle de lacide citrique, de la béta-oxydation des acides gras et des étapes oxydatives du catabolisme des acides aminés pour les insérer sous forme de paires délectrons dans la chaîne respiratoire. Le transfert délectrons au cours des phosphorylations oxydatives est organisé grâce à la présence dune série de transporteurs spécifiques insérés le long de la membrane mitochondriale interne. Chacun des composants de la chaîne de transporteurs (appelée aussi
_ _ Bioch Metabol 2003/Sablonnière 11
chaîne respiratoire mitochondriale) peut accepter des électrons de laccepteur précédent et le donner au suivant selon une séquence bien précise. 1.A. Thermodynamique du transfert délectrons. La quantité dénergie libre nécessaire à la synthèse de 1 mole dATP à partir dADP est de 7,3 Kcal/Mole. Or la réaction doxydation du NADH,H+est très exergonique.  ½ O2+ NADH + H+ HOH NAD ++ ouE° = 1,13 V Kcal/Mole -52,6 Autrement dit, loxydation de 1 mole de NADH,H+ dans les conditions standard saccompagne dune variation dénergie libre de 52,6 Kcal/Mole. Cette variation dénergie libre est donc suffisante pour assurer la synthèse de plusieurs moles dATP. Ce couplage est assuré par la chaîne respiratoire où les électrons vont passer par 3 complexes contenant des centres rédox dont les potentiels doxydo-réduction standard vont en croissant au lieu de réagir directement avec loxygène. Cela permet à limportante énergie libre disponible dêtre libérée en plusieurs fractions, chacune delles étant couplée à la synthèse dATP par le mécanisme de la phosphorylation oxydative. Loxydation dune molécule de NADH saccompagne donc de la synthèse de 3 ATP. Le rendement thermodynamique est donc de 3 x 7.3 x 100/52,6 = 41% Dans les conditions intracellulaires qui sont souvent éloignées des conditions standard, le rendement réel serait de lordre de 70%. 1.B. La séquence du transfert. Les électrons sont transférés des complexes I et II au complexe III par le Coenzyme Q et du complexe III au complexe IV par le cytochrome c. Détail des différentes réactions de transfert : - Complexe I : NADH, H++ CoQ NAD++ CoQH2G = - 16.6 Kcal/Mole - Complexe II: FADH2 + CoQH FAD+ CoQ2G = - 0,69 Kcal/Mole
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.