Destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence bipolaire - Synthese Destruction disque intervertebral Radiofrequence

De

Mis en ligne le 19 oct. 2005 L’objectif de ce rapport est d’évaluer la destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence. Cette technique est proposée dans le traitement de la lombosciatique commune résistant au traitement médical Mis en ligne le 19 oct. 2005

Publié le : samedi 1 octobre 2005
Lecture(s) : 8
Tags :
Source : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/r_1498620/fr/destruction-dun-disque-intervertebral-par-radiofrequence-bipolaire?xtmc=&xtcr=286
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
 
DESTRUCTION DUN DISQUE INTERVERTÉBRAL PAR RADIOFRÉQUENCE BIPOLAIRE PAR VOIE TRANSCUTANÉE,AVEC GUIDAGE RADIOLOGIQUE    Classement CCAM : non classé – code : non codé
      
           
    
OCTOBRE2005
Service évaluation des actes professionnels
2 avenue du Stade de France – 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX – Tél. : 01 55 93 70 00 – Fax : 01 5593 74 00 –rf-sastn.e:ptthah.www// N°SIRET : 180 092 041 00011 – Code APE : 751 C
                 
Destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence bipolaire
                    
Ce dossier est téléchargeable sur www.has-sante.fr   Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France – F 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. :+33 (0)1 55 93 70 00 – Fax :+33 (0)1 55 93 74 00
Ce document a été validé par le Collège de la Haute Autorité de santé enoctobre 2005.  HAS (Haute Autorité de santé) Service communication 2 avenue du Stade de France – 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. : 01 55 93 70 00 – Fax : 01 55 93 74 00
Ó HAUTEAUTORITÉ DE SANTÉ- 2005
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 - 2 -
L’ÉQUIPE 
 
Destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence bipolaire
Ce dossier a été réalisé par Dr Muriel Dhénain, chef de projet au service évaluation des actes professionnels.  La recherche documentaire a été effectuée par Mme Marie Georget, Mme Frédérique Pagès et Mme Christine Devaud, documentalistes, avec l’aide de Melle Maud Lefèvre et Melle Renée Cardoso.  L’organisation de la réunion et le travail de secrétariat ont été réalisés par Mme Colette Perrève.   -------------------------------------------------------------------------- Pour tout contact au sujet de ce dossier : Tél. : 01 55 93 71 12  Fax : 01 55 93 74 35 E-mail : contact.seap@has-sante.fr                             
Service évaluation des actes professionnels Chef de service, Dr Sun Hae Lee-Robin
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 - 3 -
S SEHÈNTY 
Destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence bipolaire
INTRODUCTION  - L’intervention réalisée sous anesthésie locale consiste à insérer une aiguille dans le disque intervertébral par voie postérolatérale sous contrôle radiologique, puis à introduire une sonde bipolaire dans le disque au travers de l’aiguille. Le mécanisme d’action repose sur la désintégration des molécules de collagène du nucleus pulposus, par une couche plasma créée à l’extrémité de la sonde. La température de la couche plasma est de 40 à 70°C. - Elle est proposée dans le traitement des lombalgies et des lombosciatiques communes. Les données épidémiologiques sont peu nombreuses, issues de l’Observatoire de médecine générale, et d’une enquête en médecine du travail. Des fréquences élevées de lombalgies sont retrouvées dans certains secteurs professionnels. Dans l’immense majorité des cas, la lombosciatique est une affection qui peut être invalidante par l’intensité et la persistance de la douleur, mais qui reste du domaine de l’inconfort, et n’entre pas dans le cadre des maladies graves. Cependant, il existe trois formes graves qui correspondent à des urgences chirurgicales : la sciatique hyperalgique, la sciatique paralysante et le syndrome de la queue de cheval. - Place dans la stratégie thérapeutique : compte tenu de l’évolution naturelle de la hernie discale, le traitement médical conservateur doit être la première étape thérapeutique. Un traitement chirurgical ou percutané n’est à envisager qu’après échec de 4 à 8 semaines de traitement médical conservateur. - La destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence bipolaire n’était pas prévue à la Nomenclature générale des actes médicaux (NGAP). El le n’est pas inscrite à la Classification commune des actes médicaux (CCAM) (version juin 2005). À l’étranger, la destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence n’est inscrite dans aucune des nomenclatures consultées. - L’évaluation de ce libellé a été demandée par la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnamts), car il s’agit d’une technique innovante. - La Haute Autorité de santé a évalué le service attendu de cet acte pour rendre un avis, en vue de son inscription à la liste des actes remboursés ou pris en charge par l’Assurance maladie.  MÉTHODE  La méthode proposée par la HAS pour évaluer le service attendu des actes professionnels est fondée sur les données scientifiques identifiées et l’avis de professionnels réunis dans un groupe de travail. Une recherche documentaire sans limite de temps a été effectuée par interrogation des principales bases de données bibliographiques médicales(Medline, The Cochrane Library, National guideline clearinghouse et HTA Database). Au total, 86 documents ont été obtenus, et 3 ont été retenus pour l’analyse de la littérature.  RÉSULTATS  Littérature analysée  Il n’y avait pas de données comparatives avec les autres traitements. Les données identifiées dans la littérature comprennent : - d’une part, 2 séries de cas (niveau IV) totalisant 129 patients ayant une lombalgie avec ou sans sciatique associée à une hernie discale contenue qui ont montré une amélioration significative de la douleur après l’intervention ; aucune complication n’a été rapportée ; - d’autre part, un guide de procédure interventionnelle du NICE (2004), qui concluait que les données actuelles sur l’innocuité et l’efficacité de cet acte ne paraissaient pas adéquates
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 - 4 -
Destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence bipolaire
pour justifier son utilisation sans dispositions spéciales pour le consentement du patient, et pour l’audit ou la recherche clinique.  Avis du groupe de travail  Cet acte est en phase de recherche clinique. Il est à réévaluer dans 2 ans.  CONCLUSION  Il n’y a pas dans la littérature identifiée de donn ées d’un niveau de preuve suffisant pour démontrer l’intérêt thérapeutique de la destruction d’un disque intervertébral par radiofréquence bipolaire.   En conséquence, le service attendu est considéré non déterminé.
Haute Autorité de santé/Service évaluation des actes professionnels/octobre 2005 - 5 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.