Phytoremédiation des sols d’un site de traitement du bois contaminés par le cuivre

De
Publié par

Sous la direction de Michel Mench
Thèse soutenue le 11 décembre 2008: Bordeaux 1
Sur un site de traitement du bois dont les sols étaient contaminés en Cu, une remédiation par la phytostabilisation aidée a été développée et évaluée. Les objectifs étaient : 1) L’évaluation initiale des risques. 2) La sélection d’amendements efficaces pour immobiliser le Cu et restaurer la croissance des végétaux. 3) La sélection d’espèces végétales tolérantes au Cu. 4) L’établissement in situ et le suivi de parcelles d’amendements et d’espèces potentiellement efficaces pour la phytostabilisation. 5) La caractérisation de mécanismes de tolérance d’une Poaceae, Agrostis capillaris. La contamination des sols de surface augmente la mortalité d’invertébrés terrestres et d’espèces végétales, diminue les biomasses et la diversité des communautés végétales et modifie leur composition. L’exposition des racines du haricot au Cu a été diminuée par l’ajout d’amendements au sol, les plus efficaces étant la matière organique, seule ou combinée avec un composé alcalin ou du fer zérovalent. Dans les communautés végétales établies, des espèces natives tolérantes au Cu, i.e. Agrostis capillaris on été identifiées. Les tests en pot ont confirmé la tolérance de plusieurs espèces et souligné des différences de tolérance inter- et intra-espèces. Après les tests en pots, certaines espèces ont été transplantées in situ ainsi que d’autres espèces identifiées d’après la littérature. Après deux ans de phytostabilisation aidée, l’écotoxicité des sols pour le haricot diminue et l’installation spontanée d’espèces augmente. L’association des arbres avec des ectomycorhizes a permis d’améliorer la croissance de P. nigra, cependant le rôle des mycorhizes et d’autres micro-organismes pour améliorer la phytostabilisation reste à confirmer. Une espèce, A. capillaris, a été utilisée pour identifier des mécanismes de tolérance au Cu dans les racines. Le protèome de deux écotypes, métallicole et non métallicole, a été comparé en conditions d’exposition croissante au Cu, en vue de détecter une synthèse différentielle des protéines solubles et de les séquencer.
-Agrostis capillaris
-Agrostis gigantea
-Amendement
-Indice de diversité
-Mycorhize
-Phytostabilisation aidée
-Protèome
-Tests écotxicologiques
At a timber treatment site, there is a major Cu contamination of topsoils. Soil remediation was developed and assessed, especially aided phytostabilisation. Main objectives were: 1) Initial risk assessment; 2) The selection of efficient amendments for increasing Cu stabilization and plant growth; 3) The selection of Cu-tolerant plant species; 4) The in situ appraisal of the best amendments and plant species with a long term monitoring of the plots; 5) The characterisation of the tolerance mechanisms of a Poaceae species, A. capillaris. The topsoil contamination increased the mortality for two terrestrial invertebrates and plant species, decreased the biomass and diversity of plant communities and modified their composition as well. Root exposure to Cu was decreased with the incorporation of amendments, i.e. organic matters, singly or in combination with alkaline materials or zerovalent iron grit. In established plant communities, native Cu tolerant species were recorded. Pot experiments confirmed several plant species as Cu tolerant and highlighted differential tolerance across plant species and populations. Some plant species were transplanted to the site and the soil Cu labile pool was decreased by mixing amendments. After a two-year period of aided phytostabilisation, bean exposure decreased, native plant species naturally disseminated and diversity increased. The association of trees with ectomycorhiza improved the growth of P. nigra. The role of mycorhiza and other micro-organisms in improving phytostabilisation was not clear-cut but is a promising option. One of the tolerant plant species, A. capillaris, was chosen to identify the Cu tolerance mechanisms in roots. The proteome of two populations, one metallicolous and one non metallicolous, was extracted and differential synthesis of soluble proteins compared in order to identify and sequence candidates.
-Ecotoxicology
-Mycorhiza
-Proteomic
Source: http://www.theses.fr/2008BOR13712/document
Publié le : mardi 25 octobre 2011
Lecture(s) : 234
Nombre de pages : 299
Voir plus Voir moins
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi