SERETIDE - SERETIDE DISKUS

De
Présentation SERETIDE DISKUS 100 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose Boîte de 60 doses avec distributeur - Code CIP : 3545935 SERETIDE DISKUS 250 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose Boîte de 60 doses avec distributeur - Code CIP : 3545970 SERETIDE DISKUS 500 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose Boîte de 60 doses avec distributeur- Code CIP : 3547354 SERETIDE 125 microgrammes/25 microgrammes/dose, suspension pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 120 doses - Code CIP : 3565872 SERETIDE 250 microgrammes/25 microgrammes/dose, suspension pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 120 doses- Code CIP : 3565889 SERETIDE 50 microgrammes/25 microgrammes/dose, suspension pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 120 doses - Code CIP : 3565866 Mis en ligne le 13 déc. 2012 Substance active (DCI) salmétérol (xinafoate de), fluticasone (propionate de) Code ATC R03AK06 Laboratoire / fabricant GLAXOSMITHKLINE SERETIDE DISKUS 100 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose Boîte de 60 doses avec distributeur - Code CIP : 3545935 SERETIDE DISKUS 250 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose Boîte de 60 doses avec distributeur - Code CIP : 3545970 SERETIDE DISKUS 500 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose Boîte de 60 doses avec distributeur- Code CIP : 3547354 SERETIDE 125 microgrammes/25 microgrammes/dose, suspension pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 120 doses - Code CIP : 3565872 SERETIDE 250 microgrammes/25 microgrammes/dose, suspension pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 120 doses- Code CIP : 3565889 SERETIDE 50 microgrammes/25 microgrammes/dose, suspension pour inhalation en flacon pressurisé Flacon de 120 doses - Code CIP : 3565866 Mis en ligne le 13 déc. 2012
Publié le : mercredi 18 juillet 2012
Lecture(s) : 118
Source : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1340462/fr/seretide-seretide-diskus?xtmc=&xtcr=426
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 31
Voir plus Voir moins







COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

AVIS

18 juillet 2012


Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du
17 janvier 2006 (JO du 28 décembre 2007)

SERETIDE 50/25 microgrammes par dose, suspension pour inhalation en flacon
pressurisé
Flacon de 120 doses (CIP : 356 586-6)
SERETIDE 125/25 microgrammes par dose, suspension pour inhalation en flacon
pressurisé
Flacon de 120 doses (CIP : 356 587-2)
SERETIDE 250/25 microgrammes par dose, suspension pour inhalation en flacon
pressurisé
Flacon de 120 doses (CIP : 356 588-9)
SERETIDE DISKUS 250/50 microgrammes par dose, poudre pour inhalation en
récipient unidose
Boîte de 60 doses avec distributeur (CIP : 3545 97-0)
SERETIDE DISKUS 100/50 microgrammes par dose, poudre pour inhalation en
récipient unidose
Boîte de 60 doses avec distributeur (CIP : 354 593-5)
SERETIDE DISKUS 500/50 microgrammes par dose, poudre pour inhalation en
récipient unidose
Boîte de 60 doses avec distributeur (CIP : 354 735-4)
GLAXOSMITHKLINE
fluticasone (propionate de), salmétérol (xinafoate de)

liste I
Code ATC : R03AK06

Date de l'AMM : spécialités SERETIDE : 28/03/2001
spécialités SERETIDE DISKUS : 26/06/2000





Motif de la demande : renouvellement de l'inscription sur la liste des médicaments
remboursables aux assurés sociaux





Direction de l’Evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique
Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 1/31 1 CARACTERISTIQUES DU MEDICAMENT

1.1. Principe actif
Fluticasone (propionate de), salmétérol (xinafoate de)

1.2. Indications
SERETIDE 50/25 microgrammes/dose
SERETIDE 125/25 microgrammes/dose
SERETIDE 250/25 microgrammes/dose
« Seretide est indiqué en traitement continu de l’asthme, dans les situations où
l’administration par voie inhalée d’un médicament associant un corticoïde et un
bronchodilatateur bêta-2 agoniste de longue durée d’action est justifiée :
- chez des patients insuffisamment contrôlés par une corticothérapie inhalée et la prise d’un
bronchodilatateur bêta-2 agoniste de courte durée d’action par voie inhalée à la demande
ou
- chez des patients contrôlés par l’administration d’une corticothérapie inhalée associée à un
traitement continu par bêta-2 agoniste de longue durée d’action par voie inhalée. »


SERETIDE DISKUS 100/50 microgrammes/dose
SERETIDE DISKUS 250/50 microgrammes/dose
SERETIDE DISKUS 500/50 microgrammes/dose
« Asthme
Seretide est indiqué en traitement continu de l'asthme, dans les situations où l'administration
par voie inhalée d'un médicament associant un corticoïde et un bronchodilatateur bêta-2
agoniste de longue durée d'action est justifiée :
- chez des patients insuffisamment contrôlés par une corticothérapie inhalée et la prise d'un
bronchodilatateur bêta-2 agoniste de courte durée d'action par voie inhalée "à la demande"
ou
- chez des patients contrôlés par l'administration d'une corticothérapie inhalée associée à un
traitement continu par bêta-2 agoniste de longue durée d'action par voie inhalée.

Remarque : le dosage Seretide Diskus 100/50 microgrammes/dose, n'est pas adapté au
traitement de l'asthme sévère de l'adulte et de l'enfant.

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
Seretide est indiqué en traitement symptomatique de la BPCO chez les patients dont le
VEMS (mesuré avant administration d’un bronchodilatateur) est inférieur à 60 % de la valeur
théorique, et présentant des antécédents d’exacerbations répétées et des symptômes
significatifs malgré un traitement bronchodilatateur continu.

NB : seul le dosage SERETIDE DISKUS 500/50 microgrammes/dose est adapté
au traitement de la BPCO. »
Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 2/31

1.3. Posologie
« Voie inhalée uniquement.
Il conviendra d’informer le patient que pour observer un effet optimal du traitement, Seretide
doit être administré quotidiennement même lorsque les symptômes sont améliorés.
Le médecin devra vérifier régulièrement que le dosage prescrit de Seretide est bien adapté à
l’état clinique du patient. Il ne sera modifié que sur avis médical.
Il convient de toujours rechercher la posologie minimale efficace. Lorsque les symptômes
sont contrôlés par la plus faible posologie recommandée en deux prises par jour,
l’administration d’un corticoïde inhalé seul sera alors envisagée. Il pourra être également
envisagé de réduire la posologie de Seretide à une prise par jour, si le médecin estime
nécessaire de maintenir un traitement par bêta-2 mimétique longue durée d’action pour le
contrôle des symptômes. L’horaire de la prise de Seretide sera alors fonction de la fréquence
d’apparition des symptômes. Si la prédominance des symptômes est nocturne, Seretide sera
administré le soir ; si elle est diurne, Seretide sera administré le matin.
Le dosage de Seretide qui sera prescrit au patient devra correspondre à la dose de
fluticasone adaptée à la sévérité de son asthme. Il convient de souligner que le dosage
Seretide 50/25 microgrammes/dose, n’est pas adapté au traitement de l’asthme sévère de
l’adulte et de l’enfant. Chez les sujets asthmatiques, le propionate de fluticasone est aussi
efficace que les autres corticoïdes administrés par voie inhalée à environ la moitié de la dose
quotidienne. Par exemple, administrés par voie inhalée, 100 microgrammes de propionate
de fluticasone sont approximativement équivalents à 200 microgrammes de dipropionate de
béclométasone (formulation avec CFC) ou de budésonide. Si les dosages disponibles de
cette association fixe ne répondent pas aux nécessités pour ajuster les posologies en
fonction de l’état du patient, bêta-2 agonistes et/ou corticoïdes devront être prescrits
individuellement.

SERETIDE 50/25 microgrammes/dose
SERETIDE 125/25 microgrammes/dose
SERETIDE 250/25 microgrammes/dose

Posologie préconisée

Adultes et adolescents de 12 ans et plus :
Deux inhalations de 50 microgrammes de propionate de fluticasone et
25 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour
ou
Deux inhalations de 125 microgrammes de propionate de fluticasone et
25 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour
ou
Deux inhalations de 250 microgrammes de propionate de fluticasone et
25 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour

Enfants de 4 ans et plus :
Deux inhalations de 50 microgrammes de propionate de fluticasone et 25 microgrammes de
salmétérol 2 fois par jour.

CHEZ L’ENFANT, LA DOSE MAXIMALE DE PROPIONATE DE FLUTICASONE PAR VOIE
INHALEE QUI EST PRECONISEE EST DE 100 MICROGRAMMES, 2 FOIS PAR JOUR.

Aucune donnée n’est disponible concernant l’utilisation de Seretide chez les enfants de
moins de 4 ans.

Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 3/31 Lorsqu’il est mis en évidence chez le patient (en particulier chez le jeune enfant) une
mauvaise synchronisation main/poumon empêchant la coordination des mouvements
inspiration/déclenchement de l’appareil, l’utilisation d’une chambre d’inhalation adaptée est
indiquée (voir rubrique 4.4).

Sujets à risque :
Il n’y a pas lieu d’ajuster les doses chez les sujets âgés ou atteints d’insuffisance rénale.
Aucune donnée n’est disponible concernant l’utilisation de Seretide chez les patients atteints
d’insuffisance hépatique.

Vérification du fonctionnement du dispositif :
Avant la première utilisation, afin de vérifier le bon fonctionnement du dispositif, libérer des
bouffées de produit dans l’air jusqu’à ce que le compteur indique 120 doses. Pour cela,
après avoir retiré le capuchon de l’embout buccal en exerçant une pression de chaque côté,
bien agiter l’inhalateur et presser sur la cartouche. Si le dispositif n’a pas été utilisé depuis
une semaine ou plus, retirer le capuchon de l’embout buccal, bien agiter l’inhalateur et libérer
deux bouffées de produit dans l’air. Chaque fois que l’inhalateur est déclenché, le nombre de
doses est décompté.

SERETIDE DISKUS 250/50 microgrammes/dose
SERETIDE DISKUS 100/50 microgrammes/dose
SERETIDE DISKUS 500/50 microgrammes/dose
Posologie préconisée :
Asthme
Adultes et adolescents de 12 ans et plus :
une inhalation de 100 μg de propionate de fluticasone et 50 μg de salmétérol 2 fois par jour
ou
une inhalation de 250 μg de propionate de fluticasone et 50 μg de salmétérol 2 fois par jour
ou
une inhalation de 500 μg de propionate de fluticasone et 50 μg de salmétérol 2 fois par jour

Enfants de 4 ans et plus :
une inhalation de 100 μg de propionate de fluticasone et 50 μg de salmétérol 2 fois par jour.
Chez l'enfant, la dose maximale de propionate de fluticasone par voie inhalée qui est
préconisée est de 100 microgrammes, 2 fois par jour.
Aucune donnée n'est disponible concernant l'utilisation de Seretide Diskus chez les enfants
de moins de 4 ans.

SERETIDE DISKUS 500/50 microgrammes/dose
Posologie préconisée :
Bronchopneumopathie chronique obstructive
Adultes :
une inhalation de 500 μg de propionate de fluticasone et 50 μg de salmétérol 2 fois par jour.
Populations à risque :
Il n'y a pas lieu d'ajuster les doses chez les sujets âgés ou atteints d'insuffisance rénale.
Aucune donnée n'est disponible concernant l'utilisation de Seretide chez les patients atteints
d'insuffisance hépatique.

Utilisation du Diskus
Après ouverture du dispositif, pousser le levier pour préparer une dose. L'embout buccal
sera ensuite placé entre les lèvres, la dose peut alors être inhalée, après quoi le dispositif
sera refermé. »



Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 4/31 2 RAPPEL DES AVIS DE LA COMMISSION ET DES CONDITIONS D'INSCRIPTION

Avis de la Commission du 27 septembre 2000
Inscription sur les listes sécurité sociale et collectivités de SERETIDE DISKUS 100/50
μg/dose, 250/50 μg/dose, 500/50 μg/dose.
« Le service médical rendu par SERETIDE DISKUS dans l’asthme est important.
Compte tenu de l’association du corticoïde au bêta-2 agoniste qui devrait permettre de limiter
le nombre de patients asthmatiques prenant un bêta-2 agoniste de longue durée d’action
sans traitement anti-inflammatoire de fond, SERETIDE DISKUS apporte une amélioration du
service médical rendu (niveau IV) en terme d’observance par rapport à l’administration
séparée d’un bêta-2 agoniste de longue durée d’action et d’un glucocorticoïde. »

Avis de la Commission du 27 juin 2001
Inscription sur les listes sécurité sociale et collectivités de SERETIDE 50/25 μg/dose, 125/25
μg/dose, 250/25 μg/dose.
« Le service médical rendu par SERETIDE est important. »
« SERETIDE n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (niveau V) par rapport à
SERETIDE DISKUS (complément de gamme). »

Avis de la Commission du 5 février 2003
Modification du résumé des caractéristiques du produit dans la rubrique « posologie et mode
d’administration ». Dont acte.

Avis de la Commission du 14 janvier 2004
Modification des conditions d’inscription de SERETIDE DISKUS 500/50 μg/dose pour une
extension d’indication au traitement symptomatique de la BPCO sévère.
« Le service médical rendu par SERETIDE DISKUS 500/50 μg par dose est faible.
SERETIDE DISKUS 500/50 μg par dose n’apporte pas d’amélioration du service médical
rendu (niveau V) par rapport à la prise en charge habituelle de ces patients. »

Avis de la Commission du 19 janvier 2005
Demande d’extension à l’enfant (4 ans et plus) de l’indication asthme.
« SERETIDE 50/25 μg/dose n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (niveau
V) par rapport à SERETIDE DISKUS 100/50 μg/dose. »

Avis de la Commission du 30 novembre 2005
Demande d’inscription pour un conditionnement trimestriel.
« Dans l’asthme, le service médical rendu par ces spécialités (Boîte de 3 dispositifs de 60
doses) est insuffisant du fait de leur présentation en conditionnement trimestriel qui n’est pas
approprié compte tenu :
- des fluctuations de la sévérité de la maladie qui nécessitent une adaptation fréquente du
traitement et
- de fréquents problèmes d’observance chez les asthmatiques, ce qui nécessite également
un suivi régulier des patients.
Avis défavorable à l’inscription sur la liste des spécialités remboursables aux assurés
sociaux. »

Avis de la Commission du 5 juillet 2006
Renouvellement d’inscription.
Le service médicale rendu par les spécialités SERETIDE et SERETIDE DISKUS dans
l’asthme est important.
Le service médical rendu par SERETIDE DISKUS 500/50 μg par dose dans la BPCO est
modéré.
Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 5/31 « Avis favorable au maintien de l'inscription sur la liste des spécialités remboursables aux
assurés sociaux
La Commission de la Transparence :
- souhaite être informée des premiers résultats de l’étude de SERETIDE dans l’asthme
réalisée par les généralistes et les pneumologues
- est en attente du protocole de l’étude dans la BPCO demandée lors de son avis du 14
janvier 2004. »

Avis de la Commission du 27 mai 2009
Modification de l’indication BPCO : « Traitement symptomatique de la BPCO chez les
patients dont le VEMS (mesuré avant administration d’un bronchodilatateur) est inférieur à
60 % de la valeur théorique, et présentant des antécédents d’exacerbations répétées et des
symptômes significatifs malgré un traitement bronchodilatateur continu. »

Service médical rendu :
« La BPCO entraîne un handicap, une dégradation marquée de la qualité de vie et peut
engager le pronostic vital.
Intérêt de santé publique :
En termes de santé publique, le fardeau induit par la BPCO est majeur. La sous-
population constituée par les patients pouvant bénéficier d’un traitement par SERETIDE
DISKUS 500/50 μg/dose représente un fardeau important.
L’amélioration de la prise en charge de la BPCO constitue un besoin de santé publique
1s’inscrivant dans le cadre de priorités établies (priorités du GTNDO ). Toutefois, pour la
prise en charge symptomatique de la BPCO, le besoin thérapeutique est couvert par les
thérapeutiques à visée symptomatique existantes.
Au vu des données des essais cliniques et compte tenu des alternatives disponibles, il
n’est pas attendu d’impact en termes de morbi-mortalité ou de qualité de vie pour cette
spécialité.
En conséquence, il n’est pas attendu d’intérêt de santé publique pour la spécialité
SERETIDE DISKUS 500/50 μg/dose.
Du fait de la faible quantité d’effet associée à l’adjonction d’un corticoïde inhalé à dose
élevée à un bronchodilatateur de longue durée d’action et du risque infectieux (notamment
pneumonies) dans une population fragile (patients âgés, tabagiques, avec co-morbidités) le
rapport efficacité/effets indésirables de cette spécialité est faible.
Cette spécialité entre dans le cadre d’un traitement symptomatique continu de la BPCO chez
des patients ayant un VEMS pré-bronchodilatateur < 60 %, ayant des antécédents
d’exacerbations répétées et des symptômes significatifs malgré un traitement
bronchodilatateur continu.
Il n’y a pas lieu d’associer systématiquement un corticoïde inhalé à un bronchodilatateur de
longue durée d’action dans le traitement de la BPCO.
Cette spécialité est un traitement de seconde intention, en cas d’échec d’un traitement
continu par un bronchodilatateur de longue durée d’action, dans un groupe restreint de
patients. Par conséquent, la place de cette spécialité dans la stratégie thérapeutique est très
limitée.
Il existe des alternatives.
Le service médical rendu par SERETIDE DISKUS 500/50 μg par dose est modéré dans cette
indication. »

Amélioration du service médical rendu :

1 Groupe Technique National de Définition des Objectifs (DGS-2003)
Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 6/31 « SERETIDE DISKUS 500/50 μg/dose n’apporte pas d’amélioration du service médicale
rendu (niveau V) dans la prise en charge des patients atteints de BPCO ayant un VEMS pré-
bronchodilatateur < 60% de la valeur théorique et des antécédents d’exacerbations répétées
et des symptômes significatifs malgré un traitement bronchodilatateur continu. »


3 MEDICAMENTS COMPARABLES
3.1. Classement ATC (2011)
R Système respiratoire
R03 Médicaments pour les syndromes obstructifs des voies aériennes
R03A Adrénergique pour inhalation
R03AK Adrénergiques et autres médicaments pour les syndromes obstructifs
des voies aériennes
R03AK06 Salmétérol et autres médicaments pour les syndromes obstructifs des voies
aériennes
3.2. Médicaments de même classe pharmaco-thérapeutique
3.2.1. Médicaments strictement comparables
SERETIDE 50/25 microgrammes/dose,
SERETIDE 125/25 microgrammes/dose,
SERETIDE 250/25 microgrammes/dose,
SERETIDE DISKUS 100/50 microgrammes/dose :
SERETIDE DISKUS 250/50 microgrammes/dose,
Bronchodilatateurs de longue durée d’action en association fixe avec un corticoïde indiqués
dans le traitement continu de l’asthme :
Budésonide + formotérol : SYMBICORT TURBUHALER 100/6 μg/dose,
200/6 μg/dose et 400/12 μg/dose
Béclométasone + formotérol : FORMODUAL 100/6 μg/dose
INNOVAIR 100/6 μg/dose

SERETIDE DISKUS 500/50 microgrammes/dose :
Bronchodilatateurs de longue durée d’action en association fixe avec un corticoïde indiqués
dans le traitement continu de l’asthme et le traitement symptomatique continu de la BPCO :
Budésonide + formotérol : SYMBICORT TURBUHALER 100/6 μg/dose,
200/6 μg/dose et 400/12 μg/dose
Ces spécialités ont un SMR important dans l’asthme et modéré dans la BPCO.
Dans la BPCO, leur indication est limitée au traitement symptomatique de la BPCO sévère
(VEMS < 50% de la valeur théorique) chez les patients présentant des antécédents
d’exacerbations répétées et des symptômes significatifs malgré un traitement continu par
bronchodilatateur de longue durée d’action.

3.2.2. Médicaments non strictement comparables
Bronchodilatateurs bêta-2 agonistes de longue durée d’action, sous forme inhalée, indiqués
dans le traitement symptomatique continu de l’asthme, en association avec un corticoïde
inhalé administré de façon concomitante.
Ces spécialités ont un service médical rendu important.

Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 7/31 3.3. Médicaments à même visée thérapeutique
Dans l’asthme, il s’agit des autres spécialités indiquées dans le traitement continu de
l’asthme : bêta-2 agonistes oraux de longue durée d’action, de corticoïdes inhalés ou oraux,
de méthylxanthines (théophyllines), antileucotriènes (montélukast), anti-IgE (omalizumab).
Dans la BPCO, il s’agit des autres spécialités indiquées dans le traitement symptomatique
continu de la BPCO : anticholinergiques de courte durée d’action, bêta-2 agoniste de longue
durée d’action indiqué uniquement dans la BPCO (indacatérol), anticholinergique de longue
durée d’action (tiotropium).



4 ACTUALISATION DES DONNEES DISPONIBLES DEPUIS LE PRECEDENT AVIS

4.1. Efficacité

Asthme

Le laboratoire a fourni :
- chez l’adulte, 3 études comparatives, randomisées, réalisées en double aveugle, ayant
évalué l’intérêt d’une stratégie de réduction de dose avec SERETIDE chez des patients
2 3 4dont l’asthme est contrôlé (Bateman, 2006 ; Godard, 2008 ; Reddel 2010 ) ;
5- chez l’enfant, 1 méta-analyse (Chroinin, 2009 ) et 2 études randomisées ayant comparé
deux stratégies de traitement, l’addition de au propionate de fluticasone par rapport au
6 7doublement du propionate de fluticasone (De Blic, 2009 ; Gappa, 2009 ). Une dernière
8étude (Lemanske, 2010 ) a comparé trois stratégies de traitement, le maintien de la dose
de propionate de fluticasone, l’addition de salmétérol ou de montélukast à cette même
dose de propionate de fluticasone.

Etudes chez l’adulte

Bateman (2006) :
Des patients ayant un asthme mal contrôlé par bêta-2 agoniste de courte ont été inclus et
traités en ouvert par l’association propionate de fluticasone (PF)/salmétérol 250/50 μg 2 fois
par jour pendant 12 semaines. Les patients ayant atteint un bon contrôle de l’asthme durant
les 4 dernières semaines ont été randomisés pour recevoir pendant 12 semaines soit
l’association PF/salmétérol à posologie réduite (100/50 μg 2 fois par jour, n = 246), soit le PF
seul en maintenant la dose de 250 μg 2 fois par jour (n = 238).
L’amélioration du DEP obtenue au cours de la période en ouvert a été maintenue dans le
groupe PF/salmétérol 100/50 μg 2 fois par jour (variation moyenne ajustée par rapport à la
fin de la période en ouvert de -0,3 L/min) mais pas dans le groupe PF 250 μg 2 fois par jour
(p<0,001).


2
Bateman ED etal. Asthma control can be maintained when fluticasone propionate/salmeterol in a single inhaler is stepped
down. Allergy Clin Immunol 2006;117:563-70
3
Godard P et al. Maintaining asthma control in persistant asthma: comparison of three strategies in a 6-month double-blind
randomised study. Respiratory Medicine 2008;102:1124-1131
4
Reddel HK et al. Down-titration from high-dose combination therapy in asthma: removal of long acting β2-agonist. Respiratory
Medicine 2010;104:1110-1120
5
Chroinin N et al. Addition of long-acting beta-agonists to inhaled corticosteroids for chronic asthma in children. Cochrane
Database of systematic Rewviews 2009, Issue 3. Art.No : CD007949.DOI :10.1002/14651858.CD007949
6
De Blic J et al. Salmeterol/fluticasone propionate vs. Double dose fluticasone propionate on lung function and asthma control
in children. Pediatr Allergy Immunol 2009;20:763-771
7
Gappa M et al. Add-on salmeterol compared to double dose fluticasone in pediatric asthma :a double-blind, randomized trial
(VIAPAED). Pediatric Pulmonology 2009;44:1132-1142
8
Lemanske RF Jr. Step-up therapy for children with uncontrolled asthma while receiving inhaled corticosteroids. N Engl J Med
2010
Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 8/31 Godard (2008) :
Des patients avec un asthme contrôlé par corticoïde inhalé et bêta-2 agoniste de longue
durée d’action ont été randomisés pour recevoir pendant 24 semaines l’un des traitements
suivants :
- PF/salmétérol 250/50 μg 2 fois par jour (n = 154)
- PF/salmétérol 100/50 μg 2 fois par jour (n = 156)
- PF 250 μg 2 fois par jour (n = 154)
L’association PF/salmétérol 100/50 μg 2 fois par jour a été non-inférieure à l’association
PF/salmétérol 250/50 μg 2 fois par jour pour maintenir le DEP du matin durant les 12
premières semaines alors que le PF 250 μg 2 fois par jour n’a pas démontré sa non-
infériorité par rapport à l’association PF/salmétérol 250/50 μg 2 fois par jour.

Reddel (2010) :
Des patients dont l’asthme a été contrôlé par l’association salmétérol/PF 500/50 μg 2 fois par
jour après 12 semaines de traitements ont été randomisés pour recevoir l’un des traitements
suivants avec réduction de la dose décidée toutes les 8 semaines en fonction du contrôle de
l’asthme pendant une durée de 52 semaines :
- PF/salmétérol 500/50 μg 2x/j puis 250/50 μg 2x/j puis 100/50 μg 2x/j puis 100/50 μg 1x/j
et arrêt du traitement
- PF 500 μg 2x/j puis 250 μg 2x/j puis 100 μg 2x/j puis 100 μg 1x/j et arrêt du traitement.
Les patients traités par l’association PF/salmétérol ont pu réduire leur dose de PF de façon
plus importante que les patients traités par PF seul tout en maintenant le contrôle de
l’asthme (dose minimale efficace de 534 μg dans le groupe Pf/salmétérol vs 724 μg dans le
groupe PF, OD = 3,37, IC = 1,33 ; 8,16], p = 0,005). 95%

Etudes chez l’enfant

Chroinin (2009), de Blic (2009) et Grappa (2009) :
Ces études ont comparé l’addition d’un bêta-2 agoniste de longue durée d’action à un
corticoïde inhalé au doublement de la dose du corticoïde inhalé chez des enfants dont
l’asthme était insuffisamment contrôlé par le corticoïde inhalé seul.
La méta-analyse (Chroinin, 2009) ayant inclus 7 études comparatives, randomisées, a
montré la supériorité de l’addition d’un bêta-2 agoniste de longue durée d’action à un
corticoïde inhalé au doublement de la dose du corticoïde inhalé sur le DEP du matin mais
pas sur les exacerbations nécessitant la prise d’un corticoïde oral. Les données sur le
VEMS, la consommation de traitement de secours, les symptômes et la qualité de vie étaient
trop peu nombreuses pour pouvoir en faire une analyse pertinente.
Dans les deux études cliniques, la non-infériorité puis la supériorité de l’addition d’un bêta-2
agoniste de longue durée d’action à un corticoïde inhalé au doublement de la dose du
corticoïde inhalé sur le DEP du matin (critère principal de jugement) ont été démontrées.

Lemanske (2010) :
Des enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans atteints d’asthme léger à modéré ont été
traités pendant 2 à 8 semaines par PF 100 μg 2 fois par jour. A l’issue de cette période, les
patients dont l’asthme était insuffisamment contrôlé ont été randomisés, en cross-over (3
périodes de 16 semaines), dans l’un des trois groupes suivants :
- augmentation de la dose de PF à 250 μg 2x/jour
- maintien de la dose de PF et addition de salmétérol : PF/salmétérol 100/50 μg 2x/jour
- maintien de la dose de PF de 100 μg 2x/jour et addition de montélukast 5 ou 10 mg/jour
Le critère principal de jugement était la réponse différentielle aux trois traitements. L’un des
traitements était considéré comme meilleur qu’un autre à partir des paramètres évalués dans
l’ordre et aux seuils suivants :
- la nécessité d’un traitement corticoïde oral par prednisolone pour exacerbation (seuil : au
moins 180 mg en moins sur la période)
Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 9/31 - le nombre de jours annualisé de contrôle de l’asthme sur les 12 dernières semaines de la
période, ajusté sur les différences saisonnières (seuil : augmentation ≥ 31 jours) ; un jour
de contrôle de l’asthme est défini par l’absence de traitement de secours, de symptômes,
d’un traitement de l’asthme autre que ceux de l’étude, de visite imprévue de soin pour
asthme et de DEP ≤ 80 % de la valeur de référence prédéterminée
- le VEMS (seuil : augmentation ≥ 5 % à la fin de la période).
Si aucun seuil n’était atteint, toutes les périodes avaient le même rang et le patient était
considéré comme n’ayant pas une réponse différentielle aux traitements.
Lorsqu’un des seuils était atteint, les suivants étaient ignorés et la période était considérée
comme meilleure à celle à laquelle elle était comparée.
Si au moins une des périodes était meilleure qu’une autre, il était considéré que le patient
avait une réponse différentielle au traitement.
Il a été observé que 161 patients (soit 98 % de l’effectif) avaient eu une réponse différentielle
(p = 0,001 par rapport aux 25 % de l’hypothèse nulle).
Dans l’analyse par comparaison appariée, il a été mis en évidence une supériorité du
traitement comportant l’addition du salmétérol au PF par rapport :
- à l’addition de montélukast au PF : 52 % vs 34 % (p = 0,02)
- à l’augmentation de la dose de PF : 54 % vs 32 % (p = 0,004)
Les réponses à l’addition de montélukast ou l’augmentation de la dose de PF n’ont pas été
différentes.

BPCO

Après analyse de la littérature, le laboratoire a retenu 6 études :
- 2 études randomisées, en double aveugle, ayant comparé l’association
9 10budésonide/formotérol à l’association PF/salmétérol (Partridge, 2009 ; Lindberg, 2007 )
en termes de rapidité d’action : ces études ne seront pas décrites ci-après dans la mesure
ou il s’agit d’études à très court terme (1 semaine ou 1 prise unique) qui ne sont pas de
nature à modifier le SMR de l’association PF/salmétérol.
- 1 étude randomisée, en double aveugle, ayant comparé l’association PF/salmétérol au
11salmétérol seul (Kardos, 2007 )
- 3 études randomisées, en double aveugle, ayant comparé l’addition du tiotropium à
12l’association PF/salmétérol à celle du trotiopium au salmétérol (Aaron, 2007 ), ou
13 14l’association PF/salmétérol au tiotropium (Wedzicha, 2008 ; Singh, 2008 ). L’étude
Singh (2008) ne sera pas détaillée ci-après dans la mesure où elle a comporté peu de
patients (n = 30) et où les patients ont été traités pendant un temps très court (2
semaines).


Comparaison fluticasone/salmétérol vs salmétérol

Kardos (2007)
Des patients ayant une BPCO sévère avec des exacerbations fréquentes (n = 998) ont été
randomisés pour recevoir 2 inhalations par jour de l’association PF/salmétérol 500/50 μg ou
de salmétérol 50 μg. Après 44 semaines de traitement, le nombre d’exacerbations modérées
(modification du traitement dont l’addition d’antibiotiques ou de corticoïdes oraux) à sévères
(hospitalisation ou visite aux urgences) ont été significativement moins fréquentes avec

9
Partridge MR et al. Effect on lung function and morning activities of budesonide/formoterol versus salmeterol/fluticasone in
patients with COPD. Ther Adv Respir Dis 2009;3(4):1-11
10
Lindberg A et al. Fast onset of effect of budesonide/fomoterol versus salmeterol/fluticasone and salbutamol in patients with
chronic obstructive pulmonary disease and reversible airway obstruction. Respiology 2007;12:732-739
11
Kardos P et al. Impact of salmeterol/fluticasone propionate versus salmeterol on exacerbations in severe chronic obstructive
pulmonary disease. Am J Respir Crit Care Med 2007;175:144-149
12
Aaron SD et al. Tiotropium in combination with placebo, salmeterol or fluticasone-salmeterol for treatment of chronic
obstructive pulmonary disease. A randomized trial. Ann Intern Med 2007;146:545-555
13
Wedzicha JA et al. The prevention of chronic obstructive pulmonary disease exacerbations by salmeterol/fluticasone
propionate or tiotropium bromide. Am J Respir Crit Care Med 2008;177:19-26
14
Singh D et al. Superiority of « triple » therapy with bromide versus individual components in salmeterol/fluticasone propionate
and tiotropium moderate to severe COPD. Thorax 2008;63:592-598
Avis 3 modifié le 10 janvier 2013 10/31

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

SYMBICORT

de haute-autorite-sante-maladies-appareil-respiratoire

SPIRIVA RESPIMAT

de haute-autorite-sante-maladies-appareil-respiratoire

SEEBRI BREZHALER

de haute-autorite-sante-maladies-appareil-respiratoire

suivant