Etude de l'évolution de l'agglomération de La Paz - El Alto (Bolivie) depuis les 20 dernières années

De
Publié par

Ecole: aucune
Entreprise: Université de Savoie
Niveau: BAC + 4
L'objet de cette maîtrise de géographie préparée lors d'un stage de 6 mois à la Universidad Mayor San Andrés à La Paz, est multiple. Il s'agit tout d'abord de montrer les grandes tendances de l'évolution de l'agglomération de La Paz et El Alto qui s'est déroulée dans un cadre fragile et érosif au cours des 20 dernières années. La situation au milieu de la décennie 1970 est connue en détail notamment grâce au diagnostic qui avait été établi à l'époque dans le cadre de l'élaboration du schéma directeur de la ville par la Mairie de La Paz en partenariat avec le BRGM. Il s'agit ensuite de mettre en évidence les décalages en terme d'expansion et de répartition de la croissance urbaine par rapport aux recommandations formulées dans le plan de 1976. Enfin, et surtout il s'agit de faire ressortir les implications des décalages notamment l'augmentation des situations à risque.
Publié le : mardi 20 juillet 2004
Lecture(s) : 115
Nombre de pages : 129
Voir plus Voir moins

Copyright (c) Florent DEMORAES
Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document
under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2
or any later version published by the Free Software Foundation;
with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts.
A copy of the license is included in the section entitled "GNU
Free Documentation License".

Florent Demoraes juin 198






ETUDE DE L'EVOLUTION DE L'AGGLOMERATION
DE LA PAZ-EL ALTO DEPUIS LES VINGT DERNIERES
ANNEES, COMPTE TENU DES CONTRAINTES
ENVIRONNEMENTALES DU SITE.






Une péjoration des conditions d'urbanisation ?


Une base de référence: le Plan de Développement Urbain de la Ville de La Paz (1976- 77).
















Mémoire de maîtrise de Géographie réalisé sous la direction de Monsieur Robert D'Ercole





RESUME




L’objet de cette maîtrise de géographie préparée lors d’un stage de 6 mois à la Universidad Mayor
San Andrés à La Paz, est multiple. Il s’agit tout d’abord de montrer les grandes tendances de
l’évolution de l’agglomération de La Paz et El Alto qui s’est déroulée dans un cadre fragile et érosif
au cours des 20 dernières années. La situation au milieu de la décennie 1970 est connue en détail
notamment grâce au diagnostic qui avait été établi à l’époque dans le cadre de l’élaboration du
schéma directeur de la ville par la Mairie de La Paz en partenariat avec le BRGM. Il s’agit ensuite
de mettre en évidence les décalages en terme d’expansion et de répartition de la croissance urbaine
par rapport aux recommandations formulées dans le plan de 1976. Enfin, et surtout il s’agit de faire
ressortir les implications des décalages notamment l’augmentation des situations à risque.
2REMERCIEMENTS


Je tiens à remercier plus particulièrement les personnes suivantes pour m'avoir aidé dans la
réalisation de ce mémoire de maîtrise :

Robert D'Ercole, Maître de Conférences à l'Université de Savoie- Technolac, mon directeur de
maîtrise,

Philippe Masure, chercheur au Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) de Savoie-
Technolac,

Jean Claude Roux, chercheur de l'Orstom de Montpellier,

Bertha Gozálvez Kreuzer, architecte et enseignante en géographie à l'Université Mayor de San
Andrés (UMSA), La Paz,

Jaime R. Guerra Fernandois, ingénieur et enseignant en géographie à l'
Andrés,

Hugo Zapata, directeur de la Faculté des Sciences Géologiques de l'UMSA, (Decano de la Facultad
Ciencias Geológicas)

Jorge Córdova, directeur adjoint de la Faculté des Sciences Géologiques de l'UMSA (vice-decano
de la Facultad Ciencias Geologicas)

Reynaldo Oroz Echain, directeur de l'Institut de Géographie de l'UMSA (Jefe de la Carrera de
Ingeniería Geográfica)

Daniel Dory, directeur du Service à l'Aménagement du Territoire à La Paz (Direccion General de
Ordenamiento Teritorial)

Ismael González, ingénieur du Service à l'Aménagement du Territoire, (Direccion General de
Ordenamiento Teritorial),

Jaime Tinini, Rodriguo Célada, et monsieur Guzmán, ingénieurs du Service de la Cuenca de la
Mairie de La Paz (Direccion de Cuenca-Honorable Alcaldía Municipal de La Paz),

Jaime Ayala et Sara Rivas, architectes et enseignants à l'UMSA,

le personnel de l'Orstom de La Paz,

le Service des Bourses du Conseil Régional de Rhône-Alpes,

Anne-Catherine Madelin, Virginie Baby, Susanne Dieckmann et les étudiants de l'UMSA, Nelson,
Luis, Mauricio, Pati, Milenka, Carlos

mes parents.

3TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION ...............................................................................................................................8
I/ PRESENTATION GENERALE DE L’AGGLOMERATION DE LA PAZ-EL ALTO EN 1976
ET DESCRIPTION DU CADRE PHYSIQUE ENVIRONNANT : L’IDEE D’ELABORATION
D'UN PLAN DE DEVELOPPEMENT URBAIN.............................................................................12
A/ La situation de 1976 selon l’avant-dernier recensement : caractéristiques chiffrées et analyse
cartographique ...............................................................................................................................12
1/ Un ensemble urbain connaissant une croissance démographique et une immigration
galopantes depuis les années 50, qui laisse présumer un développement futur exponentiel.....12
2/ Caractéristiques du tissu urbain en 1976 et représentation cartographique...........................14
3/ Les principales fonctions de l'agglomération en 1976...........................................................16
B/ Un site confiné et hétérogène soumis à une érosion active : les prémices d’une évolution
future problématique et toujours plus ségrégative.........................................................................19
1/ Un site contraignant sensible à l'érosion : de fortes pentes et des formations édaphiques
majoritairement meubles ...........................................................................................................19
2/ Topographie, altitude et variabilité des conditions climatiques: trois éléments
environnementaux à l'origine d'une ségrégation sociale au sein de la ville...............................22
3/ Une combinaison de facteurs physiques et de facteurs humains à l'origine de situations à
risque (figure 15) .......................................................................................................................25
C/ ...d'où l'idée d'élaborer un plan de développement urbain ........................................................29
1/ Un contexte de stabilité politique et économique favorable..................................................29
2/ Une volonté d'évaluer les contraintes et les potentialités du milieu naturel afin de réaliser un
outil de référence innovateur en matière de planification urbaine.............................................29
II/ EVOLUTION ET SITUATION ACTUELLE DE L’AGGLOMERATION : DES DECALAGES
PAR RAPPORT AUX PREVISIONS DE 1976?..............................................................................36
A/ Une agglomération, deux municipalités : le nouveau visage de la métropole d'aujourd'hui....36
1/ Un contexte différent.............................................................................................................36
2/ Un poids démographique accru... ..........................................................................................38
3/...qui s'explique par une immigration soutenue... ...................................................................39
44/ ...et par un taux d'accroissement naturel élevé ......................................................................39
B/ Une économie davantage tertiarisée et dont les composantes diffèrent entre La Paz et El Alto
.......................................................................................................................................................41
1/ Evolution de la répartition de la population active par types d'activités en 1976 et 1992.....41
2/ La Paz aujourd'hui : une ville de services..............................................................................42
3/ Le cas de El Alto: un secteur secondaire encore important et une économie parallèle très
développée .................................................................................................................................44
C/ Extension urbaine et densification accrues ; les répercussions sur le foncier...........................46
1/ Physionomie urbaine actuelle et carte du recensement de 1992 ...........................................46
2/ Evolution des densités et analyse cartographique comparative.............................................48
3/ Les répercussions sur les prix du foncier...............................................................................52
D/ Une ségrégation sociale très nette dans l’espace : la confirmation des tendances antérieures.55
1/ Une séparation des classes sociales accrue très visible dans le paysage urbain....................55
2/ Un taux d'équipement en services élémentaires très variable: l'exemple de la desserte en
eau: une péjoration de la situation de 1976 ?.............................................................................59
E/ Les décalages par rapport aux directives du Plan de desarrollo Urbano de 1976 : constats et
explications :..................................................................................................................................62
1/ Exemple de décalages............................................................................................................62
2/ Les explications envisagées...................................................................................................65
III/ UNE VULNERABILITE ACCRUE PAR RAPPORT A 1976 : ANALYSE DU PROCESSUS
ET SOLUTIONS ENVISAGEABLES..............................................................................................68
A/ Une urbanisation accrue dans un milieu physique originellement contraignant et de plus en
plus fragilisé par l'homme: l'étude des versants de la Cuenca :.....................................................69
1/ Des versants de plus en plus urbanisés malgré des conditions défavorables aux
implantations humaines .............................................................................................................69
2/ L'impact anthropique sur les versants: une augmentation de la vulnérabilité des biens et des
personnes ...................................................................................................................................73
3/ Bilan.......................................................................................................................................78
B/ L’urbanisation des fonds de vallée dans la Zona Sur : un risque d’inondation très présent :
l'exemple du bassin versant du Rio Achumani:.............................................................................80
51/ Aperçu général.......................................................................................................................80
2/ L'exemple des quartiers résidentiels implantés dans le lit majeur du Rio Achumani ...........83
C/ La recherche de solutions..........................................................................................................94
1/ Les collaborations Mairie-Organismes boliviens-Organismes étrangers..............................94
2/ Les actions entreprises et/ou projetées ..................................................................................94
3/ La Loi de Participation Populaire : une amélioration envisageable pour la gestion des
risques ? .....................................................................................................................................99
CONCLUSION................................................................................................................................102
ANNEXES.......................................................................................................................................104
GLOSSAIRE ...............................................................................................................................105
LISTE DES ABREVIATIONS ...................................................................................................106
ADRESSES UTILES...................................................................................................................108
BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................................110
LISTE DES FIGURES ................................................................................................................118




6





















INTRODUCTION

7INTRODUCTION

L'étude de l'évolution de l'agglomération de La Paz-El Alto compte tenu des contraintes
environnementales de son site, est un sujet qui illustre la relation existante entre l'homme et son
milieu et qui associe aussi bien la géographie humaine que la géographie physique. Cette double
analyse s'avère nécessaire pour aborder l'ensemble des facteurs intimement liés qui ont influencé le
développement de cette métropole.

Depuis sa fondation en 1548 par le capitaine Don Alonso de Mendoza, Nuestra Señora de La Paz a
tout d'abord connu une croissance démographique lente jusqu'à la fin de la première moitié du
vingtième siècle. C'est surtout à partir de 1953, suite à la Réforme Agraire, qu'elle s'est accélérée.
En 1985, la crise de l'étain a engendré un autre courant migratoire d'importance qui est venu
accroître sa population. En 1992, l'aggloméra1ion compte 1 118 900 habitants selon l'INE (Institut
National de Statistiques). Elle demeure avec Quito la seule métropole altiplanique dépassant le
million d'individus.

En 1988, l'agglomération se sépare en deux municipalités autonomes, La Paz et El Alto. Cette
dernière située sur l'Altiplano à 4000 mètres d'altitude, n'était, il y a 50 ans, qu'une simple annexe
agricole de La Paz et regroupait environ 10 000 personnes (Baby,1995). En 1992, 405 000
habitants y vivent dans des conditions climatiques particulièrement rudes. La ville basse, se localise
quant à elle, dans le fond d'une dépression (la Cuenca) creusée par érosion régressive par le Rio
Choqueyapu, et correspond au site initial de La Paz. Elle est séparée de la ville haute par un talus
de plus de 400 mètres de dénivelé.

Tout au long du mémoire, nous serons amenés à employer des néologismes qui s'avèrent très
pratiques. Par exemple, les adjectifs alténien, pacéniens, (de El Alto et de La Paz) directement
dérivés de l'espagnol (alteños et paceños) et l'adjectif altiplanique serviront très fréquemment de
qualificatifs. Le nom La Paz sera utilisé uniquement pour faire référence à la municipalité de La
Paz stricto sensu englobant la Cuenca et la Zona Sur (ou El Bajo), partie située dans les vallées
basses Sud, Sud-Est.

L'accroissement démographique élevé a entraîné une consommation croissante d'espaces. Mais le
site présente de nombreuses contraintes et se révèle sensible à l'érosion, surtout dans la Cuenca. Les
implantations humaines se sont alors de plus en plus développées dans des secteurs à risque. En
1976, des équipes boliviennes et françaises telles que le BRGM et le BCEOM (Bureau de
Recherches Géologiques et Minières et Bureau Central d'Etudes pour les Equipements d'Outre
Mer) ont élaboré un schéma directeur ou Plan de Desarrollo Urbano de la Ciudad de La Paz (Plan
de Développement Urbain de la ville de La Paz, PDU) afin, de trouver des solutions face à
l'évolution problématique de la ville.

L’objectif de cette maîtrise est d'essayer de montrer dans quelles mesures les conditions
d'urbanisation ont évolué au sein de l'agglomération au cours des vingt dernières années. Le schéma
directeur a-t-il été suivi ? Existe-t-il des décalages par rapport aux prévisions ? La vulnérabilité des
biens et des personnes s'est elle accrue ? Quelle influence exerce le milieu environnemental sur le
développement de la métropole ? Quels problèmes majeurs connaît aujourd'hui l'agglomération et
quels moyens sont mis en oeuvre pour y remédier ? Quelles solutions sont adoptées pour réduire les
risques ? Qui s'en charge ?

8En première partie, il sera question de présenter les principales caractéristiques de l'agglomération
de 1976 qui serviront de base de référence pour la comparaison avec la situation actuelle et qui
permettront de constater les problèmes de l'époque. Nous analyserons les aspects démographiques
et économiques puis nous détaillerons les contraintes majeures liées au site et à sa fragilité. Nous
verrons aussi qu'il existe en 1976 un phénomène de ségrégation sociale à l'intérieur de
l'agglomération. Enfin, nous étudierons selon quelle logique le schéma directeur a été réalisé et
quelles directives d'évolution il préconisait.

En deuxième partie, nous essaierons de comprendre quelles modifications a connu l'agglomération
au cours des vingt dernières années et quels facteurs ont influé son évolution. Nous mettrons en
évidence l'augmentation de sa population et la tertiarisation de son économie en comparaison avec
les chiffres de 1976. Nous étudierons l'extension de son emprise spatiale corrélativement à la
densification de son centre. Nous nous attacherons également à analyser l'aggravation de la
ségrégation sociale déjà remarquée en 1976. Enfin, nous envisagerons de détailler les différents
décalages qui sont intervenus par rapport aux prévisions du plan.

En dernière partie, nous examinerons l'accentuation de la vulnérabilité des biens et des personnes
au sein de l'agglomération au cours des vingt dernières années. Nous ferons apparaître que
l'homme, de par ses activités, contribue à modifier le milieu physique, originellement fragile, et
multiplie ainsi les situations à risque. Enfin, il sera question de rechercher les diverses solutions
envisageables pour réduire les risques et minimiser les effets dommageables.

Plusieurs difficultés sont apparues lors de la réalisation de ce mémoire. La comparaison des
données du schéma directeur avec les données de l'INE (Institut National de Statistiques) n'a pas
toujours été très évidente, car bien souvent, elles ne font pas référence aux mêmes unités spatiales.
De même, entre les deux recensements (1976 et 1992), les zones recensées ont été modifiées et leur
nombre augmenté. La représentation cartographique comparative doit alors être analysée avec
beaucoup de précautions. Enfin, l'étude des décalages entre les prévisions du plan et la situation
actuelle est loin d'être exhaustive, car le schéma directeur comporte une multitude d'aspects qui
n'ont pas tous été détaillés. L'accent a surtout été mis sur l’augmentation des situations à risque et
de la vulnérabilité.



Figure 1 – Localisation et caractéristiques générales sur la Bolivie
9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.