Evaluation des dispositifs médicaux et prestations associées pour l’oxygénothérapie à domicile - Oxygénothérapie à long terme : choisir la source la mieux adaptée - Fiche BUTS

De
Mis en ligne le 13 juil. 2012 Rapport d’évaluation de la CNEDiMTS Les objectifs de l’évaluation sont : - d’évaluer l'intérêt des prestations et des dispositifs médicaux de l’oxygénothérapie à domicile en définissant leurs indications, leur rapport effet thérapeutique/risques, leur place dans la stratégie thérapeutique, - d’évaluer leur intérêt en santé publique en prenant en compte la gravité de la pathologie et selon que le besoin est déjà couvert ou non, - de définir le contenu des prestations en fonction des indications, - de définir des caractéristiques techniques communes à une même catégorie de dispositifs utilisés dans les mêmes indications, - de préciser, si besoin, des conditions de prescription et d'utilisation, - de comparer les dispositifs entre eux au sein d'une même indication, - d’estimer les populations cibles. L’objectif final de cette évaluation est de proposer une mise à jour des modalités de remboursement des dispositifs et des prestations d’oxygénothérapie sur la LPPR. La CNEDiMTS recommande le renouvellement d’inscription des dispositifs médicaux et des prestations associées de l’oxygénothérapie, avec une modification de la nomenclature. La prise en charge des dispositifs médicaux et des prestations associées d’oxygénothérapie peut permettre le retour et le maintien à domicile des patients oxygéno-dépendants. La CNEDiMTS recommande de conserver les prestations de l’oxygénothérapie à long terme et de l’oxygénothérapie à court terme et de créer une nouvelle prestation de l’oxygénothérapie pour la prise en charge de la dyspnée en soins palliatifs ou en fin de vie. La CNEDiMTS recommande que cette dernière prestation ne figure pas dans la sous-section de la nomenclature relative au traitement de l’insuffisance respiratoire. La CNEDiMTS recommande de distinguer deux modalités d’administration au sein de l’oxygénothérapie à long terme : oxygénothérapie de longue durée et oxygénothérapie de déambulation exclusive. La CNEDiMTS recommande d’inscrire au remboursement les concentrateurs d’oxygène mobiles et de renouveler l’inscription des concentrateurs fixes, des bouteilles d’oxygène gazeux, de l’oxygène liquide et des systèmes associant un concentrateur à un compresseur. Aucune source d’oxygène mobile ne peut répondre à l’ensemble des situations cliniques avec une supériorité sur les autres. La CNEDiMTS recommande donc que l’ensemble des sources mobiles proposées soient inscrites au remboursement. La prescription médicale pour l’oxygénothérapie doit préciser la nature de la source d’oxygène et la durée d’administration quotidienne. Pour une source fixe, le débit d’oxygène au repos en L/min doit être indiqué. Pour une source mobile, le mode d’administration (continu ou pulsé), le débit ou le réglage et la portabilité (en bandoulière ou sur chariot) doivent être indiqués. Mis en ligne le 13 juil. 2012
Publié le : dimanche 1 avril 2012
Lecture(s) : 61
Source : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1265304/fr/evaluation-des-dispositifs-medicaux-et-prestations-associees-pour-loxygenotherapie-a-domicile?xtmc=&xtcr=48
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ
Oxygénothérapie à long terme :
choisir la source la mieux adaptée
En 2010, l’oxygénothérapie à domicile concernait environ 100 000 patients en France. Près de 90 000
bénéfciaient d’une oxygénothérapie à long terme.
Les sources d’oxygène proposées pour l’oxygénothérapie à domicile sont les concentrateurs
d’oxygène fxes et mobiles, les bouteilles d’oxygène gazeux et les réservoirs d’oxygène liquide.
Toutes ces sources sont considérées comme équivalentes, du point de vue de l’effcacité clinique.
Les différences qui guident le choix du prescripteur sont liées au débit, à la commodité d’emploi (bruit,
utilisation en dehors du domicile, autonomie, remplissage du portable par le patient, etc.) et au coût.
Oxygénothérapie : pour quels patients
■ Patients ayant une insuffsance respiratoire.
● Oxygénothérapie à long terme (état clinique stable, prescription prolongée).
Oxygénothérapie de longue durée (≥ 15 heures par jour).
Oxygénothérapie de déambulation exclusive.
● Oxygénothérapie à court terme (état clinique instable, prescription brève).
■ Autres patients.
● Oxygénothérapie dans la dyspnée en soins palliatifs ou en fn de vie .
● Oxygénothérapie dans le traitement de l’algie vasculaire de la face.
Indications de l’oxygénothérapie à long terme
■ Oxygénothérapie de longue durée.
● Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
Les indications concernent les patients en hypoxémie sévère, chez qui l’oxygénothérapie de longue
durée a montré qu’elle prolongeait la survie :
PaO < 55 mmHg ;
2
ou PaO entre 56 et 59 mmHg + signes cliniques d’hypoxie tissulaire.
2
● Autres causes d’insuffsance respiratoire chronique (pneumopathies interstitielles, mucovisci-
dose, hypertension artérielle pulmonaire, etc.). L’oxygénothérapie de longue durée est indiquée
chez les patients qui ont une PaO < 60 mmHg. L’association à une ventilation assistée peut être
2
nécessaire.■ Oxygénothérapie de déambulation exclusive
Elle est indiquée chez les patients insuffsants respiratoires ne relevant pas de l’oxygénothérapie de
longue durée et ayant une désaturation à l’effort, défnie lors d’un test de marche de 6 minutes ou lors
d’une épreuve fonctionnelle d’exercice :
soit par une PaO < 60 mmHg ;
2
soit par une baisse de SpO de 5 % au moins (et à une valeur < 90 %).
2
La BPCO n’est pas une indication de l’oxygénothérapie de déambulation exclusive.
Sources d’oxygène à usage médical à domicile
■ Concentrateurs (ou extracteurs) d’oxygène
Il s’agit d’appareils permettant de concentrer l’oxygène de l’air ambiant à plus de 90 % par l’adsorption
de l’azote sur des tamis moléculaires de zéolithe.
● Les concentrateurs classiques (ou fxes) se présentent sous la forme d’un petit meuble sur rou-
lettes pesant 14 à 25 kg. Les concentrateurs mobiles pèsent 2 à 4 kg pour les concentrateurs
portables (dans un sac en bandoulière par exemple) et 8 à 10 kg pour les concentrateurs transpor-
tables (sur un chariot).
● Un compresseur permettant de remplir des bouteilles d’oxygène peut être associé à un concentra-
teur fxe.
■ Bouteilles d’oxygène gazeux
Les bouteilles (ou obus) d’oxygène comprimé sont en général utilisées en complément d’un concen-
trateur.
3Les bouteilles de 15 litres (3 m ) servent de réserve en cas de panne d’électricité ou du concentrateur.
3Les de 2 litres (0,4 m ), utilisables pour la déambulation, pèsent 3 kg et assurent une auto-
nomie de 2 heures environ pour un débit de 3 L/min.
■ Réservoirs d’oxygène liquide
L’oxygène liquide pur est stocké à - 183 ° C dans des réservoirs isolés à double paroi, sous vide à faible
pression. Ce système permet de stocker une très grande quantité d’oxygène sous un faible volume
(1 litre de liquide libère 860 litres de gaz).
L’appareil est composé d’un réservoir fxe de 30 ou 40 litres régulièrement rempli par le prestataire et
d’un réservoir portable de 0,4 à 0,9 litre pour permettre au patient de se déplacer.
Choix des sources d’oxygène à domicile pour l’oxygénothérapie à long
terme
Le médecin prescripteur évalue les besoins de déambulation de son patient (durée, fréquence) en fonc-
tion de son mode de vie.
En tenant compte de ces besoins, de la prescription d’oxygène (mode d’administration continu ou pulsé,
débit ou réglage) et des spécifcations techniques des dispositifs de fonctionnement, capacité de
production d’oxygène, autonomie, encombrement, poids et bruit), le médecin prescripteur choisit, en
concertation avec son patient, la ou les sources d’oxygène les mieux adaptées et notamment leur carac-
tère mobile ou fxe . Une titration préalable doit être réalisée (voir page 4).■ Oxygénothérapie de longue durée
SANS déambulation AVEC déambulation
● Pour un débit d’oxygène au repos ≤ 5 L/min : ● Oxygénothérapie en mode pulsé ou en mode
continu avec débit ≤ 3 L/min, toutes les concentrateur fxe ayant un débit maximal de
sources disponibles sont éligibles :5 L/min.
concentrateur mobile fonctionnant en mode ● de 5 à 9 L/min :
continu ;
concentrateur fxe
concentrateur fxe + concentrateur mobile ; 9 L/min.
concentrateur fxe + bouteilles d’oxygène ● Pour un débit d’oxygène au repos > 9 L/min :
gazeux, à privilégier pour les patients ayant
oxygène liquide.
une déambulation limitée ;
système concentrateur fxe et compresseur ;
oxygène liquide.
● Oxygénothérapie en mode continu avec
débit > 3 L/min :
seul l’oxygène liquide est une source
éligible.
■ Oxygénothérapie de déambulation exclusive
● Oxygénothérapie en mode pulsé ou en mode continu avec débit ≤ 3 L/min, sont éligibles :
un concentrateur mobile ;
ou l’oxygène liquide.
● Oxygénothérapie en mode continu avec débit > 3 L/min :
seul l’oxygène liquide est une source éligible.
Aucune source d’oxygène mobile ne peut répondre à l’ensemble
des situations cliniques avec une supériorité sur les autres.
Toutes les sources proposées doivent être à la disposition du prescripteur.Prescription de l’oxygénothérapie à long terme
■ Le prescripteur (qu’il s’agisse de la prescription initiale ou du renouvellement) doit être pneumo-
logue ou, selon les cas particuliers :
médecin d’un centre de ressources et de compétences de la mucoviscidose ;
médecin d’un centre de compétences de l’hypertension artérielle pulmonaire ;
pédiatre ayant une expertise en insuffsance respiratoire de l’enfant.
Le prescripteur ou le médecin traitant doivent contrôler l’observance, à partir de l’interrogatoire du
patient et des durées d’utilisation indiquées par le prestataire.
■ Conditions de prescription d’une oxygénothérapie de longue durée :
prescription initiale (pour 3 mois) = 3 mesures des gaz du sang (2 en air ambiant à 15 jours d’inter-
valle et 1 sous oxygène) ;
renouvellement (au bout des 3 premiers mois, puis annuellement) = 1 mesure des gaz du sang
(en air ambiant ou sous oxygène).
Pour une source mobile : titration préalable par le médecin prescripteur ; en mode pulsé, un test de
marche de 6 minutes est recommandé.
■ Conditions de prescription d’une oxygénothérapie de déambulation exclusive :
épreuve fonctionnelle d’exercice ou test de marche de 6 minutes, en air ambiant et sous oxygène ;
l’oxygène doit améliorer l’un des critères suivants : dyspnée, PaO , SpO ou distance parcourue.
2 2
■ La prescription doit notamment préciser :
la nature de la source et la durée d’administration quotidienne ;
pour une source fxe, le débit d’O au repos en L/min ;
2
pour une source mobile, le mode d’administration (continu ou pulsé), le débit ou le réglage et la
portabilité (en bandoulière ou sur un chariot).
L’évaluation de l’oxygénothérapie à domicile par la HAS a été réalisée en se basant sur une analyse de la
littérature et sur l’avis d’un groupe de travail.
Une recherche documentaire de janvier 2000 à septembre 2011 a permis d’identifer 280 références, dont 48
ont été retenues pour l’analyse. Il a été tenu compte des données fournies par les fabricants des dispositifs.
Le groupe de travail était composé de 12 experts pluridisciplinaires, d’exercice public ou privé.
Ce document a été élaboré à partir du rapport d’évaluation « Oxygénothérapie à domicile » (avril 2012)
de la Commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et technologies de santé de la HAS.
Ce document, comme l’ensemble des publications de la HAS, est disponible sur www.has-sante.fr
Mai 2012
© Haute Autorité de Santé - 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

PLATINUM 9, concentrateur d'oxygène

de haute-autorite-sante-maladies-appareil-respiratoire

IFILL

de haute-autorite-sante-maladies-appareil-respiratoire

suivant