Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né - Mise au point

De
Publié par

Recommandations - Médicaments
04/01/2011
Publié le : mardi 4 janvier 2011
Lecture(s) : 81
Tags :
Source : http://ansm.sante.fr/Mediatheque/Publications/Recommandations-Medicaments
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
1
Sommaire
Données cliniques
Données épidémiologiques Choix thérapeutique Recommandations Bibliographie roupe de travail
QUITTER
IMPRIMER
Mise au point  2010 novembre ProphylaAxie dePs infections conjonctivales du nouveau-né
la prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né a été élaborée en raisonCette mise au point concernant de l’arrêt de commercialisation, pour des raisons industrielles en décembre 2008, de la spécialité «  ’   , collyre en récipient unidose »
 ise sur le arché  en 8 dans l’indicationCette spécialité avait obtenu en rance une utorisation de traitement préventif de l’infection conjonctivale des nouveau-nés, en administration uniue dans chacun des deux yeux aussitôt après la naissance l s’aissait du seul collyre en rance présentant une indication spécifiue dans cette prophylaxie néonatale, ciblée sur la prévention de l’infection onococciue l est à noter ue l’instillation d’un collyre à base de nitrate d’arent entraînait une conjonctivite chimiue dans 0 à 0  des cas
  u esiècle, l’infection à onocoue che le nouveau-né était très répandue environ 0  des nouveau-nés en urope et les séuelles étaient redoutables atteintes cornéennes et cécité dans 20  et   des cas ’utilisation systématiue d’un collyre à base de nitrate d’arent, à raison d’une outte dans chaue œil che le nouveau-né, préconisée par Crédé en 880, fut suivie d’une réduction notable du nombre d’endophtalmies onococciues néo-natales passae de 0 à 0  Cette pratiue s’est pérennisée jusu’à nos jours
Aujourd’hui, il convient de définir si une prophylaxie systématique des conjonctivites néonatales est toujours justifiée et quels en sont les pathogènes responsables.
 >
Données cliniques
Données cliniques
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
Les femmes enceintes ayant une infection sexuellement transmissible (IST) risquent de contaminer leur enfant au cours de l’accouchement par voie basse ou, lors d’une césarienne, en cas de rupture prématurée de la poche des eaux avant chirurie uourd’hui,Neisseria gonorrhoeaeetChlamydia trachomatis(plus fréquente mais moins pathoène) sont les  bactéries à prendre en compte dans la prévention des infections cononctivales du nouveauné, car elles exposent à des complications oculaires sévères du nouveauné
une infection énéralisée, mais la manifestation la plus habituelleLa contamination onococcique peut se traduire che le nouveauné par est une cononctivite bilatérale purulente lle apparaît le plus souvent dans les  à  premiers ours de vie L’atteinte des yeux est sévère, souvent associée à une atteinte cornéenne avec ulcération ou opacification L’évolution, rapidement proressive, peut conduire à la cécité
L’infection àChlamydia trachomatispeut être responsable che le nouveauné d’une cononctivite uni ou bilatérale apparaissant le plus souvent entre  à  ours après la naissance Les sécrétions mucopurulentes sont de sévérité variable et il n’y a énéralement pas d’atteinte cornéenne L’évolution peut être défavorable avec apparition d’une ératite ou d’une cicatrisation cononctivale La ravité est souvent moindre que celle constatée avec les infections à onocoque Il est recommandé en cas de doute de rechercherChlamydia trachomatiset car la séroloie est peu contributive au dianosticpar  sur les urines du premier
QUITTER
IMPRIMER
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
Une recrudescence des IST et notamment des infections gonococciques, est observée dans les pays industrialisés, y compris en France. Cependant, il n’eiste pas de données spécifiques sur l’épidémiologie de la gonococcie et de l’infection àChlamydia trachomatisce la femme enceinte, ni sur l’incidence de ces infections spécifiques ce le nouveauné.
appelons que les infections gonococciques ce la femme sont le plus souvent asymptomatiques et peuvent engendrer une sous estimation des cas.
es données de la littérature évaluant l’intérêt d’une propylaie des infections cononctivales à gonocoque du nouveauné sont en faible nombre et sans preuve scientifique établie. es preuves de l’efficacité des antiinfectieu qui ont été utilisés pour prévenir l’optalmie àChlamydia trachomatisdu nouveauné sont contradictoires et ne permettent pas de tirer de conclusion.
a réalisé  enquêtes de prescriptions à partir d’un questionnaire simple adressé d’une part à des maternitésans ce contete, l’fssaps françaises et d’autre part à des représentants sanitaires européens. es données recueillies, bien que non eaustives, ont permis de confirmer l’eistence de pratiques étérogènes.
n France, l’enquête menée par  Centres égionau de armacovigilance Ca révélé que    des  maternités interrogées ne pratique pas d’antibiopropylaie systématique   pour les  restants, lorsqu’une antibiopropylaie est mise en œuvre, la rifamycine est la plus souvent utilisée. es autres produits cités sont  la ciprofloacine, la gentamicine, la picloydine et la tobramycine.
n urope, l’enquête menée dans  pays de la communauté européennea révélé que   des  pays ayant répondu, ne pratique pas d’antibiopropylaie systématique   pour  pays, l’antibiopropylaie est mise en œuvre dans certaines maternités ou en cas de facteurs de risque   pour les autres pays, lorsqu’une antibiopropylaie est mise en œuvre, le nitrate d’argent est le plus souvent utilisé. es autres produits cités sont  ampicilline, ciprofloacine, érytromycine, povidone iodée, tétracyclines et tobramycine.
Il eiste un net gradient ordSud avec une absence d’antibiopropylaie dans les pays nordiques.
1 uestion posée aux P français  ne antibioprophylaxie conjonctivale du nouveau-né systématiue est-elle recommandée dans la maternité du  et dans la plus rosse maternité privée de la réion ¸ Si oui uel produit est utilisé  2 uestion posée aux représentants nationaux de l’uropean entre for isease Prevention and ontrol  ne antibioprophylaxie conjonctivale systématiue du nouveau-né est-elle recommandée dans votre pays  Si oui uel produit est utilisé 
QUITTER IMPRIMER
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
Compte-tenu de ces données et sur la base d’avis d’experts, la stratégie de prévention des infections conjonctivales néonatales conduit à recommander une prophylaxie ciblée chez les nouveau-nés dont les parents sont à risue d’, c’est-à-dire ayant des antécédents et ou des facteurs de risue d’
es grossesses non ou mal suivies sont considérées comme facteur de risue d’
e plus, chez tous les nouveau-nés, y compris ceux n’étant pas inclus dans la population à risue, il convient d’être vigilant sur l’apparition d’une conjonctivite néonatale l est conseillé de pratiuer un prélèvement microbiologiue par grattage conjonctival spécifiuement à la recherche de gonocoue ou deChlamydia trachomatis , devant toute conjonctivite présentant les signes suivants - sécrétions purulentes abondantes  - hyperhémie conjonctivale sévère
- apparition dans la première semaine de vie  - absence de larmoiement en dehors des sécrétions - signes de gravité ératite, hypopyon
 
 n cas d’obstruction conénitale des voies lacrymales la conjonctivite s’accompane d’un larmoiement ui persiste après lavae au sérum physioloiue
QUITTER IMPRIMER
Choix thérapeutique
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
Le choix thérapeutique tient compte des spécialités disponibles en France, de leur forme pharmaceutique, de leur spectre d’action conjoint surNeisseria gonorrhoeaeetChlamydia trachomatiset de l’existence de résistances acquises aux antibiotiques.
Données galéniques
plus faible diffusion dans les voies lacrymales et sont d’applicationPar rapport aux collyres, les pommades ophtalmiques présentent une plus difficile che les nouveaunés.
La forme collyre apporte une forte concentration locale de l’antiinfectieux. lle est adaptée à l’utilisation che le nouveauné. La présentation unidose est préférable à la présentation multidoses, car elle permet d’éviter tout risque de contamination infectieuse. i une présentation unidose n’est pas disponible, il est souhaitable d’utiliser un flacon multidoses par enfant.
Données microbiologiques – Information sur les AMM
minosides entamicine, tobramycine  actifsin vitrosurNeisseria gonorrhoeae, mais pas surChlamydia trachomatis.
de la famille des bêtalactamines, du roupe des pénicillines mpicilline antibiotique  activein vitrosurNeisseria gonorrhoeae, mais pas surChlamydia trachomatis, et aucune spécialité ophtalmique à base d’ampicilline n’est disponible en France.
yclines   activesin vitro sur les  espèces ciblées,mais résistances plasmidiques et chromosomiques sont actuellement fréquentes des avecNeisseria gonorrhoeae. e plus, l’ des spécialités ophtalmiques est réservée aux enfants âés de  ans et plus risque de dyschromie dentaire.
QUITTER
IMPRIMER
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
 :Ciprofloxacine (antibiotique de la famille des fluoroquinolones) - en théorie activein vitrosur le gonocoque,maisle pourcentage des souches de gonocoque ayant une résistance de haut niveau est d’environ   en rance
acrolides : - érythromycine : aucune spécialité ophtalmologique disponible actuellement en rance - aithromycine : activein vitroles  espèces ciblées et forme galénique adaptée, en unidose,sur maisl’ précise que ce collyre (indiqué en traitement curatif des cononctivites), n’est pas destiné à la prophylaxie des cononctivites néonatales e plus, il n’y a pas d’étude publiée che l’enfant de moins de  an et l’impact de cet antibiotique ne doit pas être sous-estimé (utilisation fréquente dans certains pays du nord de l’urope pour le traitement par voie générale des urétrites à gonocoque accompagnée de l’apparition des premières résistances acquises de haut niveau)
icloxydine (antiseptique) :   - il n’existe pas d’études spécifiques de son activité sur le gonocoque
olyvidone iodée (antiseptique) : - activein vitrosur les  espèces ciblées et présentée sous forme de solution pour irrigation oculaire en récipient unidose,maisavec de grandes contenances ( ml et  ml) e plus, l’ de cette solution pour irrigation indiquée dans l’antiseptie pré-opératoire en chirurgie ophtalmique, mentionne que ce produit ne doit amais être utilisé en collyre et stipule une contre-indication che le nouveau-né de - mois
ifamycine :   - activein vitrosur les  espèces ciblées,etl’ du collyre, indiqué dans le traitement curatif des cononctivites, ératites et ulcères  cornéens, ne comporte pas de contre-indication che le nouveau-né  - expérience clinique de cette utilisation prophylactique ugée satisfaisante par les équipes qui la pratique  - profil de sécurité d’emploi non préoccupant dans le cadre d’une administration topique unique  -maiscollyre disponible en rance uniquement sous forme multi-doses
QUITTER
IMPRIMER
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
Compte tenu de cette analyse et sur la base d’avis d’experts, le collyre à base de rifamycine semble la meilleure alternative pour la prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né (recommandation en prophylaxie hors-A
ien u’aucun schéma d’administration n’ait fait la preuve de son efficacité au travers d’études répondant aux standards actuels d’évaluation, la majorité des éuipes de maternité utilise la posoloie de  outte de collyre dans chaue œil du nouveau-né à la naissance Compte tenu des paramètres pharmacocinétiues-pharmacodynamiues de la rifamycine, et tenant compte du volume administré par outte de collyre, il est recommandé d’instiller  outte de collyre à base de rifamycine dans chaue œil du nouveau-né à la naissance
QUITTER
IMPRIMER
Recommandations
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
D’une manière générale, il n’existe pas de donnée pour recommander de mettre en œuvre une antibioprophylaxie conjonctivale néonatale systématique.
Par mesure de précaution, une antibioprophylaxie conjonctivale néonatale est recommandée* en cas d’antécédents et/ou de facteurs de risque d’Infections Sexuellement ransmissibles che les parents
Les grossesses non ou mal suivies sont considérées comme un acteur de risque d’.
Dans ces situations, il est recommandé d’instiller une goutte de collyre à base de riamycine dans chaque œil du nouveauné à la naissance.
ne grande attention doit être apportée à l’instillation du collyre. n raison de l’absence d’une présentation pharmaceutique unidose, l’utilisation itérative d’un même lacon pour plusieurs enants expose au risque de transmission croisée de microorganismes. l est donc hautement souhaitable d’utiliser un lacon de collyre pour chaque enant.
Le choix d’une antibioprophylaxie non systématique et ciblée sur une population à risque doit s’accompagner d’une vigilance accrue visàvis de tous les nouveaunés, avec une prise en charge adaptée devant une conjonctivite mucopurulente persistante ou sévère de l’enant.
 excepté en cas de césarienne sans rupture prématurée de la poche des eaux avant chirurie
QUITTER
IMPRIMER
Prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né
Données épidémiologiques
Choi thérapeutique
Recommandations
Bibliographie Bell Tet al. Randomized trial of silver nitrate, erythromycin and no eye prophylaxis for the prevention of conjonctivitis among newborns not at risk for gonoccocal ophtalmitis Eye rophylaxis tdy rop. ediatrics      reseserringloer  et al. Effects of azithromycin and rifampin onChlamydia trachomatisinfectionin vitro. ntimicrob gents hemother    . senberg et al.  controlled     trial of povidone iodine as prophylaxis against ophtalmia neonatrm.  Eng  ed   oldbloom B. The anadian ide to linical reventive ealth are. rophylaxis for onococcal and hlamydial phthalmia eonatorm. httporigin. phacaspc.gc.capblicatclinicclinieseceng.php aga et al    rophylaxis of gonoccocal and chlamydial ophtalmia neonatrm.  comparison of silver nitrate and tetracycline.  Eng  ed . nd Ret al. rophylaxis against gonoccocal ophtalmia neonatrm. À prospective stdy.  fr ed       almer , ong , inter , ave . Emergence and spread of azithromycinresistantNeisseria gonorrhoeaein cotland.  ntimicrob hemother.  ep . iewert  et al. rowthcycle dependent pharmacodynamics of antichlamydial drgs. ntimicrob gents hemother    . anhoof Ret al.In vitroactivity of antimicrobial agents againstNeisseria gonorrhoeaein Brssels. Br  ener is     anhoof Ret al.In vitroactivity of antimicrobial agents againstNeisseria gonorrhoeaein Brssels. Br  ener is     ar et al. eonatal chlamydial infections  prevention and treatment. ed rgs      
Groupe de travail L’Afssaps a élaboré cette mise au point à partir des évaluations d’un groupe multidisciplinaire d’experts présidé par S Auvin pédiatre et président du Comité d’rientation édiatriue de l’Afssaps aris et composé de  S Aho médecin hygiéniste ion   Aïache galéniste Clermonterrand   Alt pédiatre Strasbourg   Auard réanimateur néonatalogiste aris  A ah pédiatre Le ans   avoux médecin pharmacovigilante aris   remondignac ophtalmopédiatre Amiens   ouillie pédiatre aris   Cavallo microbiologiste aris  C rancoual néonatalogiste aris  oulet Invs Saint aurice   rente sagefemme aris   aar médecin hygiéniste alence  L Lassau dermatologue spécialiste IS aris   aymond micobiologiste aris  Sednaoui CNgonocoue aris et A ollner pédiatre Nogent sur arne Coordination techniue et support Afssaps   Cavalier N umarcet  oebel N renéouge L apetanovic N orgensten I ellanne C oché Cette mise au point a été discutée au Comité d’rientation édiatriue du  uin  présidé par S Auvin et au roupe de ravail des édicaments Anti Infectieux du  uin  présidé par  Cohen La mise au point a été validée par la Commission d’Autorisation de ise sur le arché du  octobre  présidée par  itteco.
   entre ational de éférence
QUITTER IMPRIMER
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.