Atelier culturel et hôpital psychiatrique : enjeux et retombées d’un dispositif de médiation culturelle au sein du programme « Culture à l’hôpital », Cultural workshops and the psychiatric hospital : stakes and effects of this device of cultural mediation within the framework of the programme « Culture in Hospital »

De
Publié par

Sous la direction de Hana Gottesdiener, Jacques Poisat
Thèse soutenue le 06 décembre 2010: Avignon
Notre travail interroge les relations entre l’action culturelle et l’hôpital psychiatrique au sein du programme « Culture à l’hôpital ». Ce dernier s’inscrit dans la politique culturelle menée en direction des « publics empêchés ». Porteur d’enjeux multiples, tant du côté des ministères, des directions hospitalières, du personnel que des artistes, ce programme interroge, bouscule l’institution hospitalière et peut parfois être source de conflits. Son étude permet de mettre en évidence l’originalité d’un dispositif particulier : l’atelier culturel. Prenant en compte la logique de projet dans laquelle l’atelier s’intègre, nous interrogeons les effets que ce dispositif peut avoir sur l’institution hospitalière et ses acteurs.Notre étude s’est déroulée sur trois terrains (hôpital du Vinatier, Fondation Bon Sauveur d’Alby et hôpital de Montfavet). Nous avons mobilisé différents corpus : des entretiens, des conventions ainsi que des documents internes aux établissements hospitaliers (projets d’établissement, projets de service, documents de travail d’artistes).Les principaux résultats de la recherche concernent deux axes, l’un relatif au champ hospitalier, l’autre à celui de la médiation culturelle. L’atelier culturel est un nouveau dispositif communicationnel au sein de l’hôpital, il est l’élément tiers dans l’acte de médiation. L’objet artistique y est moins finalité que support de la relation dans la triade patients-soignants-artistes. Le sens donné à l’intervention artistique est redéfinit, le partage d’une expérience esthétique importe plus que la réalisation de l’oeuvre.Pour les personnes hospitalisées, l’atelier culturel représente un en-dehors dans le temps d’hospitalisation, un nouvel espace d’expression bénéfique tant sur le plan social qu’identitaire. L’atelier culturel permet de contrebalancer la rigidité du cadre institutionnel. Les rapports entre participants (patients, soignants) se voient « redistribués » le temps de l’atelier. Une fois ce dernier terminé, les retombées de ce dispositif perdurent au travers d’une modification des représentations sociales sur la maladie mentale, l’institution psychiatrique et ses acteurs. On assiste également à une réappropriation de l’expérience vécue par le personnel. Pour ces professionnels du soin, ce qui s’est déroulé en atelier peut être repris au sein des services, dans la perspective d’améliorer la prise en charge globale des patients. Par la même, il s’agit d’une quête de légitimité tant sur le plan identitaire que professionnel
-Médiation culturelle
-Hôpital psychiatrique
-Programme « Culture à l’hôpital »
-Atelier culturel
-Représentations sociales
-Identités
Our work questions the relationship between cultural action and the psychiatric hospital within the programme “Culture in Hospital”. This programme is part of the cultural policy aimed at the “prevented public”. It carries multiple challenges for the relevant ministries, the hospital administrators, the staff and the visiting artists. It questions, examines and perhaps disturbs the institution, sometimes even becoming a source of tension. This study has highlighted the originality of the specific and recurring device used : cultural workshops. Taking into account the logic of the project behind the workshops, we examine the effects that this device can have on the medical institution and its various actors.To answer these questions, our study took place in three different locations (The Vinatier Hospital, the Bon Sauveur Foundation of Alby and the Montfavet Hospital). We used different corpus : interviews, collective agreements as well as in-house documents related to medical establishments (institution projects, ward projects, work documents for the visiting artists).The main results concerned two separate axes: the one related to the medical field, the other to cultural mediation. The cultural workshop is a new device within the hospital world, it is the “third element” within the act of mediation. The artistic object is less a finality than a means to relate within the triangle of “patient-medical carer-artist”. The meaning given to the artistic action is redefined, the sharing of an aesthetic experience is more important than the finished work. For the patients, the cultural workshop represents “time-out” during their stay in hospital, a new space of expression that is beneficial on both a social level and a self-identity level. The cultural workshop allows a counterbalance to the strictness of the institutional framework. The relationships between the participants (patients and carers) changes during the time of the workshops. Once the workshop is over, the effects of this device continue through a modification in social representations of mental illness, the psychiatric hospital and its actors. We also see a re-appropriation of the experience by the staff who participated. For these professional health-carers, what took place in the workshops could perhaps be repeated within the wards so as to improve the overall care of the patients. Equally, it is a search for legitimacy on both an identity and professional level
-Cultural mediation
-Psychiatric hospital
-“Culture in Hospital”
-Cultural workshop
-Social representations
-Identities
Source: http://www.theses.fr/2010AVIG1092/document
Publié le : jeudi 27 octobre 2011
Lecture(s) : 265
Nombre de pages : 342
Voir plus Voir moins


UNIVERSITÉ D’AVIGNON ET DES PAYS DE VAUCLUSE
ÉCOLE DOCTORALE 537 « CULTURE ET PATRIMOINE »
ÉQUIPE CULTURE ET COMMUNICATION (CENTRE NORBERT ELIAS UMR 8562)






Thèse de Doctorat en Sciences de lřInformation et de la Communication



ATELIER CULTUREL ET HÔPITAL PSYCHIATRIQUE :
ENJEUX ET RETOMBÉES D’UN DISPOSITIF
DE MÉDIATION CULTURELLE
AU SEIN DU PROGRAMME « CULTURE A L’HÔPITAL »

Mylène COSTES


Soutenue le 06 décembre 2010





Sous la direction de :
Hana Gottesdiener et Jacques Poisat


Jury :
Monsieur Jean-Jacques Boutaud, Professeur, Université de Bourgogne (rapporteur) eur Jean Davallon, Professeur, Université dřAvignon et des Pays de Vaucluse
Madame Michèle Gellereau, Professeure, Université de Lille 3 (rapporteur)
Madame Hana Gottesdiener, Professeure Émérite, Université dřAvignon
et des Pays de Vaucluse (directeur)
Monsieur Jacques Poisat, Maître de Conférences, Université Jean Monnet (tuteur)
Madame Martine Regourd, Professeure, Université Toulouse 1 Capitole
Monsieur Yves Winkin, Professeur, École normale supérieure LSH, Lyon


1
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
Remerciements





À ma directrice de thèse, Hana Gottesdiener qui a accepté de diriger cette thèse. Je la remercie
pour ses nombreux retours effectués tout au long de la rédaction, pour nos échanges
constructifs, pour son exigence et ses encouragements. Tour à tour ils ont contribué à donner
forme à cette recherche.

À mon tuteur, Jacques Poisat, qui me suit depuis mon mémoire de DESS. Je le remercie de
mřavoir incité à poursuivre cette aventure quřest la thèse et dřavoir accepté de la co-diriger.

Aux membres du jury : Jean Jacques Boutaud, Jean Davallon, Michèle Gellereau, Hana
Gottesdiener, Jacques Poisat, Martine Regourd, Yves Winkin.

Aux enseignants de lřéquipe du Laboratoire Culture et Communication : Jean Davallon,
Cécile Tardy, Émilie Flon, Geneviève Landié, Agnès Devictor, Virginie Spies, Damien
Malinas, Emmanuel Ethis, Daniel Jacobi, Yves Jeanneret, Pierre Louis Suet, Marie-Hèlène
Poggi, Marie-Pierre Fourquet-Courbet. Un merci particulier à Jean Davallon et Cécile Tardy,
qui mřont permis dřenseigner durant deux années à lřuniversité dřAvignon, qui mřont fait
confiance et mřont fait partager un peu de leurs savoirs et expériences.

Aux personnels administratifs : Pascale Di Domenico, Bernadette Boissier, Patrick Liné,
Françoise Arfelli.

Aux doctorants et docteurs rencontrés au fil des années : Emilie Pamart, Maud Capatti, Gaëlle
Lesaffre, Johanne Tremblay, Bessem El Fallah, Cheihouna Beye, Mickael Bourgatte, Hécate
Vergopoulos, Camille Jutant, Céline Schall, Céline Calif, Camille Moulinier.
Un merci particulier à Caroline Buffoni pour ses encouragements et pour sa relecture.

À Jean Claude De Crescenzo qui mřa permis dřenseigner durant trois années à lřIUT dřArles,
à Robert Albrand et Anne Lesme.

À lřéquipe du Laboratoire de lřIDETCOM, tout particulièrement à Mr Serge Regourd qui mřa
donné la possibilité dřenseigner durant deux ans en tant quřATER à lřuniversité Toulouse 1
Capitole. À mes collègues de travail, qui mřont permis de progresser dans le domaine de
lřenseignement, Sylvie Laval, Martine Regourd. Un merci particulier à Christophe Alcantara
pour ses commentaires et son aide.
À Isabelle, pour sa gentillesse, sa disponibilité et sa constante bonne humeur.

À lřhôpital du Vinatier et à lřensemble de lřéquipe de la FERME pour mřavoir accueilli à
diverses reprises.
À la Fondation Bon Sauveur dřAlby et tout particulièrement à Muriel Amilhat-Guelfi avec
qui jřai pris grand plaisir à travailler, ainsi que Bernard Cuq, Viviane et Chantal.
À lřhôpital de Montfavet et à la Compagnie Mises en Scène.

À tous les artistes intervenants rencontrés au cours de cette recherche et qui ont accepté de me
conter leurs aventures, un merci particulier à Jürgen Schilling.
2
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
À lřensemble du personnel hospitalier rencontré au cours de mes entretiens.
À tous les patients croisés ici ou là au détour dřun couloir, dřun atelier, dřune exposition…
Aux étudiants rencontrés en cours ou lors de direction de mémoire avec lesquels les échanges
mřont conforté dans mon désir dřentreprendre une carrière dřenseignant-chercheur.

À Patrick Basse, À Louis Gombaud pour son aide et sa gentillesse.

À Adeline, Céline, Fabienne et Muriel.

À Émilie Pamart, dont la présence à mes côtés lors de mes séjours avignonnais a été dřun
réconfort certain. À nos longues conversations, sur la thèse ou sur la vie…

À mes parents, pour lřéducation quřils mřont donnée et pour mřavoir toujours laissé un libre
choix dans ce que jřentreprenais. À ma grande sœur Katia dont le parcours a dû
inconsciemment influencer le choix de cette recherche, à ma petite sœur Laury.

À Cédric, pour ses absences et sa présence qui tour à tour mřont donné lřenvie de mener à
bien cette recherche.

Enfin, un grand merci à mon éternel soutien, mon frère David.
























3
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
SOMMAIRE



SOMMAIRE ______________________________________________________________ 4

LISTE DES ACRONYMES __________________ 6

INTRODUCTION GÉNÉRALE ____________________________________ 7


● PREMIÈRE PARTIE
L’action culturelle dans le cadre hospitalier: liens, évolutions, tensions ____ 16


Chapitre I
Le programme « Culture à l’hôpital et son inscription dans la politique culturelle en
faveur des « publics empêchés » _______________________________________________ 17
1. Histoire et enjeux de la présence artistique et culturelle en milieu hospitalier _________ 19
2. La prise en compte des publics empêchés dans la politique culturelle 30
3. Les programmes culturels en faveur des publics empêchés ou comment réduire
la « fracture sociale » _____________________ 37
Conclusion _______________________________________________________________ 60


Chapitre II
Les différentes formes de mise en application du programme « Culture à l’hôpital » ___ 62
1. La convention nationale du 04 mai 1999, un cadre de référence ____________________ 63
2. Le «projet culturel », un enjeu contemporain pour lřhôpital _______________________ 65
3. Les hôpitaux prospectés ___________________________________________________ 72
4. Étude comparative de conventions régionales __________________________________ 86
Conclusion _______________________________ 96


Chapitre III
L’atelier culturel comme dispositif de médiation culturelle dans l’hôpital psychiatrique 97
1. Apports théoriques autour du concept de médiation culturelle _____________________ 98
2. Penser lřatelier culturel comme dispositif de médiation __________________________ 103
Conclusion _______________________________________________________________ 108

Chapitre IV
Le cadre de l’hôpital psychiatrique ____________________________________________ 109
1. Les apports dřErving Goffman ______________ 110
2. Lřévolution de lřinstitution hospitalière et des rapports patient-personnel 115
Conclusion 123

Conclusion de la première partie ______________ 125
4
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
● DEUXIÈME PARTIE
Le projet culturel et l’atelier : quels effets pour l’institution hospitalière et
ses acteurs ? ____________________________________________________ 129

Introduction de la deuxième partie ____________ 130


Chapitre I
Formes et représentations du projet culturel dans l’hôpital psychiatrique ____________ 131
1. Discours et analyse de lřinscription du projet culturel dans le projet dřétablissement ___ 132
2. Les motifs de participation avancés par les soignants ____________________________ 137
3. Regards sur les modalités de lřintervention artistique 152
4. Les relations personnel-artistes _____________________________________________ 172
Conclusion _______________________________________________________________ 178

Chapitre II
Les limites à l’implantation d’un projet culturel _ 180
1. Des financements limités et un manque dřadhésion du personnel ___________________ 181
2. Des motivations dřordre organisationnel aux motivations dřordre professionnel _______ 187
3. Projet culturel versus projet de service ? ______________________________________ 197
4. Perturbation de la ritualisation et appropriation territoriale ________________________ 201
Conclusion _______________________________________________________________ 208

Chapitre III
Les déplacements opérés dans l’hôpital par le projet culturel et le dispositif de l’atelier 210
1. Les modifications au sein de lřinstitution hospitalière ____________________________ 211
2. Leifications chez les différents acteurs ___________________________________ 216
3. Les « traces » laissées par le projet culturel et lřatelier dans lřinstitution hospitalière ___ 242
Conclusion ________________________________ 254



CONCLUSION GÉNÉRALE ______________________________________ 255

BIBLIOGRAPHIE _________________________ 267

TABLE DES MATIÈRES ___________________ 280

ANNEXES ________________________________ 283








5
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
LISTE DES ACRONYMES



AMP : aide médico-psychologique

ANAES : Agence nationale dřaccréditation et dřévaluation en santé

ARH : Agence régionale de lřhospitalisation

ARS : Agence régionale de santé

CES : Contrat emploi solidarité

CHS : Centre hospitalier spécialisé

CHU : Centre hospitalier universitaire

CME : Commission médicale dřétablissement

DESS : Diplôme dřétudes supérieures spécialisées

DDAI : Délégation au développement et aux affaires internationales

DHOS : Direction de lřhospitalisation et de lřorganisation des soins

DRAC : Direction régionale des affaires culturelles

DSIP : Direction départementale des services dřinsertion et de probation

FERME : Fondation pour lřétude et la recherche sur les mémoires et lřexpression

FIAPMC : Fédération intersectorielle des ateliers de psychothérapie à médiation créatrice

HDJ : Hôpital de jour

HO : Hospitalisation dřoffice

IFSI : Institut de formations en soins infirmiers

MAS : Maison dřaccueil spécialisée

PACA : Provence- Alpes- Côte dřAzur

SPIP : Service pénitentiaire dřInsertion et de Probation

SROS : Schéma régional dřorganisation sanitaire

TIG : Travaux dřintérêt général
6
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
INTRODUCTION GÉNÉRALE



Notre travail porte sur les relations entre hôpital psychiatrique et action culturelle. Les
liaisons établies sont anciennes et complexes. Pour autant, le champ de la recherche sřinscrit
dans un contexte spécifique, celui dřun programme interministériel : « Culture à lřhôpital ».
Cřest dans le courant des années 1990 que le ministère de la Culture, dans le cadre de la
poursuite de son objectif de démocratisation culturelle, a multiplié le développement de ses
actions en direction des publics considérés comme éloignés de la culture. Ce mouvement a vu
la mise en place, en 1999, du programme national « Culture à lřhôpital » dont lřobjectif est de
permettre le développement dřune politique culturelle dans les établissements hospitaliers,
par la mise en place de partenariats avec des structures culturelles locales.

Nous prenons pour cadre lřhôpital psychiatrique, avec pour contexte le programme
national « Culture à lřhôpital » et pour objet principal dřétude la médiation culturelle. Notre
recherche pourra intéresser aussi bien les acteurs du champ hospitalier que ceux du champ
culturel, plus particulièrement ceux qui réfléchissent aux modalités et aux effets que celle-ci
peut avoir sur les publics empêchés.

Diverses motivations expliquent que notre choix se soit porté sur lřétude des
établissements psychiatriques et non sur les hôpitaux généraux. Ce qui, à nos yeux, rend
lřétude des interactions entre culture et hôpital plus pertinente en secteur psychiatrique quřen
secteur généraliste cřest à la fois le type de population quřil accueille, les soins quřil propose,
les durées dřhospitalisation, et des liens déjà anciens tissés avec lřactivité artistique. De plus,
ce type dřétablissement a fait lřobjet de peu de recherches.

Notre intérêt se portera sur un dispositif de médiation à lřœuvre: lřatelier culturel. Pour
comprendre le fonctionnement de celui-ci, ses enjeux et retombées, il est nécessaire de saisir
la dimension dans laquelle il sřinscrit, à savoir un projet culturel. La mise en place de projets
culturels est un élément majeur du programme « Culture à lřhôpital ».
Cependant, si le programme peut-être considéré comme une forme de médiation en
vertu des échanges quřil favorise entre établissements hospitaliers et structures culturelles, il
7
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
ne peut pas pour autant être pensé comme un dispositif de médiation culturelle au même titre
que lřatelier culturel.

Parce que lřhôpital psychiatrique instaure un cadre particulier, nous pensons que la
tenue dřateliers culturels est susceptible dřy rendre compte dřeffets propres, autres que ceux
déjà connus dans le champ de la médiation culturelle. Nous pensons que lřintérêt principal se
situe davantage au niveau des relations quřils instituent que des productions artistiques qui en
émanent. Cřest pourquoi nous ne questionnerons pas lřobjet artistique ni sa catégorisation.
Ainsi, en abordant le projet culturel via un dispositif particulier, celui de lřatelier culturel,
nous souhaitons rendre compte de la manière dont ce dernier interroge et bouscule
lřinstitution psychiatrique et se voit réapproprié par ses différents acteurs.
Lřhypothèse sous-jacente est que lřatelier culturel, par lřétablissement de certains
« déplacements » au sein de lřinstitution hospitalière, peut modifier durablement les
interactions entre les différents participants, patients et soignants. Nous souhaitons interroger
les modes de relation que ce dispositif est à même de susciter.

Par ailleurs, nous supposons quřun rapprochement entre hôpital psychiatrique et action
culturelle peut provoquer certaines tensions. Nous postulons aussi que les représentations
liées au projet culturel et à lřatelier varient en fonction des catégories dřacteurs.
Une autre hypothèse consiste donc à penser que les enjeux sont multiples, ce qui par là
même sous-tend lřidée quřil existe des stratégies différentes dřadaptation au projet culturel.
Cřest ce que la recherche se propose de mettre à jour. Il sřagira alors de comprendre le
fonctionnement interne du projet culturel, celui de lřatelier, de distinguer les points de vue et
les stratégies à lřœuvre chez les différents acteurs afin de les analyser.

Enfin, les recherches jusquřalors menées sur lřaction culturelle en milieu hospitalier
ont essentiellement abordé celle-ci dans le cadre dřune activité artistique spécifique,
ponctuelle, et peu dřentre elles dans une dynamique de projet culturel. Notre recherche
prendra en compte la dynamique globale dřun projet culturel mené dans le cadre du
programme « Culture à lřhôpital » ; sa principale originalité réside dans le fait dřinterroger un
dispositif particulier, lřatelier, et de questionner les retombées de ces actions culturelles pour
lřinstitution hospitalière dans son ensemble. Autrement dit, nous croiserons les résultats
produits au niveau de lřorganisation hospitalière, de ses salariés, de ses usagers, mais
également des artistes intervenants.
8
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
Pour ce faire, nous avons fait appel à quatre types de corpus : des discours ministériels
et des conventions ; des documents internes aux établissements hospitaliers (projets
dřétablissements, projets de service), des documents de travail rédigés par des artistes
intervenant, et enfin des entretiens.
Notre recherche fait donc appel à différents niveaux de discours, souvent mobilisés en
complémentarité, afin de répondre aux questions posées. Pour lřessentiel, lřorganisation des
chapitres reprend cette catégorisation des discours. Les analyses de contenu lorsquřil sřagit de
documents ministériels et de documents internes aux structures hospitalières permettent de
rapporter le « dire ». Pour ce qui est du « faire », nous mobilisons lřexploitation de nos
entretiens. Des extraits sont présents tout au long de la seconde partie. Ils sont indiqués en
italique dans le texte. Enfin, un troisième niveau correspond au regard du chercheur et à
lřanalyse quřil fait des discours et pratiques de ses enquêtés.

Cette recherche sřorganise en deux parties. La première se consacre à la
contextualisation du sujet et aux principaux apports théoriques permettant de définir la
problématique et les principales hypothèses. Elle se décline en quatre chapitres. La seconde
partie produit les résultats obtenus sur les trois terrains de recherche quant aux effets du projet
et de lřatelier culturels sur lřinstitution hospitalière.

Première partie : l’action culturelle dans le cadre hospitalier : liens, évolutions, tensions

Le premier chapitre présente à la fois le champ de lřhistoire médicale et celui de
lřhistoire de lřart relatifs aux établissements hospitaliers, ainsi que la politique culturelle
menée en faveur des publics « empêchés ».
La présence artistique et culturelle a perduré lors de la substitution de lřhôpital
psychiatrique à lřasile. Cependant, les enjeux et les modalités ont évolué. Il sřagit alors dřen
questionner les différentes formes, pour comprendre comment les propositions actuelles
(notamment le programme « Culture à lřhôpital ») peuvent se positionner et en quoi elles sont
susceptibles dřapporter quelque chose de nouveau à lřinstitution hospitalière. Ce détour
historique éclaire le développement de la place accordée à lřart et à la culture dans les
hôpitaux psychiatriques au cours de leur évolution. Dřabord mobilisé comme élément de
diagnostic, lřactivité artistique est repensée, notamment depuis lřintégration progressive de
lřart contemporain dans les hôpitaux. Cet art, en multipliant les réflexions à dimension
9
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011
sociale, interroge et bouscule lřinstitution hospitalière, lřentraînant de surcroît vers une remise
en question de ses pratiques et finalités.

Parallèlement, le programme « Culture à lřhôpital » a pris place dans la politique
culturelle menée en faveur des « publics empêchés » (habitants des quartiers dits sensibles,
personnes incarcérées, personnes hospitalisées...). Leur prise en compte dans la politique
culturelle française a donné lieu à lřélaboration de différents programmes culturels. Lřaction
culturelle y est pensée comme un véritable droit, élément constitutif de la « citoyenneté » à
laquelle chacun, quelle que soit sa condition, est censé pouvoir prétendre. Nous verrons que la
prise en compte des « publics empêchés » par les différents ministères relève dřune volonté de
réduction de la « fracture sociale », aussi bien au niveau des quartiers que des prisons. Les
études menées laissent entrevoir des « effets » auprès des différents groupes participant à ces
projets (modification des représentations sociales, espace dřexpression…).
Les objectifs de démocratisation nřapparaissent pas réellement atteints ; les effets
1observés relèveraient davantage dřun processus de socialisation que de démocratisation . On
examinera plus particulièrement ce quřil en est pour le programme « Culture à lřhôpital ».

Ce programme sřest développé autour de différents temps forts : rencontres
européennes de la culture à lřhôpital, premières journées de la culture à lřhôpital, enquêtes
nationales… Dans un premier temps, nous nous intéresserons à ses enjeux. Nous analyserons
les discours ministériels prononcés lors des diverses manifestations qui ont marqué lřhistoire
de ce programme. Il sřagira de comprendre, dans ce contexte, comment les acteurs du
ministère de la Culture et ceux de la Santé, qui en sont les instigateurs, envisagent lřaction
culturelle.

Dans un second temps, nous verrons comment les enjeux annoncés dans le programme
sont retranscrits dans la convention nationale qui lui sert de cadre de référence.
Lřanalyse des différents articles de la convention permet de distinguer le programme
« Culture à lřhôpital » des actions culturelles précédemment menées en établissements
hospitaliers. Dans ses articles est prévue lřobligation de la mise en place dřun atelier de

1
Les deux termes sont entendus ici dans leur sens commun tel quřon peut les trouver dans le Larousse. Lřaction
de démocratiser est donc à comprendre comme « rendre quelque chose accessible à toutes les classes sociales, le
mettre à la portée de tous ». Lřaction de socialiser quant à elle relève de lřadaptation dřun individu aux exigences
de la vie sociale.
10
tel-00587169, version 1 - 19 Apr 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi