BACCALAUREAT GENERAL MATHEMATIQUES Série S Enseignement de Spécialité - Session 2011

Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée

  • redaction


Session 2011 BACCALAUREAT GENERAL MATHEMATIQUES Série S Enseignement de Spécialité Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 9 Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1 à 6 . Du papier millimétré est mis à la disposition des candidats. L'utilisation d'une calculatrice est autorisée. Le candidat doit traiter tous les exercices. La qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour une part importante dans l'appréciation des copies. Page 1 / 6

  • repère orthonormal

  • milieux respectifs des arêtes

  • xne1?x dx

  • enseignement de spécialité durée de l'épreuve

  • solution du problème posé

  • enseignement de spécialité

  • plan complexe


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 27
Source : maths-france.fr
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
.
BACCALAUREAT GENERAL
MATHEMATIQUES Série S
Enseignement de Spécialité
Durée de l'épreuve : 4 heures
Coefficient : 9
Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1 à 6
Du papier millimétré est mis à la disposition des candidats.
L'utilisation d'une calculatrice est autorisée.
Session 2011
Le candidat doit traiter tous les exercices. La qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour une part importante dans l'appréciation des copies.
Page 1 / 6
EXERCICE 1 (5 points ) (Commun à tous les candidats)   −→ On considère une droiteDmunie d'un repèreO, i. Soit(An)la suite de points de la droiteDainsi définie : A0est le pointO; A1est le point d'abscisse1; pour tout entier natureln, le pointAn+2est le milieu du segment[AnAn+1].
1. a.Placer sur un dessin la droiteD, les pointsA0,A1,A2,A3,A4,A5etA6. On prendra 10 cm comme unité graphique. b.Pour tout entier natureln, on noteanl'abscisse du pointAn. Calculera2,a3,a4,a5eta6. an+1+an c.Pour tout entier natureln, justifier l'égalité :an+2=. 2 1 2.Démontrer par récurrence, que pour tout entiern,an+1=an+ 1. 2 2 3.Soit(vn)la suite définie, pour tout entier natureln, parvn=an. 3 1 Démontrer que(vn)est une suite géométrique de raison. 2
4.Déterminer la limite de la suite(vn), puis celle de la suite(an).
Page 2 / 6
EXERCICE 2 (5 points ) (Commun ayant suivi l'enseignement de spécialité) Les cinq questions sont indépendantes. Pour chaque question, une affirmation est proposée. Indiquer si elle est vraie ou fausse, en justifiant la réponse. Une réponse qui n'est pas justifiée ne sera pas prise en compte. Toute justification incomplète sera valorisée.
Question 1On considère l'équation(E) : 2x+ 11y=7, oùxetysont des entiers relatifs. Affirmation Les seuls couples solutions de(E)sont les couples(22k2;4k+ 1), aveckappartenant à l'ensembleZdes entiers relatifs.
2012 Question 2On considère l'entierN= 11. Affirmation L'entierNest congru à4modulo7.
Question 3On considère, dans le plan complexe, les pointsA,BetCd'affixes respectives :    a= 1 +i;b= 3i;c= 1+2 2i12.
Affirmation Le pointCest l'image du pointBpar la similitude directe de centreA, de rapport2et π d'angle. 2 Question 4On considère, dans le plan complexe, les pointsAetBd'affixes respectives : a= 1 +i;b= 2i.    3 412 6 Soitfla similitude d'écriture complexe :z=− −i z+ +i. 5 55 5 Affirmation La transformationfest la réflexion d'axe(AB).   Question 5L'espace est muni d'un repère orthonormal, jO, i, k. On considère la surfaceSdont une équation est :z= 4xy. Affirmation La section de la surfaceSpar le plan d'équationz= 0est la réunion de deux droites orthogonales.
Page 3 / 6
EXERCICE 3 (5 points ) (Commun à tous les candidats)
La figure ci-contre représente un cube ABCDEF GHd'arête1. F On désigne parIetJles milieux respectifs des arêtes[BC]et[CD]. SoitMun point quelconque du segment[CE]. Dans tout l'exercice,on se place dans le −→repère orthonormalA;AB, AD, AE. B
E
A
I
M
G
C
H
D J
1. a.Donner, sans justification, les coordonnées des pointsC,E,IetJ. b.Justifier l'existence d'un réeltappartenant à l'intervalle[0; 1], tel que les coordonnées du pointMsoient(1t; 1t;t).
2. a.Démontrer que les pointsCetEappartiennent au plan médiateur du segment[IJ]. b.En déduire que le triangleM IJest un triangle isocèle enM. 2 c.ExprimerIMen fonction det.
3.Le but de cette question est de déterminer la position du pointMsur le segment[CE]pour [ laquelle la mesure de l'angleIM Jest maximale. [ On désigne parθla mesure en radian de l'angleIM J. a.En admettant que la mesureθappartient à l'intervalle[0;π], démontrer que la mesureθest   θ maximale lorsquesinest maximal. 2 b.En déduire que la mesure est maximale lorsque la longueurIMest minimale. c.Étudier les variations de la fonctionfdéfinie sur l'intervalle[0; 1]par : 1 2 f(t) = 3tt+. 4 d.En déduire qu'il existe une unique positionM0du pointMsur le segment[EC]telle que la [ mesure de l'angleIM Jsoit maximale. e.Démontrer que le pointM0est le projeté orthogonal du pointIsur le segment[EC].
Page 4 / 6
EXERCICE 4 (5 points ) (Commun à tous les candidats) Soientfetgles fonctions définies sur l'ensembleRdes nombres réels par : 1x2 1x f(x) =xeetg(x) =x e.   Les courbes représentatives des fonctionsfetgdans un repère orthogonalO, i, jsont respec-tivement notéesCetC. Leur tracé est donné en annexe.
1. Etudedes fonctionsfetg a.Déterminer les limites des fonctionsfetgen−∞. b.Justifier le fait que les fonctionsfetgont pour limite0en+. c.Étudier le sens de variations de chacune des fonctionsfetget dresser leurs tableaux de variations respectifs.
2. Calculd'intégrales Pour tout entier natureln, on définit l'intégraleInpar : Z Z 1 1 1x n1x I0=e dxet, sin>1,In=x edx. 0 0 a.Calculer la valeur exacte deI0. b.À l'aide d'une intégration par parties, démontrer que pour t out entier natureln: In+1=1 + (n+ 1)In. c.En déduire la valeur exacte deI1, puis celle deI2.
3. Calculd'une aire plane a.Étudier la position relative des courbesCetC. b.On désigne parAl'aire, exprimée en unité d'aire, de la partie du plan compri se d'une part entre les courbesCetC, d'autre part entre les droites d'équations respectivesx= 0etx= 1. En exprimantAr l'égalité :comme différence de deux aires que l'on précisera, démontre A= 3e.
4. Etudede l'égalité de deux aires Soitaun réel strictement supérieur à1. On désigne parS(a)l'aire, exprimée en unité d'aire, de la partie du plan compri se d'une part entre les courbesCetC, d'autre part entre les droites d'équations respectivesx= 1etx=a. On admet queS(a)s'exprime par : 1a2 S(a) = 3e(a+a+ 1). L'objectif de cette question est de prouver qu'il existe uneet une seule valeur deapour laquelle les airesAetS(a)sont égales. a.Démontrer que l'équationS(a) =Aest équivalente à l'équation : a2 e=a+a+ 1. b.Dans cette question, toute trace d'argumentation, même incomplète, ou d'initiative, même non fructueuse, sera prise en compte dans l'évaluation. Conclure, quant à l'existence et l'unicité du réela, solution du problème posé. Page 5 / 6
FEUILLE ANNEXE
Courbes de l'exercice 4
C3
2
1
321O1 2 3
1
C2
3
Page 6 / 6
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.