Crpe ext langue comprehension sciences 2004 nice

Publié par

/DQJXHFRPSUpKHQVLRQLWHPVj$'0,66,21$/$35(3/HVSDJHVGXOLYUHWSHXYHQWpYHQWXHOOHPHQWrWUHXWLOLVpHVFRPPH$5$$XFXQGLFWLRQQDLUHDXFXQGRFXPHQWQHVWDXWRULVp7,21,8)0GHO$FDGpPLHGH1LFHDYHQXH*HRUJH91,&(&H$$8&21&2856'(35/HVUpSRQVHVGRLYHQWrWUHUHSRUWpHVVXUODILFKHUpSRQVHSHUVRQ2)(66(856EURXLOORQjOH[FOXVLRQGHWRXWDXWUHSDSLHU'(6(&2/(6HV76FLHQFHVLWHPVjHVWGXPDU77(17,21V6HXOHVOHVFDOFXODWULFHVQRQSURJUDPPDEOHVVRQWDFFHSWpHVqUQDOLVpHHDQQpHG,8)0GH['XUpHKHXU Institut Universitaire de Formation des Maîtres Académie de Nice CONSIGNES GENERALES 1. Les candidats ne sont pas autorisés à se déplacer ou à sortir de la salle pendant toute la durée de l’épreuve, c’est-à-dire jusqu’à la restitution des fiches réponses à la fin du temps imparti. 1. Ils doivent respecter le silence absolu pour ne pas perturber la concentration des autres candidats. Aucune prise de parole n’est autorisée, quel qu’en soit le motif. 2. A la fin du temps réglementaire, ils donneront leur fiche réponse à leur voisin de gauche ou de droite. Le surveillant ramassera la pile de documents ainsi constituée. 3. Il est formellement interdit de fumer dans la salle. 4. Les téléphones portables doivent être mis hors service avant le début de l’épreuve. MODE D’EMPLOI Les questions 1 à 30 ne comportent qu’une seule réponse exacte. Les questions 31 à 60 peuvent comporter une ou plusieurs ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 325
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins
$'0,66,21 $ /$ 35(3$5$7,21 $8 &21&2856 '( 352)(66(856 '(6 (&2/(6
7HVW GX  PDUV 
qUH DQQpH G ,8)0 'XUpH  KHXUHV
/DQJXH FRPSUpKHQVLRQ LWHPV  j  6FLHQFHV LWHPV  j 
$77(17,21 $XFXQ GLFWLRQQDLUH DXFXQ GRFXPHQW Q HVW DXWRULVp 6HXOHV OHV FDOFXODWULFHV QRQ SURJUDPPDEOHV VRQW DFFHSWpHV
/HV UpSRQVHV GRLYHQW rWUH UHSRUWpHV VXU OD ILFKH UpSRQVH SHUVRQ QDOLVpH
/HV SDJHV GX OLYUHW SHXYHQW pYHQWXHOOHPHQW rWUH XWLOLVpHV FRPPH EURXLOORQ j O H[FOXVLRQ GH WRXW DXWUH SDSLHU
,8)0 GH O $FDGpPLH GH 1LFH   DYHQXH *HRUJH 9   1,&( &H GH[ 
 Institut Universitaire  de Formation des Maîtres Académie de Nice
CONSIGNES GENERALES
1. Les candidats ne sont pas autorisés à se déplacer ou à sortir de la salle pendant toute la durée de lépreuve, cest-à-dire jusquà la restitution des fiches réponses à la fin du temps imparti. 1. Ils doivent respecter le silence absolu pour ne pas perturber la concentration des autres candidats. Aucune prise de parole nest autorisée, quel quen soit le motif. 2. A la fin du temps réglementaire, ils donneront leur fiche réponse à leur voisin de gauche ou de droite. Le surveillant ramassera la pile de documents ainsi constituée. 3. Il est formellement interdit de fumer dans la salle. 4. Les téléphones portables doivent être mis hors service avant le début de lépreuve.
MODE DEMPLOI
Les questions 1 à 30 ne comportent quune seule réponse exacte. Les questions 31 à 60 peuvent comporter une ou plusieurs réponses exactes. Attention ! La fiche réponse doit être remplie en suivant strictement la consigne. Les cases sont cochées sous lentière responsabilité des candidats. Aucune contestation ne pourra être opposée.
BAREME DE NOTATION
Chacune des deux parties est notée sur 45 points. La note globale qui vous sera communiquée est ramenée à 20 points. Compte tenu du système de notation, il vous serait préjudiciable de privilégier une partie au détriment de lautre. - Nombre de point =Une réponse exacte et complètesindiqué en face de la question. -Une réponse inexacteouincomplète = 0 point.
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
 
Test du 27 mars 2004
1 2 3 4 5 6 7 8 9
LANGUE, COMPREHENSION
Questions dorthographe  Platon savait combien les expériences psychologiques sont [] dune véritable humanité. Il proposait donc que léducation littéraire des futurs citoyens de sa république idéale [ ] le récit des mythes, et non les seuls faits bruts ou les enseignements [ ] rationnels.  Les penseurs contemporains, [ ] les mythes et les contes de fées à la lumière de la philosophie et de la psychologie, sont parvenus à la même conclusion, [ ] leurs convictions initiales.  Mircéa Eliade, par exemple, définit ces histoires comme «des modèles du comportement humain, [ ] de donner, par le fait même, un sens et une valeur à la vie ». Traçant des parallèles anthropologiques, il uvre pour que nous [ ] à cette affirmation de la puissance des mythes et des contes de fées qui décrivent [ ] les rites dinitiation ou en sont lexpression symbolique.
Daprès Bruno Bettelheim,Psychanalyse des contes de fées. Complétez les mots effacés entre crochets en choisissant parmi les propositions suivantes : 1. 2ligne 1 : points a) sensées enrichir les acquis b) censées enrichir les acquits c) sensées enrichir les acquits d) censées enrichir les acquis
2.ligne 2 : a) inclût b) incluât c) inclut d) inclusse
3.ligne 3 : a) prétendûment b) prétenduement c) prétendument d) prétendamment
4.ligne 4 : a) pour peu quils aient étudié b) pour peu quils auraient étudié c) pour peu quils ont étudié d) pour peu quils eussent étudié I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
Test du 27 mars 2004
2 points
2 points
2 points
Page 1 sur 26
5.ligne 5 : a) quelque aient été b) quelque fussent c) quelles quaient été d) quel que fussent
6.ligne 7 : a) ce qui leur permet b) ce quil leurs permet c) ce qui leurs permettent d) ce quils leur permettent
7.ligne 8 : a) acquiescions b) acquiessons c) aquiessions d) aquiesçons 8.ligne 9 : a) pertinament b) pertinamment c) pertinement d) pertinemment
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
Test du 27 mars 2004
2 points
2 points
2 points
2 points
Page 2 sur 26
5 10 15 20 25 30 35
 La légende raconte, et si elle nest pas vraie elle est bien trouvée, quun jour Staline demanda : «Le pape, combien de divisions ? » La suite des événements nous a prouvé quen certains cas les divisions sont importantes, mais quelles ne sont pas tout. Il existe des pouvoirs immatériels, non évaluables en termes de poids, qui, en quelque sorte, pèsent lourd.  Nous sommes entourés de pouvoirs immatériels, qui ne se limitent pas à ce que nous appelons valeurs spirituelles, tels quune doctrine religieuse. Cest un pouvoir immatériel que celui des racines carrées, dont la loi survit aux siècles et aux décrets de Staline et du pape. Et parmi ces pouvoirs, je compterai celui de la tradition littéraire, cest-à-dire lensemble des textes produits par lhumanité à des fins non pratiques (comme tenir des registres, noter des lois et des formules scientifiques, enregistrer des procès-verbaux de séances ou fournir des horaires de chemin de fer) mais plutôtgratia sui,par amour deux-mêmes  et quon lit pour le plaisir, lélévation spirituelle, lélargissement des connaissances, voire comme pur passe-temps, sans que personne nous y contraigne (exception faite des obligations scolaires).  Certes, les objets littéraires ne sont quà demi immatériels, puisquils sincarnent en véhicules généralement faits en papier. Mais jadis, ils sincarnaient dans la voix de celui qui évoquait une tradition orale, ou encore dans de la pierre, et aujourdhui nous discutons sur lavenir des e-books, qui devraient nous permettre de lire aussi bien un ana queLa Divine Comédie un écran à cristaux liquides. Je sur préfère annoncer tout de suite que je nai pas lintention de me prononcer ce soir sur lavexata quaestio du livre électronique. Je fais naturellement partie de ceux qui préfèrent lire un roman ou un poème en volume papier, dont je me rappellerai le grain et les pages cornées, mais on me dit quil existe une génération dehackers qui, nayant jamais lu un livre de leur vie, ont aujourdhui, grâce à le-book, approché et apprécié pour la première foisDon Quichotte. Autant de gagné pour leur esprit et autant de perdu pour leur vue. Si les générations futures arrivent à avoir un bon rapport (psychologique et physique) avec le-book, le pouvoir deDon Quichottene changera pas.  A quoi sert ce bien immatériel quest la littérature ? Il suffirait de répondre, comme je lai déjà fait, que cest un bien qui se consommegratia sui, et donc quil ne sert à rien. Mais une vision si désincarnée du plaisir littéraire risque de réduire la littérature au jogging ou à la pratique des mots croisés  tous deux servant dailleurs à quelque chose, la santé corporelle, ou léducation lexicale. Ce dont jentends parler aujourdhui, cest dune série de fonctions que prend la littérature pour notre vie individuelle et la vie sociale.  La littérature maintient en exercice dabord la langue comme patrimoine collectif. La langue, par définition, va où elle veut, aucun décret venu den haut, ni de la politique, ni de lAcadémie, ne peut arrêter sa marche et la faire dévier vers des situations prétendues optimales. Le fascisme sest efforcé de nous faire diremescitabar, queue de coq au lieu de cocktail, filet au lieu de goal, voitureau lieu de publique au lieu de taxi, et la langue ne lui a pas obéi [].
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE Test du 27 mars 2004
Page 3 sur 26
40 45 50 55 60
 La langue va où elle veut, mais elle est sensible aux suggestions de la littérature. Sans Dante, il ny aurait pas eu un italien unifié. DansDe léloquence en langue vulgaire,il analyse et condamne les divers dialectes italiens, se propose de forger une nouvelle langue vulgaire illustre. Personne naurait parié sur un tel acte dorgueil, et pourtant, avecLa Divine Comédie,emporte la partie. Il est vrai queil pour devenir la langue parlée de tous, il a fallu quelques siècles à la langue vulgaire de Dante, mais elle y est arrivée parce que la communauté de ceux qui croyaient à la littérature continuait à sinspirer de ce modèle. Et sil ny avait pas eu ce modèle, lidée dune unité politique naurait peut-être jamais pu faire son chemin. []  La littérature, en contribuant à former la langue, crée une identité et une communauté. Jai parlé de Dante, mais essayons de penser à ce quaurait été la civilisation grecque sans Homère, lidentité allemande sans la traduction de la Bible par Luther, la langue russe sans Pouchkine, la civilisation indienne sans ses poèmes fondateurs.  Mais la pratique littéraire maintient en exercice aussi notre langue individuelle. Aujourdhui, beaucoup déplorent la naissance dun langage néotélégraphique qui simpose dans le courrier électronique et les textos des portables, où lon va jusquà écrire « je taime » avec un sigle ; mais noublions pas que ces mêmes jeunes qui envoient des messages dans cette nouvelle sténographie sont, au moins en partie, les mêmes que ceux qui se pressent dans ces nouvelles cathédrales du livre que sont les librairies Mégastore. Même sils ne font que feuilleter sans acheter, ils entrent en contact avec des styles littéraires cultivés et élaborés, auxquels leurs parents, et bien sûr leurs grands-parents, navaient pas été exposés.  Certes, on peut dire que ces jeunes, majorité par rapport aux lecteurs des générations précédentes, sont une minorité par rapport aux six milliards dhabitants de la planète ; et je ne suis pas idéaliste au point de penser que la littérature procurerait un soulagement aux foules immenses qui manquent de pain et de médicaments. Toutefois, je voudrais faire une observation : les malheureux qui, unis en bandes errantes, tuent en jetant des pierres du haut dune rocade ou en mettant le feu à une enfant, qui quils soient, nen sont pas arrivés là parce quils ont été corrompus par la Novlangue de lordinateur (ils nont même pas accès à lordinateur) mais parce quils restent exclus de lunivers du livre et de ces lieux où, par léducation et la discussion, ils seraient touchés par les reflets dun monde de valeurs qui provient des et renvoie aux livres. Umberto ECO,professeur à lUniversité de Bologne,De la littérature, p. 9 à 13 (Grasset 2003)
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
Test du 27 mars 2004
Page 4 sur 26
Questions relatives au texte dUmberto Eco
9.lignes 1-2 :Le pape combien de divisions ? point: 1 a) il sagit dune parole de mépris : puisque le pape na pas darmée, il ne compte pas b) le mot est ironique : Staline fait allusion aux « bataillons » danges sur les fresques c) Staline fait ici référence à la contribution financière du Vatican à leffort de guerre d) Staline évoque par cette formule les dissensions et intrigues de cour, notoires au Vatican 10.lignes 8-9 :lensemble de textes produits par lhumanité à des fins non pratiques, à savoir: 2 points a) les registres, les lois, les procès-verbaux, etc. b) les manuels scolaires c) les uvres littéraires d) les grands textes des religions 11.lignes 14-15 :puisquils sincarnent en véhicules généralement faits en papierest:  1 point a) une proposition circonstancielle de concession b) une proposition circonstancielle de conséquence c) une proposition circonstancielle de comparaison d) une proposition circonstancielle de cause 12.ligne 17 :La Divine Comédieest: 1 point a) un poème de Dante en latin, du XIVe siècle b) un poème de Dante en italien, du XVIe siècle c) un poème de Dante en italien, du XIVe siècle d) un poème de Dante en occitan, du XVIe siècle 13.lignes 33-34 :Le fascisme sest efforcé de nous faire dire,Umberto Eco fait ici allusion:  1 point a) par image, aux puritains de la langue qui seraient à leur manière des « fascistes » b) littéralement, à la période mussolinienne et à son nationalisme linguistique c) aux médias, très puissants dans lItalie berlusconienne, qui imposent leur jargon d) par ironie, à ceux qui voient du « fascisme » partout 14.lignes 34-35 :par rapport àtaxi, voiture publiqueest point: 1 a) un euphémisme b) une métaphore c) une hyperbole d) une périphrase
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
Test du 27 mars 2004
Page 5 sur 26
2 points
15.lignes 38 et 40 :la langue vulgaire: a) la langue de loral par opposition à celle de lécrit b) la langue dusage par opposition au latin c) la langue du peuple par opposition à celle des classes dirigeantes d) la langue grossière par opposition à la langue châtiée 16.lignes 42-43 :sil ny avait pas eu ce modèle, lidée dune unité politique naurait peut-être jamais pu faire son chemin,on comprend par là que: 2 points a) le texte deLa Divine Comédiedéfend, plusieurs siècles à lavance, lidée dune Italie unifiée b) Dante a été lun des artisans de lunité politique de lItalie c) le choix linguistique inauguré par Dante fut, à distance, un facteur favorisant de lunification politique d) ce sont ses artistes, et plus particulièrement ses écrivains, qui ont fait lItalie 17.ligne 48 :la pratique littéraire maintient en exercice aussi notre langue individuelle,autrement dit point: 1 a) les écrivains exercent un pouvoir sur la langue de chacun b) lécrit littéraire engage à cet exercice bénéfique, sa transmission orale c) la lecture est une activité linguistiquement formatrice d) écrire est un exercice linguistiquement formateur 18.ligne 51 :la sténographieest: a) une écriture abrégée pour la prise de note rapide b) une écriture matériellement enjolivée c) une écriture phonétique et relâchée d) une écriture cryptée pour initiés 19.Dernier paragraphe du texte :Umberto Eco y suggère que: 2 points a) la littérature est impuissante à lutter contre la barbarie b) la barbarie va de pair avec lessor de la « Novlangue » des ordinateurs c) les « barbares » nont aucune chance dêtre jamais sensibles aux valeurs humanistes portées par les livres d) les comportements barbares sont le signe de labsence des livres dans la vie de leurs auteurs
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
Test du 27 mars 2004
1 point
Page 6 sur 26
5 10 15 20
25 30
35
 Le fait est observable, neutre et pluraliste. Je crois que ces trois propriétés disent déjà ce quun enseignement du « fait religieux » peut signifier pour lécole républicaine, dans un pays où la laïcité, privilège unique sur le continent européen, revêt la dignité dun principe constitutionnel. Pour aller un peu plus loin, la séparation des Églises et de lÉtat ne signifie pas, comme aux États-Unis dAmérique, rendre les Églises libres de toute emprise étatique, mais rendre lÉtat libre de toute emprise ecclésiale. []  On a longtemps opposé lordre des faits  cest-à-dire le consistant, lattestable, le solide  à lordre des croyances  limaginaire, lévanescent ou le subjectif. Mais il y a des faits de croyance, qui sont à cheval sur le matériel et sur le spirituel, sur le politique et sur limaginaire. Ces faits de croyance brouillent cette distribution des rôles. Les rois thaumaturges chers au très laïc Marc Bloch ne guérissaient certainement pas les écrouelles, mais le fait que lon y ait cru pendant des siècles na pas peu contribué à la stabilité objective de la monarchie en France. Lexistence du paradis nest malheureusement pas attestée. Mais le fait que lon ait pu ou que lon puisse toujours y croire a fait jadis galoper des dizaines de milliers de chrétiens jusquen Terre sainte et a mis une poignée dilluminés dans des avions ultramodernes, en direction de New York ou de Washington. On est en droit de penser que ces mythes sont des symptômes dignorance et darriération, mais lignorance de ces mythes, de leur provenance et de la diversité de leurs interprétations constitue également un signe darriération. Peut-on même aborder léconomie et le Cac 40 sans réfléchir aux phénomènes subjectifs de confiance et dincroyance qui font monter ou baisser les cours et qui font de la monnaie une croyance objectivée et de la Banque de France  cétait dans ses statuts - « la gardienne de la foi publique » ? Le fait est plus quune opinion, et cela peut surprendre dans une tradition libérale. Il suffit de penser à notre Déclaration des droits de lhomme et du citoyen et à son article 10 - « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas lordre public établi par la loi ». Tel était le statut du phénomène religieux pour les constituants de 1789. Depuis 1789, lhistoire nous a appris que le mot « opinion » était un peu optimiste ou léger pour désigner la conviction religieuse. Ce nest pas que le mot dordre de Condorcet - « rendre la raison populaire » - ait perdu de son actualité : le rôle de linstruction publique reste plus que jamais de «former des citoyens difficiles à gouverner », à manipuler ou embrigader. Mais entre Condorcet et nous, il y a eu Durkheim, Marcel Mauss et Claude Lévi-Strauss : lévolution des savoirs a élargi et complexifié nos outils intellectuels.  Parler de fait religieux consiste à envisager autre chose quune histoire des opinions, autre chose que le développement des techniques du bien-être personnel, et même quelque chose de plus quune intime espérance ou quune option spirituelle. En effet, le fait de conscience est un fait de société et un fait de culture, un fait social total qui déborde le sentiment privé et linclination individuelle. Cest cette dimension structurante (certains disent identitaire ou collective) qui lui donne sa place comme objet détude dans lenseignement public. Le rôle public revendiqué par les Églises et les confessions est un fait historique, à ne pas confondre avec le statut institutionnel de ces Églises au I.U.F.M. de lAcadémie de NICE Test du 27 mars 2004 Page 7 sur 26
40 45 50 55 60 65
regard du droit public, qui relève quant à lui dun choix civique. Outre une liturgie, les cultes organisent surtout une économie, scandent les heures et polarisent lespace, déterminent ce que nous mangeons, comment nous nous habillons, avec qui nous nous marions et où nous nous faisons enterrer. Il sagit donc plus dune anthropologie pratique que dune spéculation théologique. Cest bien là que gît la difficulté du passage du voeu à lacte. En effet, religion et laïcité sont des mots qui sentent encore la poudre, même au coeur dun pays et dun continent qui tranchent avec tous les autres par une sécularisation avancée et où pourtant le religieux continue, par maints biais, de faire mouvement.  En dautres termes, « factuel » résonne avec « actuel ». En effet, le fait religieux nest pas quarchives et vestiges. Il renvoie à des forces vives et à des questions qui fâchent, comme le port des signes religieux, les jours dexamen, les menus. Il renvoie à lintrusion des familles et de lactualité dans lenceinte scolaire. Mais le caractère laïc de lexercice peut aider à « mouiller la poudre » et à refroidir les passions. En effet, une distinction sereine et revendiquée des domaines de compétences constitue déjà en soi une pédagogie. La laïcité postule, outre lobligation de réserve des agents publics et la stricte égalité entre croyants et non-croyants, lautonomie du professeur par rapport à tout groupe de pression. Sen tenir au religieux comme phénomène dobservation et de réflexion peut aider tout un chacun à démêler ce qui relève dune part des connaissances communes et indispensables à tous, de ce qui relève dautre part du domaine des consciences, des familles et des traditions. Cela peut également aider à faire comprendre aux élèves quil faut rendre à la culture ce qui est à la culture et au culte ce qui est au culte.  Si le religieux, distinct en cela du spirituel, désigne la conviction intérieure en tant quelle sextériorise et le sentiment individuel en tant quil se socialise, il est clair que lenseignant na pas qualité à outrepasser le domaine du manifeste, cest-à-dire de tout ce que chacun peut lire, voir ou entendre. À linverse, le théologien ou le ministre du culte na pas qualité à sattribuer lexclusive de linterprétation de tel ou tel fait, verset ou sourate sous prétexte quil faudrait être chrétien, juif ou musulman pour pouvoir parler des Évangiles, de la Bible ou du Coran. Car, à ce compte-là, seuls les professeurs libéraux pourraient parler dAdam Smith et seuls les communistes de Karl Marx. Cest pourquoi une laïcité qui sinterdirait ce champ de savoir se condamnerait à une frilosité certaine. Cest pourquoi aussi une pédagogie ainsi comprise pourrait contribuer à une pédagogie de la laïcité elle-même. Le fait religieux nest pas tout, mais il est presque partout. Il ne constitue pas une sphère à part et ne fait pas lobjet dune discipline en soi.
Régis Debray, professeur à lUniversité Lyon-III, «Le fait religieux : définitions et problèmes»,in Lenseignement du fait religieux(CRDP de Versailles 2003)
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
Test du 27 mars 2004
Page 8 sur 26
Questions relatives au texte de Régis DEBRAY
20.ligne 3 :un principe constitutionnelsignifie un principe : a) constitutif de la vie en société b) fondateur d'une école républicaine c) soumis à une Constitution d) inscrit dans une Constitution
1 point
21.ligne 4 :la séparation des Eglises et de lEtata fait, en France lobjet dune loi sous:  1 point a) la Révolution française en 1789 b) la Deuxième République en 1848 c) la Troisième République en 1905 d) le Front populaire en 1936
22.ligne 10 :un roithaumaturgeest un roi: a) de droit divin b) faiseur de miracles c) au pouvoir absolu d) chef dune Eglise 23.ligne 24 :les constituants de 1789évoque: a) les responsables de lordre public à Paris b) les représentants du courant révolutionnaire anticlérical c) les membres de lAssemblée constituante d) les partisans du modèle constitutionnel américain de 1787
24.ligne 26 :Condorcetfut: a) un philosophe du XVIIIe siècle b) le rédacteur de la loi créant les lycées en 1802 c) un ministre de lInstruction publique de la Troisième République d) un philosophe dénonçant lembrigadement dans les régimes totalitaires
1 point
1 point
1point  
25.lignes 26-27 :dansle mot dordre de Condorcet,« rendre la raison populaire » : populairea la fonction suivante points: 2 a) épithète du nomraison b) complément circonstanciel de manière derendre la raison c) attribut du CODla raison d) COD du grouperendre la raison
I.U.F.M. de lAcadémie de NICE
Test du 27 mars 2004
Page 9 sur 26
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.