Douleur chronique les aspects organisationnels - Argumentaire Douleur chronique aspects organisationnels

De
Mis en ligne le 26 juin 2009 Le point de vue des structures spécialisées L’objectif de ce document est de réaliser un état des lieux sur les aspects organisationnels de la prise en charge de la douleur chronique de la population générale adulte dans les structures spécialisées. Cet état des lieux a pour principaux objectifs d’analyser : • les caractéristiques de la population se rendant dans les structures spécialisées ; • l’adéquation « ressentie » entre l’offre proposée par les structures d’évaluation et de traitement de la douleur chronique actuellement implantées dans les établissements de soins et les besoins des patients qui consultent ; • la pertinence d’une organisation en trois types de structures spécialisées de lutte contre la douleur chronique (consultation, unité, centre) ; • l’avis des responsables des structures spécialisées quant aux critères d’identification des structures par les ARH. Mis en ligne le 26 juin 2009
Publié le : mercredi 1 avril 2009
Lecture(s) : 19
Source : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_813396/fr/douleur-chronique-les-aspects-organisationnels?xtmc=&xtcr=32
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 127
Voir plus Voir moins
 
 
ÉTAT
DES LIEUX
 Douleur chronique : les aspects organisationnels  Le point de vue des structures spécialisées
ARGUMENTAIRE   
AVRIL 2009  
          
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
Les recommandations et la synthèse de cette évaluation sont téléchargeables sur www.has-sante.fr  Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. :+33 (0)1 55 93 70 00 - Fax :+33 (0)1 55 93 74 00  
                              Ce document a été validé par le Collège de la Haute Autorité de Santé en avril 2009. © Haute Autorité de Santé – 2009    
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 2 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
Sommaire
ABRÉVIATIONS................................................................................................................................................6 
RECHERCHE DOCUMENTAIRE ..................................................................................................................... 7 
1. SOURCES D’INFORMATIONS................................................................................................................ 7 
1.2. BASES DE DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES AUTOMATISÉES...................................................................... 7 1.3. AUTRES SOURCES.............................................................................................................................. 7
2. STRATÉGIE DE RECHERCHE................................................................................................................ 7 
INTRODUCTION ............................................................................................................................................... 9 
CONTEXTE ..................................................................................................................................................... 11 
1. : DÉFINITIONS ET ÉPIDÉMIOLOGIE ......................................................... 11DOULEUR CHRONIQUE  1.1. DÉFINITIONS DE LA DOULEUR CHRONIQUE.......................................................................................... 11 1.2. ÉIMÉDGOLOEIPI................................................................................................................................ 12
2.  CHRONIQUE ................. 12 EURSTRUCTURES D’ÉVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOUL 
 
2.1 2.2 2.3 2.4 2.5
RÔLE DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES.............................................................................................. 13 TYPES DE STRUCTURES SPÉCIALISÉES DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CHRONIQUE........... 14 CRITÈRES DIDENTIFICATION DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES............................................................. 14 MODALITÉS DE PRISE EN CHARGE DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE............................................ 15 FINANCEMENT DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES................................................................................. 16
CADRE GÉNÉRAL DE L’ÉVALUATION........................................................................................................ 19 
1. 
2. 
3. 
4. 
5. 
 
ORIGINE DE LA SAISINE...................................................................................................................... 19 
CONTEXTE DE LA DEMANDE ............................................................................................................. 19 
OBJECTIFS DE CE TRAVAIL ............................................................................................................... 20 
CHAMP DE CE TRAVAIL ...................................................................................................................... 20 
CIBLES CONCERNÉES ........................................................................................................................ 20 
MÉTHODOLOGIE ........................................................................................................................................... 21 
1. ENQUÊTE TRANSVERSALE HAS SUR LES NOUVEAUX PATIENTS SE RENDANT DANS UNE STRUCTURE SPÉCIALISÉE EN 2008........................................................................................................... 21 1.1 OBJECTIFS DE LENQUÊTE:UN ÉTAT DES LIEUX DE LOFFRE ET DE LA DEMANDE ACTUELLE DANS LES STRUCTURES SPÉCIALISÉES........................................................................................................................... 21 1.2. POPULATION:LES STRUCTURES DÉVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE EN FRANCE..22 ........................................................................................................................................ .............. 1.3. MÉTHODOLOGIE:UNE ÉTUDE EXHAUSTIVE PAR QUESTIONNAIRE......................................................... 23 1.4. RÉPONDANTS À LENQUÊTE:UN TAUX DE RÉPONSE DE63 %.............................................................. 23
2. ENQUÊTE QUALITATIVE HAS AUPRÈS DES RESPONSABLES DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES...............................................................................................................................................24 
2.1. 2.2. 2.3.
OBJECTIFS...................................................................................................................... 42................. MÉTHODE DE RECUEIL...................................................................................................................... 24 RECRUTEMENT DES STRUCTURES SOLLICITÉES.................................................................................. 26
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 3 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
3. ENQUÊTE SFETD SUR L’ACTIVITÉ DES STRUCTURES DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CHRONIQUE EN 2005 (20) ............................................................................................................................ 27 
4. ENQUÊTE RÉGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOUL DANS LES EUR ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ D’AQUITAINE (21)..................................................................................... 28 
 
POPULATION FRÉQUENTANT LES STRUCTURES SPÉCIALISÉES : CARACTÉRISTIQUES ET PRISE EN CHARGE ................................................................................................................................................... 29 
1. CARACTÉRISTIQUES DES NOUVEAUX PATIENTS DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES............. 29 
1.1 CARACTÉRISTIQUES DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOPROFESSIONNELLES DES PATIENTS.......................... 29 1.2 CARACTÉRISTIQUES CLINIQUES DES PATIENTS................................................................................... 30 2. AMONT DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES ....................................... 32GESTION DU PATIENT EN  
2.1 PARCOURS DU PATIENT..................................................................................................................... 32 2.2 EXHAUSTIVITÉ DES INFORMATIONS NÉCESSAIRES À LÉVALUATION DU PATIENT..................................... 34 3. ADÉQUATION ENTRE L’OFFRE ET LA DEMANDE ACTUELLE ....................................................... 35 
3.1 TEMPS DATTENTE AVANT LA PREMIÈRE CONSULTATION...................................................................... 35 3.2 RECOURS AUX STRUCTURES SPÉCIALISÉES........................................................................................ 38 4.  .......................................... 42PRISE EN CHARGE DU PATIENT AVEC UNE DOULEUR CHRONIQUE 
 
4.1 4.2 4.3 4.4
PRISE EN CHARGE NÉCESSAIRE......................................................................................................... 42 PLURIDISCIPLINARITÉ DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ...................................................................... 43 HOSPITALISATION DES PATIENTS SOUFFRANT DUNE DOULEUR CHRONIQUE.......................................... 48 SUIVI DU PATIENT AU SEIN DE LA STRUCTURE..................................................................................... 49
IDENTIFICATION ET ORGANISATION DES STRUCTURES SPÉCI ALISÉES............................................ 52 
1. CRITÈRES D’IDENTIFICATION DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES 52 ............................................... 1.1. ÉTUDE DU RESPECT DES CRITÈRES DIDENTIFICATION PAR LES STRUCTURES DE TYPE«CONSULTATION» ENAQUITAINE 52................................................................................................................................................ 1.2. APPRÉCIATION DES CRITÈRES DIDENTIFICATION PAR DES RESPONSABLES DE STRUCTURES SPÉCIALISÉES  ........................................................................................................................................................53 
2. PERTINENCE DE L’ORGANISATION EN NIVEAUX DE PRISE EN CHARGE................................... 62 
3. PROCÉDURE DE PRISE EN CHARGE DU PATIENT.......................................................................... 63 3.1 PDES DIFFÉRENTS TYPES DE STRUCTURES SPÉCIALISÉESOPULATION CIBLE ........................................ 63 3.2 PROCÉDURE DACCÈS DU PATIENT AUX STRUCTURES......................................................................... 64 3.3 SITUATION DURGENCE CHEZ DES PATIENTS AVEC UNE DOULEUR CHRONIQUE...................................... 64 4.  ..................................DIFFICULTÉS DE FONCTIONNEMENT DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES 65 4.1. COMPOSITION DE LÉQUIPE,TEMPS DÉDIÉ PAR LES PROFESSIONNELS ET LOCAUX................................ 65 4.2 RELATIONS ENTRE LES STRUCTURES SPÉCIALISÉES,LA DIRECTION DE LABÉTSSLIENEMT,LES PÔLES DACTIVITÉ ET LES AUTRES SERVICES HOSPITALIERS........................................................................................ 66 4.3 PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE ET INTERDISCIPLINAIRE........................................................... 66 4.4 FINANCEMENT DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES................................................................................. 67 4.5 PÉRENNISATION DES STRUCTURES SPÉCIALISÉES.............................................................................. 68
5. ARTICULATIONS AVEC LES AUTRES ÉQUIPES............................................................................... 69 
 
5.1 5.2
ARTICULATION ENTRE LES STRUCTURES SPÉCIALISÉES ET LES STRUCTURES DE SOINS PALLIATIFS........ 69 STRUCTURES SPÉCIALISÉES ADULTES ET STRUCTURES SPÉCIALISÉES ENFANTS.................................. 71
SYNTHÈSE ..................................................................................................................................................... 73 
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 4 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
CONCLUSION.................................................................................................................................................79 
ANNEXE 1. L’ENQUÊTE TRANSVERSALE DE LA HAS ............................................................................. 80 
ANNEXE 2. L’ENQUÊTE QUALITATIVE DE LA HAS .................................................................................. 94 
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES......................................................................................................... 123 
PARTICIPANTS ............................................................................................................................................ 124 
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 5 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
Abréviations
En vue de faciliter la lecture du texte, les abréviations et acronymes utilisés sont explicités ci-dessous (Tableau 1).  Tableau 1.Abréviations les plus courantes Abréviation  Libellé  AMI Actes pratiqués par l’infirmier Anaes Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé CLUD Comité de lutte contre la douleur CETD Centre d’étude et de traitement de la douleur DGS Direction générale de la santé - Ministère de la Santé - France DHOS Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins - Ministère de la Santé - France EMSP Équipe mobile de soins palliatifs ETP Équivalent temps plein GHM Groupes homogènes de malades GHS Groupes homogènes de séjours HAS Haute Autorité de Santé IASPInternational Association for the Study of Pain IDE Infirmier diplômé d'État IFSI Instituts de formation en soins infirmiers MCO Médecine, chirurgie, gynécologie-obstétrique MCS Majoration de coordination applicable par les médecins de secteur 1 MG Médecins généralistes MIG Missions d’intérêt général MIGAC Missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation MERRI Missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation ND Non documenté PACA Région de Provence-Alpes-Côte-d’Azur PMPsPain Managements Programs(programmes de lutte contre la douleur) PMSI Programme de médicalisation des systèmes d’information POMRProblem Oriented Medical Records(type d’organisation du dossier médical) PSPH Participant au service public hospitalier Sanesco-Sofres Organismes de sondage SFETD Société française d’étude et de traitement de la douleur SLCD Structures de lutte contre la douleur SOAP Organisation du dossier médical selon les critères suivants :Subjective – Objective – Assessment - Plan SROS Schéma régionaux d’organisation sanitaire SSR Soins de suite ou de réadaptation VHA Services de santé américains, gérés par laVeterans Health Administration     
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 6 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
Recherche documentaire
1. Sources d’informations
1.2. Bases de données bibliographiques automatisées
 
 Medline (National Library of Medicine, États-Unis) ; · · Embase (Elsevier, Pays-Bas) ; · (Banque de données en santé publique, Rennes) ;BDSP · Pascal (CNRS-INIST, France).
1.3. Autres sources
 
 ·  ·  ·
 ·  ·
Cochrane Library(Grande-Bretagne) ; National Guideline Clearinghouse(États-Unis) ; HTA Database (International network of agencies for health technology assessment-INAHTA) ; sociétés savantes compétentes dans le domaine étudié ; Internet : moteurs de recherche.
La recherche a porté sur les types d’études ou sujets définis lors du comité d’organisation avec le chef de projet.
2. Stratégie de recherche  
             
La stratégie d’interrogation de Medline, Embase et Pascal précise les termes de recherche utilisés pour chaque sujet ou type d’étude et la période de recherche. Les termes de recherche sont soit des termes issus d’un thesaurus (descripteurs du MESH pour Medline), soit des termes du titre ou du résumé (mots libres). Ils sont combinés en autant d’étapes que nécessaire à l’aide des opérateurs « ET » « OU » « SAUF ».  Une présentation synthétique sous forme de tableau (tableau 2) reprend les étapes successives et souligne les résultats en termes de nombre d’articles cités dans la bibliographie finale.
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 7 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
 Tableau 2. Stratégie de recherche documentaire.
Type d'étude/sujet Période de  Termes utilisésrecherche Recommandations1999-mars 2008 Étape 1PainOUPain[titre] OUChronic Pain OU Chronic Pain[titre, résumé] ET Étape 2Guideline* OUPractice guideline OUHealth planning guidelines OU Recommendation[titre] OUConsensus development conferences OU Consensus development conferences, NIH OUConsensus conference[titre, résumé] OUConsensus statement[titre, résumé]
Méta-analyses, revues de littérature1999-mars 2008 Étape 1 ET Étape 3Meta Analysis OUMeta Analysis[titre] OUReview Literature OU   Systematic ReviewOUReview Effectiveness[titre]   Essais contrôlés1985-mars 2008 Étape 1 ET Étape 4Pain Clinics OUPain Clinic OUAmbulatory Care Facilities OU Ambulatory Care OUOutpatient Care OUOutpatients OUPhysician-Patient Relations OUProfessional-Family Relations OUProfessional-Patient Relations OUDoctor Patient Relation OUInterprofessional Relations OUInterdisciplinary Communication OUPhysician-Nurse Relations OUPublic Relations OUDoctor Nurse RelationOU multidisciplinary[titre] ET Étape 5Controlled Clinical Trial OURandomized Controlled Trial* OUSingle- Blind Method OUSingle Blind Procedure OUDouble-Blind Method OU Double Blind Procedure OURandom Allocation OUmodntazinoiRa OU Random* [titre] OUControlled StudyOUMajor Clinical StudyOUCross-Over StudiesOUCrossover Procedure    Études cas-témoins, études de cohorte1985-mars 2008  Étape 1 ET Étape 4 ET Étape 6Cohort Studies OUCohort Analysis OULongitudinal Study(ies) OU Follow-Up StudiesOUFollow UpOUProspective Study(ies)    Littérature francophone1990- mai 2007 Étape 7 (Douleur persistante OU douleur rebelle OU douleur chronique) ET (epidemiologie OU prevalence OU incidence OU registre*)  Nombre total de références citées M : Medline, E : Embase ; P : Pascal   
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 8 
Nombre de références M, E : 461    
M, E : 241    
 M, E : 184    
  
 M, E : 216      
 P : 119  
22
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
Introduction
 Le ministère de la Santé a fait de la lutte contre la douleur une priorité, répondant avant tout à un « objectif humaniste, éthique et de dignité de l’homme »1(1). Les répercussions sur la vie des personnes atteintes et de leur famille peuvent être importantes, car la douleur chronique est source d’incapacité, de handicap, et affecte l’humeur, le sommeil, les rapports sociaux et la qualité de vie des patients. Les limitations d’activités professionnelles ou domestiques du fait de la douleur sont importantes chez 6 % des personnes de 25-64 ans, 15 % des 65-84 ans et 33 % des personnes de 85 ans et plus (2).  Les lois 95-116 du 4 février 1995 et 96-452 du 28 mai 1996 (3,4) ont inscrit la prise en charge de la douleur à l’article L 710-3-1 du Code de la santé publique. Cet article précise que « les établissements de santé, les établissements sociaux et médico-sociaux mettent en œuvre les moyens propres à prendre en charge la douleur des patients qu’ils accueillent » et que « pour les établissements publics, ces moyens sont définis par le projet d’établissement ».  La lutte contre la douleur chronique a fait l’objet en France de réglementations spécifiques de la part du ministère de la Santé dès 1991 (5). Avant cette date, des initiatives médicales de terrain ont dévelopé les premières structures de prise en charge de la douleur chronique, mais sans l’aide de textes juridiques sur lesquels s’appuyer, cette nouvelle activité étant alors peu reconnue. En 1994, la circulaire DGS/DH n° 94-3 relative à l’ organisation des soins et la prise en charge de la douleur chronique a permis de dresser un premier bilan de fonctionnement de ces structures (6).  En 1998, le premier programme national de lutte contre la douleur (7) prévoyait la mise en place, à l’échelle nationale, de structures multidisciplinaires pour l’évaluation et le traitement de la douleur chronique persistante, dans le cadre des établissements de santé. Les objectifs étaient aussi de former les professionnels de santé et d’informer les patients.  En 2002, une deuxième phase (2002-2005) rappelait les objectifs atteints (8) : information des usagers, création de 96 structures contre la douleur chronique rebelle, formation des professionnels, recommandations « labellisées », amélioration des pratiques thérapeutiques. Le  rapport notait cependant que les structures multidisciplinaires de prise en charge de la douleur chronique étaient encore mal connues du public et des médecins libéraux et que les délais d’attente pour une première consultation restaient longs, parfois de plusieurs mois hors urgence. De nouvelles mesures ont été préconisées pour améliorer l’accès du patient souffrant de douleur chronique, amener les établissements de santé à s’engager dans un programme de prise en charge de la douleur et renforcer le rôle de l’infirmier. Par ailleurs, l’organisation d’états généraux de la douleur a été inscrite dans ce deuxième programme national. Ils regroupent l’ensemble des professionnels concernés (les quatre collèges de professionnels2, la Société française d’étude et de traitement de la douleur et le Collectif interassociatif sur la santé) dans l’objectif de renforcer la prise de conscience des acteurs et des usagers en faveur d’une prise en charge de la douleur mieux adaptée aux besoins de la population. Un « livre blanc de la douleur » a été rédigé dans le cadre de ce projet (9).  La troisième phase du plan (2006-2010) note les disparités régionales dans la prise en charge de la douleur (1). Elle propose ainsi quatre axes : l’amélioration de la prise en charge des populations les plus vulnérables, la formation renforcée des professionnels de santé, l’amélioration des différentes modalités de traitement et la structuration de la filière de soins.
                                            1Préface de Xavier Bertrand (1) 2 quatre collèges de professionnels sont les suivants Les Collège national des chirurgiens-dentistes de la douleur, : Collège national des enseignants universitaires de la douleur, Collège national des médecins de la douleur, Collège national des psychologues de la douleur.
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 9 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
Dans ce contexte, la SFETD a saisi la HAS en 2007 pour l’élaboration : · d’une recommandation professionnelle centrée sur les aspects cliniques (identification de la douleur chronique et critères cliniques d’orientation des patients vers les structures spécialisées3). Ce travail a été réalisé par le service des bonnes pratiques professionnelles (11) ; · organisationnels des structures de prise en charged’un état des lieux centré sur les aspects de la douleur chronique. Cet état des lieux est l’objet du présent travail, réalisé par le service évaluation économique et santé publique.  Dans ce cadre, le service évaluation économique et santé publique a développé deux enquêtes : l’une portant sur les nouveaux patients des structures de prise en charge de la douleur chronique ; et l’autre portant sur l’avis des responsables des structures quant à l’organisation actuelle.  
                                            3Dans la suite du texte, sont appelées « structures spécialisées », les structures multidisciplinaires pour l’évaluation et le traitement de la douleur chronique telles que définies dans la circulaire du 4 février 1998 (10).
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 10 
Douleur chronique : les aspects organisationnels. Le point de vue des structures spécialisées.
Contexte
1. Douleur chronique : définitions et épidémiologie
1.1. Définitions de la douleur chronique
 
Plusieurs définitions de la douleur chronique sont proposées dans la littérature médicale, les unes faisant surtout référence à la durée de la douleur, les autres insistant sur son caractère syndromique. Ces définitions et les différents types de douleur chronique sont présentés de façon détaillée dans l’argumentaire des recommandations de bonnes pratiques professionnelles, traitant de l’identification de la douleur chronique et des critères cliniques d’orientation des malades vers les structures spécialisées (11).  La définition de la douleur la plus souvent citée est celle proposée parla lInternation Association for the Study of Pain sensorielle et la douleur est une « expérience(IASP) : émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion » (13). Cette définition, assez vague, témoigne de la nature subjective de la douleur autant que de sa complexité.  Les recommandations de bonnes pratiques professionnelles (11) retiennent, par consensus formalisé, la définition de la « douleur chronique » suivante :  La douleur est ce que la personne qui en est atteinte dit qu’elle est. Elle existe dès lors qu’elle affirme la ressentir, qu’une cause soit identifiée ou non.  La douleur chronique est un syndrome multidimensionnel exprimé par la personnequi en est atteinte. Il y a douleur chronique, quelles que soient sa topographie et son intensité, lorsque la douleur présente plusieurs des caractéristiques suivantes : persistance ou récurrence ;    notamment si ladurée au-delà de ce qui est habituel pour la cause initiale présumée, douleur évolue depuis plus de 3 mois ;  réponse insuffisante au traitement ;  progressive, du fait de la douleur, des capacitésdétérioration significative et fonctionnelles et relationnelles du patient dans ses activités de la vie journalière, au domicile comme à l’école ou au travail.
La douleur chronique peut être accompagnée :  de manifestations psychopathologiques ;  d’une demande insistante du patient de recours à des médicaments ou à des procédures médicales souvent invasives, alors qu’il déclare leur inefficacité à soulager ;  d’une difficulté du patient à s’adapter à la situation.  Le terme « rebelle », utilisé dans le cadre de la définition administrative (10) relative à l'identification des structures spécialisées de lutte contre la douleur chronique, n’a pas été retenu dans la recommandation de bonnes pratiques professionnelles car il apparaît comme source de confusion. Son sens, ambigu et non consensuel, n’a pas d’utilité pour la décision médicale.  
HAS / Service évaluation économique et santé publique / Avril 2009 11 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.