La symbolique du corps dans l'oeuvre romanesque d'Olympe Bhêly-Quenum, The Symbolism of the Body in the Olympe Bhêly-Quenum's romantic work

De
Publié par

Sous la direction de Françoise Susini-Anastopoulos
Thèse soutenue le 08 octobre 2009: Nancy 2
Indisponible
-Olympe Bhêly-Quenum
-Symbolique du corps
Unavailable
Source: http://www.theses.fr/2009NAN21009/document
Publié le : lundi 19 mars 2012
Lecture(s) : 52
Nombre de pages : 532
Voir plus Voir moins


La symbolique du corps dans l’œuvre
romanesque d’Olympe Bhêly-Quenum.




Thèse pour l’obtention du Doctorat nouveau régime
Langue et Littérature Françaises
Ecole Doctorale « Langages, Temps et Sociétés »


Franck-Bernard MVE
Sous la direction de Madame le professeur
Françoise SUSINI-ANASTOPOULOS


Jury constitué de :
M. Francis Claudon, Professeur à l’Université Paris XII.
M. Gilles Ernst, Professeur Émérite à Nancy-Université.
M. Romuald Fonkua, Professeur à l’Université Marc Bloch de Strasbourg.
Mme. Françoise Susini-Anastopoulos, Professeur à Nancy-Université.





U.F.R. de Lettres
Université Nancy 2


Octobre 2009

1TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION GÉNÉRALE...…………………………….......12

PREMIÈRE PARTIE: LA CULTURE ET L’ÉCRITURE DU CORPS.…………23

Chapitre I- L’inscription et la poétisation du corps………………………...26

I.1- Présence du corps dans la fiction romanesque.…………………………...28
I.1.1-Le corps en pièces……...…..…………………………………..28
I.1.2-Le corps et sa dimension tragique……………………………...……35

I.2-La valeur littéraire des cinq sens.……………….…………………….43
I.2.1-La sensation visuelle.……………………………………………44
I.2.2- La sensation olfactive….……………………………………….48
I.2.3- La sensation gustative.…….………………….…………………51
I.2.4- La sensation auditive.…………………………………………...54
I.2.5- La sensation tactile.…………………...………………………..57

I.3- La signification du physique dans l’agir des personnages.…………………...63
I.3.1-Le corps et ses objectifs…………….……………………………64
I.3.2-Le sens donné au corps………………………….……………….70

Chapitre II- La disqualification sociale du corporel.………………………..79
2II.1- Le corps humilié…………….…………………………………80
II.1.1-Lecture du social dans le corps…………………………………… 81
II.1.2-Le social éprouvé dans la chair……..……………………………...89

II.2- La mutilation volontaire du corps………………………..………….94
II.2.1-La moralité du corps malade…………………………………….. 95
II.2.2-Le sang comme esthétique macabre……..………………………... 101

II.3- La déshumanisation de l’élément corporel……………………...…….106
II.3.1-Les héros de l’expiation…………………..…………………....108
II.3.2-La fatalité et l’errance du corps…………………………….…….113
II.3.3- Le narcissisme phallocratique…………….……………………..120

Chapitre III- Sexualité, sexisme et érotisme………………………….....122

III.1- L’impact de l’Éros sur le destin des personnages……………………....124
III.1.1-Le désir……..……………………………………………124
III.1.2-L’Éros comme moyen de promotion sociale…………………………133
III.1.3-Le pouvoir de la sexualité féminine..……………………………...139

III.2- Érotisme et société……………………...…………………….149
III.2.1-La libération sexuelle…….…………………………………...155
III.2.2- La socialisation de la sensualité romanesque………………………...161
III.2.3-La manifestation de la sensualité…………………………...…….162
3Conclusion première partie………………………………………...169






















4DEUXIÈME PARTIE:LA VIOLENCE ET LE SACRÉ: DE L’EXPRESSION D’UNE
IDENTITÉ CULTURELLE.…………...…………..…...…………..171

Chapitre IV- Le pouvoir despotique du corps.…………………………..178

IV.1- L’impact des lois cosmiques.…………………………………….179
IV.1.1-La loi du Karma……………………………..……………...180
IV.1.2-L’énergie du désespoir……………………………..…………189

IV.2- L’influence des pulsions…………………..……………………198
IV.2.1-La force surhumaine……………………………………….…198
IV.2.2-Une esthétique de l’obscène………………….…………………208

IV.3- La prise de conscience du corps social…………………………...…219
IV.3.1-Les rapports conflictuels……………………..………………..220
IV.3.2-Les privations matérielles…………………………...…………228

Chapitre V- Tellurisme et ésotérisme du corps…………………………..237

V.1- Le vaudou au quotidien………………………….……………...240
V.1.1-La nature spécifique des initiés.……………………………….….241
V.1.2-Mouvements sociaux et comportements……………………..…...…249

V.2- La fascination du meurtre.……………………………..……..….257
V.2.1-Le machiavélisme de la nature humaine………………………........ 258
5V.2.2-L’avènement des pulsions sadiques………………………………..266
V.3- L’Hypothèse du sadomasochisme……………..…………………...276
V.3.1- Le désir de mourir…………………………………...……....276
V.3.2- La volonté de nuisance………………………………………..284


Chapitre VI- L’incarnation de l’animisme……………………………..294

VI.1- La vision ésotérique de la société béninoise…………………………..297
VI.1.1-La force de l’héritage rural……………………………………..298
VI.1.2- La place de la femme dans le culte animiste………………………...305
VI.1.3-La condition ésotérique de la femme………………………………306

VI.2- Des résurgences socio-cultuelles………………………………….313

VI.3- Différentes formes de violence physique………………………….....321
VI.3.1-L’apologie de la brutalité………………………………………321
VI.3.2-Les causes ou les agents…………………...…………………..329
VI.3.3-La violence adjectivée……………………………..………….336

Conclusion Deuxième Partie…………………………………….360




6TROISIÈME PARTIE : LA NÉGATION DU CORPS COMME HYMNE
PARADOXAL À L’EXISTENCE……………………...….…………362

Chapitre VII-Mises en forme harmonieuses du corps.……………………..366

VII.1-La Fusion des corps.………………...………………………...367

VII.1.1- Le corps heureux.…………...……………………………...369

VII.1.2- Le corps amoureux..………………...…………………….…376

VII.1.3- Le corps beau...……………….…………………………....382


VII.2-Le corps transcendé.…………………………………………..387

VII.2.1 Le corps magnifié.....………………………………………...389

VII.2.2 Le corps béatifié..…………………………………………...394

VII.2.3 Le corps fantasmé..……………………………..…………...398


Chapitre VIII- La fraternité symbolique par l’appropriation du corporel.……...405

VIII.1- Le corps social est un humanisme………………………………. 406
VIII.1.1-La révolution comportementale………………………………...406
VIII.1.2- L’opposition positive des opprimés………………………...…...412

VIII.2- L’espoir d’une Afrique harmonieuse……………………………...418
VIII.2.1- La révolte succédant à la dictature………………………….…...418
VIII.2.2- La vision prophétique de l’auteur.……………...……………….424
7VIII.3- Le monde contemporain et l’Africain.……………………………..430
VIII.3.1-Le miroir de la remise en question.……………………………....431

VIII.3.2-La ferveur des populations.…………………………………....436

Chapitre IX – L’Idéalisation du corps comme signe d’espoir de jours meilleurs..…444

IX.1- L’optimisme sous-jacent……………………………..………...445
IX.1.1- Le corps comme espoir
IX.1.2- Résistance et stoïcisme.………………...…………………..…453

IX.2- L’Afrique et son combat………………………………………..459
IX.2.1-Culture du corps et non-dits…………………………………….460
IX.2.2-Réhabilitation du corps et impensé………………………………..467


IX.3- La dimension christique du sacrifice……………………………….474
IX.3.1-L’assomption par le risque……………………………………..474
IX.3.2- Le désir d’engagement d’une plume..……………………………...481


Conclusion de la Troisième Partie.……………………………….487



CONCLUSION GÉNÉRALE……………….………………489
8
BIBLIOGRAPHIE…………………………………………….496




























9




« L’Afrique proprement dite est la partie de ce continent qui en fournit la
caractéristique particulière. Ce continent n’est pas intéressant du point de vue de sa propre
histoire, mais par le fait que nous voyons l’homme dans un état de barbarie et de sauvagerie
qui l’empêche encore de faire partie intégrale de la civilisation[...]Ce qui caractérise en effet
les nègres, c’est précisément que leur conscience n’est pas parvenue à la contemplation d’une
quelconque objectivité solide, comme par exemple Dieu, la loi, à laquelle puisse adhérer la
volonté de l’homme, et par laquelle il puisse parvenir à l’intuition de sa propre essence. Dans
son unité indifférenciée et concentrée, l’Africain n’en est pas encore arrivé à la distinction
entre lui, l’individu singulier, et son universalité essentielle ; d’où il suit que la connaissance
d’un être absolu, qui serait autre que le moi et supérieur à lui, manque absolument.»

Hegel







« Voyeurs ou barbares des temps modernes, l’avenir de la littérature africaine, s’il doit
être à la fois social, politique, psychologique et anthropologique, il doit être également
tellurique. Et, pour cela, il nous faut, armés d’une culture assez solide permettant de voir loin
et clair, plonger dans les abîmes du monde nègre, les prospecter en sachant que nous avançons
vers l’inconnu où se trouvent mille surprises et déceptions qui seront tout de même des
découvertes ».

Olympe Bhêly-Quenum






10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi