1ère épreuve de mathématiques 1998 ISFA

Publié par

Examen du Supérieur ISFA. Sujet de 1ère épreuve de mathématiques 1998. Retrouvez le corrigé 1ère épreuve de mathématiques 1998 sur Bankexam.fr.
Publié le : lundi 5 mars 2007
Lecture(s) : 61
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
I. S. F. A. _________
PREMIÈRE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES ________________________________________ Durée : 4 heures
Les calculatrices sont interdites. Les problèmes I et II sont indépendants
I
On noteΓ(t),ψ(t)etϕ(t)les intégrales : = dx Γ(t)xt1 ;ψ(t)= xtx+1dx ;ϕ(t)=oxetx1dx1. x oeoe 1 1°- Justifier pourt>0 lexistence deΓ(t)etψ(t) et, pourt>1, l'existence deϕ(t). 2°- Montrer que, pourt>1,Γ( t )=( t1 )Γ( t1 ). CalculerΓ(n)pournentier strictement positif. Dans la suite du problème on suppose t>1 3°- On noteϕn(t)etψn(t)les suites définies surN*par : n→ ϕn(t)=ex( 1+ex++enx) xt1dxo
n→ψn(t)=ex( 1ex++(1 )nenx) xt1dxo (Il n'est pas demandé de justifier l'existence des intégralesϕn( t )etψn( t ) ( voir 1°-))
Justifier les inégalités : ϕn( t )−ϕ( t )e( n+1 )xxt2dx= Γ( tt1)1o( n+1 ) Γ ψn( t )−ψ( t )e( n+2 )xxt1dx+=( t )to 2 )( n 4°- On pose, pournentier strictement positif : Un( t )=1+21t+..+1tSn( )= −1t+.+(1 )n+1n; . nt 1 2t
Montrer que :
ϕn( t )= Γ( t )×Un+1( t );ψn( t )= Γ( t )×Sn+1( t )Déduire la convergence des séries1 etn+1 n1ntn11(n)t.
En notantU(t)etS(t)de ces deux séries montrer que :les sommes  U ( t ) t )U (1;S( t )S ( t )1. n 1( t )nt1n( n+1 )t
1998
1998-1999 _________
Concours d'Entrée _______________
5°- En étudiant la différenceϕ(t)−ψ(t), établir la relationψ(t)= ϕ(t)×( 12t11). . En déduire l'égalitéS( t )=U ( t )×( 12t11) 6°- Pour calculer une valeur approchée deU(t)on peut :  soit (méthode a) calculerUn( t ) ;soit (méthode b) calculerSn( t )et utiliser la relation obtenue au 5°. On noteαn( t )etβn( t )les majorations des erreurs obtenues en utilisant respectivement: U ( t )Un( t )1t 1 ;( méthode a)S( t )Sn( t )( n+11)t(méthode b) ( t1 )n
Montrer que : β n( tn)=t 1×t 1 αn ( n( t )+1 )t1 1 2t1 En déduire que , pour tout entier strictement positif, on a : βnt(())ttt111 pour1<t<2 αn2×( 21 ) 2×ln( 2 ) βn( t )( t1 )t×1 pourt2αn( t ) tt11 2t1 ( t1 )t Montrer que la fonctiontest croissante sur[2,). Donner sa limite quandttend verstt Montrer que la fonctiont1t11est croissante sur[2 ,)2 Quels commentaires pouvez-vous faire relativement au choix entre les deux méthodes?
II- A On notefetgles fonctions de3dansRdéfinies par : f ( x, y, z )=( x+yt+zt2)2etdt ;g( x, y, z )=2f ( x,2y, z )2 pour(x,y,z)(0,0,0) ox+y+z 1°- Justifier l'existence de l'intégralef(x,y,z). Montrer que la fonctiongest invariante par homothétie. 3 2 2 2°- Soit x, y, z )S= (R / x+y+z2=1 (i) Montrer queSest une partie bornée et fermée de3. En déduire lexistence dun point( x0, y0, z0)deStel que pour tout(x,y,z)deS on aitf ( xo, yo, zo)f ( x, y, z ).  (ii) Montrer que la différentielle de la fonctiongest nulle en( x0, y0, z0) .
1998
3°- On notetVla matrice ligne[x, y, z] ettV0la matrice ligne[x0, y0, z0] .V etV0 désignent les matrices colonnes transposées correspondantes.  (i) Montrer quef ( x, y, z )peut s'écriretV×M×V oùM est une matrice carrée d'ordre 3, symétrique définie positive dont on donnera l'expression. °  (ii) Montrer queM×V0=f ( x0, y0, z0)×V0 ( On pourra utiliser 1 -(ii)) En déduire quef ( x0, y0, z0)la plus petite valeur propre deest égal à M. 4°-On note le produit scalaire défini sur3parφ( a ,b )=tA×M×B. (AerpsmevetiecntB- désigne la matrice colonne associée au vecteuratnevemce-iterpsb-). On noteaM2= φ( a , a )le carré de la norme associée. On note encore{e0,e1,e2}la base canonique de3.  (i) Montrer quef ( 1, y, z )=e0+y e1+z e2M2. En déduire l'existence d'un unique couple de réels( y1, z1) tel que pour tout couple(y,z)de2on aitf ( 1, y1, z1)f ( 1, y, z ) (ii) Déterminer le couple( y1, z1)et calculerf ( 1, y1, z1) .Montrer alors que la plus petite valeur propre de la matriceMest majorée par1/3. II B -Dans cette partie on généralise àncertains des résultats obtenus dans la partie A. On rappelle quetketdt= kk! (N ) 0 On notef ( a0, a1,.., an1) l'intégrale( a0+a1t+..+an1tn1)2e-tdt0 t 1°- Expliciter la matriceMntelle quef ( a0,a1,..,an1)=V×Mn×V oùtV désigne la matrice ligne [a0, a1,.., an1]etVla matrice colonne transposée detV. 2°-(i) Montrer qu'il existe un unique point( b1,b2,..,bn1)den1tel que pour tout point( a1, a2,.., an1)de n1on ait :f ( 1,b1,..,bn1)f ( 1,a1,..,an1) (ii) Montrer que les réels( b1,b2,..,bn1)sont solutions du système : n1 b× +)= −k! j=1j ! j( kk=1,2,..,n1 On admettra que ce système admet pour solution : b=(+1 )j×jjCn ( 1 j )!1j=1,2,.., n1  (iii) Montrer que : 1 f ( 1,b1,..,bn1)=[1,b1,..,bn1]×Mn×0. 0 En déduire quef(1,b1,..,bn-1)=1/n3°- Conclure de 1° et 2° que la plus petite valeur propre de la matriceMntend vers0quandntend vers+.
1998
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.