Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois, The Saulnois in Lorraine : an agrarian land history

De
Publié par

Sous la direction de André Humbert
Thèse soutenue le 07 décembre 2009: Nancy 2
Le Saulnois est un « vieux pays » lorrain. Son histoire, liée au sel et à son exploitation fait de lui un objet géohistorique incomparable. Le « pas de temps » d’analyse des paysages agraires du Saulnois, du Halstatt à nos jours, est exceptionnellement long. Cela permet ainsi de mettre en oeuvre une étude globale et multiscalaire des paysages et des faciès paysagers en les confrontant au « temps long » des historiens. Le recensement des éléments paysagers actuels, leur lecture et leur interprétation par le biais de l’histoire, mais aussi la recherche de « signes » paysagers anciens, relocalisés dans l’actuel constituent une première étape. Cette « sédimentologie » des signes paysagers permet ensuite de reconstituer, avec plus ou moins de précisions, les grandes phases d’élaboration, de stabilisation et d’évolution des paysages des campagnes du Saulnois. L’étude a ainsi permis de mettre en évidence plusieurs grands cycles paysagers ayant développé chacun leurs structures propres. Ces dernières ont été soit totalement délaissées soit réutilisées au sein du nouveau cycle et ainsi pérennisées au sein des paysages du cycle suivant. L’importance des évolutions, les conditions de mutation des systèmes paysagers soulignent des grandes ruptures souvent exogènes qui facilitent ces transformations. Ainsi, la guerre de Trente Ans a été le catalyseur de la diffusion de l’openfield « parfait » et du modèle du village-rue, en faisant table rase des anciennes structures des systèmes agraires précédents. Le Saulnois a connu six grands cycles dont le plus ancien pré-romain n’est que partiellement reconstituable. Les autres cycles sont, eux plus complètement recomposable avec leur phase de construction, leur apogée climacique et leur détérioration qui amorce déjà la phase de construction du cycle suivant. Ces cycles s’organisent chronologiquement.
-Exploitation du sel
-Openfield
-Cadastration
The Saulnois is an ancient part of Lorraine. Its past has always been confused with salt mining and as such is of a unique geo-historical interest. The analysis of the timeless Saulnois scene, from the Halstatt to the present is an exceptionally long story. It allows for a global and multiscale study to match against the ‘long-time’-scaling of historicity. The contemporary landscape census and its interpretation through historical biais, along with hints of recycled ancient sites, are a first step. This stratification gives a reasonably accurate reconstruction of the making, the settling and the evolution of the Saulnois. This study has exposed some of the great self-made landscapes. With time, these have been either abandonned or recycled during evolutionary processes. Their importance along with the mutation of agrarian scenes underline frequent exogenous intrusions which add to the process. The Thirty Years War was the catalyst of a perfect openfield and hamlet diffusion process. It anihilated all preceding agrarian systems. The Saulnois has lived through six principal cycles which include its construction, its climax, and its fall, which is where the new cycle steps-in.
Source: http://www.theses.fr/2009NAN21021/document
Publié le : samedi 29 octobre 2011
Lecture(s) : 71
Nombre de pages : 968
Voir plus Voir moins



Nancy Université
Ecole doctorale Langages, Temps, Sociétés


Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.



Denis MATHIS

Sous la direction du Professeur André HUMBERT


Source : CERPA – Berton R., Humbert A., n°96-555.

Thèse de doctorat N.R. en géographie

Soutenance le 7 décembre 2009

Jury :
M. Jean-Michel BOEHLER, Professeur émérite à l’Université de Strasbourg - rapporteur
M. Jean-Luc DUPOUEY, Directeur de recherches à l’I.N.R.A. - rapporteur
M. André HUMBERT, Professeur émérite à Nancy Université
M. Jean-Pierre HUSSON, Professeur à Nancy Université
M. Jean-René TROCHET, Professeur à l’Université Paris 4 Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.


Nancy Université
Ecole doctorale Langages, Temps, Sociétés











Géohistoire agraire d’un pays lorrain :
le Saulnois.


Denis MATHIS

Sous la direction du Professeur André HUMBERT





Thèse de doctorat N.R. en géographie

Soutenance le 7 décembre 2009





Jury :
M. Jean-Michel BOEHLER, Professeur émérite à l’Université de Strasbourg -
rapporteur
M. Jean-Luc DUPOUEY, Directeur de recherches à l’I.N.R.A. – rapporteur
M. André HUMBERT, Professeur émérite à Nancy Université
M. Jean-Pierre HUSSON, Professeur à Nancy Université
M. Jean-René TROCHET, Professeur à l’Université Paris 4
- 1 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
- 2 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
"Pour être compréhensive et explicative, la géographie humaine ne peut pas s'en
tenir à la seule considération de l'état actuel des choses. Il lui faut envisager
l'évolution des faits, remonter dans le passé, c'est-à-dire recourir à l'histoire.
Beaucoup de faits qui, considérés en fonction des conditions présentes, nous
paraissent fortuits s'expliquent dès qu'on les considère en fonction du passé.
L'histoire ouvre de vastes horizons sur le passé qui a vu se succéder tant
d'expériences humaines. Cette notion d'âge, d'évolution est indispensable. Sans
elle, la raison de ce qui existe nous échapperait souvent. (...) Comment
comprendre le peuplement d'un vieux pays comme la France si nous ne
connaissons pas l'histoire du défrichement, du déboisement, du partage des
champs, des travaux de drainage et d'endiguement ? Toute l'étude de cette
conquête du sol est à base d'histoire. (...)"

A. DEMANGEON, 1942 "Une définition de la géographie humaine", Problèmes de géographie
humaine, Paris, Colin, p.33-34.
- 3 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
- 4 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
- 5 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
- 6 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
Au professeur J. Peltre
A mes ancêtres de Chambrey, Marsal ou Moyenvic…
vignerons, laboureurs ou manouvriers
qui ont contribué à façonner de leurs mains
et depuis des siècles,
ces paysages du Saulnois.



A mon grand-père Charles Odille,
qui aurait sans doute aimé partager avec moi
la découverte historique et géographique de son « pays ».



Pour Elise


- 7 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
- 8 - Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois.
AVANT-PROPOS


Ce n’est pas fortuitement que j’ai engagé, il y a plus de dix ans, mes
premiers travaux de géographie historique sur le Saulnois. Cette région, que je
fréquentais enfant, je ne la connaissais que par des séjours de vacances où je
partageais alors bien modestement la vie de l’ancienne ferme familiale que tenait
mon oncle. J’ai découvert, moi dont l’horizon était matérialisé par les usines, les
cités ouvrières et les villes champignons de la vallée de la Fensch, le travail de la
terre, les saisons agricoles qui défilent au rythme lent de la Seille. Aussi, lorsque
j’ai entamé des études de géographie à l’Université de Nancy, c’est avec intérêt
que j’ai pu retrouver au milieu d’un cours du Professeur A. Humbert, les traits de
ces paysages familiers qu’il décrivait avec passion… C’est durant mon année de
Licence, où je suivis un autre cours animé par le Professeur A. Humbert, que mon
intérêt pour l’étude du patrimoine agraire de la Lorraine prit forme avec la
réalisation d’un petit travail sur Chambrey qui était devenu alors « mon village ».
Depuis ces années, le professeur A. Humbert a suivi mes différents travaux, avec
la même confiance, corrigeant par « petites touches » les défauts de l’enthousiaste
jeune chercheur… Aussi c’est tout naturellement que je le remercie pour ces
longues années où il a accepté d’être mon mentor.

Je conserve également le souvenir d’une rencontre avec le Professeur
J. Peltre qui fut pour moi l’occasion de découvrir tout l’intérêt de la recherche et
de l’étude historique des paysages et bien entendu des paysages agraires de la
Lorraine.

Au Professeur J-P. Husson, dont les encouragements, les attentions
constantes et les conseils ont été toujours judicieux et appréciés.

Je tiens à remercier également l’ensemble de mes professeurs qui ont
nourri ma formation universitaire au cours de mes années d’étude M. les
Professeurs E. Auphan, R. Blanadet, J-C. Bonnefont et A. Weisrock, ainsi que
Mme E. Arnould, Mme C. Marand, Mme M. Thouvenin, Mme V. Vergne, M. G.
Mayeur et M. C. Seyer.

A mes anciens collègues de l’Université de Nancy-2, D. Harmand,
E. Chiffre, S. Edelblutte, M. Deshaies, V. Bertrand, S. Rosière, A. Durup de
Baleine.

A Dominique Brion pour l’aide apportée pour le traitement d’images.

A mes parents pour l’exemple de travail et de rigueur, toute lorraine, qu’ils
ont su me montrer et dont le soutien et les encouragements n’ont jamais fait défaut
durant toutes mes années d’étude.

A mon frère, le Docteur Pierre Mathis pour son exemple et son abnégation
lors de la découverte du terrain.

- 9 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi