Synthese_Loire-Bretagne

De
Publié par






































RESEAU HYDROBIOLOGIQUE ET
PISCICOLE




Bassin Loire Bretagne
Synthèse des données de 1995 à 2004


















Rédacteur :

Thibault VIGNERON




avec l’aimable collaboration de :

Véronique de Billy, Wiliam Sremski, Nicolas Roset, Olivier Gallet,
Olivier Ledouble (cartographies), Jean- Pierre Porcher (relecture), Pierre Steinbach
et tous les agents de terrain des Brigades Départementales et
des Délégations de Clermont Ferrand, Dijon, Lyon, Montpellier, Poitiers et Rennes.





Octobre 2006
















INTRODUCTION................................................................................................. 3

PARTIE 1 : PRESENTATION DU RESEAU LOIRE-BRETAGNE .................. 4
1- PRESENTATION Du reseau ; typologie et représentativité............................................4
1.1- Nombre de stations..................................................................................................................4
1.2- Représentativité du réseau .......................................................................................................5

PARTIE 2 : PRESENTATION DES ESPECES................................................... 8
I- Bilan des espèces capturées ..................................................................................................8
1.1- Composition de la faune ...
Publié le : vendredi 6 mai 2011
Lecture(s) : 115
Tags :
Nombre de pages : 45
Voir plus Voir moins
                       
RESEAU HYDROBIOLOGIQUE ET PISCICOLE
Bassin Loire Breta ne Synthèse des données de 1995 à 2004
 
   
 
  
      
Rédacteur :  Thibault VIGNERON       avec l’aimable collaboration de :  Véronique de Billy, Wiliam Sremski, Nicolas Roset, Olivier Gallet, Olivier Ledouble (cartographies), Jean- Pierre Porcher (relecture), Pierre Steinbach et tous les agents de terrain des Brigades Départementales et des Délégations de Clermont Ferrand, Dijon, Lyon, Montpellier, Poitiers et Rennes.      Octobre 2006
  
 
     
        
 
 
 
 
 
 INTRODUCTION ................................................................................................. 3  PARTIE 1 : PRESENTATION DU RESEAU LOIRE-BRETAGNE .................. 4 1- PRESENTATION Du reseau ; typologie et représentativité ............................................4  1.1- Nombre de stations..................................................................................................................4 1.2- Représentativité du réseau.......................................................................................................5  PARTIE 2 : PRESENTATION DES ESPECES................................................... 8 I- Bilan des espèces capturées ..................................................................................................8 1.1- Composition de la faune piscicole et richesse spécifique............................................................8 1.2- Spécificité de la faune piscicole, aspects patrimoniaux...............................................................8 1.3- Occurrence des différentes espèces de poissons.......................................................................19  PARTIE 3 : ETAT DES PEUPLEMENTS ......................................................... 21 1- Méthodologie nationale de diagnose : indice poissons rivières (IPR) ............................21 2- Etat des peuplements pour l’année 2004 ..........................................................................22 2.1- Etat des peuplements d’après l’indice poisson (IPR 2004 ; carte 4)...........................................22 2.1- Evolution de l’état des peuplements en fonction du type de cours d’eau....................................24 2.2- Evolution temporelle de l’état des peuplements (1995 –2004)..................................................25  PARTIE 4 : TYPOLOGIE DES PRINCIPALES PERTURBATIONS DU BASSIN .............................................................................................................................28 1. Introduction .........................................................................................................................28 2- PRINCIPALES PERTURBATIONS DU BASSIN..........................................................28 2.1-Les zones de références..........................................................................................................29 2.2-Des têtes de bassin menacées par les aménagements agricoles des bassins.................................29 2.3-Des cours moyens très altérés par les travaux hydrauliques.......................................................30 2.4- Un impact fort des étangs dans le Limousin............................................................................30 2.5- Une situation très contrastée sur les grands cours d’eau...........................................................30 2.6- Typologie des perturbations du bassin, résultats du ROM et état des lieux DCE........................31  CONCLUSION...................................................................................................33  BIBLIOGRAPHIE...............................................................................................34 
    
    
INTRODUCTION  Le Réseau Hydrobiologique et Piscicole (RHP) a été conçu à la fin des années 1980 dans le but d’optimiser les suivis des peuplements de poissons réalisés par pêche à l’électricité. Testé pendant cinq années dans sept départements de l’Ouest de la France, il a ensuite été étendu à l’ensemble du territoire national à partir de 1995. Le RHP repose sur les principes suivants : il est constitué d’un réseau de stations suffisamment dense pour donner une image fiable des peuplements de poissons à l’échelle des grands bassins. les stations sont choisies pour être représentatives de la diversité des milieux (des petits cours d’eau aux grands fleuves) et des différents types et degrés de pression des activités humaines. Pour permettre une lecture de l’évolution des peuplements, le suivi est réalisé au pas annuel, dans des conditions d’échantillonnage identiques (saison, débits), et avec des méthodes standardisées et homogènes sur l’ensemble du réseau.  Bien qu’il ait été mis en place avant la Directive Cadre Européenne sur l'Eau (DCE), le RHP répond aux besoins de suivi demandés par cette directive. Les poissons sont des indicateurs biologiques largement répartis dans les milieux aquatiques, d’une durée de vie importante, situés au sommet de la chaîne alimentaire, et ils présentent une bonne variété d’exigences écologiques. Ils sont de ce fait de bons intégrateurs des perturbations subies par les milieux, et constituent des indicateurs adaptés à l’évaluation de la qualité écologique demandée par la DCE. Le RHP, qui vise des objectifs parfois plus complets (aspects patrimoniaux, suivis sur le long terme) devra être mis en cohérence avec les autres réseaux DCE, de façon à optimiser les moyens, et compléter les informations recueillies par différents partenaires. Les protocoles d’échantillonnage mis en œuvre dans le cadre du RHP ont été affinés au fil des années pour améliorer la représentativité et la stabilité des échantillons prélevés, notamment dans les grands cours d’eau. Les dernières améliorations apportées ont également eu pour but de les mettre en conformité avec les principes de normalisation européenne.  Le présent rapport synthétise les principaux résultats obtenus pendant dix années de suivi :  La première partie rappelle l’évolution du réseau et permet de vérifier sa représentativité à l’échelle du bassin.  La seconde partie analyse les peuplements présents dans chaque bassin en prenant en compte la composition en espèces et leur statut (vulnérabilité, origine et statut des espèces menacées et introduites). Elle compose un bilan patrimonial, et permet de dresser un premier état de la biodiversité sur chaque bassin.  La troisième partie utilise l’indice poissons rivière (IPR), pour établir un état des lieux qualitatif du bassin. L’IPR est un indice multiparamétrique normalisé et validé statistiquement qui permet une comparaison de la composition et de la structure d’un peuplement échantillonné avec celles d’un peuplement de référence. L’écart observé traduit l’état de perturbation de la biocénose. L’application de l’IPR sur l’ensemble de la série chronologique permet également de dresser un bilan de l’évolution des peuplements sur le moyen terme (dix années).    Une quatrième partie fait le bilan des principalesincidences des activités humaines sur l’état des peuplements du bassin de la Loire et compare les résultats du réseau avec les diagnostic établis dans le cadre du Réseau d’observation des milieux (ROM) du CSP et l’état des lieux mené dans le cadre de l’application de la directive cadre européenne.
3
    
 
 
PARTIE 1 : PRESENTATION DU RESEAU LOIRE-BRETAGNE  1- PRESENTATION DU RESEAU ; TYPOLOGIE ET REPRESENTATIVITE 1.1- Nombre de stations  Le Réseau Hydrobiologique et Piscicole, mis en place en Bretagne en 1990 à titre de test a été généralisé sur le bassin Loire Bretagne en 1995. En 1995, le réseau était composé de 152 stations puis, en concertation avec l’Agence de l’Eau il a été légèrement augmenté à 165 stations réparties sur l'ensemble du bassin (carte 1, annexe 1).  Ces stations ont été choisies par les Délégations Régionales du Conseil Supérieur de la Pêche de façon à être représentatives à l'échelle du bassin :  - des différents types écologiques,  - des différents types de perturbations anthropiques. CARTE N°1 : Localisation des stations du RHP 29-01 22-05 29-02 22-06 22-04 22-03 35-03 61-05 61-07 29-05 22-07 22-02 35-01 35-02 22-01 35-06 53-02 28-01 56-01 56-03 22-08 72-03 72-04 28-03 29-06 29-07 35-04 53-01 56- 28-02 56-04 06 35-08 53-03 56-08 35-05 72-02 72-06 41-05 45-05 41-01 44-04 49-03 4 03 45-04 44-01 49-06 37-01 41-02 1- 18-06 18-07 44-03 37-06 41-04 49-05 49-02 18-01 18-02 37-04 36-01 -44 02 37-03 18-05 36-02 85-02 85-04 79-03 79 02 71-02 -58-01 86-05 86-01 36-03 85-03 79-01 36-04 18-04 03-07 71-03 85-0679-0579-04868-60-30236-0618-0303-0803-0371-01 03-06 17-0186-0487-0523-0823-0523-0203-02 63-06 03-01 16-06 87-07 23-04 23-01 42-04 63-04 87-01 87-02 23-03 42-01 63-05 87-03 63-02 63-01 42-02 15-02 43-08 43-01 15-01 43-04 43-03 43-07 43-02 07-01 48-01
4
 
ésentati1 : reprF giru e0,04%3%0,%0,50%30%25,20,05,0%0,1%%001%0,5)%,0 (HP Ra.St6745231tan anoihcéellehodgémo alen fi Fd(noénC MEGAERgées à les corririoL al ed nissadus leel cntsoe  uéruad d euosrdu bbal  gloseauou pdér nifilar pyt golod eic seStrahler) Les dnoénseu itilésse dalobglinssbau ( erioL  ed gnar du vitévis RHP  sud àivae ur sé 2) rangegarau re  tgn1 e  n51% 15. nv(eran  e %usni tne tnasiffordre 1 et 20% eabssni( 53% e  ntaenontiur se  led duel er rsérpdcéua xeLt )9 . 199éfa,amahndriA » égirroc non  «ngran lose% 0  ralgrme tesbmeleau peu cours dep sstitsec èrt agnndee nthaloilpmi sèrtd tnatros rè tes ctstipeti ,iuarett ocpmdu lenu ire inéauocéemel stnepusicrflsiema (ifssuosrd eua ,onatmment en zone daruppla  lur saled xuaesér sed tCe c2). dre n ornérétsg tae notseaésreu dn  run fitdnocsérpatneEn effet suivi. tstituoi ,alc nods u ea tdee êtsèrttep  stiruocsur-échantillonnedb sais nteu  n tdeu eamoe llai sed egad sruoc part 4)port rap eo(eynn3 e drerid sréffnad el s resgsanisné lerl  aeltcaçsi.)A sin franents bas euqramer no ,1 regufia  ldee ured sga eolnntnliéchaous-et sun nnotstiéum jarotiairement par desuoc d sruae ed èstret pe itiltarpsèel( 55% d  e cou deseaurs derdrod e 2 te1  pmemêt  7des rènstituti à la cori eudr nol niaéogdrphraeaéshyu gif  erueuqiaL .ecti effntre1 mo eéreul tnq evem dinssbau  dausec tse erioL al e
 
    
 
 
5
Sta. RHP (%) Linéaire Loire
1.2- Représentativité du réseau  Lors de la mise en place du partenariat avec l’agence Loire Bretagne en 1996, une étude (RHP Loire Bretagne : présentation des station. CSP, AELB, 1997) a été réalisée pour vérifier la représentativité de ce réseau par rapport à deux principaux critères de stratification : -la typologie des cours d’eau soit les hydroécorégions et les rangs de Strahler ; -les pressions anthropiques sur la base d’un étude de pression des micropolluants commandée par l’agence Loire Bretagne (C. GUIN, 1996). Cette étude a montré que la représentativité du réseau vis à vis des hydroécorégions et des différentes pressions était bonne. Cependant, la représentativité en terme de typologie de cours d’eau (gradient amont-aval)n’a pu être réalisée à l’époque. Aussi, nous allons maintenant étudier cette représentativité en utilisant comme référentiel du bassin les données de typologie des masses d’eau telle que définie dans l’état des lieu de la DCE (rang de Strahler et hydroécorégions). Représentativité du RHP en terme de taille des cours d’eau sur la base des rangs de Strahler.
iéétgonéer  e tn ettrrocitcen non emedee urs paomni snuc morpmois car lutilisaap resivl xued rrembnoe atste  ds ruoisno drl se3 etres   Ce 4 .inssau f donbau lle co eeéssrac ur la seculte ponod hmolu earsides ngrae  dontigirroc relhartS ent alemt égé esatitséneerrpnu e. Cf (és), 1g.fielhartS girroc rles sur s derang nes .E na tb saalobe  datstnsioed eats noitlg sxagérément nombruaà a guemtnree id te )% 01-( 2 et)  %60(-1 s reo drl ses ruoisnstat de mbree nouniml re tiaid àsionerst Ron cHPhcnaitll eedl éuilibrag le rééqabssd  efnrénii s à ieurde l3 m  rus snoruoc sedu eads esêt tdel  alppura t7( 0à 90 % des statinec lart te omracari) inplà eracles sur ect corrd euosrsdc rgnadx au tunr veer egannollitnahcé et oblialisableuo rocsnegartip i ect esgear C. nemeér tffidlici
    
   
 
bassins les ordres 1 qui d’après le CEMAGREF (Andriamahéfa, 1999) représentent 60 % du linéaire de cours d’eau en Loire-Bretagne. En ce qui concerne le RHP, il est important de préciser que ces très petits cours d’eau sont souvent dénués de faune piscicole permanente et un taux d’échantillonnage correct des ordres 2 devrait permettre leur évaluation compte tenu des liens fonctionnels très forts existants entre les ordres 1,2 et 3. En effet, les ordres 1 sont souvent le siège de la reproduction des salmonidés qui vont ensuite grossir dans des cours d’eau plus larges. En évaluant les cours d’eau d’ordre 2 et 3, on évalue ainsi la fonctionnalité et l’état de ces très petits chevelus. C’est un des atouts de l’indicateur poisson qui est très intégrateur. Le rééquilibrage du RHP devrait être rapidement mis en place lors de la révision du RHP concomitante à la mise en place du réseau de surveillance.  Représentativité du réseau vis à vis des types d’hydroécorégions du bassin Loire-Bretagne  
STA RHP (%) % réseau hydro.
40,0% 35,0% 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% ,0% 03STA RHP (%) 891012172021  Figure 2 : représentativité du RHP vis à vis des types d’écorégions du bassin LB La figure 2 montre que l’échantillon réseau RHP a tout à fait la même distribution dans les hydroécorégions que l’ensemble du réseau hydrographique Loire-Bretagne. On peut donc en conclure que le RHP est très représentatif des types écorégionaux représentés sur le bassin.  Représentativité du réseau vis à vis des types de pressions anthropiques présentes sur le bassin  Nous avions déjà montré en 1997 sur la base d’une étude typologique des pressions du bassin que le réseau RHP était bien représentatif des différentes pressions (majoritairement agricoles) qui s’exerçaient à l’échelle du bassin. Nous avons maintenant examiné à l’aide des données du ROM (réseau d’observation du Milieux) si le RHP est également représentatif des différents niveaux de pression.
  
6
    
 
 
Pour cela, nous avons recueilli les classes d’état fonctionnel des contextes du ROM dans lesquels se situe une station RHP et confronté cette distribution à la distribution globale de l’ensemble des contextes ROM à l’échelle du bassin. La figure ci-dessous qui compare la distribution des états de contextes sur l’échantillon RHP à celle des états de contextes sur l’ensemble du bassin montre que l’échantillon RHP est parfaitement conforme à la distribution des pressions sur le bassin Loire Bretagne.    
RHP Total LB
40,0% 35,0% 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% Total LB 0,0%RHP 1234 5  Figure 3 : représentativité du RHP vis à vis des niveaux de pressions ROM
7
    
  
 
 
 
   
PARTIE 2 : PRESENTATION DES ESPECES
I- BILAN DES ESPECES CAPTUREES 1.1- Composition de la faune piscicole et richesse spécifique
Le bassin de la Loire héberge une faune pisciaire riche comptant unecinquantaine espèces de poissons d’eaux courantes. L’échantillon prélevé en 2004 sur l’ensemble des stations du RHP Loire Bretagne a révélé la présence de 45 espèces de poissons. Un liste détaillée des espèces capturées et de leurs effectifs est présentée dans le tableau suivant (tableau 1).La richesse cumulée depuis 1995 s’élève à 48 espèces de poissons (et une sous espèce la truite de mer).Le nombre total d’espèces de poissons capturés est stabilisé depuis 1998 et se trouve très proche de la richesse globale du bassin (de l’ordre de 50 espèces ; Boët, 1997). Ce résultat confirme la qualité et la représentativité de ce réseau. Il est en effet remarquable au vu du taux d’échantillonnage relativement faible d’obtenir un résultat aussi proche de la richesse totale du bassin et de stabiliser la richesse cumulée au bout de trois années de suivi seulement. La faune piscicole du bassin de la Loire se caractérise par une composition que l’on peut qualifier de « moyenne » par rapport à la liste d’espèces du territoire national. La plupart des espèces du territoire national sont représentées sur le bassin Loire-Bretagne. Ceci est assez logique compte tenu de la position assez centrale de ce bassin et de la diversité des territoires qui le constituent. A l’exception de quelques espèces aux aires de répartition méridionales (barbeau méridional) ou septentrionales (blageon, apron) le bassin de la Loire réunit la quasi totalité des espèces de la faune piscicole française. 1.2- Spécificité de la faune piscicole, aspects patrimoniaux Les espèces autochtones menacées L’analyse de la liste faunistique, au regard des listes rouges établies par l’IUCN au niveau international et par le Museum National d’Histoire Naturelle, permet de dresser un inventaire des espèces en danger ou vulnérables sur le bassin Loire-Bretagne. Une seule espèce est classée comme disparue, l’esturgeon et une espèce est classée « en danger » la Loche de rivière (liste rouge du bassin Loire Bretagne). La Loche de rivière est encore présente sur le bassin de la Loire sur une aire très réduite. Cette espèce a été capturée à trois reprises dans le cadre du RHP sur deux stations du bassin (la Cisse et la Loire à Montjean) jusqu’en 2003. Il serait donc assez pertinent et intéressant de pousser des investigations de terrain afin de vérifier l’état des populations de Loche de rivière à proximité de ces deux sites de capture. Un bassin caractérisé par un fort potentiel d’ espèces migratrices vulnérables Une des caractéristiques les plus remarquables du bassin de la Loire est la richesse de safaune migratrice amphihaline. Le bassin comptedouze espèces classées vulnérables,dont la moitié est constituée d’espèces migratrices amphihalines anguille, les deux espèces d’aloses et de (saumon, lamproies). Ces espèces ont un cycle de vie qui comprend à la fois des phases en milieu marin (reproduction pour l’anguille ou grossissement pour les autres espèces) et en eaux douces.    Les migrateurs amphihalins ont généralement été très touchés par les aménagements des fleuves et notamment la construction de grands barrages, première cause de réduction drastique de leur aire de répartition. A ce titre, le bassin Loire-Bretagne présente une particularité à l’échelle nationale qui devrait faire l’objet d’une protection renforcée. En effet, ce bassin relativement épargné par les grands barrages a conservé un stock important d’espèces migratrices (10 espèces amphihalines et 1 sous-espèce) par rapport aux autres grands bassins français. Le fleuve Loire abrite toujours une population de grands saumons atlantique qui remontent se reproduire à près d’un millier de kilomètres de la mer (axe Loire-Allier). C’est le bassin français où l’on observe le plus fort taux de pénétration des espèces migratrices en milieu continental (près de 900 km). 8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.