De la science à la technoscience, du chercheur au technologue : les cas de la génopole d'Evry, du biopôle de Laval (Québec) et de l'université de San Diego (Californie), From science to technoscience, from researchers to technologists : the examples of the genopole of Evry, of the biopole of Laval (Quebec) and of the university of San Diego, California (USA)

De
Publié par

Sous la direction de Jean-Pierre Durand
Thèse soutenue le 07 juin 2010: Evry-Val d'Essonne
Depuis près de trente ans et avec une accélération croissante, l’autonomie de la science et la reconnaissance de sa singularité ne cessent d’être remises en question. L’établissement progressif de la technoscience modifie en profondeur les missions des universités, l’ethos de la communauté scientifique, les relations entre recherche et industrie. Cette thèse analyse le long processus de mutation qui caractérise la recherche au sein des économies occidentales en se centrant sur la problématique suivante : comment les nouvelles exigences politico-économiques transforment-elles le système de recherche français ? Quelles pratiques collaboratives promeuvent-elles entre les secteurs public et privé ? Quelles mutations affectent les pratiques de recherche de la communauté scientifique et quelles en sont les conséquences envisageables sur les orientations de la recherche scientifique ? Pour y répondre, nous étudions la manière dont le pilotage de la recherche s’est accentué au cours de la dernière décennie, depuis le développement progressif du new public management jusqu’aux dernières réformes : mise en place de la LOLF, création de l’ANR, systématisation de l’évaluation à la suite de la création de l’Aeres. Pour mieux comprendre les logiques en cours, trois terrains ont été étudiés : le campus universitaire de l’Université d’Evry Val d’Essonne ; celui de San Diego, au sein de l’Université de Californie ; le biopôle de Laval, au Canada. Cette thèse décrit la modification progressive de la gouvernance des structures de recherche et de leur organisation, en défendant l’idée que de l’identité de chercheur, la communauté scientifique acquiert progressivement celle de technologue.
-Technoscience
For nearly thirty years and with increasing acceleration, the autonomy of science and the recognition of its uniqueness have been constantly questioned. Its process of technicization and the development of new forms of funding have gradually undermined the balance that existed between science and society. The gradual development of technoscience deeply changed the goals of universities, the ethos of the scientific community, the relations between research and industry. This thesis aims to analyze and figure out the long mutation process that has been characterizing research in western countries over the three past decades, by focusing on the following key questions: how do new politico-economic demands transform the french research system ? What collaborative practices will they promote between the public and private sectors? What changes will affect the research practices of the scientific community and what are the possible consequences on the evolution of scientific research? To answer to these questions, we study how the steering of research has been increasing over the last decade, from the gradual development of new public management to the last reforms: establishment of LOLF, creation of ANR, systematic evaluations following the creation of Aeres. To better understand the current processes, three fields were studied: the campus of the University of Evry Val d'Essonne, the University of California, San Diego, and the biopole of Laval, Canada. This thesis describes the gradual and structural change of the governance of research organizations, and argues that, from the identity of researchers, the scientific community gradually acquires the identity of technologists.
Source: http://www.theses.fr/2010EVRY0016/document
Publié le : vendredi 28 octobre 2011
Lecture(s) : 91
Nombre de pages : 514
Voir plus Voir moins


UNIVERSITE D‘EVRY VAL D‘ESSONNE
Ecole Doctorale Science des sociétés
UFR DE SCIENCES SOCIALES ET DE GESTION

Laboratoire Centre Pierre Naville
Fédération de Recherche CNRS Travail, Emploi et Politiques Publiques



Thèse de Doctorat en Sociologie
Présentée par
Christophe HEIL


De la science à la technoscience, du chercheur au
technologue

Les cas de la génopole d’Evry, du biopôle de Laval (Québec) et de l’Université de San
Diego (Californie).


Soutenue publiquement le 7 juin 2010



JURY :

M. Jean-Pierre DURAND, Professeur des Universités en sociologie à l'Université d'Evry Val
d‘Essonne, Directeur du Centre Pierre Naville (Directeur de Thèse)

M. Claude DURAND, Directeur de Recherche en sociologie, CNRS

M. Jacques FOSSEY, Directeur de Recherche en chimie, CNRS

M. Olivier MARTIN, Professeur des Universités en sociologie, Université Paris Descartes
(Rapporteur)

M. François-Xavier MERRIEN, Professeur des Universités en sociologie, Université de
Lausanne, Suisse (Rapporteur)















2


















L’Université d’Evry Val d’Essonne n’entend donner aucune approbation
ni improbation aux opinions émises dans les thèses ; ces opinions doivent
être considérées comme propres à leurs auteurs.



























4 Remerciements



Cette étude n‘aurait jamais été possible sans les aides d‘un grand nombre de
personnes de l‘Université d‘Evry : Jean-Pierre Durand bien entendu, pour ses conseils,
ses envois réguliers d‘articles et son suivi sur le long terme. Evelyne Fabre, Pascal
Lemoing, Claude et Michelle Durand ont également toute ma gratitude : leur aide fut
constante, leur soutien sans faille. Merci également à Jacques Fossey, Olivier Martin,
François-Xavier Merrien et Claude Durand d‘avoir accepté de faire partie du jury de
soutenance.

Je tiens à remercier certains chercheurs qui m‘ont accordé une attention ou une aide
particulière : Roger Guillemin du Salk Institute, Michel Bitard, Xavier Quilliet, Ian
Small, Jean-Marie Pressé, Yann Kerdiles, et tous les chercheurs canadiens, dont
l‘accueil fut extraordinaire. Les doctorants du Centre Pierre Naville, d‘abord collègues,
sont devenus amis. Merci tout particulièrement à Virginie Garcia, Romaric Vidal,
Guillaume Tiffon, Alexandra Bonal, Marc Raffenne, Gaëtan Flocco, Stéphanie Gallioz,
Pierre Stéfanon, Mélanie Guyonvarch, Claudia Zamora, Lucie Goussard, Laetitia
Sibaud, Elodie Ségal, Patient Gandaho, Mathieu Hocquelet et Jan-Max Lipp. Leurs
relectures et les débats que nous avons eus au cours de ces années m‘ont été d‘une
grande utilité dans la rédaction de cette thèse.

Merci enfin à ma mère, ma sœur, mes tantes, aux amis très proches du ZFH, à la Caper
four. Enfin, d‘autres personnes ont permis indirectement la bonne poursuite de cette
aventure : Zhang Yan et sa famille, Hye-Won, Ying, Jiranaporn, Naam. Merci
également à Bragon et à Marie, pour nos longues discussions !







5
6




Les résultats [des investigations] de [l’homme de science]
ont été récupérés par les représentants du pouvoir politique,
ces hommes moralement aveugles. […] Cette concentration
du pouvoir politique et économique autour de si peu de
personnes n’entraîne pas seulement la dépendance matérielle
extérieure de l’homme de science, elle menace en même
temps son existence profonde. En effet, par la mise au point
de techniques raffinées pour diriger une pression
intellectuelle et morale, elle interdit l’apparition de nouvelles
générations d’êtres humains de valeur, mais indépendants.
[…] L’homme de science aujourd’hui connaît vraiment un
destin tragique. Il veut et désire la vérité et l’indépendance
profonde. […] Il devrait autoriser les représentants du
pouvoir politique à lui attacher une muselière. Et comme
soldat, il se voit contraint de sacrifier la vie d’autrui et la
sienne propre, et il est convaincu de l’absurdité d’un tel
sacrifice.

Albert Einstein, Comment je vois le monde


7
8







TABLE DES MATIERES

9

10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi