Conclusions du groupe de travail sur les mesures de lutte contre ...

Publié par

Conclusions du groupe de travail sur les mesures de lutte contre ...

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 129
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
IXE FORUM EUROPÉEN DU SPORT
LILLE26-27/10/2000
Conclusions du groupe de travail sur les mesures de lutte contre le dopage dans le sport
Les participants au groupe de travail sur les mesures de lutte contre le dopage dans le sport proposent les conclusions suivantes:
Dans la lutte contre le dopage dans le sport,l'Europe devrait tout faire pour éliminer totalement le dopage. Les jeux d'Athènes en 2004 devraient être les jeux les plus propres de l'Histoire. Les jeux olympiques de Sydney ont marqué un pas concret dans les efforts visant à débarrasser le sport du dopage. Néanmoins, il reste beaucoup à faire et il n'y aurait rien de plus pernicieux que de se reposer sur nos lauriers en croyant que la situation est complètement maîtrisée. La lutte contre le dopage est un combat à l'échelle mondiale. La coopération entre l'Union européenne, le Conseil de l'Europe et l'AMA est donc essentielle. Des représentants des Nations unies devraient aussi assister au Forum. L'Europe doit être capable de parler d'une seule et même voix au sein de l'AMA. L'Europe devrait également présenter une candidature unique pour devenir le siège de l'AMA. Il est essentiel que cette agence reste en Europe, continent qui a été à la pointe de la lutte contre le dopage. Enfin, les missions de l'AMA devraient être définies plus précisément qu'elles ne le sont aujourd'hui. Concrètement, le groupe de travail propose en conséquence uneliste de prioritésdont les suivantes: ·Pour attaquer le problème du dopage à la racine, il est essentiel d'accélérer les programmes d'enseignementpour informer les jeunes des dangers du dopage. ·Davantage de rechercheest nécessaire concernant leseffets des substances dopantes sur la santéet pour être sûr que les sportifs et les sportives savent exactement où ils se situent au regard de la loi. ·Il y lieu de recommander l'établissement d'uneplate-forme de coopération et d'échange d'information avec l'industrie pharmaceutique. Les thèmes concernés pourraient comprendre la production et le trafic illégaux de médicaments, et le soutien financier éventuel de projets de recherche. Il est suggéré que l'industrie pharmaceutique fournisse des renseignements sur les nouveaux produits et coopère dans le sens d'un étiquetage des produits dopants. ·De même, il conviendrait d'établir uneplate-forme de coopération et d'échange d'information avec les organisations chargées de la santé publique, pour discuter de dangers tels que l'abus de médicaments et la production clandestine de médicaments sans marque.
·Il conviendrait de s'attaquer aux racines du dopage, par exemple en organisant des compétitions sur la base de calendriers coordonnés, en ménageant
EAC-2000-02101-00-00-FR-TRA-00 (EN)
des périodes de repos adéquates et en réduisant la pression exercée sur les athlètes par les sponsors et les médias.
·L'harmonisation des mesures de lutte contre le dopagene devrait pas uniquement porter sur la législation et les tests, mais également sur la qualité des programmes et initiatives de lutte contre le dopage.
·Une coopération policière convenablepour renforcer l'application effective des 1 mesures de répression du trafic illicite de substances dopantes.
·Coordination des activités de la recherchepour éviter un gaspillage des crédits et empêcher des doublons dans les efforts des différents centres de recherche. Consacrer une attention particulière dans ce domaine aux études des conséquences à moyen et long terme du dopage sur la santé des sportifs et sportives, et aux études épidémiologiques.
·Amélioration de la coordination et de l'harmonisation des procédures légales pour que l'application des mesures soit effective et pour être sûr que les sportifs et les sportives savent exactement où ils se situent au regard de la loi. Les sportifs et les sportives ne devraient pas être les seuls concernés par l'application des mesures; toutes les personnes participant à des pratiques de dopage devraient également y être soumises.
·Introduction de mécanismes de révision de la liste des substances interdites, tenant dûment compte des progrès réalisés dans le domaine de la médecine et de la pharmacie.
·Amélioration des flux d'information, par exemple en fournissant des renseignements plus détaillés sur les médicaments, comme l'a demandé le Parlement européen. Il convient aussi de mieux informer les athlètes sur les effets des substances dopantes sur la santé.
Autres points importants
Le premier thème évoqué estl'augmentation du dopage dans le monde sportif. Ce problème semble aggravé par la commercialisation excessive des sports et le calendrier très chargé des compétitions.Deuxtypesde dopagesont ainsi mis en évidence:
a) L'abus planifié et illicitede drogues en vue d'améliorer les performances des athlètes, qui implique différents intervenants du milieu sportif (entraîneurs, médecins, etc.). Cette pratique se rencontre essentiellement dans les grandes organisations sportives.
1 (Un rapport interne d'Interpol a souligné le manque d'intérêt des pays qui en sont membres pour les affaires de trafic de substances dopantes. Cette organisation a lancé une enquête sur ce problème parmi les pays qui la composent. Cependant, seuls 23 membres sur 178 ont répondu au questionnaire d'Interpol, qui est convaincue que le trafic de substances dopantes revêt aujourd'hui la même ampleur que le trafic de certaines drogues dites sociales.) -2-
EAC-2000-02101-00-00-FR-TRA-00 (EN)
b) L'utilisation accidentelle de substances illicitespar les athlètes. Elle résulte non pas d'une volonté d'améliorer les performances mais bien d'un manque d'information sur le produit utilisé. Le public entend peu souvent parler de ces cas de dopage, qui ont tendance à se dérouler au sein des petites organisations sportives.
Il ne faudrait pas perdre de vue le fait que, avant la création de l'AMA, la plupart des pays de l'Union européenne disposaient déjà de structures aux niveaux national et international pour lutter contre le dopage. Néanmoins, l'AMAnous offrel'occasion unique d'instaurer une nouvelle coopérationentre le monde sportif et les pouvoirs publics en vue de coordonner les mécanismes existants et de donner un nouvel élan à la lutte contre le dopage à tous les niveaux.
Un autre problème important dans la lutte contre le dopage réside dans ledécalage entre la recherche de nouvelles méthodesde détection des substances non autorisées et la création et la mise au point de produits dopants neufs et inconnus.
Plusieurs thèmes récurrents ont pu être définis pendant les débats:
·Laliste des substances et produits interdits du CIOdevrait être allongée.
·En matière de dopage, il faudrait mettre l'accent sur lapréventionplutôt que sur la répression.
·Il faudrait prendre des mesures plus strictes pour décourager le dopage afin de préserver la crédibilitédu monde sportif.
-3-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.