Critères d’EPP pour les maladies du sang - Purpura thrombopénique auto-immun Référentiel 2004

De
Mis en ligne le 08 oct. 2008 Inclus : hémopathies, drépanocytose Un critère d’évaluation de la pratique professionnelle est l’énoncé d’un moyen ou d’un élément permettant de satisfaire une référence, c’est-à-dire une source d’information validée. Cette validation peut être scientifique, réglementaire, éthique (déontologie) ou organisationnelle (procédures). Les critères d’évaluation permettent d’améliorer la pratique professionnelle avec la méthode de l’audit. Des critères, développés en partenariat avec les sociétés professionnelles, sont proposés avec des grilles sur les thèmes suivants : Purpura thrombopénique auto-immun (outils en bas de page)Lymphomes malins (l’application devra être réalisée avec l’application vierge en fonction de l’objectif fixé ) (outils en bas de page)Commandez un CD-Rom qui propose des critères d’évaluation en lien avec des applications informatiques et les recommandations professionnelles correspondantes.  CD-Rom « EPP en médecine ambulatoire 2008 » Lymphomes malins (l’application devra être réalisée avec l’application vierge en fonction de l’objectif fixé ) (outils en bas de page) Documents complémentaires Purpura thrombopénique auto-immun Référentiel 2004 ( 66,12 Ko) Purpura thrombopénique auto-immun Application informatique ( 94,25 Ko) Lymphomes malins Référentiel 2004 ( 73,07 Ko) Application informatique vierge audit ( 76,97 Ko) Purpura thrombopénique auto-immun Référentiel 2004 ( 66,12 Ko) Purpura thrombopénique auto-immun Application informatique ( 94,25 Ko) Lymphomes malins Référentiel 2004 ( 73,07 Ko) Application informatique vierge audit ( 76,97 Ko) Mis en ligne le 08 oct. 2008
Publié le : mercredi 1 octobre 2008
Lecture(s) : 461
Source : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_831700/fr/criteres-depp-pour-les-maladies-du-sang?xtmc=&xtcr=34
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
 
     REFERENTIEL DAUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN HEMATOLOGIE    Purpura thrombopénique auto-immun      Décembre 2004
I.
Référentiel d’auto-évaluation des pratiques en hématologie
PROMOTEURS 
 Société française d’hématologie (SFH)  Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé (Anaes)
II.
SOURCES 
 Marie JP, Simon D, Baumelou E, et al. Purpura thrombopénique auto-immun. Pratiques cliniques lors du diagnostic. Enquête française et recommandations. Presse Méd. 1997 ; 26: 433-8.   George JN, Woolf SH, Raskob GE, et al. Idiopathic thrombocytopenic Purpura: a practice Guideline developed by explicit methods for the American Society of Hematology. Blood 1996 ; 88: 3-40.   for Standards in Hæmatology General Hæmatology Task Force. GuidelinesBritish Committee for the investigation and management of Idiopathic Thrombocytopenic Purpura in adults, children and pregnancy. Brit J Haematol 2003 120: 574-96, 2003.   Cines DB, Blanchette VS. Immune Thrombopenic Purpura. New Engl J Med 2002 ; 346: 995-1008.   Del Vecchio GC, et al Acute childhood thrombocytopenic purpura:De Mattia D, Del Principe D, AIEOP consensus guidelines for diagnosis and treatment. Haematologica, 2000; 85: 420-4.
III. CIBLE PROFESSIONNELLE 
Les médecins hospitaliers :  hématologues ;  internistes ;  pédiatres ;  enrgu. esstti
IV. PATIENTS CONCERNES 
Tous les patients présentant une suspicion de PTI.
V. SELECTION DES DOSSIERS 
Vingt services sont retenus pour participer à cette auto-évaluation. Ils sont connus pour l’importance de leur recrutement de patients souffrant de PTI. Chaque service recueille les données concernant 10 à 20 dossiers anonymes consécutifs étiquetés PTI en répondant aux questions suivantes (cf. VI). L’analyse des résultats et la proposition d’actions d’amélioration sont faites par le groupe de travail à partir de ces données.  
Anaes / Service évaluation des pratiques / Décembre 2004 Purpura thrombopénique auto-immun 2/8
VI.
Référentiel d’auto-évaluation des pratiques en hématologie
OBJECTIFS DE QUALITE 
 Identifier les critères diagnostiques d’un PTI.  Prise en charge d’un PTI pendant les 48 premières heures à l’exclusion des patients connus pour être infectés par le VIH ou le VHC (virus de l’hépatite C), des femmes enceintes et des nouveau-nés.   
 
Critères d’évaluation et questions pour déterminer si les critères sont présents. 
 1. Il est important d’éliminer à l’hémogramme une fausse thrombopénie due aux amas plaquettaires provoqués par l’anticoagulant EDTA (1, 2, 3). Si la thrombopénie est isolée sans manifestation hémorragique, trouve-t-on trace dans le dossier qu’une fausse thrombopénie par agglutination ait été éliminée ?
 2. Sur l’hémogramme, la thrombopénie doit être isolée et les autres lignées indemnes de toute anomalie de nombre et de morphologie (1, 2, 3, 4, 5). a) Trouve-t-on dans le dossier un hémogramme comportant l'analyse du frottis sanguin ? b) Une recherche de schizocytes a-t-elle été explicitement effectuée ?
 3. L’enquête étiologique débutera par un interrogatoire à la recherche d’éventuelles manifestations hémorragiques antérieures (1). Trouve-t-on dans le dossier une enquête rétrospective à la recherche d’antécédents cliniques (manifestations hémorragiques, actes invasifs éventuels) ou d'hémogramme(s) antérieur(s) ?  4. L’interrogatoire doit rechercher des causes médicamenteuses ou toxiques (1, 2). La liste exhaustive de tous les médicaments et de toxiques (tel l’alcool) consommés ou auxquels le patient a été exposé dans le mois précédent existe-t-elle dans le dossier ?  5. À l’examen clinique, la présence d’une splénomégalie écarte en principe le diagnostic de PTI (1, 2, 3, 4). L’absence de splénomégalie est-elle mentionnée dans le dossier ?
 6. La gravité d’un PTI dépend de l’importance du syndrome hémorragique (bulles hémorragiques endobuccales et autres saignements muqueux) et de facteurs augmentant le risque hémorragique tels un âge supérieur à 60 ans, l’existence d’un ulcère gastroduodénal, une HTA, un traitement anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire (2, 3, 4). a) Y a-t-il dans le dossier une description du syndrome hémorragique ? b) Trouve-t-on dans le dossier une analyse du risque hémorragique lié aux co-morbidités et traitements associés ?  
Anaes / Service évaluation des pratiques / Décembre 2004 Purpura thrombopénique auto-immun 3/8
Référentiel d’auto-évaluation des pratiques en hématologie
7. En dehors de l’infection par le VIH ou le virus de l’hépatite C, la recherche d'une maladie virale n’est justifiée que lorsqu’il existe un contexte évocateur (1, 2, 4). Retrouve-t-on dans le dossier une recherche d’infection par le VIH ou le virus de l’hépatite C ?  8. Il est également important de rechercher une CIVD (1). Trouve-t-on dans le dossier un bilan d’hémostase comprenant un TP, TCA et fibrinogène ?  9. La pratique d’un myélogramme est consensuelle dans les cas suivants :  chez l’enfant avant toute corticothérapie (1, 2, 3, 4, 5) ;  l’hémogramme ou à l’examen clinique (splénomégalieà tout âge lorsqu’il existe des atypies à ou adénopathie) ;  sujet de plus de 60 ans ;  patient n’ayant pas répondu aux traitements de première ligne (2, 3, 4). Si le patient rentre dans l’une des catégories ci-dessus, trouve-t-on dans le dossier un myélogramme ?  10. Les indications de transfusions de plaquettes sont exceptionnelles au cours d’un PTI. Elles
doivent être réservées aux très rares formes où l’importance du syndrome hémorragique menace le pronostic vital ou fonctionnel immédiat (1, 2, 3, 4, 5). Si une transfusion de plaquettes a été réalisée, trouve-t-on dans le dossier la justification de cette transfusion ?  11. Les patients qui ont un taux de plaquettes supérieur à 30 G/l en l’absence de syndrome hémorragique ou de préparation à un acte invasif n’ont pas besoin de traitement immédiat (3). L'indication du traitement immédiat par corticoïdes ou immunoglobulines polyvalentes intraveineuses est davantage liée à l'existence d'un syndrome hémorragique extensif ou menaçant qu'à un chiffre seuil de thrombopénie (2, 3). Hormis des différences de délai de réponse plaquettaire, plus court avec les immunoglobulines polyvalentes comparativement aux corticoïdes intraveineux, le choix entre corticoïdes et immunoglobulines polyvalentes doit tenir compte des aspects économiques (4). Si vous avez prescrit des immunoglobulines polyvalentes, y a-t-il une jus dossier ?
Anaes / Service évaluation des pratiques / Décembre 2004 Purpura thrombopénique auto-immun 4/8
tification dans le
VII.
Référentiel d’auto-évaluation des pratiques en hématologie
GRILLE DE RECUEIL DES INFORMATIONS 
Notez une seule réponse par case :  
Osi la réponse est OUI Nsi la réponse est NON
NAsi le critère ne s’applique pas à ce patient ou à votre pratique (précisez dans la zone de commentaires). N’hésitez pas à ajouter des informations qualitatives !  N°d’anonymat : Date :  passé à cette évaluation : Temps   CEERRTI1 CREERIT2 CERETIR3 CERETIR4 CRITERE5 CTIREER6 CRTIREE7 CRERITE8 CEREITR9 CRRETIE10 CERETIR  Recherche a Anal se du b Recherche Recherche Liste de tous Absence de a Description b Anal se du Recherche Bilan M élo- Justification Justificatio de fausse frottis sanguin de d’antécédents les s lénomé- du s ndrome ris ue d’infection d’hémo- gramme de cette rescri tio thrombopénie schizocytes cliniques médicaments galie hémorragique hémorragique par le VIH ou stase transfusion immunogl et de le virus de lines
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
          
          
          
          
toxi ues consommés                                         
Anaes / Service évaluation des pratiques / Décembre 2004 Purpura thrombopénique auto-immun 5/8
l’hépatite C
          
          
          
          
11 n de n des obu-polyvalentes
          
 
 
CRERTEI1 Recherche de fausse thrombopénie
11 12 13 14 15 16 17 18 19 20  Total desO  Total desN  Total desNA             
CRRETIE2 a) Analyse du b) Recherche frottis sanguin de schizocytes 
          
   
          
   
Référentiel d’auto-évaluation des pratiques en hématologie
CITREER3 Recherche d’antécédents cliniques
   
          
CERERIT4 Liste de tous les médicaments et de toxi ues consommés           
   
CRTIREE5 CITERER6 Absence de a) Description b) Analyse du s lénomé- du s ndrome ris ue galie hémorragique hémorragique
   
          
   
   
       
   
   
       
CRITERE7 Recherche d’infection par le VIH ou le virus de l’hépatite C
   
VOS OBSERVATIONS ET COMMENTAIRES POUR CETTE AUTO-ÉVALUATION :
Anaes / Service évaluation des pratiques / Décembre 2004 Purpura thrombopénique auto-immun 6/8
          
CRETIRE8 Bilan d’hémo-stase
   
        
  
CEERTIR9 Myélo-gramme
   
          
CREERIT10 Justification de cette transfusion
   
          
CETERIR11 Justification de rescri tion des immunoglobu-lines polyvalentes
   
          
  
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Référentiel d’auto-évaluation des pratiques en hématologie
Observations par patient
Anaes / Service évaluation des pratiques / Décembre 2004 Purpura thrombopénique auto-immun 7/8
VIII.
·  
 ·
 ·
 
Référentiel d’auto-évaluation des pratiques en hématologie
INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS 
Que pensez-vous de vos résultats (points forts et points à améliorer de votre pratique) ? Sont-ils conformes à ce que vous attendiez ?
       
Comment expliquez-vous, pour certains critères d’évaluation, les éventuels écarts observés ?
       
Quelles actions d’amélioration allez-vous mettre en place ?
Anaes / Service évaluation des pratiques / Décembre 2004 Purpura thrombopénique auto-immun 8/8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.