Evaluation du risque lié à l’utilisation des huiles essentielles dans les produits cosmétiques - Recommandations

De
Publié par

Recommandations - Produits cosmétiques
25/11/2010
Publié le : jeudi 25 novembre 2010
Lecture(s) : 73
Source : http://ansm.sante.fr/Mediatheque/Publications/Recommandations-Produits-cosmetiques
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
                    
 
Saisine 2008BCT0004   Direction de l’évaluation de la publicité, des produits cosmétiques et biocides Unité d’évaluation toxicologique et microbiologique           Recommandations relatives à l’évaluation du risque lié à l’utilisation des huiles essentielles dans les produits cosmétiques
 Adopté par la Commission de cosmétologie le 14 octobre 2010
1/20
SOMMAIRE
 
 
INTRODUCTION.................................................................................................................................................
1 
BASE DOCUMENTAIRE............................................................................................................................
3 
3 
1.1 DISPOSITIONS RÈGLEMENTAIRES RELATIVES AUX PRODUITS COSMÉTIQUES............................................ 3 1.2 DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES SUR LES SUBSTANCES CHIMIQUES(REACH)........................................ 8 1.3 RÉGLEMENTATION INTERNATIONALE...................................................................................................... 8 1.4 RECOMMANDATIONS DUCONSEIL DE L’EUROPE..................................................................................... 8 1.5 RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES................................................................................................ 9 2 APPROCHES DE L’ÉVALUATION DU RISQUE LIÉ À L’UTILISATION DES HUILES ESSENTIELLES ................................................................................................................................................... 9 
2.1 CARACTÉRISATION DU DANGER............................................................................................................. 10 2.1.1 Approche fondée sur l’équivalence en substances à une huile essentielle prise comme référence 10 2.1.1.1 Notion d’huile essentielle de référence....................................................................................................1.0. 2.1.1.2 Comparaison des niveaux d’exposition à une huile essentielle de référence utilisée dans le domaine alimentaire............................................................................................................................................................1......0 2.1.2 Approche fondée sur la comparaison des groupes de molécules congénères ............................... 11 2.1.2.1 Notion de groupes de molécules congénères............................................................................................. 11 2.1.2.2 Similarités entre membres d’un groupe de molécules congénères............................................................ 13 2.1.2.3 Classification des constituants par groupes de molécules congénères...................................................... 13 2.1.3 Approche fondée sur le seuil de préoccupation toxicologique ...................................................... 13 2.1.4  14 ............................................................Approche fondée sur des données de sécurité disponibles 2.1.4.1 Etude de la toxicité fondée sur des méthodes ................................................................................ 14in vitro 2.1.4.2 Etudein vivode la toxicité.....................................................5..1................................................................. 2.2 DONNÉES D EXPOSITION........................................................................................................................ 16 2.3 FINALISATION DE LÉVALUATION DU RISQUE......................................................................................... 17 
CONCLUSION ................................................................................................................................................... 17 
ABRÉVIATIONS................................................................................................................................................ 18 
BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................................................. 19 
   
 
2/20
 
Introduction  
En raison de l’engouement pour les produits d’origine naturelle, des huiles essentielles (HE) sont couramment incorporées dans les produits cosmétiques. Comme d’autres substances utilisées dans les produits cosmétiques, les HE peuvent être à l’origine d’intolérances locales (irritation, sensibilisation et phototoxicité) voire d’effets systémiques indésirables.  Suite à des recommandations générales sur les ingrédients [1], des recommandations spécifiques sur les critères de qualité des HE ont été publiées en mai 2008 [2]. L’Afssaps a souhaité les compléter par le présent document dont l’objectif est de proposer des recommandations pour évaluer le risque des HE en vue de leurs utilisations dans les produits cosmétiques.  Rappelons que le risque correspond au danger potentiel d’une substance ramené à son niveau d’exposition alors que le danger relève des propriétés intrinsèques d’une substance. Les données toxicologiques requises étant déjà décrites dans les recommandations du SCCP (Scientific Committee on Consumer Products) concernant les ingrédients cosmétiques [3], des approches complémentaires d’évaluation prenant en compte les spécificités des HE sont proposées dans les présentes recommandations. Ces dernières sont destinées aux producteurs, distributeurs, importateurs d’HE utilisées comme ingrédients, aux responsables de la mise sur le marché de produits cosmétiques contenant des HE.  Il est important de noter que les HE sont également utilisées dans les domaines alimentaire et pharmaceutique soit comme excipient soit comme substance active et que l’aromathérapie constitue également une pratique utilisant de tels constituants actifs. Cependant, les présentes recommandations concernent exclusivement l’utilisation des HE en tant que substances dans les produits cosmétiques bien que les incidents imputables à des HE soient principalement dus à des produits appliqués sur la peau pour des indications non cosmétiques ou à des mésusages.   
1 Base documentaire
règlementaires 
1.1 Dispositions relatives aux produits cosmétiques En Europe, les produits cosmétiques sont r le ar la directive cosmétique 76/768/CEE dont certaines dispositions concernent spécifiqueémgentm leunttiléiss atpion des HE dans les produits cosmétiques1.
· L’annexe II de la directive 76/768/CEEà la liste des substances qui ne peuventcorrespond entrer dans la composition de produits cosmétiques.  Parmi les substances énumérées dans cette annexe figurent :  % plantes dont l’usage est prohibé, quelle qu’en soit la fonction ; les %l’usage est prohibé pour une fonction donnée (ingrédients les plantes et leurs composés dont de parfums) ; % certainesl’ajout est prohibé sauf si elles sont naturellement présentes dans les substances dont extraits et les HE et sous réserve de ne pas dépasser certaines concentrations.  Les dispositions de cette annexe ont été transposées par l’arrêté du 6 février 2001 modifié fixant la liste des substances qui ne peuvent entrer dans la composition des produits cosmétiques (cf. tableau 1). Il incombe au responsable de la mise sur le marché de vérifier les exigences réglementaires mises à jour par la directive et transposées par l’arrêté du 6 février 2001 précité.                                                      1faut noter que la directive sera intégralement remplacée par le règlement (CE) 1223/2009 du Parlement européen et du  Il Conseil du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques.
 
3/20
  Tableau 1 : Plantes à HE et substances présentes dans des HE inscrites à l’annexe II (mise à jour mai 2010).  NUMÉRO NOM DE LA SUBSTANCE COMMENTAIRE D’ORDRE 18 Allyle (isothiocyanate d’). HE de moutardeBrassica juncea(L.) Czerniak. et autres extraits de moutardes ainsi que de nombreuses Brassicaceae susceptibles d’en contenir. 35Ammi majus AmmiL. et ses préparations. commun ou grand Ammi, Apiaceae 76Chenopodium ambrosioïdes vermifuge,L. (huile essentielle). Chénopode Chenopodiaceae 294Juniperus sabina Sabine, (feuilles, huile essentielle et L. Cupressaceae préparations). 358 Furanocoumarines (ou furocoumarines) Apiaceae (dont trioxysalène, méthoxy-8 psoralène, méthoxy-5 psoralène) sauf teneurs normales dans les essences naturelles utilisées. Dans les crèmes solaires et les produits bronzants, les furocoumarines doivent être en quantité inférieure à 1 mg/kg. 360 Safrole sauf teneurs normales dans les huiles naturelles utilisées et à la condition que la concentration ne dépasse pas 100 ppm dans le produit fini ; 50 ppm dans les produits pour soins dentaires et buccaux, à condition que le safrole ne soit pas présent dans les dentifrices spécialement destinés aux enfants. 423 Racine d’Aunée (Inula helenium AsteraceaeL.) (n° CAS 97676-35-2), en cas d’utilisation comme ingrédient de parfum. 450 Huiles essentielles deVerbena (Lippia citriodora Verbenaceae Kunth.) (n° CAS 8024-12-2) et dérivés autres que l’absolue, en cas d’utilisation comme ingrédient de parfum. 451 Méthyleugénol (n° CAS 93-15-2), sauf présence normale dans les essences naturelles utilisées et sous réserve que la concentration n’excède pas : - 0,01 % dans les parfums fins ; - 0,004 % dans les eaux de toilette ; - 0,002 % dans les crèmes parfumées ; - 0,001 % dans les produits rincés ; - 0,0002 % dans les autres produits sans rinçage et les produits d’hygiène buccale. 1133 Costus (huile essentielle de racines) (SaussureaAsteraceae lappa (n° Clarke) 8023-88-9), en cas CAS d’utilisation comme ingrédient de parfum. 1136 Exsudation deMyroxylon pereirae(Royle)Myroxylon balsamum (L.) Klotzch (baume du Pérou, brut); no CAS 8007-00- Harms, var.pereirae 9) en cas d'utilisation comme ingrédient de (Royle) Harms =M. parfum.pereirae (Royle) Klotzsch, Fabaceae    
 
4/20
 · L’annexe III de la directive 76/768/CEE correspond à la liste des substances que les produits cosmétiques ne peuvent contenir en dehors des restrictions et conditions prévues.  Dans cette annexe figurent 26 substances soumises à une obligation d’étiquetage en raison de leur potentiel allergisant. Parmi ces 26 substances, 2 sont des extraits naturels, 8 sont d’origine exclusivement synthétique et 16 peuvent être d’origine synthétique ou naturelle. Ces dernières, pouvant être présentes dans les HE, sont mentionnées en caractère gras dans le tableau 2.   Tableau 2 : liste des 26 substances inscrites à l’annexe III ayant un potentiel sensibilisant chez l’homme2.  DNUOMRÉDRROE  SUBSTANCE NOM  INCI N° CAS N° EINECS  67 2- benzylidèneheptanal Amyl cinnamal 122-40-7 204-541-5 68 Alcool benzylique Benzyl alcohol 100-51-6 202-859-9 69 Alcool cinnamylique Cinammyl alcohol 104-54-1 203-212-3 70 Citral Citral 5392-40-5 226-394-6 71 Eugénol Eugenol 97-53-0 202-589-1 72 7-hydroxycitronellal Hydroxycitronellal 107-75-5 203-518-7 73 Isoeugénol Isoeugenol 97-54-1 202-590-7 -74 12--oplentyl-3-phénylprop-2-èneAmylcinnamyl alcohol 101-85-9 202-982-8  75 Salicylate de benzyle Benzyl salicylate 118-58-1 204-262-9 76 Cinnamaldéhyde Cinnamal 104-55-2 203-213-9 77 Coumarine Coumarin 91-64-5 202-086-7 78 Géraniol Geraniol 106-24-1 203-377-1 4c-y(c4l-ohhyedxr_o3x-yè-n4-emcaértbhayllpdéehntyydl)e  cHyycdlroohxeyxiseoneh exyl 3-31906-04-4 250-8634 -carboxaldehyde Alcool 4-méthoxybenzylique Anise alcohol 105-13-5 203-273-6 Cinnamate de benzyle Benzyl cinnamate 103-41-3 203-109-3 Farnésol Farnesol 4602-84-0 225-004-1 p2r-(o4p-itoenrta-lbduéthylybdeen zyl) Bmuettyhlyplhperonpyil l80-54-6 201-289-8  ona Linalol Linalool 78-70-6 201-134-4 Benzoate de benzyle Benzyl benzoate 120-51-4 204-402-9 Citronellol Citronellol 106-22-9 203-375-0 α 202-983-3 101-86-0 cinnamal-hexylcinnamaldéhyde Hexyl (R)-p-mentha-1,8-diène Limonene 5989-27-5 227-813-5 Oct-2-ynoate de méthyle Methyl 2-octynoate 111-12-6 203-836-6 3-méthyl-4-(2, 6, 6-triméthyl-2-cyclohexène-1-yl)-3-butène- Alpha isomethyl ionone 127-51-5 204-846-3 2-one eExvterranitisa prunastriE .ch A.)e(xLvterncitas  prunastri90028-68-5 289-861-3 ra eExvteranitisa furfuracea(L.) Mann.Evernia furfuracea 90028-67-4 289-860-8 r extracts 
      
79
80 81 82 83 84 85 86 87 88 89
90
91
92
                                                     2la liste des substances qui ne peuvent être utilisées Arrêté du 17 novembre 2004 modifiant l’arrêté du 6 février 2001 fixant dans les produits cosmétiques en dehors des restrictions et conditions fixées par cette liste.
 
5/20
L’indication de la présence de ces substances sur l’étiquetage a été rendue obligatoire à partir du 11 mars 2005 par la directive 2003/15/CEE3. Cette mesure de santé publique ne vise pas à interdire ces substances mais à informer le consommateur de leur présence dans le produit. Cette mesure aide, d’une part, les consommateurs en permettant à ceux qui se savent allergiques à certaines de ces substances d’en identifier la présence dans le produit et éviter ainsi son utilisation, et d’autre part, les praticiens en facilitant le diagnostic des allergies de contact.  Les dispositions de l’annexe III de la directive 76/768/CEE figurent dans l’arrêté du 6 février 2001 modifié fixant la liste des substances que les produits cosmétiques ne peuvent contenir en dehors des restrictions et conditions prévues. Il découle des dispositions combinées de cette annexe ainsi que de l’article 6 paragraphe 1 point g) de la directive 76/768/CEE (transposées à l’article R.5131-4 8° du code de la santé publique) que la présence de l’une ou de plusieurs de ces 26 substances dans les produits cosmétiques doit être mentionnée sur leur emballage, lorsque leur concentration dépasse le seuil de 10 ppm (0,001%) dans les produits non rincés et de 100 ppm (0,01%) dans les produits rincés. Les dispositions de la directive 2003/15/CE modifiant l’annexe III de la directive 76/768/CEE et celles de la directive 2008/42/CE ont été respectivement transposées par les arrêtés du 17 novembre 2004 et du 7 août 20084(cf. tableau 3). Il faut noter que, selon l’article 4 ter de la directive 76/768/CEE, l'utilisation, dans les produits cosmétiques, de substances classées comme cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction, de catégories 1, 2 et 3, à l'annexe I de la directive 67/548/CEE est interdite. Néanmoins, une substance classée dans la catégorie 3 peut être utilisée dans des produits cosmétiques si elle a été évaluée par le SCCP et que celui-ci l'a jugée propre à l'utilisation dans les produits cosmétiques.  En application du règlement (CE) n°1272/2008 du 16 décembre 2008 relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances et des mélanges, les catégories de CMR 1, 2 et 3 sont dénommées 1A, 1B et 2 au 1er 2010. A la même date, l'article 4 ter de la directive décembre cosmétique est abrogé et remplacé par l'article 15 du règlement cosmétique 1223/2009/CE du Parlement européen et du Conseil du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques.    
                                                     3la directive 2003/15/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 février 2003 modifiant la directive 76/768/CEE du Conseil concernant le rapprochement des législations des Etats membres relatives aux produits cosmétiques. 4fixant la liste des substances qui ne peuvent être utilisées dans les produits cosmétiques enmodifiant l’arrêté du 6 février 2001 dehors des restrictions et conditions fixées par cette liste
 
6/20
Tableau 3 : substances pouvant être retrouvées dans les HE et qui ne peuvent être utilisées dans les produits cosmétiques en dehors des restrictions et conditions fixées par cette liste (extrait de l’arrêté du 7 août 2008 modifiant l’arrêté du 6 février 2001).
NUMÉRO D’ORDRE   
45
73
88
154
156
166
169
180
181
183
184
103 à 133  
 
SUBSTANCES  
Champs d’application et/ou usage
Alcool benzylique (Benzyl alcohol) a) Solvant (N° CAS 100-51-6). b) Compositions  parfumantes et aromatiques, leurs matières premières
Isoeugénol (NoCAS 97-54-1).   
d-Limonène (N°CAS 5989-27 5). -
Myroxylon balsamum(L.) Harms, var.pereirae(Royle) Harms =M. pereirae(Royle) Klotzsch =M. peruiferumL. extraits et produits de distillation (NoCAS 8007-00-9) Baume du Pérou, absolue et anhydrol. Cuminum cyminumL. fruit, huile essentielle et extrait (No CAS 84775-51-9).  Trans-2-héxénal (NoCAS 6728-26-3).  Périllaldéhyde (NoCAS 2111-75-3) p-Mentha-1,8-dièn-7-al.   Liquidambar orientalisMiller baume, huile essentielle et extrait (N° CAS 94891-27-7) (styrax). Liquidambar styracifluaL. baume, huile essentielle et extrait (N° CAS 8046-19-3) (styrax). Commiphora erythreaEngler var. glabrescensEngler gomme résine, extrait et huile essentielle (NoCAS 93686-00-1). Opopanax chironium(L.) W.D.J. Koch résine (NoCAS 93384-32-8). HE de la famille des Pinaceae et certains de leurs composants.
a) Produits à usage oral b) Autres produits
 
 
a) Produits non rincés b) Produits rincés 
a) Produits à usage oral b) Autres produits a) Produits à usage oral b) Autres produits  
 
 
 
 
RESTRICTIONS 
Concentration Autres limitations et exigences maximale autorisée dans le produit cosmétique fini   b) La présence de la substance doit être indiquée sur la liste des ingrédients visés à l’article 6, paragraphe 1, pointg, lorsque sa concentration est supérieure : -à 0,001% dans les produits non rincés ; -à 0,01% dans les produits rincés.  a) b) La présence de la substance  doit être indiquée sur la liste des b) 0,02 % ingrédients visés à l’article 6, paragraphe 1, pointg, lorsque sa concentration est supérieure : - à 0,001% dans les produits non  rincés ; - à 0,01% dans les produits rincés.  La présence d e la substance doit être indiquée sur la liste des ingrédients visés à l’article 6, paragraphe 1, pointg, lorsque sa concentration est supérieure : - à 0,001% dans les produits non   rincés ; à 0,01% dans les produits rincés -Indice de peroxyde inférieur à 20 mmoles/L. 0,4 %  
a) 0,4 % d'huile de cumin 
  b) 0,002 %   b) 0,1 % 0,6 % 
0,6% 
0,6 % 
0,6 % 
 
 
 
 
 
 
 
 
Indices de péroxyde inférieurs à 10 mmoles/L 
7/20
1.2 Dispositions réglementaires sur les substances chimiques (REACH) Le règlement (CE) n°1907/2006 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006 concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH) s’applique aux HE. Il est à noter que les HE répondent pour la plupart aux définitions de substances multi-constituants ou UVCB5 de composition variable ou inconnue, issues de procédés complexes ou de (substances matériels biologiques) comme cela est précisé dans l’un des guides d’application REACH6. Elles peuvent être concernées par l’exemption d’obligation d’enregistrement prévues en annexe V de REACH au point 8. Mais lorsqu’elles répondent aux critères de classification comme substances dangereuses tel que précisé dans ce point 8, elles doivent être enregistrées auprès de l’Agence européenne des produits chimiques conformément au règlement (CE) n°1272/2008 du 16 décembre 2008 relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances et des mélanges. Ce dernier règlement modifie et abroge les directives 67/548/CEE et 1999/45/CE et modifie le règlement (CE) n°1907/2006. Le calendrier prévu pour l’enregistrement des substances auprès de l’Agence européenne des produits chimiques tient compte des volumes de production ou d’importation des substances en commençant par les plus forts tonnages. A terme, tout fabricant ou importateur d’une substance en quantités de plus d’une tonne devra soumettre une demande d’enregistrement à l’Agence européenne des produits chimiques. Les dossiers d’enregistrement REACH doivent notamment contenir des informations sur la caractérisation des dangers pour la santé humaine et pour l’environnement, sur la base de l’identification des substances et de leur profil toxicologique. Une liste de substances présentant un danger particulier et soumises à autorisation (exemple : substances cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction de catégories 1A et 1B selon le règlement CLP (classification, labelling, packaging), substances persistantes, bioaccumulables et toxiques pour l’environnement) figurera dans l’annexe XIV du règlement 1907/2006.  
1.3 Réglementation internationale De manière générale, le responsable de la mise sur le marché doit s’assurer des dispositions légales ou réglementaires propres à chaque pays dans lequel il souhaite commercialiser ses produits cosmétiques. A titre d’exemple, la réglementation cosmétique japonaise fixe des conditions d’utilisation pour certaines HE ou leurs constituants : patchouli, oranges douce et amère, myrrhe, bisabolol, camphre, menthol, salicylate de méthyle…  
1.4 Recommandations du Conseil de l’Europe Le Conseil de l’Europe a publié trois volumes de recommandations relatives à l’utilisation de plantes et préparations à base de plantes utilisées en tant qu’ingrédients dans les produits cosmétiques [4; 5; 6]. Bien que les matières premières d’origine naturelle (telles que les plantes et les préparations à base de plantes) soient traditionnellement utilisées dans les produits cosmétiques, le Comité d’Experts des Produits Cosmétiques du Comité de Santé Publique du Conseil de l’Europe attire l’attention sur le fait que des substances « naturelles » peuvent présenter un danger. Il est donc nécessaire de prendre en considération les risques que ces substances peuvent faire courir à la santé des consommateurs.  
                                                     5 Les substances UVCB sont définies comme “substances of unknown or variable composition complex reaction products or biolo ical materials”. 6http:gf./rresiinw.ww//-hdaercaoad/_uplfilemin/leFidf/pui/Gs/de_PIR01_3p.rf fd
 
8/20
1.5 Recommandations professionnelles Il existe un certain nombre de recommandations professionnelles notamment celles de l’IFRA (International Fragrance Association) concernant les substances naturelles utilisées dans les compositions parfumantes destinées à être incorporées dans les produits cosmétiques. Certains constituants des HE font l’objet de restrictions qualitatives et quantitatives exprimées en pourcentage dans le produit cosmétique fini.  L’IFRA édite un code des bons usages7 présente toutes ces interdictions, restrictions ou qui spécifications et propose des méthodes pour l’évaluation toxicologique des substances. Les recommandations de l'IFRA sont basées sur les données de sécurité disponibles collectées au niveau mondial et notamment dans le domaine de l'allergie cutanée. Concernant le potentiel sensibilisant, depuis le 40èmeamendement, l'approche dite QRA (Quantitative Risk Assessment) peut être utilisée pour déterminer des doses maximum d'incorporation des HE ou de molécules qu'elles peuvent contenir dans tous types de produits à partir d'un NESIL (No Expected Sensitisation Induction Levelpar les experts du REXPAN () validé Research Institute for Fragrance Materials Expert Panel) et selon une classification de l'exposition regroupée en 11 catégories. Néanmoins, l’approche QRA n’est pas adoptée par le SCCP (2008) [7].    
2 Approches de l’évaluation du risque lié à l’utilisation des huiles essentielles  L’évaluation du risque lié à l’utilisation d’une HE en tant qu’ingrédient cosmétique doit respecter la démarche d’évaluation des ingrédients cosmétiques recommandée par le SCCP [3] et par l’Afssaps dans ses recommandations générales sur les ingrédients [1]. Cependant, la spécificité des HE généralement constituées de mélanges complexes de substances peut nécessiter de faire appel à des méthodologies adaptées. Le présent document présente des approches possibles d’évaluation des HE, mais il revient au responsable de la mise sur le marché de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour assurer l’absence de risque pour le consommateur.  Dans tous les cas, l’évaluation des HE doit comprendre : % une phase analytique au cours de laquelle la composition qualitative et quantitative de l’HE devra être déterminée de manière la plus exhaustive possible, et ce par la mise en œuvre de méthodes analytiques adéquates utilisant des moyens adaptés [2] ; % recherche documentaire exhaustive, portant sur cette HE et/ou sur ses différents composés une chimiques déterminés au cours de la phase analytique ; %danger de ces composés chimiques de manière individuelle et quand une caractérisation du ceci est possible de celui du mélange de l’HE considérée ; % évaluation de l’exposition dans les conditions d’utilisation ; une % évaluation du risque. une  Lorsque ces données s’avèrent insuffisantes, il est possible de faire appel à des moyens impliquant une approchein silico de recherches de structure-activité complétée par des études toxicologiques. Dans tous les cas, l’absence d’études doit être justifiée.  Aussi, de manière générale, la caractérisation du danger d’une HE pourrait se rattacher à l’une des quatre approches suivantes fondée sur : % l’équivalence en substances à une HE prise comme référence ; %la comparaison de groupes de molécules congénères ;  % le seuil de préoccupation toxicologique ; % données de sécurité disponibles. les  
                                                     7 accessible à http://www.ifraorg.org
 
9/20
2.1 Caractérisation du danger
2.1.1 Approche fondée sur l’équivalence en substances à une huile essentielle prise comme référence L’approche fondée sur une équivalence de la composition et de l’exposition en comparaison à une HE prise comme référence est la même que celle utilisée dans le cadre de l’évaluation du risque d’utilisation des nouveaux aliments et ingrédients alimentaires8. Elle repose sur la comparaison d’une HE nouvelle à une autre dont le danger est déjà caractérisé [8 ; 9 ; 10]. Cette approche repose sur la comparaison entre l’HE à caractériser et l’HE prise comme référence. En effet, l’analyse des données disponibles sur une HE donnée ou sur une HE qui lui est jugée «substantiellement équivalente», ainsi que la comparaison des niveaux d’exposition résultant de l’usage cosmétique attendu et de l’utilisation de l’HE prise comme référence, permettent d’en évaluer le risque d’utilisation.  
2.1.1.1 Notion d’huile essentielle de référence Pour qu’une HE soit considérée comme « référence », elle doit être connue (exemple : domaine alimentaire), avoir des profils analytique et toxicologique disponibles et validés.  L’étape d’identification de ses constituants est primordiale9 elle permet de comparer l’HE car considérée aux HE connues et dont les éléments constitutifs du danger sont caractérisés soit en matière de mélange, soit en matière de substances prises individuellement. En général, la méthodologie de caractérisation d’une HE est similaire à celle recommandée pour les produits d’origine végétale [11; 12; 13].  Il est possible de cette manière de déterminer si l’HE faisant l’objet d’une évaluation en vue de son utilisation en tant qu’ingrédient cosmétique présente à la fois une identification botanique précise, des spécifications chimiques et un mode d’obtention proches ou comparables à une HE prise comme référence pour laquelle des données de sécurité sont disponibles.  De manière synthétique, trois cas peuvent se présenter : % soit l’HE à évaluer est considérée comme étant « substantiellement équivalente », en particulier sur la base de sa composition, à une HE de référence. Dans ce cas, l’évaluation se fonde sur la comparaison des niveaux d’exposition résultant de l’usage cosmétique attendu et de l’usage de l’HE de référence ; % soit l’HE à évaluer ne diffère d’une HE prise comme référence que par des éléments limités et bien définis, par exemple la présence de nouveaux constituants avec une concentration proportionnellement acceptable et l’HE considérée est dite « suffisamment similaire ». Dans ce cas, l’évaluation se fonde sur la comparaison des niveaux d’exposition résultant de l’usage cosmétique attendu et la caractérisation du danger des nouveaux constituants ;  soit il n’existe pas d’HE de référence pour l’HE à évaluer. Dans ce cas son évaluation doit, quoi % qu’il en soit, satisfaire aux exigences réglementaires en matière d’évaluation du risque en vue de son utilisation dans les produits cosmétiques.  
2.1.1.2 Comparaison des niveaux d’exposition à une huile essentielle de référence utilisée dans le domaine alimentaire Comme dans le cas de tout ingrédient cosmétique, l’évaluation de l’exposition résultant de l’usage cosmétique d’une HE doit être réalisée selon les lignes directrices du SCCP [3] et les recommandations de l’Afssaps [1].   Les données de consommation alimentaire nécessaires à l’évaluation de l’exposition résultant d’un usage traditionnel peuvent être obtenues par exemple auprès de la FEMA (Flavor and Extract Manufacturers Association), du JECFA (Joint Expert Committee on Food Additives), de l’Autorité
                                                     8«Regulation EC/258/97 concerning novel foods and novel food ingredients» 9Normes AFNOR, monographies des Pharmacopées, monographies du Conseil de l’Europe.  
 
10/20
européenne de sécurité des aliments (European Food Safety Authority ou EFSA) ou de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).  Plusieurs cas de figure peuvent être envisagés : - Lorsque l’exposition résultant de l’utilisation de l’HE considérée (ou d’une HE prise comme référence) est significativement supérieure à l’exposition résultant de l’usage cosmétique de cette HE, la probabilité d’effets indésirables liés à l’usage cosmétique pourrait être considérée comme acceptable sous réserve de l’évaluation de la tolérance locale et de la sensibilisation. Cette démarche est utilisée en toxicologie alimentaire pour l’évaluation du risque des produits d’origine végétale, dont les arômes naturels alimentaires et les HE [11]. Lorsque l’usage est alimentaire, l’extrapolation à un usage cosmétique est donc cohérente. En effet, même si la biodisponibilité d’une HE par voie dermique était totale (100% d’absorption), l’utilisation de données de sécurité résultant de son administration par voie orale serait au plus équivalente. Toutefois une attention particulière sera apportée à l’évaluation de la tolérance locale par voie cutanée. %substantiellement équivalente à une HE prise comme Dans le cas d’une HE définie comme référence, mais dont l’exposition résultant de l’usage cosmétique attendu dépasserait de manière significative l’exposition résultant de l’usage de l’HE prise comme référence, il est nécessaire d’évaluer le risque de cette HE sur la base de données toxicologiques ou en utilisant par exemple l’approche décrite ci-dessous relative aux groupes de molécules congénères la constituant.  Dans le cas d’une HE définie comme suffisamment similaire à une HE ou à un groupe de % constituants connus et dans le cas d’une HE suffisamment caractérisée mais n’ayant pas de « référence », il faudrait utiliser une approche similaire mais en ciblant l’évaluation sur les différences qualitatives et quantitatives. % le cas  Dansd’une HE définie comme très différente d’une HE prise comme référence, l’HE considérée devrait être soumise à une évaluation du risque classique sur la base de données toxicologiques ou en utilisant par exemple l’approche décrite ci-dessous relatives aux groupes de molécules congénères la constituant.   
2.1.2 Approche fondée sur la comparaison des groupes de molécules congénères Afin de mieux définir le principe de l’analyse par groupes de molécules congénères, il est indispensable de se référer à l’origine des HE, leur définition, leur mode d’obtention tels qu’ils sont précisés dans le documentRecommandations relatives aux critères de qualité des HE[2].
2.1.2.1 Notion de groupes de molécules congénères Le terme « congénère » est emprunté du latin «congener» à savoir « de même nature ». En chimie, « congénère » fait référence à l’une des nombreuses variantes ou configurations d’une même structure chimique et des fonctions qu’elle comporte. En conséquence il est important de prendre en considération la nature des fonctions présentes mais également le squelette moléculaire qui porte ces fonctions. Il est en effet primordial de rappeler que les constituants chimiques des HE ne sont pas d’une grande variabilité structurale, en raison non seulement du nombre limité de voies de biosynthèse dans les espèces végétales mais aussi des modes d’obtention utilisés [14]. En effet, dans les plantes supérieures, il n’existe que 5 à 6 voies majeures de biosynthèse qui concourent simultanément et à différents niveaux au développement de ces espèces végétales. Le nombre limité de voies biosynthétiques réduit donc la possibilité de variations structurales des constituants chimiques. De plus, les HE, du fait de leur mode d’obtention, ne retiennent qu’une part de ces constituants, correspondant essentiellement à la fraction des substances chimiques de faible masse moléculaire, plus ou moins volatiles. Par voie de conséquence, on ne retrouve dans les HE qu’un nombre restreint de grandes classes chimiques différentes, dénommées « groupes de molécules congénères », certains pouvant regrouper plusieurs dizaines de molécules définies chimiquement.  Parmi les 5000 molécules trouvées dans les HE, environ 2500 font l’objet d’une identification structurale et un millier d’entre elles sont présentes de façon significative dans les HE d’intérêt industriel.
 
11/20
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.