JOURNÉES D'INFORMATION SUR LES CHANTIERS D'ABATTAGE A HAUTE PERFORMANCE DANS LES CHARBONNAGES: Volume 2

De
Publié par

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEENNES CHANTIERS D'ABATTAGE A HAUTE PERFORMANCE DANS LES CHARBONNAGES JOURNÉES D'INFORMATION Luxembourg, du 29 septembre au 1er octobre 1976 Volume 2 AVERTISSEMENT La Commission des Communautés euro­péennes n'est pas responsable de l'emploi qui sera fait des informations contenues dans le présent ouvrage. COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES JOURNÉES D'INFORMATION SUR LES CHANTIERS D'ABATTAGE A HAUTE PERFORMANCE DANS LES CHARBONNAGES (Luxembourg, du 29 septembre au 1er octobre 1976) Direction Générale « Énergie » Édité par la Direction générale « Information scientifique et technique et gestion de l'information • Luxembourg — Avril 1977 f— EUR,5Ş00 d,e,f ••'' '-'i' ::j'.ar:Eii „ , Volume 2 31612 CcJVTl, cioüüTHtCüE TABLE DES MATIERES page REUNION D'OUVERTURE - Allocution de bienvenue par M. BOLLENDORP 5 - Où en est l'industrie charbonnière de la Communauté K. REICHERT, directeur "Charbon" à la Direction Générale de l'énergie de la Commission des Communautés européennes 7 - Introduction à la réunion d'ouverture P. STASSEN, Directeur, Institut National des Industries 4 Extractives, Liège 49 - La voie vers les chantiers d'exploitation à haute performance H. WEBER, Bergassessor, Charbonnages AG, Niederrhein 53 - Conclusions de la réunion d'ouverture P. STASSEN, Président de la réunion 101 PREMIERE REUNION TECHNIQUE3 - Introduction par le président de la réunion F.
Publié le : jeudi 8 mars 2012
Lecture(s) : 24
Source : EU Bookshop, http://bookshop.europa.eu/
Nombre de pages : 244
Voir plus Voir moins

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEENNES
CHANTIERS D'ABATTAGE
A HAUTE PERFORMANCE
DANS LES CHARBONNAGES
JOURNÉES D'INFORMATION
Luxembourg, du 29 septembre au 1er octobre 1976
Volume 2 AVERTISSEMENT
La Commission des Communautés euro­
péennes n'est pas responsable de l'emploi
qui sera fait des informations contenues
dans le présent ouvrage. COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPÉENNES
JOURNÉES D'INFORMATION
SUR LES
CHANTIERS D'ABATTAGE
A HAUTE PERFORMANCE
DANS LES CHARBONNAGES
(Luxembourg, du 29 septembre au 1er octobre 1976)
Direction Générale « Énergie »
Édité par la Direction générale
« Information scientifique et technique et gestion de l'information •
Luxembourg — Avril 1977
f— EUR,5Ş00 d,e,f
••'' '-'i' ::j'.ar:Eii „ ,
Volume 2
31612
CcJVTl,
cioüüTHtCüE TABLE DES MATIERES
page
REUNION D'OUVERTURE
- Allocution de bienvenue par M. BOLLENDORP 5
- Où en est l'industrie charbonnière de la Communauté
K. REICHERT, directeur "Charbon" à la Direction Générale
de l'énergie de la Commission des Communautés européennes 7
- Introduction à la réunion d'ouverture
P. STASSEN, Directeur, Institut National des Industries 4
Extractives, Liège 49
- La voie vers les chantiers d'exploitation à haute
performance
H. WEBER, Bergassessor, Charbonnages AG, Niederrhein 53
- Conclusions de la réunion d'ouverture
P. STASSEN, Président de la réunion 101
PREMIERE REUNION TECHNIQUE3
- Introduction par le président de la réunion
F. POT, Directeur des Services techniques des Charbonnages
de France, Paris 105
- Disoussions7
DEUXIEME REUNION TECHNIQUE 121
- Introduction par le président
R. RAWLINSON, Area Director, South Midlands Area,
National Coal Board3
- Discussions
TROISIEME REUNION TECHNIQUE 13
- Introduction par le président
F. BENTHAUS, Steinkohlenbergbauverein, Essen 135
- Disoussions7
- Commentaire général de W. SCHMIDT-KOEHL, Saarbergwerke AG 14
- Rapport de synthèse i Conclusions et perspectives
R.B. DUNN, Direotor General of Mining, National Coal Board 14page
j­ Allocution de clôture
A. DE QfiEEF, Chef de Bervice spécialisé "Reoherohe et technor­
logie charbonnière" Direction Charbon ­ Direction Générale
■ Energie, Commission des Communautés européennes 153
TABLE BONDE "A" t Methodes d'exploitation et techniques
d'abattage 155
TABLERONDE"B"t Autres techniques en taille181
TABLEBONDE"C"t Problèmes spécifiques des chantiersà
hauteperformance191
Liste­ des participants aux Journées d'information 211 ALLOCUTIOW DE BIENVENUE
de M. BOLLENDORF
Echevin de la Ville de Luxembourg
Mesdames, Messieurs,
Il m'échoit l'honneur et le plaisir de présider à l'ouverture des
Journées d'Information "Charbon" en remplacement de Madame le Bourgmestre,
empêchée à son grand regret par d'autres obligations d'être parmi nous
aujourd'hui. Je vous transmets, Mesdames, Messieurs, ainsi qu'aux pays
que vous représentez, au nom de Madame le Bourgmestre et en mon nom per­
sonnel, nos plus chaleureux souhaits de bienvenue.
Je remercie les organisateurs, o'est-à-dire la Commission des
Communautés européennes et plus particulièrement la Direction générale
de l'Energie, d'avoir choisi la Ville de Luxembourg comme lieu de
cette importante réunion.
Il ne m'appartient évidemment pas de vous parler du sujet, hautement
spécialisé, qui est l'objet de cette conférence.
MaiB comme représentant de cette ville de Luxembourg, dont la voca­
tion européenne venue du plus profond de son histoire, dont la mission de
construction européenne est inscrite dans son passé, comme représentant
chargé de cette ville européenne de Luxembourg, je vous félicite et je
vous remercie de tout ce que votre organisation a déjà apporté à la
construction de cette Europe que nous souhaitons.
. Qu'il me soit encore permis de vous dire en revenant un peu en
arrière, l'importance que le charbon a eu dans le développement écono­
mique, sooial et simplement humain des peuples - et je pense plus spé­
cialement à l'histoire de notre ville. En effet, sans les fours-à-chaux, - 6 -
alimentés par le charbon de bois, les bourgeois de cette ville n'auraient
pu agrandir, perfectionner, restaurer et défendre des fortifications
garantes, durant huit siècles, de leur sécurité, c'est-à-dire de leurs
libertés, de leurs franchises et de leurs privilèges.
Je pense aussi à la première exploitation du fer dans nos régions,
aux forges gauloises, à l'industrie du fer pendant les années heureuses
de la Gaule Romaine.
Il s'agissait en. 1'occurence, comme je viens de le dire, de charbons
de bois : mais bois et charbons n'appartiennent-ils pas au même cycle
éoologique? J'évoque aussi, plus près de nous, ce 19ème siècle qui a vu
1'eclosión et le développement de notre industrie métallurgique, qui,
sans l'apport du charbon n'aurait jamais pu atteindre le niveau actuel,
une industrie qui économiquement, mais aussi politiquement, a fait vivre
et survivre notre petit pays.
Entièrement tributaire des autres pays en ce qui concerne les
sources d'énergie, et en ce qui concerne notre industrie métallurgique
plus spécialement tributaires des charbonnages de nos voisins, nous
sommes conscients de la valeur vitale que constitue la collaboration
internationale dans ce domaine de l'énergétique.
Nous espérons que le génie inventif de l'homme trouvera des sources
d'énergie autres que-celles, classiques, que nous connaissons, afin que
les pays démunis de ces moyens ne soient plus à la grâce d'une crise
politique et militaire ou d'un geste de mauvaise humeur.
Mais nous espérons surtout que par delà les Communautés européennes,
économiques et bientôt politiques, tous les pays mettront en commun,
dans une juste et fraternelle répartition les ressources qu'une nature
généreuse a mis à la disposition des hommes pour qu'ils vivent mieux
dans un monde meilleur.
Voilà les voeux que je forme en vous souhaitant à toutes et à
tous un agréable séjour sous les portiques de la ville européenne de
Luxembourg et dans les murs de notre vieille cité. OP Elf EST L'INDUSTRIE CHARBONNIERE IE LA COWTONAUTE?
Exposé d'introduction présenté à l'occasion des Journées d'infornation
"Chantiers d'abattage à haute performance dans les charbonnages",
29/30 septembre 1976 à Luxembourg,
par
E. Reichert, Directeur "Charbon" à la Direction Générale
de l'Energie de la Commission des Communautés Européennes
Mesdames, Messieurs,
Les Journées d'information de la Commission des Communautés européennes
dans le secteur de la recherche charbonnière ont été consacrées cette année
aux "Chantiers d'abattage à haute performance dans les charbonnages". Je
suis extrêmement satisfait du ohoix de ce thème et de ce que celui-ci puisse
faire l'objet d'un symposium de trois jours. C'est une preuve de l'énorme
progrès que la technique minière européenne a réalisé ces 20 dernières
années. L'industrie extractive et l'industrie des équipements miniers de
la Communauté européenne peuvent, dans le domaine de l'exploitation par
grandes tailles, revendiquer le droit d'être classées parmi celles qui
sont à la pointe du progrès mondial.
Le thème même de la taille à haute performance indiqua la direction dans
laquelle s'est engagée la rationalisation positive des charbonnages dans
la Communauté, rationalisation à laquelle la concurrence des prix à soutenir
contre toutes sortes d'énergies rivales les contraint sur un marché où les
facteurs économiques sont puissamment manipulés. Dépassant leur objectif
immédiat, les Journées d'information que nous avons organisées doivent
montrer à l'opinion publique que les charbonnages, souvent considérée par
elle comme une lourde charge en raison des subventions dont ils bénéficient,
font preuve d'esprit d'innovation et ont accomplis en une vingtaine
d'années un progrès considérable aux points de vue de la technique et
du rendement. Que les efforts déployés par la technique minière pour
arriver & de hautes performances comportent des problèmes, c'est un fait
que nous ne chercherons pas à dissimuler. I.
Il est aujourd'hui incontestable que le charbon - quelle que soit d'ailleurs
son origine géographique - doit foroément oontribuer à long terne a l'appro­
visionnement de la Communauté en énergie. Quant a savoir quelle peut 8tre
la part du charbon conanmautaire dans cet approvisionnement, c'est une
question qui demande sans cesse à Stre réexaminée lucidement. Bien que oe
soit à leur honneur, les charbonnages Bont malheureusement parfois désavan­
tagés par le fait que les conditions techniques et économiques dans lesquels
ils doivent travailler sont transparentes et connues de tous, oe qu'on ne
peut pas toujours dire des conditions de travail de leurs concurrents dans
le secteur de l'énergie. J'essaierai de vous montrer à l'aide de ohiffres,
et notamment de chiffreB convertis en diagrammes, la situation dans laquelle
se trouvent actuellement les charbonnages de la Communauté. Nous n'entrou­
vrirons pas plus la boîte de Pandore des prévisions énergétiques et des
promesses politiques que cela ne sera nécessaire pour comprendre les
problèmes.
Les réserves de charbon des quatre pays producteurs (Belgique, République
fédérale'd'Allemagne, France et Royaume-Uni) permettent de supposer qu'il
sera aisément possible d'assurer une contribution du charbon communautaire
à l'approvisionnement & long terme. Il ne faudrait toutefois pas invoquer
à l'appui de cette assertion des chiffres qui, selon les oritèrea techniques
et économiques, doivent être qualifiés d'utopiques. Pour chacun des quatre
pays producteurs, on dispose de plusieurs évaluations, parfois trèB diffé­
rentes, dea réserves) au total, ces évaluations donnent un chiffre compris
entre 26 et 38 milliards de tonnes. Les ohiffres nationaux, du fait qu'ils
sont établis BUT la base de critères différents, ne sont pas encore
comparables entre eux. Les uns semblent surestimés, les autres semblent
se tenir à la limite inférieure. On peut en tout cas Be féliciter de la
création, dans le cadre de l'Agence Internationale de l'Energie, d'une
banque de donnéeB BUT les réserves mondiales de charbon à l'aide de laquelle
il sera un jour possible d'obtenir des indications valables et comparables
pour tous les pays producteurs de charbon.
Les spécialistes attirent maintenant l'attention sur le fait que la nécessité
de réaliser des économies de coûts en relevant constamment le rendement a
entraîné un certain déséquilibre de la technique minière en obligeant à
intensifier l'exploitation Bélective des gisements. Su fait de la rationali­
sation positive, par exploitation entièrement mécanisée de veines en plateure

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.