Deuxième composition de Mathématiques 2002 Classe Prepa MP Ecole Polytechnique

Publié par

Examen du Supérieur Ecole Polytechnique. Sujet de Deuxième composition de Mathématiques 2002. Retrouvez le corrigé Deuxième composition de Mathématiques 2002 sur Bankexam.fr.
Publié le : mercredi 28 février 2007
Lecture(s) : 67
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
ÉCOLE POLYTECHNIQUE
CONCOURS D’ADMISSION 2002
MP FILIÈRE
DEUXIÈME COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Durée : 4 heures)
L’utilisation des calculatrices n’est pas autorisée pour cette épreuve.  
On attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.
   Dans les trois premières parties, on désigne par netmdes entiers>0tels quenm;
n El’espace euclidienRavec son produit scalaire usuel(∙|∙)et la norme associée ∙ ; ej, j= 1, . . ., m, des éléments non nuls deEsatisfaisant une condition de la forme 2 2 xE αx(x|ej)(1) j αest un réel>0;
Tl’endomorphisme deEdéfini par T(x() =x|ej)ej. j
SiSest un endomorphisme deE, sa normeSest défini par
S= sup{S(x):x= 1}.
Première partie
1.Donner un exemple simple de famille(ej)satisfaisant une condition de la forme (1).
2.Déterminer le sous-espace vectoriel deEengendré par lesej.
1
√ √ 3.On prendn= 2, m= 3, e1= (0,1), e2= (3/2,1/2), e3= (3/2,1/2). Déterminer 2 (x|ej)etT. j Ä ä 2 4.Vérifier queTest autoadjoint, inversible et satisfaitT(x)|xαxpour toutxE. Ä ä 5.ComparerTetsup{T(x)|x:x= 1}. Ä ä 1 2 6.Trouver un réelβtel queT(x)|xβxpour toutxE. Que peut-on dire de 1 T? 2 2 7.On suppose queαx= (x|ej)pour toutxE. DéterminerT. j
Deuxième partie
m On noteFl’espace euclidienR,(f1, f, . . .m)sa base naturelle,(∙|∙)Fson produit scalaire naturel. On définit une application linéaireΦ :EFpar Φ(x) =(x|ej)fj. j On pourra admettre qu’il existe une unique application linéaireΨ :FEsatisfaisant (Ψ(h)|x) = (h|Φ(x))Fpour tousxE ,hF . 8.Vérifier que l’on aΨ(h) =hjejetΨΦ =T. j
˜ 1 On posee˜j=T(ej)et on définit une application linéaireΦ :EFpar ˜ Φ(x) =(x|e˜j)fj. j ˜ 9.Vérifier que l’on aF=ImΦ(ImΦ). 2 10.Étant donné un élémentxdeE, déterminer le minimum des nombreshpour les j j familles(hj)vérifiantx=hjej, et préciser pour quelles familles(hj)ce minimum est atteint. j
11.Expliquer ce qui se passe dans chacun des cas suivants :
a)lesejforment une base deE;
b)lesejforment une base orthonormale deE; 2 2 c)on aαx= (x|ej)pour toutxE. j
2
Troisième partie
On se propose, dans cette partie, de résoudre l’équationT(x) =ypar une méthode d’itéra-tions successives. On pose Ä ä a= inf{T(x)|x:x= 1}, b=T;
on a donc0< ab. Pour tout réels >0on poseVs=idEsT.
12.Montrer que l’on a Vs= max(|1a s|,|1b s|), 13.Déterminer le minimumCde la fonctions→ Vs, préciser pour quelle valeurs0des il est atteint, et montrer queC[0,1[. À quelle conditionCest-il égal à0?
[Il est conseillé de dessiner les courbes représentatives des fonctionss→ |1a s|ets→ |1b s|].
On fixe un élémentydeEet on définit une applicationUdeEdans lui-même par Ä ä U(x) =x+s0yT(x).
 14.Étant donnéxetxE, comparerU(x)U(x)etCxx.
n 15.On désigne parx0un élément deEet on pose, pour tout entiern >0,xn=U(x0). Étudier le comportement de la suite(xn). Conclure.
Dans cette partie, on désigne par
Eun espace préhilbertien réel;
Quatrième partie
Tun endomorphisme continu deE(on ne le suppose pas autoadjoint);
x0ety0des éléments deE.
Pour tout réels >0on définit une applicationUsdeEdans lui-même par Ä ä Us(x) =x+s y0T(x).
16.a)Trouver une condition portant surTsuffisante pour que l’on ait une majoration de la forme 2 22 idEs T12a s+b s aveca >0,bréel.
3
n b)Trouver alors une condition portant surE, impliquant que la suitex=U)soi n s(x0t convergente pour uns?, surjectif?) deconvenable ;préciser dans ce cas la nature (injectifT.
∗ ∗
4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.