Victimations, climat et institutions scolaires : essai de reconstruction du concept de violences scolaires comme objet d’étude à partir d’une comparaison Sénégal-France, School institutions, climate and victimizations : towards a reconstruction of the concept of school violence : a comparative study of experiences in Senegal and France

De
Publié par

Sous la direction de Eric Debarbieux
Thèse soutenue le 09 décembre 2010: Bordeaux 2
Deux objectifs sont poursuivis dans le cadre de cette thèse. Le premier est de dresser un état des lieux des victimations scolaires au Sénégal à partir d’un questionnaire administré à quelques 2707 élèves des cycles moyen (équivalent du collège en France) et secondaire (lycée). Quant au second objectif, il est centré sur la recherche d’un cadre explicatif global ainsi que des déterminants sociohistoriques des violences scolaires à travers une comparaison avec les résultats des enquêtes et des travaux conduits en France depuis le début des années 2000. C’est à partir d’un examen des rapports entre déviance, délinquance juvénile et école que le poids des facteurs externes des phénomènes de violences scolaires a pu être relativisé, voire atténué, au profit des facteurs purement institutionnels et endogènes. Le paradoxe qui ressort alors de cette confrontation et de la comparaison, à savoir la relative préservation des élèves sénégalais des violences portées par des camarades et la tendance lourde du développement en France des microviolences dont les personnels enseignants constituent la principale cible, s’explique par la spécificité des systèmes éducatifs tant dans leurs processus historiques d’institutionnalisation, dans leurs modes d’organisation que dans leur fonctionnement quotidien. Ainsi, les violences scolaires au Sénégal se construisent dans le cadre des relations éducatives inspirées de représentations socioculturelles qui légitiment des méthodes pédagogiques plutôt coercitives à travers des rapports de domination établissant le pouvoir de sanction du maître doublé d’une supériorité liée à l’âge et au sexe des membres de la communauté éducative. En France, elles sont tributaires des contradictions entre, d’une part, les conditions et les modalités de l’offre scolaire et, de l’autre, les demandes sociales d’éducation des populations ; elles trouvent alors leurs racines dans l’incapacité du système et de l’institution scolaires à prendre en compte les inégalités sociales, la diversité des profils cognitifs des élèves et de leurs motivations. Il ne reste alors aux plus « désorientés » d’entre eux que des stratégies de survie pour « sauver la face », avec tout ce que cela peut impliquer en termes de transgressions, d’« incidents » et de « perturbations » de l’ordre des classes.
-Institutionnalisation scolaire
-Déviance scolaire
-Violences scolaires
-Arbitraire scolaire
-Châtiment corporel
-Pédagogie coercitive
-Violence sexuelle
-Violence symbolique
-Domination sociale
-Double contrainte
This thesis is driven by two goals. The first one deals with assessing school victimizations/bullying in Senegal using a survey answered by 2707 pupils from middle grade (junior high school in France) and secondary grade (Senior high). Its other goal was to focus on seeking for global explanations as well as sociological and historical grounds for “school victimizations” through a comparison with the studies and unchallenged works carried out in France since the 2000s.Based on a study about the connections between deviancy, juvenile delinquency and school, we’ve found that the influence of external factors driving to school violence phenomena is all relative, even diminished, compared to purely institutional – so internal- factors. This confrontation and comparison bring out a paradox: Firstly, Senegalese pupils are relatively protected from schoolmates’ acts of violence. Secondly, in France, micro-acts of violence aimed at teachers tend to develop increasingly. This can be explained by the specific organization and working of each school system.Thus, school violence in Senegal is shaped by educational relations which are based on cultural representations that justify rather coercive teaching methods. It is obviously reflected in the punitive power of the teacher as well as the superiority of school staff due to their age and their sex. Consequently those facts establish relations of power. The situation in France lies on contradictions between institutional policies –school offers- and social demands in education. The first are linked to paradoxical orders such as, on the one hand, compulsory school attendance and academic success and, on the other hand, ranking and selective assessment which totally neglect the pupils’ cognitive skills. Consequently the latter are left with nothing but survival strategies aiming at “saving face” which implies all kinds of transgressions, incidents and disturbing of order within the class.
-School institutionalization
-School bullying
-School violence
-School system
-School deviancy
-Coercive teaching
-Punitive power
-Sexual violence
-Social domination theory
-Double-bind
Source: http://www.theses.fr/2010BOR21801/document
Publié le : dimanche 30 octobre 2011
Lecture(s) : 72
Nombre de pages : 336
Voir plus Voir moins

Université Victor Segalen Bordeaux 2



Victimations, climat et institutions scolaires :
Essai de reconstruction du concept de violences scolaires comme objet
d’étude à partir d’une comparaison Sénégal-France




Thèse
de
èmeDoctorat de 3 cycle en Sciences Humaines et sociales
Ecole Doctorale des Sciences sociales : Société, Santé, Décision
Mention Sciences de l’Education

Présentée et soutenue en public par

Mamadou Lamine COULIBALY


Sous la direction de Eric Debarbieux,
Professeur à l’Université de Bordeaux 2


Membres du jury :
Michel Latchoumanin, Professeur en Sciences de l’Education, Université de la Réunion,
Rapporteur
Franck Vialle, Maître de conférence, HDR Université de Pau et des Pays de l’Adour,
Rapporteur
J.-C. Sallaberry, Professeur de Sciences de l’Education à l’IUFM de Bordeaux, Président
Catherine Agulhon, MCF, HDR en Sciences de l’Education à l’Université de Paris V
Dominique Groux, Professeur en Sciences de l’Education à l’Université des Antilles-
Guyane
Eric Debarbieux, Professeur en Sciences de l’Education à l’Université de Bordeaux 2



Année universitaire 2009-2010 Thèse n° Université Victor Segalen Bordeaux 2



Victimations, climat et institutions scolaires :
Essai de reconstruction du concept de violences scolaires comme
objet d’étude à partir d’une comparaison Sénégal-France



Thèse
de
èmeDoctorat de 3 cycle en Sciences Humaines et sociales
Ecole Doctorale des Sciences sociales : Société, Santé, Décision
Mention Sciences de l’Education

Présentée et soutenue en public par

Mamadou Lamine COULIBALY


Sous la direction de Eric Debarbieux,
Professeur à l’Université de Bordeaux 2


Jury :
Michel Latchoumanin, Professeur en Sciences de l’Education, Université de la Réunion,
Rapporteur
Franck Vialle, Maître de conférence, HDR Université de Pau et des Pays de l’Adour,
Rapporteur
J.-C. Sallaberry, Professeur de Sciences de l’Education à l’IUFM de Bordeaux, Président
Catherine Agulhon, MCF, HDR en Sciences de l’Education à l’Université de Paris V
Dominique Groux, Professeur en Sciences de l’Education à l’Université des Antilles-
Guyane
Eric Debarbieux, Professeur en Sciences de l’Education à l’Université de Bordeaux 2



Année universitaire 2009-2010 Thèse n°

1































2
Remerciements

Mes sincères remerciements à tous ceux qui m’ont soutenu et qui m’ont convaincu qu’il n’y
avait pas d’âge pour ce type de travail, au professeur Debarbieux pour ses précieux conseils,
sa pression sans relâche et la confiance qu’il m’a accordée, aux personnes qui ont bien voulu
lire et relire le texte pour en améliorer la forme, je pense plus particulièrement à Gérard
Lécrivain, à Peter Gaida et à Caty.

Je remercie très sincèrement le Professeur Michel Latchoumanin et Franck Vialle d’avoir
accepté d’être les rapporteurs de cette thèse, ainsi que le Pofesseur Jean-Claude Sallaberry,
Dominique Groux et Catherine Agulhon d’avoir accepté de participer à ce jury.

Ce travail n’aurait pu aboutir sans la collaboration intense et efficace de Mor Talla Diallo et
des équipes de l’Ecole Normale Supérieure pour l’Enseignement Technique et Professionnel
(ENSETP) qu’il a mobilisées pour la passation des questionnaires, qu’il trouve là toute ma
gratitude.

Nos remerciements vont également à Monsieur Moustapha Sourang, ministre de l’Education
au moment de notre étude, pour nous avoir délivré l’autorisation de visite des établissements
sans délais.

Un grand merci aussi à Ndèye Fall Dieng, étudiante en Master 2 de Sociologie à l’Université
Cheikh Anta Diop au moment de l’enquête et à Aly Ousmane Coulibaly pour leur efficace
collaboration et leur participation à la passation des questionnaires, à Cheikh Coulibaly pour
les travaux d’imprimerie, sans oublier mon frère Mamou et sa femme Adama qui nous ont
bien fait profiter de leur hospitalité et de leur maison à proximité d’un de nos lieux d’enquête.




3
















A la mémoire de mon père, Norou, et de mon frère Lamine qui m’a beaucoup
aidé et soutenu dans la réalisation de ce travail avant de nous quitter un matin
d’octobre 2008.


























4Sommaire 5

Introduction 13

Chapitre 1 : Les violences à l’école : Essai de reconstruction d’un objet d’étude 37
I – Déviance, délinquance, et violences à l’école : quels rapports ? 37
1- De la délinquance générale à la délinquance juvénile 37
2- La délinquance juvénile : une question sociale qui a traversé le XXe siècle … 40
3- Education, déviances et violences à l’école : pour une reconstruction d’un lien
épistémologique 45
3-1- Déconstruire la notion de violences à l’école : une nécessité 45
3-2- De la définition empirique de la notion de violences à l’école 47
3-3- … au concept sociologique de violences scolaires 53

II – Reconsidérer la violence comme catégorie scientifique et sociologique 60
1- Le concept de violence en sociologie 60
2- La sociologie de la déviance peut-elle s’appliquer aux violences à l’école 63
2-1- La théorie de l’intégration et du contrôle social 63
2-2- Le poids des facteurs socioéconomiques est-il déterminant ? 68
2-3- L’environnement physique constitue-t-il un facteur déterminant
des violences à l’école ? 71
3- Les systèmes éducatifs comme institutions 75
3-1- Institution et institutionnalisation dans la littérature sociologique 76
3-2- L’école comme institution et comme système d’action autonome 80


Chapitre 2 : Victimations et climat scolaire au Sénégal : présentation des résultats 85
I – Le Sénégal : caractéristiques socioéconomiques et géographie scolaire 86
1- Les caractéristiques socioéconomiques 86
2-La configuration scolaire du Sénégal 87

II – L’échantillon et les résultats de l’étude 89
1- L’échantillon et le terrain d’étude 89
52- Le sentiment de violence dans les établissements scolaires au Sénégal 93
2-1- Un sentiment de violence relativement modéré au Sénégal 94
2-2- Mais des disparités selon les établissements 95
3- L’état des lieux des victimations scolaires au Sénégal 101
3-1- Les coups portés par les élèves sur d’autres élèves 101
3-2- Les jets de cailloux 104
3-3- Les insultes 105
3-4- Les pratiques d’expropriation 108
4- Sentiment de violence et victimations : des relations complexes 113
5- Sentiment de violence, climat scolaire et victimations : des relations indécises 119
5-1- La notion de climat scolaire 119
5-1-1- La mesure du climat scolaire 119
5-1-2- Les composantes du climat scolaire 121
5-2- Victimations et climat scolaire : la métaphore de la poule et de l’œuf 125


III - Les violences scolaires à l’épreuve de la comparaison internationale 128
1 – L’analyse comparative et ses exigences méthodologiques 128
2 – Les résultats issus de la comparaison Sénégal/France 131
2 - 1 – Des taux de prévalence spécifiques aux systèmes éducatifs 131
2 - 2 – Les relations entre sentiment de violence, climat scolaire et victimations : une portée
essentiellement contextuelle ? 132
2-3 – A la recherche des significations des violences entre pairs dans les deux contextes
nationaux 136
2-3-1 – Les coups 136
2-3-2 – Les insultes 137
2-3-3 – Le racket 138
2-3-4 – Les vols « ordinaires » 139
3 – Les punitions 140


6Chapitre 3 – L’emprise institutionnelle et ses conséquences en termes de victimations et
de climat scolaire au Sénégal et en France 144
I- Les systèmes scolaires au Sénégal et en France : des processus de dissociation entre
orientations institutionnelles et demandes sociales d’instruction 146
1- L’école de la IIIe république : genèse et évolutions 146
1-1- Les lois Ferry comme fondement empirique de l’école républicaine 146
1-1-1- L’école française avant les lois Ferry 146
1-1-2- La nouvelle configuration de l’école en France après 1882 150
1-2- L’« école républicaine » comme système d’action spécifique 151
1-2-1- Les objectifs traditionnels de l’institution publique en France 151
1-2-2- L’enseignement élémentaire comme moyen d’élargir
l’« éducation intellectuelle 154
1-2-3- Socialisation scolaire et ordre social 155
1-3- L’expansion scolaire et les nouvelles missions du système éducatif en France 157
1-3-1- Les réformes d’accompagnement de la « démographisation »
scolaire en France 157
1-3-2- L’expansion des effectifs scolaires : un indicateur faible
de démocratisation scolaire 158

2 - Le système éducatif sénégalais et ses particularités 162
2-1- La genèse du système éducatif sénégalais et le poids de l’héritage colonial 162
2-2- Un système éducatif déséquilibré et éclaté dans des missions de poids inégaux 166

II – L’incidence des pesanteurs socioculturelles et institutionnelles en termes de déviances
scolaires 175
1- Des violences scolaires spécifiques en Afrique et au Sénégal 175
1-1- Les châtiments corporels dans l’histoire de l’éducation et
ses justifications fonctionnelles 176
1-2- Châtiments corporels et modes de socialisation en Afrique et au Sénégal 180
1-2-1- L’état des lieux des châtiments corporels aux niveaux moyen et secondaire 181
1-2-2- Les châtiments corporels : fondements culturels ou utilité institutionnelle ? 184
1-3- Les violences sexuelles 193
71-3-1- Les violences sexuelles en milieu scolaire en Afrique subsaharienne : un champ
scientifiquement vierge 193
1-3-2- Les violences sexuelles en milieu scolaire au Sénégal : un état des lieux 196
1-3-3- Les fondements socioculturels des violences sexuelles en Afrique et au Sénégal 198
2- Des violences spécifiquement scolaires dans le contexte français 204
2-1- Les violences en milieu scolaire en France : de la révélation médiatique aux enquêtes de
victimations 204
2-2- Des formes renouvelées de violences scolaires en France 210


Chapitre 4 : pour un modèle explicatif global des violences scolaire 218
I – Des violences scolaires tributaires des intéractions entre l’école et les champs politiques et
sociaux 219

II – Les violences scolaires au Sénégal et en Afrique : des violences dictées à la fois par
l’institution scolaire et l’organisation sociale 225
1 – Les châtiments corporels comme moyen de faire face à des contraintes
Institutionnelles 225
2 – Les châtiments corporels comme catégorie d’une intégration fondée sur la contrainte
physique et la soumission 236
3 – La logique ultra sélective des systèmes éducatifs comme condition d’une pérennisation
des violences physiques « institutionnelles » par les populations et les élèves 241
3-1 – De la sélection comme condition d’une soumission des élèves à l’institution 241
3-2 – L’école comme solution à des finalités immédiates 244

III – Les violences scolaires en France comme réactions aux violences symboliques et aux
contradictions entre l’institution scolaire et le modèle culturel 250
1- L’institution scolaire en France contre la « culture » 251
1-1- L’école comme structure institutionnelle 252
1-2 - De l’ambition des familles au réalisme des élèves 253
1-3 - Des orientations contradictoires dans le système éducatif français 255
2 – L’unification institutionnelle de l’enseignement comme première base des violences
symboliques ? 256
83 – Des programmes et des contenus inadaptés à une instruction de masse ? 259
4 – La « double contrainte » comme structure propice
aux violences scolaires de réaction 260
4-1 – Les contraintes institutionnelles comme cadre du jeu des acteurs 260
4-2 – « Sauver la face en attendant la fin de l’obligation scolaire » 262
4-3 – Des enseignants démunis face aux difficultés d’apprentissage de certains élèves 265
5 – Des tentatives partielles et infructueuses de desserrer l’étau 269
6 - Les limites d’une intégration scolaire fondée sur les règles et l’autorité institutionnelle des
enseignants 275

IV – Les nouvelles perspectives de la recherche sur les violences scolaires 280
1 – « Microviolences », « incidents » et agressivité réactionnelle : les nouveaux paradigmes
des violences scolaires 280
2 – Pour un dépassement des modèles explicatifs statiques des violences scolaires 283
2-1 – L’individu, sa culture et sa socialisation : des facteurs déterminants des passages à l’acte
de violence ? 284
2-2 – Des violences tributaires de l’anomie institutionnelle et organisationnelle ? 285
3 – Perspectives et pistes de futures recherches sur les violences scolaires 287

Conclusion générale 297
Table des tableaux 315
Bibliographie 318
Annexes 328









9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi