L'individu dans la manga (Extrait)

De
Publié par

L’INDIVIDU DANS LA BANDE DESSINÉE JAPONAISE UNE PLACE POUR CHACUN… CHACUN A SA PLACE ? SYUHO SATO, SAY HELLO TO BLACK JACK. Table des matières L’INDIVIDU DANS LA BANDE DESSINÉE JAPONAISE................................................1 TABLE DES MATIÈRES ........................................................................... .. .. . .. . . . .. . . .. .. .. .. .. . . .. . 2 AVERTISSEMENTS ........................................................................................ . .. . .. .. . .. . .. . . . . .. . .. . 4 INTRODUCTION .................................................................................................................... . 5 I / MANGA ET SOCIÉTÉ, HISTORIQUE ET DÉFINITION .................... .. .. . . .. . . .. .. . . . . .. . .. . 8 A / LA SOCIÉTÉ JAPONAISE : LA VIE ET L’AVIS DU GROUPE ................................................ . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . 8 a. Des racines profondes ............................................................................... .
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
L’
INDIVIDU DANS LA BANDE DESSINÉE JAPONAISE
U
NE PLACE POUR CHACUN
C
HACUN A SA PLACE
?
S
YUHO
S
ATO
, S
AY
H
ELLO
T
O
B
LACK
J
ACK
.
Table des matières
L’INDIVIDU DANS LA BANDE DESSINÉE JAPONAISE................................................1
TABLE DES MATIÈRES........................................................................................................2
AVERTISSEMENTS................................................................................................................4
INTRODUCTION.....................................................................................................................5
I / MANGA ET SOCIÉTÉ, HISTORIQUE ET DÉFINITION............................................8
A / L
A SOCIÉTÉ JAPONAISE
: L
A VIE ET L
AVIS DU
G
ROUPE
....................................................................8
a. Des racines profondes............................................................................................................8
1. L’amae, la culpabilité envers la Mère...............................................................................8
2. L’ie, le respect dû au Père.................................................................................................8
b. Un héritage ancré...................................................................................................................9
1. L’entreprise-ie...................................................................................................................9
2. Des relations codifiées......................................................................................................9
c. La crise de l’individu............................................................................................................10
1. Dérives et rejets, le revers de la médaille.......................................................................10
2. L’échappatoire des martyres...........................................................................................11
B / L
A BANDE DESSINÉE JAPONAISE DANS LA SOCIÉTÉ
..........................................................................12
a. Etude historique....................................................................................................................12
1. L’art des estampes...........................................................................................................12
2. L’influence étrangère moderne.......................................................................................13
b. Une classification stricte des genres....................................................................................13
1. Une manga pour chacun.................................................................................................13
2. Des genres codifiés.........................................................................................................14
c. La Manga dans la société.....................................................................................................15
1. Une industrie prédominante au Japon............................................................................15
2. le Shônen Jump : le stéréotype bd le plus lu au monde..................................................15
II / LE MAINSTREAM ET LES VALEURS DU GROUPE...............................................17
A / A
MITIÉ
...................................................................................................................................17
a. Le héros, élément principal du Groupe................................................................................17
1. Le Sujet de la manga......................................................................................................17
2. Identification du lecteur..................................................................................................17
b. Le mentor..............................................................................................................................18
1. Elément initiateur...........................................................................................................18
2. Elément perturbateur et perturbé....................................................................................19
c. Les compagnons....................................................................................................................19
1. Les connaissances pré-bouleversement..........................................................................19
2. L’antihéros......................................................................................................................20
B / P
ERSÉVÉRANCE
........................................................................................................................21
a. Des personnages que rien n’arrête.......................................................................................21
1. l’inébranlable volonté.....................................................................................................21
2. Un graphisme exaltant....................................................................................................21
b. L’Aura, source d’énergie......................................................................................................22
1. Aura de persévérance......................................................................................................22
2. L’autonomie de l’Aura....................................................................................................22
C / V
ICTOIRE
................................................................................................................................23
a. Tous pour un ........................................................................................................................23
1. Unicité des compétences................................................................................................23
2. Don de soi au Groupe.....................................................................................................23
b. Un pour tous.........................................................................................................................24
1. Disparition du Système adverse.....................................................................................24
2. Le lecteur vainqueur.......................................................................................................24
III / UN CONTRE-COURANT : L’INDIVIDU ENVERS ET CONTRE TOUS..............26
A / L
E HÉROS SOLITAIRE
.................................................................................................................26
a. Le « super héros » ................................................................................................................26
1. Possède la force lui permettant de se passer de Groupe.................................................26
2. La légende et ses marques..............................................................................................27
3. Isolé de ses contemporains.............................................................................................27
b. Le Transfuge.........................................................................................................................28
1. Le volontaire...................................................................................................................28
2. L’exilé.............................................................................................................................28
B / L’
INDIVIDU CONFRONTÉ AU
S
YSTÈME
..........................................................................................29
a. Trouver sa place...................................................................................................................29
1. Tiraillé entre deux systèmes...........................................................................................29
2. Points de repères ............................................................................................................29
b. Modifier les Groupes............................................................................................................30
1. Pourquoi changer son monde ?.......................................................................................30
2. Rallier l’entourage à sa cause.........................................................................................30
3. Faire dérailler le système................................................................................................31
C / S
E REDÉCOUVRIR SOI
................................................................................................................31
a. Choisir son camp..................................................................................................................31
1. Les amis d’hier…...........................................................................................................31
2. La voie du milieu............................................................................................................32
b. Se reconstruire au travers des autres....................................................................................32
1. Autrui est moi.................................................................................................................32
2. Je suis Autrui..................................................................................................................32
c. Les super héros : Crise de confiance, plus dur sera la chute...............................................33
1. La perte de leur surpuissance.........................................................................................33
2. Remise en question.........................................................................................................34
CONCLUSION.......................................................................................................................35
SOURCES................................................................................................................................37
B
IBLIOGRAPHIE
..............................................................................................................................37
M
ANGAS ÉTUDIÉES
........................................................................................................................37
D
OCUMENTAIRES
...........................................................................................................................37
S
ITOGRAPHIE
.................................................................................................................................38
Avertissements
Les œuvres citées dans ce dossier sont étudiées dans leurs
traductions françaises
. Les citations et
pages présentées sont tirées des
éditions françaises
des œuvres. Chaque première évocation des
œuvres sera cependant accompagnée de son auteur et de la date de sa première publication originale
au Japon.
Devant la multitude de définitions, traductions et tentatives d’adaptations contradictoires en
France du terme « manga » qui désigne la bande dessinée japonaise, nous avons fait le choix à
l’instar de Mr. Frédéric Boilet, bédéiste français vivant au Japon, d’accorder le terme au féminin et
accordable au pluriel. Nous parlerons donc de
la manga
comme nous parlerons de
la bande
dessinée
. Cependant, suivant les règles de la grammaire japonaise, les autres termes japonais utilisés
ne s’accordent pas en nombre.
Ex
: L’
otaku
et les
otaku
.
Enfin, les références renvoyant à l’annexe des illustration seront notées de la manière suivant :
(cf. I et II p.3 : Voir figures I et II page 3 du dossier annexe).
Introduction
Avant de commencer notre étude, observons premièrement quelques spécificités de la langue
japonaise :
« Les particularités de la langue japonaise sont les suivantes :
- la distinction du singulier et du pluriel n’est pas stricte.
- il n’y a pas de distinction de genre (masculin, féminin, neutre).
- il n’y a pas d’article.
- il n’y a pas de préposition.
- il n’y a pas de pronom relatif.
- il n’y a pas de forme comparative et superlative à l’adjectif.
- l’adjectif et l’adverbe se placent devant le nom et le verbe.
- le complément se place devant le verbe »
1
.
« En japonais, il n'est pas nécessaire d'avoir un sujet grammatical.
[…]Le sujet est un complément semblable aux autres et il n'est pas
privilégié dans l'ordre syntaxique comme en français, où il est
généralement devant le verbe »
2
.
Dans la langue japonaise, le sujet est mis au second plan. Noyé dans la masse, rien ne distingue
son « singulier » de la masse des « pluriels ». L’individu en japonais ne peut exprimer son genre, ses
possessions ni même justifier de sa propre présence au sein de la phrase. Le sujet est diminué par
rapport aux autres éléments quand il n'est pas tout simplement éludé. Sa présence est effacée au
profit de son environnement. Seul le contexte de la phrase permet de savoir de
qui
on parle.
Comment alors dans une telle situation linguistique réussir à être « soi » ? Comment s’exprimer en
tant qu’individu autonome avec une telle dépendance à tout ce qui nous entoure ? Mais d’ailleurs,
au japon, l’autonomie et l’individualité de la personne existent-elles ? Si en linguistique japonaise le
contexte de la phrase est primordial pour définir son sujet, sachons que ce même
contexte
est tout
aussi prépondérant dans la société, dans la relation entre l’élève et son
école
, l’employé et son
entreprise
… La
société
et son individu.
« Pour exister au Japon, avoir un patronyme n’est peut-être pas
suffisant. Dans un pays où l’individualité a peu de valeur, appartenir à
une
shoshiki
, une structure sociale avec sa hiérarchie, est primordiale.
Une institution, une entreprise, un ministère, une université, etc.…
Ceux qui ne sont pas dans la mouvance d’une de ces organisations ont
beaucoup de mal à trouver un statut leur permettant d’exister
socialement »
3
.
Un japonais qui se présente à un inconnu ne donne donc pas seulement ses nom et prénom, mais
aussi et surtout le nom de l’entreprise ou de l’école auquel il appartient, ainsi que son rôle et sa
place dans celle-ci. Il n’est pas défini ni représenté par ses actes et mérites individuels mais par
l’école, l’entreprise, le
Groupe
auquel il
appartient
. Tout individu qui ne peut prétendre appartenir à
un Groupe sera traité en paria et rejeté dans un cercle vicieux qui ne fera que l'isoler de plus en plus.
On ne naît pas japonais, on le devient.
1
Hidéo KAMATA,
Les Japonais ne sont pas ce que vous croyez…,
Paris, Ellebore, 1993, p. 96.
2
Taji KANAYA, professeur de japonais au Centre d'études de l'Asie de l'Est, Université de Montréal.
3
Keiko YAMANAKA,
Le Japon au double visage
, Paris, Denoël (« Documents d’actualité »), 1997, p. 251.
Mais alors, que devient l’individu japonais dans l’univers romanesque ? Dans un monde
diégétique libéré, où l’auteur peut laisser aller son imagination, donner à ses personnages
l’importance et le rôle qu’il désire sans contrainte ni étiquette, l’individu est-il pour autant plus
indépendant ? En faisant le choix d’étudier quelques œuvres de la bande dessinée japonaise, ou
manga
, nous allons tenter de répondre à cette question.
Pourquoi ce choix ? Parce que la manga est devenue aujourd’hui, avant le cinéma et même la
littérature l’objet culturel japonais le plus connu et diffusé du pays. La manga est une représentation
typique du média de masse qui doit répondre à la fois aux doubles exigences de ses millions de
lecteurs (à travers le monde) et des directives des groupes éditoriaux, très puissants au Japon. La
manga doit être assez souple pour s’adapter à la fois à son lectorat multinational tout en « restant
dans les rangs » de son origine japonaise. Elle est l'industrie lourde de l’archipel nippon. En terme
de quantité et de diffusion nationale et internationale, la manga est la première bande dessinée lue
au monde : La revue de prépublication de manga
Shônen Jump
publiée par la maison d’édition
Shûeisha tire chaque semaine ses 500 pages à près de 3 millions d’exemplaires, avec un record
historique de 6,5 millions en 1995, soit l’un des plus gros tirages mondiaux pour un hebdomadaire
4
.
Un tiers de la production imprimée du Japon est constitué de mangas (la légende veut que le japon
utilise plus de papier pour imprimer les mangas que pour la production de papier toilette). La
France, qui a longtemps été le second consommateur mondial de mangas après le Japon lui-même,
doit près de 45% de ses parts de marché sur la bande dessinée aux mangas. En d’autres termes, un
album de bande dessinée sur deux imprimés en France est une manga, pour un chiffre d’affaire qui
atteignît 460 millions d’euros en 2005
5
.
Objet culturel enfin parce que, malgré son essor mondial, la manga sait rester un pur produit de
l’archipel nippon, intégrée au système de vie, aux modes, us et coutumes du Japon. Elle prend pour
sujet
chaque aspect de la vie des japonais : chaque manga regorge de scènes de déjeuners en
famille, d’étudiants allant aux
juku
, aux cours de soutien le soir après l’école et de salariés se
saoulant après le travail. La manga reflète la culture du pays dans toute sa diversité et ses
particularités. Tant et si bien que de plus en plus d’éditions étrangères de manga ajoutent maintenant
dans les volumes des index et notes traductrices et explicatives des termes employés, faisant de
chaque manga un vrai petit cours sur une facette de la vie japonaise.
Mais si la manga expose au monde ses traditions nationales et les coutumes du pays, qu’en est-il
de la vision des individus et de la société elle-même ? Au Japon, il existe des phénomènes sociaux
de grande envergure, d'ampleur inédite au reste du monde : Le
karoshi
, la mort causée par l’excès
de stress au travail ; les
otaku
et
hikikomori
, ces personnes qui s’enferment volontairement chez eux
pour ne plus avoir affaire à leurs contemporains ;
l’ijimé
, les brimades et harcèlements quasiment
institutionnalisés infligés entre élèves… Autant de signaux d’alarme d’une crise de la personnalité,
de l’indépendance et de la notion même d’individu. Trouvent-ils reflet dans la manga ?
Nous allons scinder pour les besoins de notre étude la production de manga en deux courants
distincts que nous nommerons « courant principal » ou
« maintream »,
et « contre-courant ». Par
« courant principal » nous désignerons les mangas suivant un schéma narratif mis en place depuis
les années 1970 par la maison d’édition Shûeisha , et mettant en scène un ou plusieurs « groupes de
héros » luttant de concert vers un but commun, à la manière des employés d’une grande entreprise
typique japonaise. Les mangas publiées par Shûeisha rencontrent un énorme succès et sont
maintenant systématiquement achetées par les autres pays. Elles forment la facette de la manga la
plus lue et de fait, la vision de la société japonaise la plus connue au monde.
Le
contre-courant
désigne lui les mangas qui n’obéissent pas aux « règles » édictées par le
Shônen Jump
de la Shûeisha et formant une production parallèle où l’aventure ne se concentre non
pas sur un groupe de héros mais sur un seul personnage dont nous suivons l’histoire personnelle de
bout en bout.
4
Julien BASTIDE, « Une petite histoire du manga », in
Animeland
, H.S. n°5, juin 2003, p. 244.
5
Chiffre fournit par l’Eurasiam (http://www.eurasiam.com/art/art_vocation_manga.php).
Pourquoi un tel développement dichotomique ? Parce que le Japon fonctionne à tous les niveaux
en double structure. Il y a toujours d’un côté l’individu, de l’autre le groupe. L’intérieur accueillant
et l’extérieur adversaire
6
.
Quelle est donc la place de l’individu dans la manga, quels sont ses rôle et fonction face au
Groupe, son environnement, son contexte ? Qui est l’individu représenté dans la manga ? La bande
dessinée japonaise diffuse-t-elle dans le monde cette image de « l’individu effacé au profit de son
contexte », un pur produit de la société japonaise, ou au contraire assistons-nous dans ces œuvres à
une émancipation de l’individu ? À travers l’analyse des caractéristiques propres à chacun des deux
courants de la manga que nous distinguons, dans leur narration et leur graphisme, nous tenterons de
dresser un tableau synthétique de la place de l’individu dans la bande dessinée japonaise.
Pour se faire, nous étudierons tout d’abord les spécificités de la société japonaise, son système de
hiérarchisation des individus et des relations entre ceux-ci et avec leur environnement, ainsi qu’une
histoire de la manga et de ses particularités. Puis nous observerons la mécanique, les
caractéristiques de la manga
mainstream
, les valeurs qu’elle défend, avant de les comparer enfin
dans une dernière partie à celles du
contre-courant
et de ses héros.
Mais observons tout d’abord quelques traits caractéristiques de la société japonaise, à
commencer par ses racines qui la plongent dans la philosophie de Confucius.
6
Cf. partie I.A.a.2 : « L’
ie
, le respect dû au Père» p.8.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Un manga sinon rien

de le-nouvel-observateur

Le manga

de editions-eyrolles