Euronorm

De
Publié par

669.14-416-122.2:669.146.99-416-122.2 669.687:620.1 Février 1983 CD. EURONORM Fer blanc électrolytique double réduction: feuilles Qualités, dimensions et tolérances 158-83 SOMMAIRE 1 OBJET 10 DÉTERMINATION DE LA LIMITE CONVENTIONNELLE D'ÉLASTICITÉ À 0,2 % (R„ 0i2) ET DE LA DURETÉ 2 RÉFÉRENCES 10.1 Introduction 10.2 Essai de traction 3 DÉFINITIONS 10.3 Essai de «Springback» (essai de ressort) 3.1 Fer blanc électrolytique double réduction 10.4 Essai de dureté 3.2 Fer blanc double réduction à revêtement différentiel 11 EXIGENCES DIMENSIONNELLES 3.3 États de surface 11.1 Prélèvement des feuilles échantillons 3.4 Passivation 11.2 Épaisseur 3.5 Huilage 11.3 Dimensions linéaires des feuilles 3.6 Livraison 11.4 Tolérances d'équerrage 11.5 C am b rage 4 CONDITIONS DE FABRICATION ET D'UTILISATION 12 CONTRE-ESSAIS 5 CHOIX DES MATÉRIAUX 12.1 Choix des matériaux 12.2 Taux d'étamage 6 TAUX D'ÉTAMAGE 12.3 Propriétés mécaniques 6.1 Généralités 12.4 Contrôles dimensionnels 6.2 Fer blanc électrolytique double réduction à étamage égal 13 DÉSIGNATION CONVENTIONNELLE 6.3 Fer blance double réduction à étamage différentiel 13.1 Généralités 13.2 Exemples 6.4 Taux d'étamage moyen minimum 6.5 Marquage du fer blanc électrolytique dou­ble réduction à étamage différentiel 14 EMBALLAGE CONVENTIONS PARTICULIÈRES 15 7 PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES 8 PRÉLÈVEMENT DE FEUILLES ÉCHANTIL­ ANNFXFS LONS A. Système recommandé pour le marquage des 8.
Publié le : samedi 10 mars 2012
Lecture(s) : 165
Source : EU Bookshop, http://bookshop.europa.eu/
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

669.14-416-122.2:669.146.99-416-122.2
669.687:620.1 Février 1983 CD.
EURONORM Fer blanc électrolytique double réduction: feuilles
Qualités, dimensions et tolérances 158-83
SOMMAIRE
1 OBJET 10 DÉTERMINATION DE LA LIMITE
CONVENTIONNELLE D'ÉLASTICITÉ À
0,2 % (R„ ) ET DE LA DURETÉ 0i22 RÉFÉRENCES
10.1 Introduction
10.2 Essai de traction 3 DÉFINITIONS
10.3 Essai de «Springback» (essai de ressort) 3.1 Fer blanc électrolytique double réduction
10.4 Essai de dureté 3.2 Fer blanc double réduction à revêtement
différentiel
11 EXIGENCES DIMENSIONNELLES 3.3 États de surface
11.1 Prélèvement des feuilles échantillons 3.4 Passivation
11.2 Épaisseur 3.5 Huilage
11.3 Dimensions linéaires des feuilles 3.6 Livraison
11.4 Tolérances d'équerrage
11.5 C am b rage 4 CONDITIONS DE FABRICATION ET
D'UTILISATION
12 CONTRE-ESSAIS
5 CHOIX DES MATÉRIAUX 12.1 Choix des matériaux
12.2 Taux d'étamage
6 TAUX D'ÉTAMAGE 12.3 Propriétés mécaniques
6.1 Généralités 12.4 Contrôles dimensionnels
6.2 Fer blanc électrolytique double réduction à
étamage égal
13 DÉSIGNATION CONVENTIONNELLE
6.3 Fer blance double réduction à
étamage différentiel 13.1 Généralités
13.2 Exemples 6.4 Taux d'étamage moyen minimum
6.5 Marquage du fer blanc électrolytique dou­
ble réduction à étamage différentiel 14 EMBALLAGE
CONVENTIONS PARTICULIÈRES 15 7 PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES
8 PRÉLÈVEMENT DE FEUILLES ÉCHANTIL­ ANNFXFS
LONS
A. Système recommandé pour le marquage des 8.1 Nombre de fardeaux
combinaisons de taux d'étamage sur le fer
8.2e de feuilles blanc électrolytique différentiel
8.3 Emplacement des éprouvettes
B. Propriétés mécaniques
9 DÉTERMINATION DES TAUX D'ÉTA­ C. Méthode volumétrique de détermination du
taux d'étamage (méthode iodométrique) MAGE
9.1 Éprouvettes D. Glossaire des termes utilisés dans le présent
9.2 Méthode de détermination EURONORM
Seule la dernière édition des EURONORM cités fait foi
Tous droits de reproduction réservés aux organismes de normalisation des États membres des Communautés européennes Page 2
1 OBJET
1.2 1.1
Le présent EURONORM s'applique au fer blanc électro­ Le présent EURONORM ne s'applique pas au fer blanc
lytique double réduction en feuilles en acier doux à faible double réduction en bobine, ni au fer blanc simple réduc­
teneur en carbone laminées à froid dans les épaisseurs tion, ni au matériau dont les appellations commerciales
nominales comprises entre 0,14 mm et 0,29 mm inclus, sont tôles étamées, tôles d'acier ou acier revêtu d'un
conformément à la classification selon les propriétés dépôt électrolytique de chrome (TFS).
mécaniques.
2 REFERENCES
Les titres des EURONORM auxquels il est fait référence EURONORM 109: Essais conventionnels de dureté
sont: Rockwell.
EURONORM 11 : Essai de traction sur tôles et feuillards
en acier d'épaisseur inférieure à 3 mm.
3 DEFINITIONS
Note: Pour les besoins du présent EURONORM, les définitions
suivantes sont applicables :
Le produit est également disponible avec d'autres finis de
surface.
3.1 Fer blanc électrolytique double réduction
3.4 Passivation Feuille d'acier doux, à teneur faible en carbone, revêtue
sur ses deux faces d'étain par électro-déposition et dont
Traitement chimique ou électrochimique appliqué à la
l'acier de base a subi une seconde réduction à froid
surface du fer blanc électrolytique en vue d'obtenir une importante après recuit.
meilleure résistance à l'oxydation et une meilleure apti­
tude au vernissage et à l'impression. Le procédé habituel
est un traitement cathodique dans une solution de bichro­3.2 Fer blanc double réduction à revêtement
mate de sodium. différentiel
Fer blanc électrolytique double réduction, dont l'une des
3.5 Huilage faces porte un revêtement d'étain supérieur à celui de
l'autre face.
La surface du fer blanc double réduction est générale­
ment recouverte d'un film très mince d'une huile autori­
sée pour le conditionnement des denrées alimentaires. 3.3 États de surface
Le fer blanc électrolytique double réduction est habituel­
lement fourni avec un fini de surface meule caractérisé 3.6 Livraison <
par l'orientation directionnelle du fibrage du feuillard
impartie par les rouleaux de rectification au dernier stade Quantité de fer blanc double réduction, dont les feuilles
de la seconde réduction, et par une refusion de la couche ont les mêmes dimensions et la même qualité, et prépa­
d'étain. rées pour être expédiées en une seule fois.
4 CONDITIONS DE FABRICATION ET D'UTILISATION
4.2 4.1
Les procédés de fabrication du fer blanc double réduction L'étain utilisé pour l'étamage du fer blanc double réduc­
sont du ressort du producteur. tion doit avoir une pureté au moins égale à 99,75 %. Page 3
Notes : 4.3
Les procédés d'utilisation du fer blanc double réduction 1. Il est recommandé de préciser sur les commandes
quelle est l'utilisation prévue pour le fer blanc double sont du ressort de l'utilisateur.
réduction. Le fer blanc double réduction est moins ductile
Les exigences du client à la commande doivent être com­
(par comparaison avec les produits de simple réduction)
patibles avec l'utilisation finale du produit. (Voir 4.4,
et a des propriétés directionnelles très distinctes.
Note 1).
Quand le fer blanc double réduction est utilisé pour la
fabrication de corps de boîte, il est recommandé que la 4.4
direction du laminage coïncide avec la circonférence de la
Sous réserve de conditions normales de stockage et de boîte, de façon à diminuer les risques de fissuration. C'est
transport, le fer blanc double réduction doit être apte, au pourquoi il est recommandé d'indiquer clairement la
moment de sa mise à disposition, à subir des traitements direction du laminage sur le contrat.
de surface tels que les opérations courantes de vernissage
et d'impression. Les qualités appropriées permettent de 2. Il est conseillé d'informer l'utilisateur de toute modifi­
procéder au pliage et au bordage, ainsi qu'à des travaux cation survenue dans les procédés de fabrication et qui
d'assemblage tels que l'agrafage, le soudage aux métaux serait susceptible d'influer de façon sensible sur les pro­
tendres et le soudage électrique, mais des précautions doi­ priétés du produit commandé. De même, l'acheteur devra
vent être prises pour certaines applications pour tenir informer son fournisseur de toute modification de ses
compte de la ductilité et des propriétés directionnelles du procédés de travail susceptible d'influer de façon sensible
fer blanc double réduction. sur le mode d'utilisation du produit commandé.
5 CHOIX DE MATERIAUX
Le fer blanc électrolytique double réduction de choix 2. Le fer blanc électrolytique double réduction deuxième
standard constitue la production normale des lignes choix est disponible dans certains pays. Il est constitué
d'étamage où sont employées les méthodes habituelles des meilleures feuilles rebutées à partir du choix stan­
d'inspection et de classement. Dans des conditions nor­ dard, mais il contient des feuilles présentant des imperfec­
tions de surface, des défauts dans le dépôt d'étain, des males de stockage et d'utilisation, il doit être apte au ver­
nissage et à l'impression, sur toute la surface de la feuille. défauts dans la forme et d'autres défauts dans une pro­
portion mineure (à l'exception de trous et de matériau
Notes : hors format). L'aptitude au vernissage et à l'impression
1. L'aspect de surface du fer blanc électrolytique double sur la totalité de la surface n'est pas garantie.
réduction est différent de celui du fer blanc électrolytique
simple réduction, et moins régulier.
6 TAUX D'ETAMAGE
Tableau 1 6.1 Généralités
Taux d'étamage du fer blanc électrolytique double réduc­
tion à étamage égal Le taux d'étamage s'exprime en grammes par mètre carré
2(g/m ).
Taux nominal Taux moyen minimal
(voir 6.4) (')
2
Codification g/mLes taux d'étamage moyens minimaux indiqués aux gn r
tableaux 1 et 2 représentent les valeurs minimales admis­ n par total des total des
sibles de la moyenne arithmétique obtenue sur un échan­ face deux faces deux faces
tillon prélevé de la manière indiquée au paragraphe 8 et
analysé de la manière indiquée au paragraphe 9. 2,8 4,9 E2,8/2,8 5,6
10,5 E5,6/5,6 5,6 11,2
E8,4/8,4 8,4 16,8 15,7
Eli,2/11,2 11,2 22,4 20,2
6.2 Fer blanc électrolytique double réduction à
étamage égal
(') La codification est dérivée du taux nominal d'étamage sur chaque
face du fer blanc double réduction.
Les taux d'étamage sont spécifiés au tableau !. Page 4
6.3 Fer blanc électrolytique double réduction à paragraphe 8 et soumis aux essais conformément au
étamage différentiel e 9 ne doit pas être inférieure au taux d'éta­
mage moyen correspondant, spécifié aux tableaux 1 ou 2.
Les taux d'étamage sont spécifiés au tableau 2.
Notes :
Tableau 2
1. Qu'il s'agisse d'étamage égal ou différentiel, il peut
Taux d'étamage du fer blanc électrolytique double réduc­
arriver que certaines éprouvettes d'un échantillon présen­tion à étamage différentiel
tent aux essais des taux d'étamage faibles, n'atteignant
par exemple que 80% du taux d'étamage nominal, mais
Taux nominal Taux moyen minimal il faut rappeler que des éprouvettes isolées ne sauraient
(') (voir 6.4) être représentatives d'un lot. J 2 Codification g/m g/m
o Face Face Face Face 2. Dans la pratique, le producteur s'efforce de fournir le
riche riche pauvre pauvre taux d'étamage nominal, le taux moyen minimal ne se
rencontrant qu'occasionnellement.
D5,6/2,8 5,6 2,8 4,75 2,25
D8,4/2,8 8,4 2,8 7,85 2,25
6.5 Marquage du fer blanc électrolytique dou­D8,4/5,6 8,4 5,6 7,85 4,75
ble reduction à étamage différentiel
D 11,2/2,8 2,8 10,1 2,25 11,2
Pour reconnaître les revêtements différentiels, un mar­Dl 1,2/5,6 5,6 10,1 4,75 11,2
quage doit être apposé sur l'une des faces qui, par
accord, peut être soit la face pauvre, soit la face riche.
{') La codification est dérivée du taux nominal d'étamage sur chaque
Dans tous les cas, l'acheteur devra indiquer clairement face du fer blanc double réduction.
dans sa commande la face à marquer et la face à placer à
l'extérieur de la pile. En général, le marquage est effectué
sur la face riche sous la forme de lignes droites continues,
parallèles et mates d'environ 1 mm de large, conformé­6.4 Taux d'étamage moyen minimum
ment au code donné en annexe A. Si le marquage est
effectué sur la face pauvre une ligne sur deux au moins La valeur moyenne des taux d'étamage de l'échantillon
sera discontinue. choisi pour représenter une livraison conformément au
7 PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES
7.1 7.3
Le client choisit la classe qu'il désire dans le tableau 3 et Il n'existe pas d'essai ou d'ensemble d'essais permettant
le producteur s'efforce de respecter les valeurs spécifiées. de prédire avec exactitude les facteurs qui affectent le
comportement en fabrication du fer blanc électrolytique
double réduction, la considération essentielle étant que la Tableau 3
tôle présente un comportement satisfaisant lors de l'utili­
Propriétés mécaniques
sation prévue. Des désignations de propriétés mécaniques
basées sur des résistances croissantes figurent au tableau
3, bien que technologiquement il ne soit pas normal de Limite conventionnelle Classification d'élasticité visée Dureté Rockwell fixer à ces propriétés des limites rigoureuses.
(allongement 0,2 % visée
non proportionnel) HR 30Tm
2 Nouvelle Ancienne en long — N/mm
DR 550 (DR 8) 550 ± 70 73 ± 3
7.2
DR 620 (DR 9) 620 ± 70 76 ± 3
DR 660 (DR 9M) 660 ± 70 77 ± 3 L'essai de traction (voir Annexe Bl) ou, par convention
entre producteur et client, l'essai de Springback (voir
Annexe B2) ou l'essai de dureté Rockwell superficielle
(voir Annexe B3) doit être utilisé pour évaluer les pro­ Note :
priétés mécaniques. Les échantillons doivent être prélevés
conformément au paragraphe 8. On prendra en considé­ Il est important de distinguer entre HR 30 Τ et HR 30
ration des valeurs moyennes et non des valeurs indivi­ Tm, ce dernier admettant des irrégularités de la face infé­
duelles. rieure des éprouvettes d'essai. Page 5
8 PRELEVEMENTS DES FEUILLES ECHANTILLONS
Si des essais sont effectués pour vérifier la conformité du 8.2.2 Vérification des propriétés
produit aux exigences du présent EURONORM, il
convient d'adopter la procédure ci­après : Dans chaque fardeau choisi conformément à 8.1, le nom­
bre de feuilles prélevées pour le contrôle du taux d'éta­
mage et des propriétés mécaniques sera de 2 par fardeau. 8.1 Nombre de fardeaux
Le nombre de feuilles contenues dans chaque fardeau
pouvant varier entre 1 000 et 2 000, le nombre d'échan­
tillons est spécifié en pourcentage (sauf pour la vérifica­
8.2.3 Vérification des dimensions tion des propriétés).
Pour des lots comportant 4 fardeaux ou moins, chaque
Dans chaque fardeau choisi conformément à 8.1, le nom­fardeau fera l'objet d'un prélèvement particulier. Pour les
bre de feuilles prélevées au hasard correspondra à 0,5 % autres tailles de lots, les prélèvements de fardeaux seront
du nombre de feuilles par fardeau, le résultat étant effectués au hasard à raison de 20% du nombre total de
arrondi au nombre entier le plus proche. fardeaux avec un minimum de 4 fardeaux.
8.2 Nombre de feuilles
8.2.1 Vérification du choix 8.3 Emplacements des éprouvettes
Dans chaque fardeau choisi conformément à 8.1, le nom­
bre de feuilles prélevées au hasard et inspectées corres­ Les éprouvettes seront prélevées aux emplacements indi­
pondra à 1 % du nombre de feuilles par fardeau. qués sur la figure 1.
ι 25 25
200 25
125
25 100 200
.125
ι ι
I I
25 „j ¡. 100
LJ 0
25
X = éprouvettes pour le contrôle du taux d'étamage
Y = s pour essais de dureté et détermination de l'épaisseur locale à l'intérieur d'une feuille
Ζ = échantillons pour l'essai de traction ou l'essai « Springback >·
Figure 1 — Emplacement des éprouvettes Page 6
9 DETERMINATION DES TAUX D'ETAMAGE
9.1 Éprouvettes vent être distantes des rives de la feuille d'au moins
25 mm.
Pour déterminer les taux d'étamage on découpe sur cha­
que feuille prélevée conformément à 8.2.2, trois éprou­
9.2 Méthode de détermination vettes de surface déterminée avec précision et au moins
2
égale à 2 500 mm, se présentant de préférence sous Le taux d'étamage peut être déterminé par toute méthode
forme de disques que l'on prépare soigneusement. Ces d'analyse classique et usuelle (voir cependant 1.2.2). Le
2 2éprouvettes doivent être prélevées soit une au centre de la taux sera exprimé en g/m d'étain, arrondis à 0,1 g/m .
feuille et les deux autres aux extrémités opposées d'une
diagonale (position X de la figure 1), soit, pour les Que les déterminations du taux d'étamage soient faites
contrôles de routine, en des endroits situés au centre et sur des éprouvettes isolées ou sur des éprouvettes grou­
aux rives le long d'une ligne perpendiculaire à la direc­ pées, le taux d'étamage à retenir pour un lot est la
tion du laminage (étamage). Les éprouvettes de rives doi­ moyenne arithmétique de tous les résultats obtenus.
10 DETERMINATION DE LA LIMITE CONVENTIONNELLE D'ELASTICITE A 0,2% (R ) p 0>2
ET DE LA DURETÉ
diamètre, puis à la laisser se détendre. A partir de la 10.1 Introduction
valeur de retrait et de l'épaisseur de l'éprouvette, on défi­
Il existe deux méthodes pour déterminer les valeurs de la
nit un indice de ressort (springback index) exprimé en
limite conventionnelle d'élasticité (R ) du fer blanc p 02 termes de limite conventionnelle d'élasticité à l'aide d'une
électrolytique double réduction. La première, l'essai de
formule de conversion convenable agréée entre les parties
traction classique, donne le résultat le plus précis, mais
(par exemple, formule de Bower).
est relativement lent et exige une préparation très soignée
des éprouvettes. La seconde, l'essai de « springback »
(essai de ressort) a été mis au point pour donner un 10.4 Essai de dureté
résultat d'une précision raisonnable et en même temps
Pour déterminer la dureté sur chaque feuille choisie relativement rapide. Pour les contrôles de routine ce der­
conformément au chapitre 8 deux éprouvettes rectangu­nier essai est en général considéré comme suffisant.
laires de 100 mm x 125 mm sont découpées en des
endroits situés au milieu de deux côtés adjacents, aux 10.2 Essai de traction s marqués Y de la figure 1.
Pour mesurer la limite conventionnelle d'élasticité par un
Trois mesurages sont effectués sur chaque éprouvette essai de traction, sur chaque feuille choisie conformément
(c'est­à­dire six mesurages par feuille prélevée). L'essai au paragraphe 8, deux éprouvettes rectangulaires, dont
HR 30 Tm (ou HR 15 Τ) est effectué de la manière indi­les dimensions approximatives sont 200 mm x 25 mm et
quée en Annexe B3. dont la longueur est parallèle à la direction du laminage,
sont découpées aux emplacements marqués Ζ de la figure Sur les feuilles minces (c'est­à­dire pour des épaisseurs de
1. Les bords des éprouvettes doivent être distants des 0,22 mm et moins) les essais de dureté sont effectués par
rives de la feuille d'au moins 25 mm. On effectue une l'essai HR 15 Τ et, dans ce cas, les valeurs obtenues doi­
mesure sur chaque éprouvette (c'est­à­dire deux mesures vent être converties à l'aide du tableau donné en Annexe
par feuille prélevée). L'essai est effectué par la méthode B3.
décrite dans l'EURONORM 11, mais en accordant une
Les indices de dureté Rockwell donnés au tableau 3 attention particulière aux précautions nécessaires (voir
valent pour des essais avec enclume en diamant sur fer annexe Bl).
blanc désétamé. Les essais de dureté doivent être faits
avant vernissage ou impression. 10.3 Essais de «springback» (essai de ressort)
Pour mesurer la limite conventionnelle d'élasticité par Notes :
l'essai de « springback » (essai de ressort) sur chaque
1. Pour les essais décrits en 10.2 et 10.3, il n'est pas
feuille choisie conformément au chapitre 8, deux éprou­
nécessaire de désétamer l'éprouvette, mais tous les autres vettes rectangulaires, dont les dimensions approximatives
revêtements tels que peinture, vernis et encre d'imprime­sont 150 mm x 25 mm et dont la longueur est parallèle
rie doivent être enlevés de la surface avant l'essai. On
à la direction du laminage, sont découpées aux emplace­
tiendra compte éventuellement des effets de la chaleur
ments marqués Ζ de la figure 1. On effectue une mesure
dégagée au moment du vernissage ou de l'impression qui
sur chaque éprouvette (c'est­à­dire deux mesures par
peuvent jouer sur les résultats des vérifications des pro­feuille prélevée). L'essai est effectué en utilisant l'appareil­
priétés mécaniques. lage d'essai de « springback » modèle G 67 décrit dans
l'annexe B2, en apportant un soin particulier à la prépa­ 2. Pour chacun des paramètres indiqués en 10.2, 10.3 et
ration de l'éprouvette. La méthode consiste à plier 10.4, la valeur moyenne du lot est la moyenne arithméti­
l'éprouvette à 180° autour d'un mandrin de 25 mm de que de toutes les valeurs ainsi obtenues. Page 7
11 EXIGENCES DIMENSIONNELLES
La masse de l'éprouvette doit être déterminée avec une 11.1 Prélèvement des feuilles échantillons
précision de 0,01 g ou meilleure, et l'épaisseur calculée à
0,001 mm près. Les dimensions de l'éprouvette doivent Si l'on procède à des essais de conformité aux spécifica­
être mesurées avec une précision de 0,1 mm. tions du présent EURONORM, la procédure suivante
doit être adoptée :
11.2.3.3
11.1.1 L'épaisseur doit être calculée par la formule suivante:
Masse (g) Les fardeaux échantillons destinés à la vérification des
3Epa.sseur(mm) = („„„2, ,00785 (g/mm ) Surface réell e x 0exigences dimensionnelles sont prélevés de la même façon
que ceux qui sont destinés à la vérification du choix et
des caractéristiques, c'est-à-dire selon la procédure don­ 11.2.3.4 Amincissement de rive
née au chapitre 8. En général, on utilise d'ailleurs les
L'amincissement de rive est le terme utilisé pour définir mêmes fardeaux.
une diminution de l'épaisseur perpendiculairement à la
direction de laminage aux abords de la rive. Il est mesuré
à un endroit situé à 6 mm de la rive ébarbée de la feuille 11.1.2
à l'aide d'un micromètre manuel ou de tout autre disposi­
tif précis adéquat choisi par accord entre producteur et A partir de chacun des fardeaux choisis, on prélève des
client. feuilles au hasard de la manière indiquée au paragraphe
8.2.3.
11.2.4 Tolérances d'épaisseur
11.2 Épaisseur 11.2.4.1
L'épaisseur de chaque feuille prélevée conformément au
paragraphe 11.1 doit être mesurée comme indiqué en
11.2.1 Épaisseurs nominales 11.2.3. L'épaisseur moyenne d'un lot sera la moyenne
arithmétique de toutes les feuilles échantillons contrôlées.
Le fer blanc électrolytique double réduction est normale­
ment livrable dans toutes les épaisseurs nominales multi­
11.2.4.2 ples de 0,01 mm entre 0,14 mm et 0,29 mm inclus.
Cette moyenne arithmétique ne doit pas s'écarter de
l'épaisseur nominale:
11.2.2
a) de plus de ± 2,5 % pour un lot de plus de 20 000
feuilles, Le producteur doit s'efforcer de fournir l'épaisseur com­
mandée. b) de plus de ± 4% pour un lot de 20 000 feuilles ou
moins.
11.2.3 Détermination de l'épaisseur 11.2.4.3 Tolérances sur l'épaisseur nominale de
feuilles isolées
11.2.3.1 Aucune feuille, parmi celles qui sont choisies conformé­
ment à 11.1 et qui sont contrôlées conformément à
Sauf pour déterminer la variation d'épaisseur transversa­ 11.2.3, ne doit s'écarter de l'épaisseur nominale de plus
lement au sens de laminage (voir 11.2.3.2 ci-dessous) de ± 8,5%.
l'épaisseur moyenne d'une livraison doit être déterminée
par pesage des feuilles entières, mesurage de leur surface
11.2.4.4 Tolérances sur l'épaisseur locale d'une et application de la formule donnée en 11.2.3.3. La
feuille masse de la feuille doit être déterminée avec une précision
de 2 g et ses dimensions avec une précision de 0,5 mm. L'épaisseur de l'une des deux éprouvettes déterminées en
L'épaisseur doit être calculée à 0,001 mm près. 11.2.3.3 ne doit pas s'écarter de l'épaisseur moyenne
réelle de la feuille globale déterminée en 11.2.3.1 de plus
de 4%. 11.2.3.2
La détermination de la variation d'épaisseur transversale­ 11.2.4.5 Tolérances d'amincissement des rives
ment au sens de laminage s'effectue sur chaque éprou­
vette Y (voir 11.1.1 et figure 1) par pesage de l'éprou­ L'épaisseur minimale mesurée à 6 mm de la rive ébarbée
vette, mesurage de sa surface et application de la formule ne doit pas varier de plus de 8 % par rapport à l'épais­
donnée en 11.2.3.3. seur nominale spécifiée au centre de la feuille. Page 8
11.3.3 Tolérances sur les dimensions linéaires 11.3 Dimensions linéaires des feuilles
Chaque feuille de l'échantillon doit avoir au minimum les
11.3.1 Détermination des dimensions linéaires dimensions commandées. Aucune dimension ne doit
dépasser la dimension commandée de plus de 3 mm.
Les mesurages doivent être effectués sur l'échantillon
choisi conformément à 11.1, en laissant reposer les feuil­
les sur une surface plane. Les mesurages de longueur et
11.4 Tolérances d'équerrage de largeur doivent être effectués en passant par le centre
de la feuille; ces dimensions sont mesurées à 0,5 mm
Le hors d'équerre est l'écart entre une rive et une ligne près.
droite tirée à angle droit du bord adjacent de la feuille à
partir d'un angle et jusqu'au bord opposé.
11.3.2 Format de la feuille
Pour chaque feuille de l'échantillon, le hors d'équerre ne
Chaque feuille doit permettre l'inscription d'un rectangle doit pas généralement dépasser 0,15% et en aucune cir­
constance il ne doit dépasser 0,25%. aux dimensions de la commande.
Β
\
y
Hors d'équerre = x 100%
Figure 2 — Mesurage du hors d'équerre
écart (D) 11.5 Cambrage x 100
longueur de la corde (L)
Le cambrage est l'écart entre une rive et une ligne droite
Pour chaque feuille de l'échantillon, le cambrage ne doit joignant les deux extrémités de cette rive. Il s'exprime en
pas dépasser 0,15 %. pourcentage par la formule :
W = largeur de la bobine
L = longueur de la corde
D = écart
Figure 3 — Cambrage d'une feuille Page 9
Note relative à l'article 11 Cintrage longitudinal: courbure résiduelle dans le sens du
bobinage après déroulement de la bande;
Cintrage transversal: courbure de la feuille telle que la Les feuilles de fer blanc double réduction peuvent présen­
distance entre les rives parallèles au sens de laminage est ter d'autres particularités, telles que :
inférieure à la largeur de la feuille.
Bavure: Déformation du métal de la feuille due au cisail-
Il n'est pas possible actuellement de définir des méthodes lage, et qui dépasse le plan de la feuille.
de mesure ou de fixer des valeurs limites pour ces parti­
Ondulation des rives longitudinales: déformation verti­ cularités géométriques.
cale sinueuse apparaissant sur la rive de la feuille lorsque
Le producteur doit s'efforcer de limiter autant que possi­cette feuille est placée sur une surface plane;
ble la fréquence et l'importance des bavures, ondulation
Centre long: déformation verticale sinueuse ou ondula­ des rives longitudinales, centre long, cintrages longitudi­
tion de la feuille à des emplacements autres que les rives; nal et transversal.
12 CONTRE-ESSAIS
12.1 Choix de matériaux 12.3 Propriétés mécaniques
Si un échantillon choisi conformément au chapitre 8 ne Si le premier résultat d'un essai n'atteint pas la valeur
satisfait pas aux exigences du chapitre 5, un autre lot
appropriée du tableau 3, une procédure convenable pour
d'échantillons doit être choisi au hasard dans un autre
le contre-essai doit faire l'objet d'un accord entre le pro­
fardeau, à raison de 5% par fardeau, et essayé. Si le ducteur et le client. En cas de litige, seul l'essai de trac­
contre-essai est satisfaisant, la livraison est considérée tion peut être utilisé.
conforme aux exigences du présent EURONORM, sinon
elle est considérée comme non conforme.
12.2 Taux d'étamage
12.4 Contrôle dimensionnel Si la valeur moyenne du taux d'étamage ne répond pas
aux spécifications de la commande, un contre-essai est
Si le résultat d'un contrôle dimensionnel quelconque n'est
effectué avec deux autres séries de feuilles, prélevées sur
pas satisfaisant, une complémentaire doit être
d'autres fardeaux suivant les spécifications du chapitre 8
effectué sur deux lots échantillons supplémentaires choisis et les éprouvettes sont restées comme indiqué en 9.1. Si
parmi d'autres fardeaux selon la procédure indiquée en 8.
les deux nouveaux essais sont satisfaisants, le lot sera
Si les deux contre-essais sont satisfaisants, la livraison
considéré comme répondant aux prescriptions du présent
doit être considérée comme conforme aux spécifications
EURONORM, mais si l'un de ces essais supplémentaires
du présent EURONORM, mais si l'un quelconque des
échoue, le lot sera déclaré non conforme.
contrôles additionnels ne satisfait pas auxs
précitées, la livraison qu'il représente sera considérée Les contre-essais sont faits par la méthode de référence
comme non conforme. de titrage à l'iode spécifiée en annexe C.
13 DESIGNATION CONVENTIONNELLE
en troisième lieu : 13.1 Généralités
Le taux d'étamage conformément aux valeurs ci-dessous:
La désignation conventionnelle abrégée de la qualité doit
Paragraphe 6.2 2,8/2,8; 5,6/5,6; 8,4/8,4 etc. être rédigée de la façon suivante : e 6.3 5,6/2,8; 8,4/2,8; 8,4/5,6.
en premier lieu :
la classe de propriétés mécaniques: DR 550, DR 620,
Finalement, indiquer le mode de marquage désiré pour etc.
les produits à étamage différentiel (voir 6.5) et la face à
en second lieu : placer vers le haut à l'empilage (un autre système de mar­
le mode d'étamage: E (Electrolytique égal), D (électrolyti­ quage peut éventuellement être adopté pour tenir compte
que différentiel) des exigences spéciales à cet égard). Page 10
13.2 Exemples
Désignation abrégée
de la qualité
2Classe de propriétés mécaniques DR 550, revêtement égal 2,8/ 2,8 g/m DR 550 E 2,8/2,8
2Classe dess DR 620,t différentiel 8,4/5,6 g/mR 620 D 8,4/5,6
14 EMBALLAGE
Le fer blanc électrolytique double réduction est habituel- Note:
lement emballé sur une palette fixe en bois, formant un . . . . ..... . ,.
on le lul demande acheteu r dofardeau pesant entre 1 000 et 2 000 kg environ. J , > ' » "»diquer la d.rect.on
des entrées des palettes.
Le nombre de feuilles dans chaque fardeau doit être un
multiple de 100.
15 CONVENTIONS PARTICULIERES
Des conventions particulières entre producteurs et utilisa- et/ou différentes, sous réserve que celles-ci soient compa-
teurs peuvent comporter des conditions supplémentaires tibies avec le présent EURONORM.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.