Éthique du dissensus : la complétude du deux au service du soin, Dissensus ethics : completness of both, help to care

De
Publié par

Sous la direction de Dominique Folscheid
Thèse soutenue le 17 décembre 2008: Paris Est
Le consensus a pour finalité d’éliminer le conflit. Il aimerait pouvoir sacraliser de nouvelles normes dans une société en crise de rituel. Hélas, la réalité nous montre que l’étoffe du consensus est tissée de soumission librement consentie, de nécessités et de jeux de pouvoir très liés aux plaisirs immédiats. A force d’habitude, l’exigence de consensus change le remède en poison. Le consensus sonne le glas de l’éthique. En cherchant l’unité, le consensus diabolise le conflit et cherche expressément à l’éliminer du fait de son chaos apparent. Le dissensus, lui, en mettant la parole en tension, assure le lien fécond du vivreensemble. La dualité est la clef naturelle qui rationalise la sociabilité des contraires. Le dissensus privilégie l’association des différences pour assurer la représentation de chacune d’entre elles. Ce n’est qu’à partir d’une heuristique naturelle et holiste de l’altérité que le sujet peut se développer en tant que soimême et différent. De cette façon, un « double-je » se construit, capable à la fois de dire courageusement « me voici », face à la menace potentielle de l’autre mais surtout capable de ce même courage pour palier la vulnérabilité de cet autre quand ses forces de résistance l’abandonnent. Le dissensus signe l’émancipation et le dépli du sujet visant le dépassement de soi. La réussite de cette démarche d’ipséité se confirme quand la puissance de déploiement se met au service de la vulnérabilité d’autrui en termes de sollicitude. Ce travail essaie de proposer le dissensus comme un conflit sain et nécessaire, garant d’une éthique d’ouverture, une voie d’excellence pour ceux qui sont concernés par ce que l’homme peut offrir de meilleur : un soin
-Consensus (sciences sociales)
-Dissensus
-Soumission librement consentie
-Ipséité
-Dualité
-Moindre mal
-Meilleur possible
-Dépli
-Doute
Finality of consensus is to eliminate conflict. It tries to sacrilize news Norms in a rituals crisis Society. Reality shows that consensus material is woven of submission freely agreed, of necessities and power games closely linked to instantaneous pleasures. By dint of habits, consensus demand substitute Poison for Remedy; consensus sounds Ethics kneel death. Consensus demonizes conflict by seeking unity, and explicitly seeks with elimination of it, regarding its visible chaos. A contrario, Dissensus assures ethics blow of the ‘living-together’ concept by fertile speech link. Duality is the natural solution, which rationalizes opposites’ sociability. Dissensus privileges differences coexistences, rather than weakest shakeout. Subject can build himself up by his self fulfillment, and as a different man, only from a natural and holist heuristic otherness. Thereby, a ‘double-I’ build itself, able to say courageously ‘Here I am’ to other one’s potential threaten, and especially able to face other one’s vulnerability with the same courage, when his resistance forces give-up. Dissensus signs subject emancipation and opening, aiming at going beyond of oneself. Displaying process goes thought an ipseity reasoning, which emerges from otherness, free itself from the latter, to finally return to it, in solicitude terms: live with, against and for other one. This work tries to show Dissensus as a sound and required conflict which guarantees an opening Ethics, an excellence way for the ones who are concerned by the best thing a human being can offer : a Care
-Submission freely agreed
-Ipseity
-Quality
-Least evil
-Best possible
-Opening
-Doubt
Source: http://www.theses.fr/2008PEST0253/document
Publié le : vendredi 28 octobre 2011
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 289
Voir plus Voir moins

UNIVERSITÉ PARIS-EST


Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’Université de PARIS-EST
en Philosophie
présentée et soutenue publiquement le 17 décembre 2008 par

Christophe PACIFIC


Ethique du dissensus

La complétude du deux au service du soin





r
Directeur de thèse : P Dominique FOLSCHEID
Espace Ethique et Politique – EA 4118


Jury :
r Directeur de thèse : P Dominique FOLSCHEID
r
Rapporteur 1 : P Sadek BELOUCIF
r Rapporteur 2 : P Pierre MAGNARD
Examinateur : M. Eric FIAT



tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010
Ethique du dissensus


La complétude du deux au service du soin








Résumé

Le consensus a pour finalité d’éliminer le conflit. Il aimerait pouvoir
sacraliser de nouvelles normes dans une société en crise de rituel. Hélas, la
réalité nous montre que l’étoffe du consensus est tissée de soumission librement
consentie, de nécessités et de jeux de pouvoir très liés aux plaisirs immédiats. A
force d’habitude, l’exigence de consensus change le remède en poison. Le
consensus sonne le glas de l’éthique. En cherchant l’unité, le consensus diabolise
le conflit et cherche expressément à l’éliminer du fait de son chaos apparent.
Le dissensus, lui, en mettant la parole en tension, assure le lien fécond du vivre-
ensemble. La dualité est la clef naturelle qui rationalise la sociabilité des
contraires. Le dissensus privilégie l’association des différences pour assurer la
représentation de chacune d’entre elles. Ce n’est qu’à partir d’une heuristique
naturelle et holiste de l’altérité que le sujet peut se développer en tant que soi-
même et différent. De cette façon, un « double-je » se construit, capable à la fois
de dire courageusement « me voici », face à la menace potentielle de l’autre
mais surtout capable de ce même courage pour palier la vulnérabilité de cet autre
quand ses forces de résistance l’abandonnent.
Le dissensus signe l’émancipation et le dépli du sujet visant le dépassement de
soi. La réussite de cette démarche d’ipséité se confirme quand la puissance de
déploiement se met au service de la vulnérabilité d’autrui en termes de
sollicitude.
Ce travail essaie de proposer le dissensus comme un conflit sain et nécessaire,
garant d’une éthique d’ouverture, une voie d’excellence pour ceux qui sont
concernés par ce que l’homme peut offrir de meilleur : un soin.







Mots clés : consensus, dissensus, soumission librement consentie, ipséité, dualité,
moindre mal, meilleur possible, dépli, doute.



2
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010 Dissensus ethics


Completness of both, help to care




Abstract :
Finality of consensus is to eliminate conflict. It tries to sacrilize news Norms in a
rituals crisis Society. Reality shows that consensus material is woven of
submission freely agreed, of necessities and power games closely linked to
instantaneous pleasures.
By dint of habits, consensus demand substitute Poison for Remedy; consensus
sounds Ethics kneel death. Consensus demonizes conflict by seeking unity, and
explicitly seeks with elimination of it, regarding its visible chaos.
A contrario, Dissensus assures ethics blow of the ‘living-together’ concept by
fertile speech link.
Duality is the natural solution, which rationalizes opposites’ sociability.
Dissensus privileges differences coexistences, rather than weakest shakeout.
Subject can build himself up by his self fulfillment, and as a different man, only
from a natural and holist heuristic otherness.
Thereby, a ‘double-I’ build itself, able to say courageously ‘Here I am’ to other
one’s potential threaten, and especially able to face other one’s vulnerability
with the same courage, when his resistance forces give-up.
Dissensus signs subject emancipation and opening, aiming at going beyond of
oneself. Displaying process goes thought an ipseity reasoning, which emerges
from otherness, free itself from the latter, to finally return to it, in solicitude
terms: live with, against and for other one.
This work tries to show Dissensus as a sound and required conflict which
guarantees an opening Ethics, an excellence way for the ones who are concerned
by the best thing a human being can offer : a Care.










Key words : Submission freely agreed, Ipseity, Quality, Least evil, Best possible,
Opening, Doubt.






3
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010



















Au peuple dogon, pour son trésor d’éveil.






















4
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010
Remerciements


Merci à Messieurs les Professeurs Beloucif et Magnard qui m’ont fait l’honneur de bien
vouloir prendre le temps d’être juges de ce travail éminemment critiquable.

Merci à Monsieur Eric Fiat, pour la qualité de son enseignement puissant et joyeux.
J’essaierai, humblement, de suivre son exemple.

Merci à mon directeur de thèse, le Professeur Dominique Folscheid, sans son aide, sa
confiance, sa générosité et sa rigueur, cette thèse n’aurait simplement jamais pu exister.
Je le remercie par-dessus tout de m’avoir permis de suivre son enseignement toutes ces
années, ce fut un honneur et un bonheur.

Merci à Marie, Michel, Jacques, Thomas, Marine et Sylvain et tous mes compagnons
d’université ainsi qu’à tous ceux qui, par leurs remarques, leurs corrections, leur
soutien, ont permis de donner à ce travail un esprit, qui je l’espère, ne fera jamais l’objet
d’un consensus…
5
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010


Ethique du dissensus
La complétude du deux au service du soin




INTRODUCTION : ........................................................................................................................ 9
DU CONSENSUS A TOUS CRINS ............................................................................................... 9
Bouvard et Pécuchet, deux êtres penchés sur le vide ....................................................................... 10
PREMIERE PARTIE ................................................................................................................... 15
CADRE THEORIQUE ................................................................................................................. 15
HISTOIRE DU CONCEPT ........................................................................................................................... 17
Les contiones .................................................................................................................................... 17
Les comices ...................................................................................................................................... 17
Constat du rôle antique du consensus .............................................................................................. 18
DE L’OPINION PUBLIQUE AU SENS COMMUN ........................................................................................... 20
De l’opinion publique ....................................................................................................................... 20
CONSENSUS ET SENSUS COMMUNIS ......................................................................................................... 25
Penser l’objet dans son ensemble et penser ensemble le même objet .............................................. 25
Le sixième sens d’Aristote ................................................................................................................ 25
Penser ensemble, ciment social ........................................................................................................ 27
Histoire du sens commun ................................................................................................................. 29
Nécessité de l’Autre pour penser la complexité ............................................................................... 32
CONSENSUS ET CONSENTEMENT ............................................................................................................ 41
Entre consentement et abus de confiance ......................................................................................... 44
Sacralisation du consentement et mort de l’éthique ......................................................................... 46
DE L’INTENTION .................................................................................................................................... 55
Des mauvaises intentions de bonne foi ............................................................................................. 56
Les conduites paradoxales : ............................................................................................................. 57
Le syndrome de Monsieur Homais ................................................................................................... 60
Bovarysme, psychosociologie et consensus ...................................................................................... 63
Choix épistémologique ..................................................................................................................... 64
ANALOGIES DES DECISIONS EN ETHIQUE CLINIQUE ET EN DEMOCRATIE POLITIQUE ............................... 66

DEUXIEME PARTIE ................................................................................................................... 69
DE L’ANTHROPOLOGIE CLASSIQUE .................................................................................. 69
A LA DYNAMIQUE DE GROUPE INSTITUTIONNELLE ................................................... 69
LA JEUNE FEMME ET LE FOU ................................................................................................................... 72
Constantes mineures ........................................................................................................................ 74
Constantes majeures ........................................................................................................................ 74
Constantes dans le déroulement de l’exercice ................................................................................. 75
ANALYSE DES CONSTANTES MAJEURES .................................................................................................. 78
Impact de l’injonction participative dans les groupes de décision .................................................. 78
Du management participatif à la soumission consentie ................................................................... 78
Les promesses de la théorie managériale participative ................................................................... 79
Le désenchantement participatif....................................................................................................... 81
LE LEADER, UNE FIGURE DU DEALER ? ................................................................................................... 85
La soumission librement consentie de Platon à Milgram ................................................................ 89
De Milgram à Tibbets et Eichmann.................................................................................................. 91
Soumission librement consentie : archétype et caricatures ............................................................. 93
LE CONSENSUS : MACHINE A FABRIQUER LE SACRE ............................................................................. 102
6
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010
Le culte du malade ......................................................................................................................... 104
La discrète trahison des participants passifs ................................................................................. 105
CONSENSUS ET MAJORITE .................................................................................................................... 110
La zone d’incertitude : ................................................................................................................... 114
Les déviants : Aliens du consensus ................................................................................................. 116
ENTRE CONVICTION ET PERSUASION, ETHIQUE ET STRATEGIE .............................................................. 120
De l’art de conférer à celui de persuader ...................................................................................... 123
PRUDENCE ET MOINDRE MAL, MESALLIANCE DEMOCRATIQUE ............................................................. 126
Phronésis, sophia, noos, épistèmé .................................................................................................. 126
Prudence et consensus, entre éthique et politique. ......................................................................... 127
Le fossé entre vertu et moindre mal ............................................................................................... 129
Si un défaut d’excès est inconcevable qu’en est-il d’un moindre mal ? ......................................... 129
CONSENSUS ET MOINDRE MAL, LA DOULEUR DU BIEN .......................................................................... 131
Excision propre et sans douleur : un moindre mal ? ..................................................................... 131
Le conseil de Circé ......................................................................................................................... 132
Le moindre mal, de Rousseau à Machiavel .................................................................................... 134
L’école de Francfort et leurs émules : ........................................................................................... 135
Moscovici : ..................................................................................................................................... 135
Prudence selon Habermas : ........................................................................................................... 138
CONTRE LE MOINDRE MAL… LE MEILLEUR DES POSSIBLES ? .............................................................. 141
Méliorisme et meilleur des possibles .............................................................................................. 141
Le meilleur des possibles : utopie ou espérance (espoir ?) ............................................................ 143
La suffisance du presque-vrai, un moindre faux ............................................................................ 144
SAVOIR, CONNAITRE, CROIRE… L’INACCESSIBLE ETOILE .................................................................... 147
De croire par habitude ................................................................................................................... 151
Croire, se fier ou se méfier ............................................................................................................. 152
De la crédulité à la bêtise............................................................................................................... 155
Croire en grec ................................................................................................................................ 157
Croire en, besoin de confiance et risque de trahison ..................................................................... 158
Les accointances du consensus et de la norme ............................................................................... 159
PHENOMENOLOGIE DU CONSENSUS ..................................................................................................... 162
La force .......................................................................................................................................... 162
La faiblesse : sa propension pour le vide ....................................................................................... 162
TROISIEME PARTIE ................................................................................................................ 163
LA VOIE DU DISSENSUS ........................................................................................................ 163
Ethique et politique : moteur de la philosophie pratique ............................................................... 164
LE DISSENSUS : UNE GARANTIE DE LA PENSEE DEMOCRATIQUE ........................................................... 165
A partir de l’incertitude .................................................................................................................. 165
La fin de l’histoire … ..................................................................................................................... 167
Sous le signe d’Eris ........................................................................................................................ 169
L’école de Mégare, disciples d’Eris ............................................................................................... 173
Aristote et la pensée contradictoire ................................................................................................ 175
Le tiers exclu .................................................................................................................................. 181
DU DISSENSUS : UN ACTE DE COURAGE ................................................................................................ 183
Les points de fracture ..................................................................................................................... 187
Les visages de l’ennemi .................................................................................................................. 193
Si vis pacem para bellum ............................................................................................................... 196
Travail d’ipséité : la voie du dissensus .......................................................................................... 198
De la servitude maîtrisée ................................................................................................................ 205
DISSENSUS : UN PARADOXAL SOUCI MUTUEL ....................................................................................... 210
Le mythe de l’androgyne : impulsion unificatrice .......................................................................... 212
L’autre, cet alibi ............................................................................................................................. 214
LA PAROLE FECONDANTE ..................................................................................................................... 219
Du verbe à la parole ....................................................................................................................... 219
Être au monde sans Dasein ............................................................................................................ 221
Recherche en triple aveugle ........................................................................................................... 223
De la Parole fécondante aux conversations stériles ...................................................................... 225
LA PAROLE TRAHIE .............................................................................................................................. 228
Le paradoxe d’Abilene ................................................................................................................... 230
7
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010
Retour aux valeurs sûres ................................................................................................................ 232
Un double « je » ............................................................................................................................. 234
LE DOUTE ET L’EPOCHE COMME PROPEDEUTIQUE A L’ACTION LIBRE ................................................... 237
Le doute, un entre deux choses ....................................................................................................... 238
En deçà du bien et du mal : l’épochè ............................................................................................. 242
Malèvre sous l’emprise de Métis .................................................................................................... 247
La prise d’indécision ...................................................................................................................... 249
UNE CONFIANCE INQUIETE, ETHIQUE DU CONFLIT NECESSAIRE ............................................................ 250
Le dissensus, liquidateur de l’angélisme consensuel ..................................................................... 252
Limite et remède du Conatus .......................................................................................................... 254
LE DISSENSUS, CONFLIT DE RELIANCE AVEC, CONTRE ET POUR L’AUTRE ............................................. 257
Exhortation au soignant ................................................................................................................. 259
Résistance et collaboration ............................................................................................................ 262
De l’intérêt de se surpasser ............................................................................................................ 264
CONCLUSION ........................................................................................................................... 268
ANNEXE ..................................................................................................................................... 272
INDEX NOMINUM .................................................................................................................... 274
BIBLIOGRAPHIE...................................................................................................................... 278





















8
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010









Introduction :

du consensus à tous crins

































9
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010
L’hôpital est aujourd’hui, et plus que jamais, le théâtre d’une tentative de
reliance. Cette tentative apparaît comme une volonté de relier des champs d’actions et
de réflexions pour réconcilier, ou du moins ne pas creuser davantage le fossé entre
l’éthique et le politique. L’hôpital, avant de devenir cette hétérotopie technique où la
population en besoin de soins se rassemble, fut dans son origine un lieu d’asile pour les
pèlerins et plus tard un refuge pour les pauvres. Les progrès de la recherche ont appelé
l’hôpital à répondre aux attentes sociétales en termes de soins. Les progrès fulgurants de
la science nous ayant projetés dans des territoires inconnus, il est apparu nécessaire de
structurer ces terres nouvelles à partir de normes rafraîchies, en tout cas de tenter de les
accommoder pour qu’elles restent acceptables en termes d’humanité. Pour ce faire, nous
assistons à la diffusion d’un nouveau rituel, une nouvelle pratique hospitalière, qui se
veut à la fois capable de produire de nouvelles normes et prétend, en même temps, à un
résultat démocratique idéal.
Ce nouveau rituel n’est autre que l’élaboration de consensus. D’inspiration
philosophique et politique, il nous vient de pratiques sociétales anciennes et nous le
retrouvons aujourd’hui infiltré partout dans nos organisations sociales. Sur le plan
politique, l’on assiste à des conférences de consensus, en termes de négociations
commerciales (où l’on confond beaucoup monopole et consensus) et par répercussions
dans le monde hospitalier, nous le retrouvons en termes de consensus d’équipe,
réunions de consensus … Les négociations institutionnelles ne peuvent plus se passer de
cette recherche de consensus tellement elle est prometteuse d’équilibre et d’harmonie.
Nous la retrouvons, d’une part, dans les négociations médicales (entre les médecins
eux-mêmes) pour déterminer les meilleures stratégies de pôle et rentabiliser les
structures de soins et d’autre part dans les négociations syndicales pour trouver des
compromis satisfaisants entre les contraintes budgétaires institutionnelles et la qualité
de soin requise. C’est dans le consensus d’équipe, quand celui-ci concerne la vie d’une
personne que ce concept prend une dimension réellement tragique. De ce consensus
devrait logiquement sourdre un sentiment général d’équilibre, d’évidence et
d’harmonie, mais est-ce réellement le cas ?
Nous devons, dès lors, nous interroger sur cette apparente évidence et sur ce
(nouveau ?) besoin de consensus : ce qu’il est, ce qu’il promet, ce qu’il assure et ce qu’il
ne garantit pas. Nous tenterons de dénoncer l’utopie d’une communauté idéale de la
discussion et la facilité avec laquelle nous risquons d’évoluer dans cette utopie de
consensus, de valeurs suspectes, jusqu’au point où l’intelligence ressemblerait trait pour
trait à de la bêtise et quelquefois même à de la monstruosité. Que se passe-t-il au sein de
la négociation ? Ne s’exerce-t-il pas « une autorité à la fois institutionnelle et
énonciative, c’est à dire d’un pouvoir qui se voudrait le gardien et le porte-parole
1
légitime des valeurs de notre société ? » C’est ici que se détermine l’éthique de la
discussion et qu’une exploration mérite d’être menée pour y décrypter les enjeux et le
sens des conclusions. La prétention humaine de traiter les apories contemporaines tout
en se préservant de décisions nocives n’est-elle pas utopique ?

Bouvard et Pécuchet, deux êtres penchés sur le vide
Le consensus bénéficie aujourd’hui d’une écoute attentive. Il émerge en même
temps dans un contexte de vide juridique et moral. La société prend conscience d’un
(nouveau) vide : le sien, son propre vide. Ce vide se constitue en même temps que
progresse la science. S’il comble nos espérances de recherche par le plein de jouissance

1
. Gérard Leclerc, Histoire de l’autorité, Paris, PUF, « Sociologie d’aujourd’hui », 1996, p. 224.
10
tel-00469414, version 1 - 1 Apr 2010

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.