Hommes et femmes transsexuel(le)s en France. Entre normalisations et subversion.

De
Publié par

Ecole: UNIVERSITE AIX-MARSEILLE I (MMSH)
Entreprise: aucune
Niveau: BAC + 4
Enquête de terrain auprès d'hommes et de femmes transsexuel(le)s et de professionnel(le)s de santé.
Travail de défrichage : quelles questions pose la transsexualité à notre société ?
L'existence de personnes qui se réclament d'un autre sexe que celui de leur naissance nous interroge sur la notion d'identité de genre.
Les personnes transsexuelles se présentent comme victimes d'une erreur de la nature qui les aurait fait naître dans le mauvais sexe. Leur parcours prend la forme d'une remise en adéquation entre leur sexe biologique (corps) et leur genre (intérieur).
J'ai observé et analysé les stratégies mises en place par ces personnes pour se frayer un chemin à travers le système médical et la bipartition en deux sexes (aux caractéristiques présentées comme strictes et immuables) et interrogé, à travers ce parcours, les représentations du féminin et du masculin et des rapports hommes-femmes dans notre société.
Publié le : vendredi 28 janvier 2005
Lecture(s) : 417
Nombre de pages : 100
Voir plus Voir moins




RADAL Bénédicte
Date de création : 01.09.2002
Date de dépôt : 28.01.2005
Niveau : BAC + 4
Hommes et femmes transsexuel(le)s en France. Entrenormalisations et subversion.
Copyright © RADAL Bénédicte
La France n'est pas assujettie au principe du copyright, mais le droit
d'auteur s'applique, selon la Loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire
et artistique (n° 57-298 ; article L.121-1 du CPI) les droits qui vous sont
accordés sont:
.:: Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement
dans un cercle de famille
.:: Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé
du copiste (...)
.:: Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur
et la source :
* Les analyses et courtes citations justifiées par le
caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique
ou d'information de l'œuvre à laquelle elles sont incorporées
* Les revues de presse
* La diffusion, même intégrale, par la voie de la presse ou de
la radiodiffusion, à titre d'information d'actualité, des discours
destinés au public prononcés dans les assemblées politiques,
administratives, judiciaires ou académiques, ainsi que dans les
réunions publiques d'ordre politique et les cérémonies officielles
.:: La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois
du genre.



HOMMES ET FEMMES
TRANSSEXUEL(LE)S EN FRANCE

Entre normalisations et subversion












Mémoire de maîtrise présenté par Bénédicte Radal
Sous la direction de Laurence Hérault

Université de Provence, Aix-Marseille 1
UFR Civilisation et Humanités, Département d’ethnologie
1
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL
TABLE DES MATIERES


INTRODUCTION.................................................................................................................... 6

METHODOLOGIE ................................................................................................................. 9
UN TERRAIN MOUVANT........................................................................................................... 9
INFORMATEUR(TRICE)S ......................................................................................................... 11
LES OUTILS DE L’ENQUETE .................................................................................................... 12
LE REGARD DE L’ETHNOLOGUE : DES CATEGORIES SI BIEN INTEGREES.................................. 13

I – SEXE ET GENRE. L’ESPACE SCIENTIFIQUE : FRAGMENTATION DE LA
RECHERCHE. ....................................................................................................................... 15
1.LA BIOLOGIE EN QUETE DE LA DETERMINATION SEXUELLE ................................................ 16
Le sexe physiologique : une superposition de sexes ........................................................ 16
Le sexe affranchi du biologique ....................................................................................... 18
Les représentations du sexe dans l’histoire ..................................................................... 18
La « petite » différence..................................................................................................... 20
Peut-on se contenter de deux sexes ? ............................................................................... 21
2.LA DYSPHORIE DE GENRE : LES SCIENCES DU PSYCHISME ................................................... 23
Historique du « transsexualisme » : le monopole psychiatrique ..................................... 24
Les tentatives de classification......................................................................................... 25
En quête des causes.......................................................................................................... 28
Psychanalyse et identité sexuelle ..................................................................................... 29
3.LES ATERMOIEMENTS DU DROIT ......................................................................................... 30
4.LES SCIENCES SOCIALES : LA BINARITE MISE A L’EPREUVE................................................. 31
Emergence d’un champ d’étude....................................................................................... 31
Au-delà de la dichotomie sexe/genre ............................................................................... 33
Les transgenres ................................................................................................................ 33
Les transgressions de sexe et de genre dans d’autres sociétés........................................ 35
2
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL
II LE PARCOURS TRANSSEXUEL : UNE MISE EN CONFORMITE DU CORPS AU
GENRE.................................................................................................................................... 37
1.LE CARCAN DU SEXE .......................................................................................................... 38
Enfance : choisir ses jeux, choisir son camp ................................................................... 38
Adolescence : le passage impossible................................................................................ 40
Où le travestissement n’est pas celui que l’on croit......................................................... 42
S’exprimer ........................................................................................................................ 44
2.L’INDIVIDU MEDICALISE..................................................................................................... 46
Le protocole officiel ......................................................................................................... 46
Parcours singuliers .......................................................................................................... 53
3.REPARATIONS EN TOUT GENRE : L’OPERATION DE REASSIGNATION.................................... 56
Un non-événement............................................................................................................ 56
Le geste du chirurgien...................................................................................................... 60
4-RESSEMBLER A SON GENRE : LA TRANSFORMATION PHYSIQUE .......................................... 62
Ce qu’on enlève, ce qu’on ajoute..................................................................................... 63
L’autre adolescence ......................................................................................................... 65
5.LE CHANGEMENT D’ETAT CIVIL : LA RECONNAISSANCE DU GENRE SOCIAL ........................ 66

III LES FRONTIERES DE LA GEOGRAPHIE TRANSSEXUELLE : QUELLE
IDENTITE ? ........................................................................................................................... 68
1.LA CONFIGURATION IDENTITAIRE....................................................................................... 68
2.CATEGORISATIONS ET DEMARCATIONS.............................................................................. 69
Individualité et formatage ................................................................................................ 69
Le terme « transsexuel »................................................................................................... 73
Les milieux gays et lesbiens ............................................................................................. 73
La prostitution.................................................................................................................. 75
3.UN GROUPE TRANSSEXUEL ? .............................................................................................. 75
Intégrer la normalité ........................................................................................................ 76
L’image médiatique.......................................................................................................... 77
Les associations................................................................................................................ 77
4.LES FRONTIERES HOMMES-FEMMES.................................................................................... 79
L’entre-deux impossible ................................................................................................... 80
3
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL
Comportements idéaux de son genre ............................................................................... 81
Rapports hommes-femmes................................................................................................ 85
Des rôles et des stéréotypes ............................................................................................. 86

CONCLUSION....................................................................................................................... 88
REMERCIEMENTS.......................................................................................................... 90

BIBLIOGRAPHIE................................................................................................................. 91
Ouvrages et revues scientifiques...................................................................................... 91
Articles de presse non-scientifique................................................................................... 96
Communications............................................................................................................... 97
Témoignages et romans.................................................................................................... 97
Emissions de télévision et de radio .................................................................................. 98
Sites Internet consultés..................................................................................................... 99

ANNEXE........................................................................... ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.








4
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL










« Tout être humain oscille ainsi
d’un pôle a l’autre, et bien souvent,
tandis que les habits conservent
seuls une apparence mâle ou femelle,
au-dessous, le sexe caché est
le contraire du sexe apparent. »

Virginia Woolf (Orlando, p.207)



5
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL
INTRODUCTION

1
On racontait, dans l’Antiquité grecque , que Tirésias, le vieux devin aveugle de Thèbes,
célèbre pour sa clairvoyance exceptionnelle, avait vécu un expérience hors du commun dans
sa jeunesse : né de sexe masculin, il avait été métamorphosé en femme par des serpents dotés
du pouvoir de « changer la nature » de leurs ennemis. Il n’avait pu retrouver son sexe
d’origine que sept années plus tard grâce aux mêmes serpents.
Ce qui ne paraissait possible que par une intervention divine et dans un univers mythique,
ème
est devenu réalisable dans le monde matériel, depuis le milieu du 20 siècle, grâce aux
progrès de la chirurgie. Ceux et celles qui veulent changer d’apparence corporelle – à défaut
de « nature » – peuvent désormais le faire. Tirésias a subi une première métamorphose
punitive, mais la transformation de ceux et celles qui font appel à des interventions humaines
s’apparenterait plutôt à la deuxième : la réparatrice. Les transsexuel(le)s se sentent en effet
victimes d’une erreur de la nature, qui les aurait fait naître dans le mauvais sexe, et désirent
être « rétablis » dans leur véritable sexe, devenir homme ou femme, ou du moins en prendre
l’apparence et retrouver une unité entre leur sexe vécu, intérieur, et leur sexe social, inscrit
dans le corps.
La psychiatrie définit comme atteints d’un syndrome, d’un trouble de l’identité ceux et
celles qui expriment ce désir. Harry Benjamin (1966), endocrinologue, a le premier retenu le
terme de transsexualisme pour les désigner : « Le transsexuel mâle ou femelle est
profondément malheureux en tant que membre du sexe (ou genre) auquel il ou elle a été
assigné(e) d’après sa structure anatomique, et en particulier ses organes génitaux. […] Les
vrais transsexuels se sentent appartenir à l’autre sexe, il veulent être – et fonctionner comme –
des membres du sexe opposé, et pas seulement apparaître comme tel. Pour eux, leurs organes
sexuels, primaires (testicules) aussi bien que secondaires (pénis et autres) sont de dégoûtantes
difformités qui doivent être modifiées par le bistouri d’un chirurgien. »
Cependant, les personnes transsexuelles se sont affranchies des planches nosologiques,
pour exister dans le champ social. Le terme courant de transsexualité ne désigne pas des
personnes atteintes de délire, mais celles qui ont changé de sexe, ou sont en passe de le faire,
celles qui « ont entrepris à l’âge adulte de passer d’un sexe à un autre par une série
d’interventions chirurgicales et cosmétiques visant à transformer leur corps et leur

1 Ovide, Les métamorphoses. III, 316-338. Paris, Folio, 1992, pp. 116-117.
6
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL
apparence. » (Dorais, 1999 : 41). Les transsexuel(le)s ne peuvent plus être condamné(e)s au
domaine de la psychiatrie et de la pathologie mentale. Michel Foucault, en étudiant l’histoire
de la sexualité en Europe, observe, parmi les mécanismes de pouvoir mis en place autour de
celle-ci, une « médicalisation de l’insolite sexuel », et on pourrait rajouter ici de l’insolite du
genre (Foucault, 1976 : 61).
Si la transsexualité n’est plus circonscrite à la maladie mentale et vient toucher la société
dans son ensemble, elle intéresse l’ethnologue, dans ce qu’elle interroge la dichotomie
masculin/féminin. C’est ce qui m’a incitée à travailler sur la question transsexuelle. Il
convient cependant de déterminer plus précisément l’objet de cette étude : quand nous parlons
de transsexuel(le)s, de qui est-il question exactement ? Que signifie « passer d’un sexe à un
autre » ? Parmi les personnes qui échappent à la convention sociale binaire, on compte aussi
les « transgenres » et les « intersexués ». Le terme « transgenre » est utilisé pour désigner « un
au-delà de la binarité sexuelle hétéronormative » (St-Hilaire, 1999 : 84), ainsi que ceux et
celles qui jouent de la dualité entre genre masculin et féminin. Cet « au-delà » peut se traduire
de différentes façons : ce sont les travesti(e)s, les androgynes, les drag queens, drag kings, etc.
2
Parfois, les transsexuel(le)s sont considérés comme des transgenres. Les hommes travestis en
femmes sont souvent assimilés par le sens commun au monde du spectacle ou à la
prostitution. Les intersexuels (ou intersexués), quant à eux, sont « insolites » du fait de leur
sexe anatomique : ils présentent cette particularité de posséder des caractéristiques
biologiques des deux sexes.
Ces définitions sont toutefois discutées. Peuvent-elles valoir délimitation ? A partir de
quand change-t-on de sexe ? Est-ce un voyage aller-simple ou peut-on comme le devin aller
et revenir ? Est-on obligé, enfin, d’en passer par une intervention chirurgicale ? Les catégories
m’ont guidée dans un premier temps, en tant qu’outils, mais il m’a fallu les interroger par la
suite.

Je souhaitais travailler au départ sur la bipartition masculin/féminin et la notion de genre :
je m’interrogeai sur la façon dont les transsexuel(le)s s’inscrivent dans cette dualité. Je me
3
demandai donc s’ils/elles réactivaient les stéréotypes assignés aux deux sexes, en renforçant

2 Le « transvestisme » (ou « travestisme ») est une catégorie psychiatrique, nous parlons ici du travestissement
tel qu’on le conçoit couramment comme l’adoption des attributs du sexe opposé, et ce, quelles qu’en soient les
fins.
3
Les stéréotypes sont des « clichés, images préconçues et figées, sommaires et tranchées, des choses et des êtres
que se fait l’individu sous l’influence de son milieu social. » in MORFAUX, Louis-Marie, Vocabulaire de la
philosophie et des sciences humaines. Armand Colin, 1980.
7
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL
la frontière homme/femme, ou au contraire les subvertissaient, en brisant une conception
binaire. En effet, ceux et celles qui franchissent une supposée barrière entre hommes et
femmes remettent-ils/elles celle-ci, qui les a enfermées, en cause, ou au contraire, ont-ils/elles
tendance à la renforcer pour bien marquer qu’il sont d’un côté et non de l’autre ?
Par la suite, la façon dont les transsexuel(le)s s’inscrivent dans cette dualité m’est apparue
liée à une problématique plus vaste, celle de la construction identitaire. Le terrain, par sa
géographie éclatée, insérait la recherche d’une place dans notre société.
Comme tout un chacun, les transsexuel(le)s se construisent une identité à travers
propositions, possibilités, obstacles et résistances de leur société. C’est pourquoi je me suis
plus spécifiquement interrogée sur leurs parcours et les catégories qu’ils/elles établissent.
Quelles stratégies mettent-ils/elles en place pour se frayer un chemin, pour exister
socialement à travers le système médical et la bipartition en deux sexes, pourvus de
caractéristiques présentées comme strictes et immuables ? Quelles frontières d’appartenance
établissent-ils/elles ? Et enfin quelles représentations du masculin et du féminin nous donnent-
ils/elles à voir, comme en miroir de la société dans laquelle ils/elles vivent, la nôtre ?

J’aborderai dans un premier temps les tentatives de définition du sexe, du genre, du
masculin et du féminin, des transsexuel(le)s, des transgenres, telles qu’elles ont été élaborées
par les sciences. Ensuite, la spécificité transsexuelle résidant dans le parcours de
transformation, c’est celui-ci que j’observerai dans un deuxième temps : comment le sexe et
le genre parviennent-ils à se mettre en adéquation au fil des étapes, à travers la bipartition
sexuelle et le monde médical ? Enfin, puisque les personnes transsexuelles ne se contentent
pas d’une rectification anatomique mais demandent à être acceptées par la société, il sera
intéressant de se pencher sur les catégories et frontières qu’ils/elles établissent : peut-on parler
d’une identité transsexuelle ? Quelle identité d’hommes et de femmes construisent-ils/elles ?

Conventions de désignations
J’utiliserai le terme de transsexualité, et non celui de transsexualisme, qui renvoie à une
entité psychiatrique. J’appellerai transsexuelles, femmes, ou plus fréquemment MtoF, les
personnes nées hommes et devenues femmes, et transsexuels, hommes ou FtoM, les
personnes nées femmes devenues hommes même s’ils/elles ont à peine engagé leur parcours
de transformation, ceci afin de rester en adéquation avec le sexe dans lequel ils/elles se vivent.


8
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL
METHODOLOGIE

Un terrain mouvant

Mondher Kilani récuse « l’idée qu’il y aurait une réalité – un terrain – qui existerait
indépendamment et qui précèderait le travail de l’anthropologue. Le terrain n’est pas une
entité "déjà là". » (1994, p. 45). Ceci est d’autant plus vrai quand le terrain n’est pas un lieu
matériel sur lequel se rendre. Il n’existe pas d’espace spécifique où les transsexuel(le)s se
retrouvent. Les lieux sont divers, les personnes mobiles : il n’y a pas de place fixe pour
eux/elles dans la société, ni concrète, ni symbolique. Même si je souhaitais enquêter dans la
région de Marseille, cette absence de lieu géographique matériel allait faire partie intégrante
de ma recherche.
Je décidai de contacter l’Association d’Aide aux Transsexuels (AAT), à Marseille. Leur
silence premier me fut bénéfique puisque je me suis vue obligée d’aller frapper à d’autres
portes, que j’aurais probablement négligées par choix arbitraire. J’avais en effet pensé ne pas
aborder le milieu de la prostitution par une volonté pleine de préjugés de ne rencontrer que
des transsexuel(le)s hors-marginalité, et dans l’espoir de pouvoir me limiter au confort d’une
association. La réalité des faits s’est imposée à moi, puisque c’est aussi dans l’existence de
réseaux, de relations d’échange ou de conflit, et dans la difficulté à délimiter un milieu que
réside un des intérêts du sujet.
4
Par le PASTT à Paris, j’ai appris l’existence d’Autres Regards, toujours à Marseille,
association de santé communautaire dans le milieu de la prostitution, qui ne s’occupe pas
spécifiquement de transsexuelles. Cette première approche présentait deux inconvénients.
D’une part, je n’allais rencontrer que des femmes, puisque la prostitution ne concerne pas les
FtoM, d’autre part, je me retrouvai dans une situation délicate : les attentes de l’association
liées aux problématiques spécifiques de la prostitution auraient pu biaiser, voire désorienter
mon enquête.
J’ai fait le choix par ailleurs d’enquêter directement dans les milieux gays et lesbiens,
dans l’hypothèse que les transsexuel(le)s pourraient les fréquenter. J’avais appris que la

4
Prévention Action Santé Travail pour les Transsexuelles ; association médiatisée ces derniers mois, du fait des
actions de sa présidente, Camille Cabral (comme le Bus des femmes au Bois de Boulogne).
9
Copyright © 2002 / Bénédicte RADAL

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.