Caractérisation et évaluation économique de la vulnérabilité des exploitations agricoles aux inondations

174 lecture(s)

Domaine: Sciences de l'Homme et Société
L'échec des politiques structurelles de gestion des inondations à réduire les dommages a orienté les décideurs publics vers la restauration de zones de rétention et la réduction de la vulnérabilité. L'évaluation économique de ces politiques requiert une évaluation fine des dommages agricoles car ils contribuent fortement à déterminer leur efficacité. Or, les méthodes existantes n'intègrent que les pertes de récolte. Considérant que la vulnérabilité des exploitations agricoles dépend de la sensibilité et de la capacité à se remettre en route, entraînant respectivement des dommages directs et induits sur l'activité, nous proposons un modèle conceptuel de vulnérabilité permettant l'évaluation de l'ensemble de ces dommages. Trois profils d'exploitants sont définis selon la possibilité de mobiliser des ressources externes (main d'œuvre et matériel) pour la remise en route. Le profil Interne ne dispose d'aucune ressource externe contrairement aux profils Prestation et Solidarité. Après implémentation, le modèle a permis d'évaluer les dommages de trois exploitations types sur le Rhône aval avec une valorisation financière puis économique. Les dommages supportés par les exploitants de profil Interne sont plus élevés que ceux des deux autres profils. Les dommages évités par la mise en place de mesures de réduction de la vulnérabilité sur ces trois exploitations sont ensuite évalués. Nous montrons que les mesures sont plus efficaces et peuvent être mises en œuvre avec un ratio bénéfice-coût supérieur à un, pour les exploitations fréquemment inondées. Elles sont également plus efficaces pour les profils Interne, la mise en œuvre de la solidarité se dégageant comme une mesure intéressante pour toutes les exploitations.

lire la suite replier

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
sciences_de_l-homme_et_societe
publié par

s'abonner

Vous aimerez aussi

UNIVERSITÉ MONTPELLIER I
FACULTE D’ÉCONOMIE
École Doctorale Économie et Gestion de Montpellier
UMR G-EAU


CARACTÉRISATION ET ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DE
LA VULNÉRABILITÉ DES EXPLOITATIONS AGRICOLES AUX
INONDATIONS


Thèse présentée pour obtenir le grade de

DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ MONTPELLIER I

Groupe des disciplines Sciences Économiques du C.N.U

Section 05

Soutenue publiquement le 12 décembre 2011 par

Pauline BRÉMOND
Sous la direction de Michel GARRABÉ

Jury :
Rapporteur Marc BENOÎT, Directeur de Recherche, INRA SAD Pierre PICARD, Professeur à l’École Polytechnique
Examinateur Dominique BUREAU, Professeur à l’École Polytechnique et délégué
général du Conseil économique pour le développement durable
Examinatrice Hélène REY-VALETTE, Maître de Conférences HDR, Université
Montpellier 1
Directeur de thèse Michel GARRABÉ, Professeur à l’Université Montpellier 1
Encadrant Frédéric GRELOT, Chercheur économiste au Cemagref



tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012

tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012














« La faculté n’entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans
cette thèse ; ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur ».











i

tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012Caractérisation et évaluation économique de la vulnérabilité des exploitations agricoles aux
inondations
Résumé :

L’échec des politiques structurelles de gestion des inondations à réduire les dommages a orienté les
décideurs publics vers la restauration de zones de rétention et la réduction de la vulnérabilité.
L’évaluation économique de ces politiques requiert une évaluation fine des dommages agricoles car
ils contribuent fortement à déterminer leur efficacité. Or, les méthodes existantes n’intègrent que les
pertes de récolte. Considérant que la vulnérabilité des exploitations agricoles dépend de la sensibilité
et de la capacité à se remettre en route, entraînant respectivement des dommages directs et induits
sur l’activité, nous proposons un modèle conceptuel de vulnérabilité permettant l’évaluation de
l’ensemble de ces dommages. Trois profils d’exploitants sont définis selon la possibilité de mobiliser
des ressources externes (main d’œuvre et matériel) pour la remise en route. Le profil Interne ne
dispose d’aucune ressource externe contrairement aux profils Prestation et Solidarité. Après
implémentation, le modèle a permis d’évaluer les dommages de trois exploitations types sur le
Rhône aval avec une valorisation financière puis économique. Les dommages supportés par les
exploitants de profil Interne sont plus élevés que ceux des deux autres profils. Les dommages évités
par la mise en place de mesures de réduction de la vulnérabilité sur ces trois exploitations sont
ensuite évalués. Nous montrons que les mesures sont plus efficaces et peuvent être mises en œuvre
avec un ratio bénéfice-coût supérieur à un, pour les exploitations fréquemment inondées. Elles sont
également plus efficaces pour les profils Interne, la mise en œuvre de la solidarité se dégageant
comme une mesure intéressante pour toutes les exploitations.

Mots-clés : vulnérabilité, dommages, modélisation systémique, inondation, analyse coût-bénéfice

Characterization and economic evaluation of farm vulnerability to flooding
Abstract:

The failure of structural flood control to mitigate economic losses has lead to a shift towards new
policies: floodplain restoration and vulnerability reduction. The economic appraisal of these policies
requires an in-depth evaluation of agricultural damage as they are key indicators to determine the
efficiency of these policies. However, existing methods only consider harvest loss. We consider that
farm vulnerability depends on sensitivity and ability to recover leading respectively to direct damage
and induced damage on activity. Based on this, we propose a vulnerability model which allows
evaluating the whole of these damages. Three farmer’s profiles are defined depending on their
ability to access to external resources (workforce and equipment) to recover after flooding. The
“Internal” profile has no external resource as opposed to the “Service” and “Solidarity” profiles which
can respectively rely on service providing and solidarity. The model is applied to evaluate damages
on three farm types of the Rhône River downstream area with a financial and economic valuation.
This reveals that damages endured by the profile “Internal” are much higher than those of the two
other profiles. Then, avoided damages resulting from the implementation of mitigation measures to
reduce vulnerability are evaluated. We prove that these measures are more efficient and can be
implemented with Benefit-Cost ratio higher than one, only for the frequently flooded farms.
Mitigation measures are also more efficient for the profile “Internal”. To organize solidarity between
farms emerges as one of the most interesting measure for all farm types.

Keywords: vulnerability, damage, systemic modeling, flooding, Cost-Benefit Analysis

UMR G-EAU CEMAGREF
361 rue JF Breton, BP 5095,34196 MONTPELLIER Cedex 5
iii

tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012


« Au sein de cet environnement instable et turbulent, un seul élément reste constant :
le changement.»
èmeTenzin Gyatso, 14 Dalai Lama



Aube sur Isawa, Trente six vues du mont Fuji,
Katsushika Hokusai (1760-1849)


À Anthony,

À Fabian,

À mes parents.
v

tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012REMERCIEMENTS

Étant convaincue de l’importance de l’interdépendance dans notre vie, c’est avec un grand
plaisir que je remercie tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement de ce travail.

Je tiens d’abord à remercier ceux qui ont accompagné et guidé l’élaboration de ce travail
depuis le début : Frédéric Grelot pour son attention quotidienne et son dynamisme ainsi que Michel
Garrabé qui a su m’apporter ses conseils avisés pour faire aboutir ce travail.

Je remercie Pierre Picard et Marc Benoît d’avoir accepté d’être rapporteurs de cette thèse.
Mes remerciements vont également à Dominique Bureau et Hélène Rey-Valette pour avoir participé
au jury de soutenance.

Je tiens également à remercier les membres du comité de thèse qui ont accompagné avec une
grande ouverture d’esprit l’évolution du questionnement. Un merci particulier à Nicolas Bauduceau
qui a fait les déplacements jusqu’à Montpellier pour partager son expertise sur la question. Merci
également à Jean Stéphane Bailly pour sa réactivité et ses bons conseils qui m’ont accompagnée
jusqu’aux derniers moments de la rédaction. Merci également à Gilles Belaud pour avoir partagé ses
compétences en hydraulique.

Mes remerciements vont également aux personnes de la mission Rhône, en particulier Anne
Laure Soleilhavoup, Mathieu Métral, Aurélie Roy, Magali Dupont, de la DREAL Rhône Alpes, Claire
Floury de l’Agence de l’Eau RMC, qui ont montré un intérêt constant à la problématique de recherche
et nous ont permis d’enrichir les développements conceptuels et théoriques par une application sur
la basse vallée du Rhône en participant au financement du projet « Évaluation de la Vulnérabilité
Agricole ».
Je remercie vivement les personnes des Chambres d’Agriculture qui ont participé aux comités
de pilotage : Mireille Brun, Marie Christine Bidault, Christelle Macé et plus particulièrement Guy
Marjollet et Benoit Lescuyer sans qui l’ancrage de terrain de cette thèse n’aurait certainement pas eu
la même ampleur. Merci également à Marie-Thérèse Arnault pour nous avoir permis d’accéder aux
données d’enquêtes sur les diagnostics de vulnérabilité.
C’est grâce à ce projet que j’ai eu l’immense plaisir de travailler avec Céline Blanc pendant plus
d’un an, au cours duquel nous avons réalisé ensemble les entretiens et rédigé le rapport « Évaluation
de la Vulnérabilité Agricole » (Blanc et al., 2010). Les mots sont un peu faibles pour qualifier la
bouffée de dynamisme et d’optimisme que cela a apporté à mon travail. Merci pour cette belle
expérience tant professionnelle qu’humaine.
Je tiens également à remercier ici Géraldine Abrami pour les sessions de modélisation qui ont
énergiquement contribué à l’élaboration et à la formalisation de ce modèle.
Concernant la modélisation, après la formalisation du modèle conceptuel, l’implémentation a
été un énorme travail que je n’aurais pas pu mener à bout sans les compétences et la disponibilité de
Frédéric. Merci pour ces nombreuses séances de travail desquelles ont découlé R-EVA ! Merci aussi à
notre geek préféré, Jean Emmanuel, pour ses conseils sur la décoration. Un seul petit regret : si tu
avais bien voulu coder en R avec nous, le modèle aurait pu s’appeler ManuREVA...

La collecte de données et la réalisation des entretiens ont constitué un temps important de la
thèse. Ce travail de longue haleine mais crucial n’aurait pas été aussi stimulant sans les nombreuses
personnes compétentes rencontrées.
Pour les données « Calamité Agricole », je tiens à remercier Jean Luc Bonicel, Sybille Slattery-
Oettinger et Anne Tyvaert du Bureau du Crédit et de l’Assurance pour la confiance qu’ils m’ont
accordé en autorisant l’utilisation de ces données ; Marc Bailleul du CERIT pour sa disponibilité et les
vii

tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012extractions qu’il a réalisé sur la base de données, en urgence bien sûr ! C’est vraiment très agréable
de travailler avec des gens aussi réactifs. Merci à Florence Forest, responsable du Service Economie
Agricole et Forêt et l’ensemble du personnel informatique de la DRAAF LR pour leur accueil
chaleureux au moment des tentatives d’extraction sur la base de données CALAM. Merci également
à tous les chefs des Services Économie Agricole des DDT qui ont bien voulu m’envoyer leurs barèmes
d’indemnisation lors de ma consultation nationale par mail. J’espère pouvoir leur faire un retour sur
mon travail.
Mes remerciements vont également aux nombreux experts qui nous ont ouvert leurs
connaissances. Merci à Luc Cottencin (DRAAF LR) pour sa disponibilité et sa connaissance des
données sur l’agriculture (RGA, enquêtes pratiques…), Carine Casse (DDT du Gard) pour son expertise
sur les calamités agricoles.
Merci à tous les spécialistes rencontrés : Anne Claire Durel (CER du Gard) ; Yves Nouet et
Philippe Caillol (CA du Gard) ; Mathieu Vincent, spécialiste de la pomme qui a répondu à nos
nombreuses sollicitations ; Christian Hilaire, Raphael Tisiot du CTIFL de Ballandran ; Jean Louis
Branger, enseignant à l’EPLEFPA de Nîmes Rodilhan qui a partagé sa connaissance de la vigne ; Eric
Delpon chef d’exploitation du domaine de Lavalette, Philippe Braun (Arvalis), Gérard Féougier
(centre français du riz).
Merci également à Eric Gilbert pour ses informations sur l’hydrologie du Rhône.
Les enquêtes auprès des exploitants restent un souvenir très fort, souvent émouvant, et je
remercie vivement tous ceux qui ont bien voulu répondre à nos interrogations. J’ai souvent pensé à
eux en écrivant et ils ont largement contribué à ma motivation.
Je tiens particulièrement à remercier Philippe Cavalier pour son soutien et la confiance qu’il a
bien voulu nous accorder.

Je remercie vivement tous les membres de l’UMR G-EAU pour avoir, au cours des séminaires
d’équipes, contribué à faire avancer mon travail de façon constructive.
Je tiens, en particulier, à remercier Nils pour ses questions déconcertantes qui font réfléchir et
son initiation à Net logo appliquée à la modélisation de la vulnérabilité des exploitations ; Gabrielle,
pour sa façon constructive de m’avoir parfois engagée à regarder les choses sous d’autres
perspectives, nous avions commencé à discuter du rôle de la solidarité et c’est une des conclusions
importantes de ma thèse.
Merci également à Sylvie, Laetitia et Jean Louis qui ont discuté mes papiers au cours des
doctoriales G-eau, chacun avec une perspective différente mais qui m’a aidé à structurer mes idées.
Je remercie Olivier, Katrin et Sylvie pour m’avoir initiée aux différents types de modélisation.
Merci à Myriam pour son aide à la réalisation des cartes. Merci à Anne Laurence pour son soutien sur
le sprint final. Merci à Audrey, Joana et Séverine pour nos réflexions sur la thématique des
inondations. Merci plus largement à Marielle, Sébastien, Guy pour nos discussions. Un merci
particulier à Vincent pour sa question à la conférence EAAE de Giessen sans laquelle je me serai
sentie un peu incomprise.
Merci à l’ensemble des assistants et assistantes : Nicolas, Kérel, Lina, Carmen pour leur aide
précieuse dans notre travail de recherche. Merci aussi à Marie Claude pour son aide informatique.
Je remercie vivement Patrice et Dominique qui m’ont accordé leur confiance et ont soutenu ce
projet de thèse.
Je tiens également à remercier Jean Philippe Torterotot pour l’intérêt qu’il a porté à mes
travaux et son soutien qui a grandement contribué au fait que je vais pouvoir continuer à les
développer.

Merci à Joseph Weinzaepfel qui m’a permis de mettre en œuvre ce projet en m’accordant un
grand degré de liberté. L’expérience de collaboration avec l’EPLEFPA de Rodilhan a enrichi mon
travail. Merci à tous les personnels de l’EPLEFPA pour leur attention bienveillante : Véronique, Jean
Laurent, Stéphanie, Chantal, Greg, Aurélie, Françoise et tous les autres.
viii

tel-00656442, version 2 - 5 Jan 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.