Lutte contre l'érosion et dynamique du couvert végétal dans la région du Yatênga (Burkina Faso)

De
Publié par

Ecole: UNIVERSITE D\'ORLEANS
Entreprise: aucune
Niveau: BAC + 5
Dans la région du Yatênga (Burkina Faso), beaucoup de solutions techniques ont été testées et mises en place pour lutter contre la dynamique de dégradation du milieu amorcée au cours du XXème siècle. En conjuguant l'observation de photographies aériennes prises à différentes dates et des mesures sur la structure spatiale du couvert végétal, cette étude met en évidence l'impact à long terme d'aménagements anti-érosifs sur la dynamique du milieu naturel au sein de deux sites aménagés en fossés de diversion et d'infiltration au milieu des années soixante.
Publié le : vendredi 23 septembre 2005
Lecture(s) : 143
Nombre de pages : 91
Voir plus Voir moins
LESTRELIN Guillaume
Date de création : Date de dépôt : Niveau :
01.07.2001 23.09.2005 BAC + 5
Lutte contre l'érosion et dynamique du couvert végétal dans la région du Yatênga (Burkina Faso)
UNIVERSITE D'ORLEANS UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines Département de Géographie-Aménagement
DEA Aménagement, Développement, Environnement Option B : Politiques du développement et de l'environnement : Normes et acteurs
ANNEE UNIVERSITAIRE 2000-2001 MEMOIRE DE RECHERCHE
LUTTE CONTE RL'EROSION ETDYNAMIQUE DU COUVERT VEGETAL DANSLAREGIONDU YATENGA(BURKINAFASO) 
LE CAS DESAMENAGEMETN SDU GERES
 
LESTRELIN Guillaume RESPONSABLE DU STAGE : M. Jean-Pierre DELHOUME
Mémoire de DEA ADEn (2001)
LUTTECONTREL'EROSIONET DYNAMIQUUD EUOC TR EV VEGETAL DANSLA REGIONDUYATENGA (BURKINAFASO)
DEA ADEn Mémoire de recherche
LE CAS DESAMENAGEME SDTNU GERES
Directeur de recherche :Mme Yveline PONCET Responsable du stage :M. Jean-Pierre DELHOUME Laboratoire d'accueil :Centre IRD de Ouagadougou Membres du jury : Mme Yveline PONCET M. Jean-Pierre DELHOUME M. Jean-Louis DEVINEAU
Réalisé parGuillaume LESTRELIN
Soutenu le 14 septembre 2001
Guillaume LESTRELIN
2
Mémoire de DEA ADEn (2001)
Mots-clefs
Guillaume LESTRELIN
Zone soudano-sahélienne  Yatênga  Aménagements anti-érosifs  Dynamique du couvert végétal  Photographies aériennes
Résumé
Dans la région du Yatênga (Burkina Faso), beaucoup de solutions techniques ont été testées et mises en place pour lutter contre la dynamique de dégradation du milieu amorcée au cours du XXème siècle. En conjuguant l'observation de photographies aériennes prises à différentes dates et des mesures sur la structure spatiale du couvert végétal, cette étude met en évidence l'impact à long terme d'aménagements anti-érosifs sur la dynamique du milieu "naturel" au sein de deux sites aménagés en fossés de diversion et d'infiltration au milieu des années soixante.
Key words
Sudano-sahelian zone  Yatênga  Structures against erosion  Dynamics of plant cover  Aerial photographs
Abstract
In the Yatênga region (Burkina Faso), a lot of technical solutions have been tested and realized to fight the environmental degradation dynamics initiated in the XXthcentury. Associating the observation of aerial photographs taken at different times and measures of the spatial structure of plant cover, this study characterizes the long term impact of structures against erosion on the environmental dynamics in two sites treated in the middle of the sixties with diversion and infiltration ditches.
3
Mémoire de DEA ADEn (2001)
Table des matières
Guillaume LESTRELIN
INTRODUCTION .................................................................................................................... 6
1.PRESENTATION DU YATENGA ............................................................................... 8
2.
1.1. LOCALISATION GEOGRAPHIQUE................................................................................ 8 1.2. LES CARACTERES HUMAINS...................................................................................... 9 1.2.1.Une région densément peuplée ........................................................................... 9
1.2.2. 10D'importants flux migratoires...........................................................................
1.2.3.Les activités humaines ...................................................................................... 11
1.3. LE MILIEU"NATUREL 13 .............................................................. ........" .. .... ................
1.3.1.Les caractéristiques climatiques....................................................................... 13
1.3.2. ...................................................................................... 17Le substrat géologique
1.3.3.Le modelé .......................................................................................................... 18
1.3.4.Les sols.............................................................................................................. 19
1.3.5. 21La végétation.....................................................................................................1.4. LA DEGRADATION DU MILIEU................................................................................. 23 1.4.1. ............................................................. 23Une région "naturellement sensible" ?
1.4.2. .................................................................................... 24Les motifs anthropiques
1.4.3.La lutte contre la dégradation .......................................................................... 25
METHODOLOGIE ...................................................................................................... 29
2.1. DECRIRE LA DYNAMIQUE DU MILIEU....................................................................... 29
2.1.1.Une échelle temporelle ..................................................................................... 29
2.1.2. 29Deux niveaux spatiaux d'observation ...............................................................
2.2.
2.3.
2.4.
DECRIRE L'ETAT DU MILIEU:UN INDICATEUR......................................................... 31 CROISER LES INFORMATIONS.................................................................................. 32
SOURCES DE DONNEES ET METHODES D'ANALYSE................................................... 33
2.4.1.
2.4.2.
2.4.3.
2.4.4.
2.4.5.
2.5.
Les données photographiques........................................................................... 33
Les données de terrain ...................................................................................... 34
Les données d'enquêtes ..................................................................................... 36
Les données documentaires .............................................................................. 36
Utilisation des données ..................................................................................... 37
CHOIX DES SITES D'ETUDE...................................................................................... 38
4
Mémoire de DEA ADEn (2001)
Guillaume LESTRELIN
3.PRESENTATION DES RESULTATS ....................................................................... 39
3.1. DESCRIPTION DES SITES.......................................................................................... 39
3.1.1.Le périmètre du GERES.................................................................................... 39
3.1.2.Le site de Nabelissigo ....................................................................................... 41
3.1.3.Le site de Son .................................................................................................... 42
3.2. IDENTIFICATION DES UNITES PHYSIONOMIQUES...................................................... 44
3.3. NABELISSIGO.......................................................................................................... 45
3.3.1. ................................................................................................. 45De 1952 à 1973
3.3.2.De 1973 à 1996 ................................................................................................. 46
3.3.3.Analyse .............................................................................................................. 48
3.4. SON........................................................................................................................ 49 3.4.1. ................................................................................................. 49De 1952 à 1973
3.4.2. ................................................................................................. 51De 1973 à 1996
3.4.3.Analyse .............................................................................................................. 52
3.5. IMPACT DES AMENAGEMENTS................................................................................. 55
DISCUSSION & CONCLUSION ......................................................................................... 56
ANNEXES............................................................................................................................... 59
ANNEXE1DESCRIPTION DES UNITES PHYSIONOMIQUES.................................................... 60
Nabelissigo...................................................................................................................... 60
Son................................................................................................................................... 64
ANNEXE2IDENTIFICATION DES UNITES PHYSIONOMIQUES................................................ 70
Nabelissigo...................................................................................................................... 70
Son................................................................................................................................... 73
ANNEXE3ECOLOGIE DES ESPECES LIGNEUSES RECENSEES................................................ 76
LISTEDESFIGURES...........................................................................................................78
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................. 79
5
Mémoire de DEA ADEn (2001)
Introduction
Guillaume LESTRELIN
Ce mémoire de recherche a été réalisé dans le cadre du DEA "Aménagement, Développement, Environnement" au terme d'un stage d'étude effectué à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) de Ouagadougou (Burkina Faso).
Le cadre régional en est l'ancienne province du Yatênga, au nord du Burkina Faso. Dans cette région soudano-sahélienne, une évolution défavorable des conditions climatiques et démographiques conjuguée à une inadaptation ou "désadaptation" du système rural ont entraîné une importante dégradation du milieu mettant en péril le devenir des populations rurales.
Depuis les années soixante, pour freiner cette dynamique, plusieurs programmes de lutte contre la dégradation ont été mis en place par différents acteurs du développement (organismes étatiques, internationaux et organisations non gouvernementales).
Mais, malgré ces interventions, il semble que la situation ne se soit pas franchement améliorée.
Un certain nombre de travaux scientifiques se sont penchés sur la situation du Yatênga. Au niveau régional, les travaux de Marchal (1983) montrent, de 1952 à 1973, une augmentation de l'emprise des cultures, l'apparition et la multiplication d'espaces improductifs dégradés par la surexploitation et le ruissellement et la réduction des formations végétales denses au profit d'une végétation plus éclaircie, caractéristique de la dégradation du milieu. Et l'actualisation de ces travaux par Ricard (2000) va dans le sens d'une continuation du processus.
Dans le domaine de la lutte contre l'érosion, plusieurs programmes de recherche ont pour objet le développement de pratiques culturales adaptées et de techniques de gestion et de conservation des sols ainsi que la réalisation daménagements contre le ruissellement (Rooseet al,1993 ; Duguéet al,1993 ; Rochette, 1989 ; Lamachère & Serpantié, 1992). Mais la plupart des travaux expérimentaux dans ce domaine ne sont testés que durant deux ou trois années sur des parcelles en défens.
6
Mémoire de DEA ADEn (2001)
Guillaume LESTRELIN
Et parmi les études s'intéressant à l'impact des mesures de conservation des eaux et des sols sur le milieu "naturel" (Hien, ? ; Ganaba & Kiema, 2000 ; Marchal, 1979), rares sont celles qui portent sur plus de dix ans d'histoire d'un espace aménagé.
C'est précisément pour répondre à cette lacune que nous avons choisi d'orienter notre étude vers la recherche de l'influence à long terme d'aménagements anti-érosifs sur la dynamique milieu "naturel".
Dans la première partie, les caractéristiques régionales, humaines et naturelles, sont présentées. Certaines de ces caractéristiques sont directement impliquées dans le processus de dégradation du milieu décrit par la suite. Un bref état des lieux est réalisé ; il concerne l'efficacité des stratégies qui ont été ou sont aujourd'hui employées dans la lutte contre la dégradation.
La seconde partie présente la méthode et les outils que nous avons adoptés pour répondre à la problématique. Les trois premiers chapitres concernent les outils d'observation de l'objet d'étude. Conceptuels quand il s'agit de choisir un "angle de vue" particulier, et concrets quand il faut déterminer les indicateurs d'état les plus adaptés.
Les chapitres suivants détaillent les différentes sources d'informations et la manière dont elles ont été exploitées.
Dans la troisième et dernière partie, nous décrivons les aménagements et les sites sur lesquels nous avons travaillé. Les résultats sont ensuite présentés graphiquement, détaillés par écrit et analysés pour chaque site.
7
Mémoire de DEA ADEn (2001)
1.
Présentation du Yatênga
1.1.
Localisation géographique
Guillaume LESTRELIN
Le Yatênga1 une entité politique très ancienne. Province du Burkina Faso est jusqu'en 1995, elle est aujourd'hui découpée en plusieurs unités administratives (3 provinces et 19 départements) représentant une superficie de 12300 km², soit 4,5 % du territoire burkinabé.
Située dans le haut bassin de la Nakambe (ex-Volta Blanche) entre 13° et 14°15 de latitude nord et entre 1°45 et 3° de longitude ouest, elle partage sa frontière nord avec le Mali.
Figure 1
Localisation du Yatênga au sein du Burkina Faso (d'après réalisation IRD, non publiée)
1"Yatênga : mot formé de Yadega (nom du fondateur du royaume) et de tênga (« terre » en more : la langue parlée par les Moose). Yatênga signifie le pays de Yadega" (Marchal, 1983 : 34).
8
Mémoire de DEA ADEn (2001)
1.2.
Les caractères humains
1.2.1.
Une région densément peuplée
Guillaume LESTRELIN
En 1985, 537 205 d'habitants y sont recensés, soit 6,7 % de la population nationale (Dugué, 1989), majoritairement des Mossi qui partagent la région avec les ethnies Fulbe, Kurumba et Dogon.
Figure 2
Carte des densités de population au Yatênga en 1972 (Source : Marchal, 1983)
La forte densité de population actuelle est liée à un accroissement démographique important : "de 24 habitants au kilomètre carré en 1930 à près de 54 habitants au
9
Mémoire de DEA ADEn (2001)
Guillaume LESTRELIN
kilomètre carré en 1990" (Dugué, Roose & Rodriguez, 1993 : 387). Ainsi, le Yatênga fait partie des régions les plus densément peuplées de l'Afrique de l'Ouest car seuls 7% de l'espace ouest-africain présentent une densité rurale supérieure à 50 hab./km² (Snrech, 1997).
93 % de la population est rurale puisque la seule concentration urbaine est la ville de Ouahigouya, ancienne capitale du royaume mossi et chef lieu de l'actuelle province du Yatênga, avec environ 40 000 habitants.
Izard (1985) évalue à 1540, la date de création du royaume du Yatênga par les Mossi. La société mossi est décrite comme une société de type féodal, à pouvoir centralisé (Savonnet, 1979) dont la stabilité a permis un accroissement démographique régulier et une forte "humanisation" du paysage traduite par un habitat dispersé en nébuleuse et des cultures très étendues.
1.2.2.
D'importants flux migratoires
La région a connu et connaît encore d'importants flux migratoires, externes, dirigés essentiellement vers les pays côtiers comme la Côte d'Ivoire, et internes dirigés vers le sud ouest du pays et les sites aurifères.
Les origines de cette dynamique migratoire remontent en partie à l'époque coloniale. Le royaume mossi du Yatênga devient en 1895 un protectorat français et est intégré dans la Haute-Volta2. Il subit comme l'ensemble du pays les restructurations régionales commandées par les autorités coloniales et une intégration rapide dans lespace monétaire. Considérée comme un réservoir de main d'uvre, la population est alors déplacée au gré des besoins coloniaux, enrôlée dans l'armée lors de la guerre de 1914-1918, puis recrutée autoritairement au service des plantations françaises de Côte d'Ivoire et des grands travaux coloniaux (Izard & Du Bois de Gaudusson, 1994).
En 1960, le pays accède à lindépendance. Mais la situation post- coloniale du Burkina Faso continue dentretenir la dynamique migratoire du fait des modèles de planification et daménagement qui privilégient léconomie de certaines provinces :
2qui deviendra le Burkina Faso en 1984.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.