La situation linguistique à l'île Maurice [Elektronische Ressource] : les développements récents à la lumière d'une enquête empirique = Die Sprachsituation auf Mauritius / vorgelegt von Bilkiss Atchia-Emmerich

La situation linguistique à l île Maurice.Les développements récents à la lumière d une enquête empirique Die Sprachsituation auf Mauritius.Die neuesten Entwicklungen in der Kenntnis und Verwendung des französischen Kreols undkonkurrierender Sprachen im Spiegel einer empirischen UntersuchungInaugural-Dissertationin der Philosophischen Fakultät II(Sprach- und Literaturwissenschaften)der Friedrich-Alexander-UniversitätErlangen-Nürnbergvorgelegt vonBilkiss Atchia-EmmerichausMauritiusD 29Tag der mündlichen Prüfung: 20 Januar 2005Dekan: Universitätsprofessor Dr. HerbstErstgutachter: Universitätsprofessor Dr. Jürgen LangZweitgutachter: Universitätsprofessor Dr. Marie-Christine Hazael?_-MassieuxDrittgutachter: Universitätsprofessor Dr. Franz-Josef HausmannAvant ProposBilkiss Atchia-EmmerichLe présent ouvrage est le fruit d un cheminement de tout ce qu il y a de plus inattendu de lapart d un universitaire en linguistique, puisqu il traite aussi bien des problèmes ethnologiquesque sociologiques d un pays tropical bien loin de l Europe. Germaniste au départ, enseignantedes langues étrangères ensuite, lectrice à l université, maintenant attachée à l Institut desLettres Gallo-romanes pour cette thèse sur les langues et les identités dans un espacecréolophone et francophone, rien ne prédisait un parcours qui déboucherait plutôt sur lesEtudes Créoles que sur les Lettres Germaniques.
Publié le : samedi 1 janvier 2005
Lecture(s) : 35
Source : WWW.OPUS.UB.UNI-ERLANGEN.DE/OPUS/VOLLTEXTE/2005/142/PDF/DOKTORARBEIT%2028.2.2005.PDF
Nombre de pages : 244
Voir plus Voir moins

La situation linguistique à l île Maurice.
Les développements récents à la lumière d une enquête empirique
Die Sprachsituation auf Mauritius.
Die neuesten Entwicklungen in der Kenntnis und Verwendung des französischen Kreols und
konkurrierender Sprachen im Spiegel einer empirischen Untersuchung
Inaugural-Dissertation
in der Philosophischen Fakultät II
(Sprach- und Literaturwissenschaften)
der Friedrich-Alexander-Universität
Erlangen-Nürnberg
vorgelegt von
Bilkiss Atchia-Emmerich
aus
Mauritius
D 29Tag der mündlichen Prüfung: 20 Januar 2005
Dekan: Universitätsprofessor Dr. Herbst
Erstgutachter: Universitätsprofessor Dr. Jürgen Lang
Zweitgutachter: Universitätsprofessor Dr. Marie-Christine Hazael?_-Massieux
Drittgutachter: Universitätsprofessor Dr. Franz-Josef HausmannAvant Propos
Bilkiss Atchia-Emmerich
Le présent ouvrage est le fruit d un cheminement de tout ce qu il y a de plus inattendu de la
part d un universitaire en linguistique, puisqu il traite aussi bien des problèmes ethnologiques
que sociologiques d un pays tropical bien loin de l Europe. Germaniste au départ, enseignante
des langues étrangères ensuite, lectrice à l université, maintenant attachée à l Institut des
Lettres Gallo-romanes pour cette thèse sur les langues et les identités dans un espace
créolophone et francophone, rien ne prédisait un parcours qui déboucherait plutôt sur les
Etudes Créoles que sur les Lettres Germaniques.
Originaire de l île Maurice et parlant couramment le créole, je me suis intéressée à cette
langue comme discipline linguistique à mon arrivée à l université d Erlangen, en Allemagne,
il y a maintenant six ans. Le créole (les langues créole et la créolisation) comme sujets de
recherches linguistiques étaient bien entamés en Europe. Moi qui croyais que la langue que je
parlais (et parle encore) n est qu un patois, un bâtard du français, j ai du ouvrir de grands
yeux quand Professeur H. Munske m a proposé, presque imposé, de présenter le créole
mauricien au cours de son séminaire sur le contact des langues. De fil en aiguille, mon
parcours universitaire m amena à soumettre un travail sur la situation linguistique, puis sur le
fonctionnement du créole mauricien pour déboucher à un glossaire, à l intention des lecteurs
allemands. Ceci fut partie de mon Mémoire de Maîtrise. Je remercie donc le Professeur H.
Munske de m avoir plus ou moins dirigé vers cette voie, ainsi que de son soutien pour
èmem avoir permis de poursuivre des études du 3 cycle sous la houlette du Professeur J. Lang,
à lUniversité Friedrich Alexander d Erlangen Nürnberg.
Par ailleurs, je remercie mes nombreux professeurs et collègues pour leur soutien et leur
confiance, particulièrement mon directeur de thèse, le Professeur Jürgen Lang, qui m a
patronné sur cet ouvrage avec bienveillance et pris en charge pour l assister dans ses
nombreux projets liés aux études créoles. Je le remercie profondément de s être investi
pleinement pour que je puisse recevoir des fonds pour le financement de mes études. Sans le
soutien financier du DAAD, du STIBET et du Hochschul- und Wissenschaft Programm
(HWP) à l intention des femmes universitaires, l enquête sur place, ainsi que ce travail dans
son ensemble aurait été encore plus ardu et long.
Je suis très redevable de la confiance et de la reconnaissance qui m a été témoigné du corps
académique et universitaire, à travers le prix de la «meilleure performance d un/e étudiant/e
étranger/ère», prix qui me fut attribué en 2002. Cette distinction m a beaucoup encouragé à
poursuivre cette évaluation et cette analyse interdisciplinaire.
Et enfin, et non pas le moindre, je remercie Christopher, mon époux. Sans son soutien, son
encouragement et sa patience, les nombreux tableaux et les illustrations de cet ouvrage
n auraient pas vu le jour.
Ce travail est également dédié à ma famille, mon île et ses habitants, tous des voyageurs et des
aventuriers dans l âme. Sans la spontanéité et les nombreux jeux de langues de mes
innombrables témoins, cette analyse caustique mais, je l espère, tout de même perspicace ne
serait pas venu à mon esprit.
Erlangen, Février 2005
iQuelques mots sur la personne:
L auteur de cette dissertation est une Germaniste née, ayant appris l allemand dès l âge de 12
ans. Après les études secondaires à l anglaise (Cambridge A Levels), elle a complété sa
Licence ès Lettres (avec Honneurs) à lUniversité d Antananarivo de Madagascar, suite à une
bourse de l Office d Echanges Universitaires Allemand (DAAD). Tout juste après, elle a suivi
un stage destiné aux professeurs enseignant l allemand comme langue étrangère à l Institut
Goethe de Munich. Elle est ensuite retournée dans son pays natal pour y enseigner lallemand
et l anglais au niveau secondaire pendant 5 ans. Elle a été invité une seconde fois à l Institut
Goethe de Munich en 1996 pour approfondir ses connaissances en pédagogie (didactique et
méthodologie de l enseignement de l allemand, avec emphase sur la civilisation allemande).
Voulant perfectionner son allemand, elle s est lancée dans la folle entreprise de continuer ses
études et de faire une Maîtrise ès Lettres en Etudes Germaniques en l espace de 2 ans. Le
Mémoire de Maîtrise fut soutenu à l Université d Erlangen Nuremberg comme convenu.
Depuis 2001, elle a tenu des cours magistraux et des travaux pratiques, dirigés par le
Professeur Jürgen Lang, sur les créoles français et donne maintenant des cours de
conversation à l Institut Deutsch als Fremdsprache (DAF), destiné aux étudiants étrangers de
niveau supérieur et des cours de langue à l Institut des Langues Romanes de cette même
université.
iiTable des Matières
Avant-propos ..................................................................................................................... i-ii
Table des Matières......................................................................................................... iii-vii
Introduction..........................................................................................................................1
Deux Illustrations:
Carte de l île Maurice en relief, l île Rodrigues et les autres îles de l Océan Indien en petit
format.....................................................................................................................................8
La République de l île Maurice dans l Océan Indien...............................................................9
Chapitre 1
Ile Maurice: Géographie, Histoire et Société
1.1. Position géographique....................................................................................................10
1.2. Aperçu de l histoire .......................................................................................................10
1.3. Aperçu de la vie politique .............................................................................................12
1.4. L économie mauricienne................................................................................................15
Tableaux du bureau des statistiques (CSO) de l île Maurice, recensements de 2001,
sur le taux de chômage et la croissance économique depuis 1982. ..................................19-20
1.5. La société ......................................................................................................................21
1.5.1. Les groupes ethniques.................................................................................................21
1.5.2. Les religions ...............................................................................................................24
1.5.2.1. Les Hindous.............................................................................................................24
1.5.2.2. Les Musulmans........................................................................................................26
1.5.2.3. Les Chrétiens ...........................................................................................................27
1.5.2.4. Les Bouddhistes.......................................................................................................28
1.5.3. Le paysage linguistique mauricien ..............................................................................29
1.5.3.1. Les langues indiennes ..............................................................................................32
1.5.3.2. Les langues chinoises...............................................................................................35
1.5.3.3. Les autres langues....................................................................................................36
1.5.3.4. L importance grandissante du français .....................................................................37
1.5.3.5. Lavenir de l anglais à l île Maurice.........................................................................39
1.5.3.6. La position ambiguë du créole?................................................................................41
Chapitre 2
L enquête
2.1. Le programme ...............................................................................................................46
2.2. Le questionnaire ............................................................................................................46
2.2.1. Les questions linguistiques..........................................................................................47
2.2.2. Les questions personnelles ..........................................................................................51
iii2.3. Les témoins la composition de notre population..........................................................53
2.3.1. Les groupes ethniques et linguistiques ........................................................................53
2.3.2. L âge des témoins .......................................................................................................54
2.3.3. La représentation des hommes et des femmes ............................................................56
2.3.4. Le domicile.................................................................................................................56
2.3.5. La situation sociale .....................................................................................................57
2.3.6. Vue d ensemble et résumé ..........................................................................................59
2.4. La réalisation de l enquête .............................................................................................67
2.4.1. Préparatifs et façon de procéder ..................................................................................67
2.4.2. L enquête et la réalité linguistique des témoins ...........................................................68
2.4.3. Lexploitation de l enquête .........................................................................................69
2.5. Commentaires et suggestions les limites dans ce genre d enquêtes ..............................70
Chapitre 3
La connaissance des langues
3.1. L analyse des langues suivant les 5 catégories (origine ethnique/linguistique, âge,
catégorie sociale, domicile, sexe) séparément .................................................................72
3.1.1. L anglais.....................................................................................................................72
3.1.2. Le bhojpouri ...............................................................................................................76
3.1.3. Le chinois ...................................................................................................................80
3.1.4. Le créole.....................................................................................................................83
3.1.5. Le français ..................................................................................................................90
3.1.6. Le goujerati.................................................................................................................94
3.1.7. L hindi........................................................................................................................98
3.1.8. Le marathi ................................................................................................................101
3.1.9. L ourdou...................................................................................................................104
3.1.10. Le tamil ..................................................................................................................108
3.1.11. Le télégou...............................................................................................................112
3.2. Les combinaisons possibles (bilinguisme, trilinguisme & &)........................................115
Chapitre 4
L emploi des langues
4.1. La langue des ancêtres .................................................................................................123
4.2. La langue maternelle ou langue première (L1) .............................................................125
4.3. Les langues les plus employées....................................................................................126
4.3.1. Le créole...................................................................................................................127
4.3.2. Le français ................................................................................................................130
4.3.3. L anglais...................................................................................................................133
iv4.3.4. Les langues intra-communautaires ............................................................................136
4.4. Les langues employées en famille ................................................................................136
4.4.1. Les Hindous-Bhojpourisants .....................................................................................136
4.4.2. Les Hindous-Marathis...............................................................................................137
4.4.3. Les Hindous-Tamoules .............................................................................................138
4.4.4. Les Hindous-Télégous ..............................................................................................138
4.4.5. Les Musulmans-Bhojpourisants ................................................................................140
4.4.6. Les Musulmans-Goujerati et les Musulmans-Kutchi .................................................140
4.4.7. Les Chinois...............................................................................................................141
4.4.8. Les Créoles ...............................................................................................................142
4.4.9. Les Gens de Couleur.................................................................................................142
4.4.10. Les Blancs ..............................................................................................................143
4.4.11. Les membres du groupe «Mélange»........................................................................144
4.5. Les langues utilisées dans les domaines de la vie privée...............................................147
4.5.1. Langues utilisées à la maison ....................................................................................148
4.5.2. Langues utilisées avec les ami(e) s............................................................................149
4.5.3. Langues utilisées au club ..........................................................................................150
4.5.4. Langues utilisées avec les voisins..............................................................................150
4.5.5. Langues utilisées dans la rue .....................................................................................151
4.5.6. Langues utilisées avec les serviteurs .........................................................................152
4.6. Les langues utilisées dans les activités et contacts de la vie quotidienne.......................153
4.6.1. Langues utilisées au marché......................................................................................154
4.6.2. Langues utilisées à la boutique .................................................................................154
4.6.3. Langues utilisées avec les chauffeurs de taxi.............................................................155
4.6.4. Langues utilisées avec le tailleur ...............................................................................155
4.6.5. Langues utilisées au restaurant..................................................................................156
4.7. Les langues employées sur le lieu de travail.................................................................156
4.7.1. Langues employées avec les subordonnés .................................................................158
4.7.2. Langues employées avec les collègues ......................................................................158
4.7.3. Langues employées avec les supérieurs.....................................................................159
4.7.4. Langues employées au travail ...................................................................................160
4.8. Les langues utilisées dans le contact inter-ethnique et avec des personnes
de phénotype divers .....................................................................................................161
4.8.1. La position du créole.................................................................................................163
4.8.2. L emploi du français .................................................................................................164
4.8.3. Lemploi de l anglais ................................................................................................164
4.9. Les langues utilisées dans les contextes de prestige......................................................165
4.9.1. Langues utilisées avec les policiers ...........................................................................166
4.9.2. Langues utilisées au bureau de poste.........................................................................166
v4.9.3. Langues utilisées avec le médecin.............................................................................167
4.9.4. Langues utilisées avec les fonctionnaires ..................................................................168
4.9.5. Langues utilisées à la banque ....................................................................................168
4.9.6. Langues utilisées dans les bureaux du gouvernement ...............................................169
4.10. Les langues employées avec les religieux et avec les professeurs ..............................170
4.10.1. Langues employées avec les religieux.....................................................................171
4.10.2. Langues employées avec les professeurs .................................................................174
4.11. Langues utilisées pour différents sujets de conversation.............................................175
4.11.1. Langues utilisées en parlant du travail.....................................................................177
4.11.2. Langues utilisées pour parler de politique................................................................178
4.11.3. Langues utilisées pour parler de problèmes personnels............................................178
4.12. L emploi des langues à l écrit ....................................................................................180
4.12.1. Les Hindous............................................................................................................182
4.12.2. Les Musulmans.......................................................................................................183
4.12.3. Les Chinois.............................................................................................................183
4.12.4. Les Créoles .............................................................................................................184
4.12.5. Les Francophones ...................................................................................................185
4.12.6. Les témoins du groupe «Mélange»..........................................................................185
4.12.7. Vue d ensemble ......................................................................................................186
4.12. Aperçu global ............................................................................................................187
Chapitre 5
Correspondances entre le comportement linguistique et l identité
(l appartenance/l évaluation) sociale
5.1. Conclusion et Synthèse : les langues de l île Maurice d après les deux enquêtes ..........190
5.1.1. La langue supra-communautaire non standardisée, le créole......................................190
5.1.2. Les deux langues supra-communautaires standardisées, le français et l anglais .........191
5.1.3. La langue intra-communautaire principale, le bhojpouri............................................192
5.1.4. Les langues indiennes majoritaires standard, l hindi et l ourdou................................193
5.1.5. Les langues indiennes minoritaires............................................................................194
5.1.6. Le chinois .................................................................................................................195
5.2. Le problème linguistique à l île Maurice......................................................................195
5.2.1. Une société multiethnique en mutation......................................................................196
5.2.2. La langue comme marque de la différence ethnique ..................................................197
5.2.3. Le créole comme langue nationale potentielle ...........................................................200
5.2.4. Les perspectives de la société mauricienne :
Entre le nationalisme et l ethnocentrisme ..................................................................203
viBibliographie ....................................................................................................................207
Annexe
(I - VIII)
Tableaux du bureau des statistiques (CSO) de Port-Louis, île Maurice, 2002.
Table E8- Resident population by religion and sex in 2000 (La religion des habitants
suite aux recensements démographiques de 2000) .................................................................. I
Table D8- Resident population by language usually spoken at home and sex- 2000
Population Census (Langues utilisées généralement à la maison, chiffres des
recensements en 2000)........................................................................................................... II
Table D7- Resident population by language of forefathers and sex- 2000 Population
Census (Langues des ancêtres, chiffres de 2000)...................................................................III
Table D8- Resident population by language usually spoken at home and sex in 1990
(Langues utilisées généralement à la maison, chiffres de 1990).............................................IV
Table D7- Resident population by language of forefathers and sex- 1990 Population
Census (Langues des ancêtres, chiffres des recensements démographiques en 1990)..............V
Table D8- Resident population by language usually spoken at home and sex in 1983
(Langues utilisées généralement à la maison, chiffres de 1983).............................................VI
Table D7- Resident population by language of forefathers and sex- 1983 Population
Census (Langues des ancêtres, chiffres des recensements démographiques en 1983)........... VII
Population enumerated at each census by community and sex, Republic of Mauritius
1962-2000 (Tableau de la population de l île Maurice, divisée en communautés (groupes
ethniques) de 1962 à 2000)................................................................................................VIII
Zusammenfassung (Résumé en allemand).......................................................................212
viiIntroduction
Cette thèse traite du rôle des langues en vigueur dans une société multiculturelle. Elle
démontre comment l importance accordée à l appartenance ethnique et l appartenance à la
nation peuvent révéler l identité que les habitants d une société multi- culturelle comme l île
1Maurice veulent projeter. Le fait est que la nationalité et l ethnicité , comme objectifs de
l identité personnelle et de l organisation sociale d une même ampleur, sont de façon
empirique d une grande valeur pour beaucoup d habitants de ce monde sur le point de devenir
totalement moderne. Les idéologies ethnocentristes et nationalistes sont d importance variée
mondialement- nation et ethnie ne vont pas toujours ensemble. Il existe non seulement des
nations à minorités ethniques, mais aussi des nations au sein desquelles aucune ethnie ne
prédomine. La Suisse en est un exemple. La nation mauricienne en est un autre. Ce qui pose,
pour tout mauricien un problème identitaire & &.
2Les ethnologues qui se sont penchés sur le cas mauricien trouvent tous une variété
impressionnante de rôles et d identités et confirment, dans une large mesure, que les peuples
de l île Maurice exploitent collectivement ce vaste répertoire de rôles dans le contexte social.
L île Maurice, une île et un état polyethnique se trouvant au sud-ouest de l Océan Indien, a,
pour des raisons historiques une population ethniquement très diverse de plus d un million,
quatre grandes religions, un nombre important mais incertain de langues, et pas de population
indigène. Largement considéré comme miracle économique à partir des années 1990, l île
Maurice est aussi une démocratie pluripartite stable qui a vécu plusieurs changements
pacifiques de gouvernements depuis son indépendance en 1968, pour ensuite devenir une
République au sein du Commonwealth en 1992.
En partant du contexte mauricien, nous nous poserons la question à savoir pourquoi les
idéologies ethniques prédominent plus dans certains contextes que dans d autres- Quelles sont
les autres identités qui définissent l homo mauritianus, et dans quelles circonstances sont-elles
significatives? Que cela implique-t-il exactement d être un citoyen mauricien? Nous
essaierons de chercher les déterminants sociaux dans la construction des identités et des
différences sociales dans une société qui est en apparence non conflictuelle. Nous ne
remettrons toutefois pas en cause le concept d identité.
Nous aborderons selon une perspective sociolinguistique les concepts de nationalisme et de
l ethnicité. Si l on se fie aux définitions données par les dictionnaires (cf. la note 1), l on

1 L ethnicité constitue une des formes majeures de différenciation sociale et politique d une part, et d inégalité
structurelle, d autre part, dans la plupart des sociétés contemporaines. Elle est liée à la classification sociale des
individus et aux relations entre groupes dans une société donnée. L ethnicité ne peut émerger que lorsque des
groupes ont un minimum de contacts entre eux et qu ils doivent entretenir des idées de leur spécificité culturelle,
physique ou psychologique réciproque afin de reproduire leur existence en tant que groupes. Nous employons les
termes 'ethnicité' et 'nationalisme', comme ces termes sont utilisés en anglais, c.à.d. ethnicity en opposition (par
rapport) à nationalism et comme ils sont employés en sociologie et en ethnologie. Le mot «ethnicité» n apparaît
que très tardivement en français. Le mot n est que la traduction, encore toute récente d ailleurs, de langlais
ethnicity, qui figurait déjà dans Oxford English Dictionary en 1933. La situation est encore bien différente dans
la plupart des sociétés francophones et les dictionnaires usuels de langue française n admettent toujours pas le
mot. Quelques dictionnaires français (Larousse, Pons, Hachette/Oxford, etc. traduisent ethnicity également par
'origines ethniques', notre terme va plutôt dans le sens de 'l ethnocentrisme'. Toutefois, les spécialistes en
sciences sociales en usent de plus en plus et l ouvrage de Martiniello (1995) et celui de Breton (1992)
témoignent de cet intérêt croissant. Pour rappel: - Il y a deux types de collectivités: la nation et l'ethnie; deux
types d'appartenance d'un individu à une collectivité : sa nationalité et son ethnicité; deux types d'idéologies: le
nationalisme (idéologie privilégiant la nation) et l'ethnocentrisme (idéologie privilégiant l'ethnie). Pour la
justification de l emploi de ce terme, voir également notre dernier chapitre.
2 Benedict Burton, Indians in a plural society (1961); Bowman, Larry- Mauritius (1984); Arno, Toni et Orian,
Claude- L île Maurice, une société multiraciale (1986); Eriksen, Thomas Hylland- Mauritian Society between
the Ethnic and the Non-ethnic (1997).
1

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.