Les déterminants du comportement d'innovation des entreprises : facteurs internes et externes, The determinants of firms' innovative behavior : internal and external aspects

De
Publié par

Sous la direction de Eve Caroli
Thèse soutenue le 10 avril 2009: Paris 10
Dans un contexte ou la nécessite d'innover est au cœur des préoccupations des entreprises et des pouvoirs publics, cette thèse contribue a la compréhension des déterminants des comportements d'innovation des entreprises et des conditions d'efficacité des interventions publiques en la matière. les quatre contributions proposées, essentiellement empiriques, montrent l’importance de considérer deux dimensions jusqu'ici souvent ignorées : l'organisation ou la structure des incitations internes, et l'heterogeneite entre entreprises, en particulier selon leur niveau technologique. le premier chapitre montre que les organisations centralisées ou décentralisées induisent des processus de gestion de l'information différents, qui les rendent plus ou moins favorables a l'innovation selon l’age de l’entreprise, son niveau technologique ou le degré d’heterogeneite de son environnement. le second chapitre montre que la concurrence des pays a bas couts est un déterminant significatif des réorganisations des portefeuilles de produits des entreprises industrielles ; mais que seules les plus productives y associent un véritable effort d'innovation. le troisième chapitre examine la nature des incitations conférées par le système des brevets en adoptant une approche structurelle. ils affectent l'intensité, mais aussi la direction des efforts d'innovation des entreprises, davantage incitées a innover en produits qu’en procédés. enfin, le dernier chapitre propose une analyse conjointe de deux dispositifs visant a promouvoir l'effort d'innovation des jeunes entreprises. nous mettons en évidence leur différentiel d’attractivite au sein de cette population d’entreprises.
-INNOVATION
-RECHERCHE – DEVELOPPEMENT
-INCITATIONS
-ORGANISATION DE L’ENTREPRISE
-ENTREPRISES HETEROGENES
In a context where both business and government consider innovation as crucial, this thesis aims at contributing to the debate on the determinants of firms' innovative behavior, and on the design of devices to be set up to support it. the four proposed contributions are primarily empirical and show the importance of considering two dimensions often ignored so far: first, organizational aspects, and the structure of internal incentives; second, firm heterogeneity, especially in terms of technological level. the first chapter shows that centralized and decentralized organizations rely on differentiated processes of information management, which make them more or less favorable to innovation depending on the firm’s age, technological level or on the magnitude of heterogeneity observed in its environment. the second chapter shows that competition arising from low cost countries is a significant determinant of reallocation in firms’ product portfolios, but that more productive firms only are able to introduce genuine product innovations. the third chapter adopts a structural approach to examine the incentives conferred by the patent system. patents affect the intensity, but also the direction of firms’ innovative efforts, since they convey incentives that are biased towards product innovation and against process innovations. the final chapter provides a joint analysis of two programs aiming at supporting the innovative effort of young businesses. we highlight their differential attractiveness within this population of firms.
Source: http://www.theses.fr/2009PA100021/document
Publié le : vendredi 28 octobre 2011
Lecture(s) : 165
Nombre de pages : 243
Voir plus Voir moins

Universite de Paris X - Nanterre
Les determinants du comportement
d’innovation des entreprises :
Facteurs internes et externes
THESE
presentee et soutenue publiquement le 10 avril 2009
pour l’obtention du grade de
Docteur de l’Universite de Paris X - Nanterre
(Discipline : Sciences economiques)
par
Claire Lelarge
Composition du jury
Directeur de these : Mme Eve Caroli Professeur a l’Universite de Paris X - Nanterre
Rapporteurs : M. Pierre Mohnen Professeur a l’Universite de Maastricht
M. Mathias Thoenig Professeur aersite de Geneve
Examinateurs : M. Philippe Askenazy Directeur de recherche au CNRS
M. Francis Kramarz du CREST-INSEE
Mme Muriel Roger Chargee de recherches a l’INRAMis en page avec la classe thloria.Remerciements
Je tiens tout d’abord à exprimer mes remerciements les plus profonds à Eve Caroli et à Muriel Roger, qui ont
encadré mon travail doctoral. Sans leurs conseils scientifiques, leurs relectures systématiques et dans des délais
record, surtout sans leur soutien indéfectible et chaleureux, leurs encouragements, leur "coaching", il ne m’au-
rait pas été possible de mener à bien ce projet difficile et ambitieux. Au-delà de la thèse, je leur dois également
d’avoir su développer mon goût et ma motivation pour les activités de recherche.
Je remercie également Philippe Askenazy, Francis Kramarz, Pierre Mohnen et Mathias Thoenig d’avoir ac-
cepté de participer à mon jury de thèse.
Je dois par ailleurs beacoup à tous mes co-auteurs, à la fois sur les articles qui constituent certains chapitres
de ma thèse, et sur les travaux qui n’y ont pas été intégrés, mais qui l’ont directement enrichie : Emmanuel Du-
guet, Benjamin Nefussi, les deux Davids (Sraer et Thesmar), Mathias Thoenig, Eve à nouveau, John Van Reenen,
Daron Acemoglu, et aussi Philippe Aghion et Fabrizio Zilibotti.
Le contenu de cette thèse synthétise en très grande partie divers travaux effectués à l’INSEE, en particulier
dans le cadre de mon poste à la division "Marché et stratégie d’entreprise", puis un peu plus loin au SESSI, dans
tous les cas dans le cadre d’une affiliation au laboratoire de recherche du CREST-LMI. Sébastien Roux, Francis
Kramarz et Thierry Kamionka ont été (et sont toujours) très efficaces pour motiver directement à la recherche
les jeunes Insee qui comme moi passent à leur proximité, puis pour leur assurer des conditions de travail, tant
matérielles qu’intellectuelles, aussi favorables que possible au sein du CREST.
Il a été parfois difficile de trouver l’énergie et la motivation pour avancer sur ce travail doctoral en parallèle
d’un poste à plein temps au SESSI puis à l’OCDE, et je tiens à adresser tous mes remerciements à tous ceux,
famille, amis, collègues, dont les encouragements et le soutien m’ont été si précieux. Mille merci à Gaëlle, Da-
mien, Hélène et Naïma, Mylène, Lumi !
Le chapitre 1 a bénéficié des suggestions et commentaires de P. Askenazy, E. Brynjolfsson, L. Katz et des rapporteurs
anonymes de la revue Quarterly Journal of Economics ; les participants aux séminaires auxquels l’article a été présenté ont
également contribué à enrichir le texte : INSEE (D3E, 2005), CEPR (Paris, 2005), CIAR (Toronto, 2005), Harvard-MIT
(2005), NBER (2006).
Le chapitre 2 a grandement bénéfécié des relectures attentives de E. Caroli, M. Crozet, T. Mayer, M. Roger et de J. Van
Reenen. Nous avons également bénéficié des commentaires de M.-A. Diaye, E. Gautier, N. Greenan, F. Kramarz, S. Roux, J.
Oliveira-Martins, M. Thoenig, et des participants aux conférences auxquelles l’article a été présenté : CONCORD, 2008 ZEW
Innovation and Patenting, EEA (Milan, 2008), EARIE (Toulouse, 2008) et ASSET (Florence, 2008), séminaire Fourgeaud
(2008), EEP Jourdan Trade Seminar (2007), séminaires interne et "recherche" du CREST (2008), séminaire de la Direction
des Statistiques d’Entreprises (INSEE, 2007) et séminaire du CEE-AISE (2008).
Le chapitre 3 a été enrichi par les commentaires de J. De Beir, D. Encaoua, L. de Gimel, C. Martinez, P. Mohnen, S.
Roux et P. Waelbroeck. Ont également contribué à l’amélioration du texte, les participants des conférences et séminaires sui-
vants : 4ième conférence de l’EPIP (Paris, 2004), 15ème EC2 Conference (Marseille, 2004), EEA Conference (Amsterdam,
2005), 2nd ZEW Conference on Economics of Innovation and Patenting (Mannheim, 2005) et séminaires INSEE-D3E, EPEE
(Université d’Evry) et EUREQua (Université de Paris I - Sorbonne).
Enfin, j’ai notamment bénéficié pour le chapitre 4 des commentaires détaillés et encouragements de B. Guédou et E.
Massé, puis de E. Caroli et M. Roger à un stade plus avancé de l’écriture de l’article. Ce travail de recherche a été mené
lorsque j’étais chargée d’études au SESSI (Ministère de l’Industrie), avec l’aide de l’ACOSS, du Ministère de la Recherche
(je remercie particulièrement F. Sachwald, L. Miotti et M. Rosa pour leur aide et leurs commentaires), ainsi que d’OSEO, qui
m’ont transmis les données utilisées dans ce travail. Je conserve la responsabilité de toutes les erreurs, et les conclusions de
ce chapitre n’engagent en aucune manière les institutions précédentes, ni l’INSEE.
iii"An Investment in Knowledge Always Pays the Best Interest"
Benjamin Franklin
(1706-1790)
iiiivRésumé
Les déterminants du comportement d’innovation des entreprises : Facteurs internes et externes
Dans un contexte où la nécessité d’innover est au cœur des préoccupations des entreprises et des pouvoirs pu-
blics, cette thèse contribue à la compréhension des déterminants des comportements d’innovation des entreprises
et des conditions d’efficacité des interventions publiques en la matière. Les quatre contributions proposées, es-
sentiellement empiriques, montrent l’importance de considérer deux dimensions jusqu’ici souvent ignorées :
l’organisation ou la structure des incitations internes, et l’hétérogénéité entre entreprises, en particulier selon leur
niveau technologique.
Le premier chapitre montre que les organisations centralisées ou décentralisées induisent des processus de gestion
de l’information différents, qui les rendent plus ou moins favorables à l’innovation selon l’âge de l’entreprise,
son niveau technologique ou le degré d’hétérogénéité de son environnement.
Le second chapitre montre que la concurrence des pays à bas coûts est un déterminant significatif des réorganisa-
tions des portefeuilles de produits des entreprises industrielles ; mais que seules les plus productives y associent
un véritable effort d’innovation.
Le troisième chapitre examine la nature des incitations conférées par le système des brevets en adoptant une
approche structurelle. Ils affectent l’intensité, mais aussi la direction des efforts d’innovation des entreprises,
davantage incitées à innover en produits qu’en procédés.
Enfin, le dernier chapitre propose une analyse conjointe de deux dispositifs visant à promouvoir l’effort d’inno-
vation des jeunes entreprises. Nous mettons en évidence leur différentiel d’attractivité au sein de cette population
d’entreprises.
Classification JEL : L22, O31, O32, O38
Mots-clés : Innovation, R&D, Incitations, Organisation de l’entreprise, Entreprises hétérogènes
Abstract
The Determinants of Firms’ Innovative Behavior : Internal and External Aspects
In a context where both business and government consider innovation as crucial, this thesis aims at contributing
to the debate on the determinants of firms’ innovative behavior, and on the design of devices to be set up to
support it. The four proposed contributions are primarily empirical and show the importance of considering two
dimensions often ignored so far : first, organizational aspects, and the structure of internal incentives ; second,
firm heterogeneity, especially in terms of technological level.
The first chapter shows that centralized and decentralized organizations rely on differentiated processes of in-
formation management, which make them more or less favorable to innovation depending on the firm’s age,
technological level or on the magnitude of heterogeneity observed in its environment.
The second chapter shows that competition arising from low cost countries is a significant determinant of real-
location in firms’ product portfolios, but that more productive firms only are able to introduce genuine product
innovations.
The third chapter adopts a structural approach to examine the incentives conferred by the patent system. Patents
affect the intensity, but also the direction of firms’ innovative efforts, since they convey incentives that are biased
towards product innovation and against process innovations.
The final chapter provides a joint analysis of two programs aiming at supporting the innovative effort of young
businesses. We highlight their differential attractiveness within this population of firms.
JEL classification : L22, O31, O32, O38
Keywords : Innovation, R&D, Incentives, Firm Organization, Heterogeneous FirmsTable des matières
Introduction générale
1 L’innovation, un objet d’analyse complexe et hétérogène . . . . . . . . . . . . . . 2
1.1 Contexte général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2 Les enjeux fondamentaux des économies fondées
sur la connaissance et sur l’innovation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Difficulté initiale : Comment définir l’innovation ? . . . . . . . . . . . . . 5
2 Les déterminants économiques de l’innovation :
Enseignements de la littérature et questions ouvertes . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.1 Une typologie schématique des déterminants de l’innovation . . . . . . . 9
2.2 Les incitations conférées par les interventions publiques . . . . . . . . . . 13
3 Contributions proposées par la thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Chapitre 1
Conditions internes du changement technologique :
Technologie, information, et décentralisation de l’entreprise 21
1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2 Quelques éléments de modélisation théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
1.3 Données et spécification économétrique utilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1.3.1 Stratégie d’estimation empirique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
1.3.2 Données utilisées, enjeux de mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
1.4 Résultats empiriques obtenus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
1.4.1 Statistiques descriptives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
1.4.2 Décentralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
1.4.3 Ordres de grandeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
1.4.4 Mesures d’hétérogénéité alternatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
1.4.5 Autres contrôles de robustesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
1.4.6 Mesures alternatives de décentralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
1.4.7 Décentralisation en Grande-Bretagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
1.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
Annexes
viiTable des matières
Annexe A Description des données utilisées 59
A.1 Données françaises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
A.2 britanniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Annexe B Définition des variables introduites dans l’analyse empirique 61
B.1 Indicateurs de décentralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
B.2 de proximité à la frontière technologique et d’hétérogénéité . . . . . . 63
B.3 Autres contrôles définis au niveau entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
B.4 Autres indicateurs définis au niveau sectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Chapitre 2
Un ré-examen du lien entre concurrence et innovation :
L’hypothèse d’innovation défensive 71
2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
2.2 Investigating the Firms’ Product Portfolio Strategies as "Defensive Innovation"
Strategies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
2.2.1 Preliminary Empirical Evidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
2.2.2 Underlying Firm Level Policy Functions . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
2.2.3 Empirical Strategy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
2.3 Data and Measurement Issues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
2.3.1 Data Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
2.3.2 Measuring Low-Cost Country (and High-Tech Country) Competitive Pres-
sure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
2.3.3 Describing Firms’ Product Portfolios . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
2.3.4 Measures of Firms’ Innovative Effort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
2.3.5 Descriptive Statistics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
2.4 Empirical Results . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
2.4.1 Southern Competitive Pressure and Reallocations in the Firms’ Product
Portfolios . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
2.4.2 More Evidence about Induced Product Innovation ? . . . . . . . . . . . . 98
2.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
Annexes
Annexe C High-Tech ("Northern") and Low-Cost ("Southern") Countries 107
Annexe D Robustness Checks 109
D.1 Year-to-Year Product Portfolio Reallocations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
viii

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi