Division des Élèves et de la Scolarité

De
Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée
Division des Élèves et de la Scolarité Note d'information n° 189 - Janvier 2010 ? Page 1 En 2008, 74 % des bacheliers de l'académie se sont inscrits dans un établissement d'enseigne- ment supérieur dès la rentrée suivant l'obtention du baccalau- réat. C'est deux points de plus qu'en 2007. Cette progression provient des filières sélectives (CPGE, STS, IUT) tandis que les filières générales de l'université marquent le pas, et ce depuis 2006. Si la grande majorité des bacheliers généraux (88,5 %) et des bacheliers technologiques (75,2 %) accèdent aux études supérieures, seulement 30 % des bacheliers professionnels entre- prennent un tel cursus. Au total, 1 087 bacheliers (soit 14,1 % des bacheliers 2008) ont choisi la carte de la mobilité avec comme destinations les plus prisées les régions situées dans la partie sud de la France. Cependant, parmi les 22 régions de France métropolitaine, c'est l'Île de France qui concentre le plus de bacheliers réunionnais. Huit migrants sur dix sont des bacheliers généraux. Si les filles réussissent mieux que les garçons à l'examen du baccalauréat, elles sont aussi un peu plus nombreuses qu'eux à poursuivre des études supérieu- res (74,7 % versus 69 %). Parmi les 7 709 bacheliers que compte l'académie de la Réunion à la session 2008, 5 700 d'entre eux se sont inscrits dès la rentrée suivante en formation initiale dans un établissement d'ensei- gnement supérieur (à La Réunion ou dans une académie de la France métropolitaine).

  • enquête n°26 sur les établissements d'enseignement privés de l'académie

  • filière sélective

  • bachelier

  • orientation davan- tage

  • taux d'accès immédiat des bacheliers

  • établissement de l'enseignement supérieur


Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 148
Tags :
Source : ac-reunion.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Division des Élèves et de la Scolarité Note d’information En 2008, 74 % des bacheliers de l’académie se sont inscrits dansLes poursuites d’études des bache-un établissement d’enseigne-liers 2008 de l’académie de La Ré-ment supérieur dès la rentrée suivant l’obtention du baccalau-union dans les différentes filières réat. C’est deux points de plus qu’en 2007. Cette progression de l’enseignement supérieur.provient des filières sélectives (CPGE, STS, IUT) tandis que les filières générales de l’université marquent le pas, et ce depuisParmi les 7 709 bacheliers queparamédical et social) . 2006. Si la grande majorité descompte l’académie de la Réunion bacheliers généraux (88,5 %) età la session 2008, 5 700 d’entreUn taux global de poursuites des bacheliers technologiqueseux se sont inscrits dès la rentréed’études en hausse de 2 points (75,2 %) accèdent aux études suivante en formation initialeen 2008 supérieures, seulement 30 % des dans un établissement d’ensei-bacheliers professionnels entre-gnement supérieur (à La RéunionAprès avoir reculé de 5 points en prennent un tel cursus. ou dans une académie de la2006, puis de 0,6 point en 2007, Au total, 1 087 bacheliers (soit France métropolitaine). Ils consti-le taux de poursuites d’études 14,1 % des bacheliers 2008) ont tuent un peu moins des troisdes néo-bacheliers de l’académie choisi la carte de la mobilité quarts des bacheliers réunionnaisdans les différentes filières de avec commedestinations les (74 %).Les filières générales del’enseignement supérieur pro-plus prisées les régions situées l’université rassemblent 40,3 %gresse de deux points en 2008 et dans la partie sud de la France. de l’ensemble des bachelierss’établit à 74 %. Bien qu’en pro-Cependant, parmi les 22 régions 2008 de l’académie, les forma-grès, il reste très en deçà du pic de France métropolitaine, c’est tions sélectives (IUT, CPGE,de 2005 où il avait atteint 77,7 %. l’Île de France qui concentre le STS, qui sont contingentées)Dans l’hexagone, le taux d’accès plus de bacheliers réunionnais. 30,9%, et les autres formationsimmédiat des bacheliers 2008 Huit migrants sur dix sont des 2,7 % (écoles d’ingénieurs indé-dans l’enseignement supérieur bacheliers généraux. pendantes des universités, ENSs’élève à 78 %. Cependant ce Si les filles réussissent mieux et grands établissements, établis-taux serapporte à des inscrip-que les garçons à l’examen du baccalauréat, elles sont aussi unsements privés ou relevant d’au-tions administratives (il comprend peu plus nombreuses qu’eux àtres ministères que celui de l’EN -donc les doubles inscriptions poursuivre des études supérieu-CPGE-université qui concernentcommerce, architecture, culture, res (74,7 %versus69 %). Graphique 1:Evolution des taux d'inscription immédiate des bacheliers de La Réunion dans l'enseignement supérieur 90 77 77,773,9 Autres 8072,6 72,1établissements 70 25,3 25,1 60 Lycée(STS, 25,3 27 25,2 CPGE, DCG) 50 3,3 3,5 3,5 3,5 3,9 40 IUT 30 45,8 46,3 41,1 40,6 40,3 20 Université 10 0 2004-05 2005-06 2006-07 2007-08 2008-09 Source : Rectorat de La Réunion - DES3 Statistiques Note d’information n° 189 -Janvier 2010Page 1
Division des Élèves et de la Scolarité Tableau 1: Taux de poursuites des bacheliers réunionnais 2008 dans les formations essentiellement les bacheliers initiales de l'enseignement supérieur à la rentrée 2008 Filière FilièreFilière scientifiques) tandis que le taux générale technologiqueprofessionnelle Tousbacs calculé ici pour l’académie seTotal bacheliers 20087 7091 4292 1524 128 Accès immédiat en formation rapporte à des individus (sans initale de l'enseignement supérieur29,9% 73,9%88,5% 75,2% doubles inscriptions). dont Universités57,8% 24,5%13,9% 40,3% dont IUT5,9% 2,6%0,0% 3,9% dont CPGE9,4% 1,3%0,0% 5,4% Orientation en hausse vers les dont STS, DCG11,0% 45,5%15,9% 21,5% filières sélectives, tendance à dont Autres écoles (1)4,3% 1,3%0,2% 2,7% Dont dans l'académie de la Réunion66,7% 67,6%28,2% 59,8% la baissepour les filières gé-dont Universités43,5% 22,0%13,2% 31,9% nérales de l’universitédont IUT4,1% 1,5%0,0% 2,6% dont CPGE6,3% 1,1%0,0% 3,7% dont STS, DCG10,3% 41,8%14,8% 19,9% Si les filières sélectives (IUT,dont Autres écoles (1)2,5% 1,3%0,2% 1,7% Dont études en Métropole1,7% 14,1%21,8% 7,5% CPGE, STS, DCG) ont de plus en dont Universités14,3% 2,5%0,7% 8,4% plus de succès, les entrées desdont IUT1,8% 1,1%0,0% 1,3% dont CPGE0,0% 1,7%3,1% 0,2% néo-bacheliers dans les filières dont STS, DCG0,8% 3,6%1,0% 1,6% générales universitaires ont ten-dont Autres écoles (1)0,0% 1,0%1,8% 0,0% (1) Ecoles d'ingénieurs indépendantes des universités, ENS et grands établissements, instituts catholiques, dance à marquer le pas depuis la Ecoles d'enseignement non-universitaires relevant d'autres ministères que celui de l'EN ou relevant du privé. rentrée 2006. Sur la période 2005-2008, le taux d’inscription Graphique 2:Evolution des taux de poursuites d'études (en %) des immédiate des bacheliers à l’uni-bacheliers de La Réunion dans les filières générales de l'université versité a reculé de 6 points , avec (Réunion et métropole) 18 une baisse plus marquée en 2006 16,2 17,1 16 Lettreset (-5,2 points).Ce sont les filières 13,1 sciences 14 Lettres et sciences humaines qui12,9 11,7 humaines 11,3 12 ont été les plus concernées : ainsi9,8 Economie, 10 8,9 8,88,7 AES les taux de poursuites d’études8 7,67,9 8 6,8 Sciences, 7 des néo-bacheliers dans ces filiè-5,8 6,7 6,4 Staps 66,1 res est passé de 17,1% en 20055,45,9Droit 4 4,7 4,5 à 11,7% en 2008 soit une baisseMédecine, 2 Pharmacie de 5,4 points. Les filières écono-0 mie-AES et droit sont également2004-05 2005-06 2006-07 2007-08 2008-09 touchées mais la baisse est de moindre ampleur (-1,1 point pour la filière économie-AES, -0,6suivi des études supérieures dès1 087 bacheliers ont choisi la point pour le droit).la rentrée suivant l’obtention decarte de la mobilité (13,1%) Après trois ans de stabilité, leleur baccalauréat. Parmi les ba-Après l’obtention du baccalauréat taux de poursuites d’études danscheliers technologiques, ils sont en 2008, 14,1% bacheliers de les filières sélectives, notamment75,2 % à avoir entrepris ce cur-l’académie se sont inscrits en en STS, a progressé de 2 pointssus. Sila majorité des bacheliers formation initiale dans un établis-en 2008. Ce mouvement degénéraux et technologiques pour-sement d’enseignement supérieur baisse de l’orientation des bache-suivent des études supérieures, en Métropole, soit 1 087 étu-liers vers les filières généralesils ne sont que 30 % bacheliers diants. C’est l’Île de France qui universitaires au profit des filièresprofessionnels à faire ce choix. est la région qui rassemble le sélectives est également constatéL’université demeure la filière plus d’étudiants, aussi bien pour dans la plupart des académies deprivilégiée des bacheliers géné-les filières générales universitai-France métropolitaine.raux tandis que les bacheliers res que pour les filières sélectives  technologiquess’orientent tou-(notamment les CPGE). Parmi les Près de neuf bacheliers géné-jours en premier lieu vers les sec-trois académies que compte l’Île raux sur dix poursuivent destions de techniciens supérieurs. de Francec’est à Paris où l’on études supérieures immédiate-Quant à l’orientation en CPGE, retrouve le plus d’inscrits (145 ment après l’obtention du bacelle est quasi-exclusivement le étudiants, contre 59 à Versailles  faitdes bacheliers généraux (ils et 48 à Créteil). C’est aussi à En 2008, 88,5 % des bacheliersconstituent 93% des néo-Paris que se concentre près d’un 2008 de la filière générale (sériesbacheliers accédant aux CPGE quart des bacheliers inscrits dans S, ES, L) de l’académie ont pour-en 2008). Note d’information n° 189 -Janvier 2010Page 2
les classes préparatoires aux grandes écoles. Cependant, entre le nord et le sud, ce sont les régions de la partie du sud de la France qui attirent le plus de bacheliers ré-unionnais. Les établissements des régions de la côte sud, allant de L’aquitaine à la Côte d’Azur, et
Division des Élèves et de la Scolarité
de la région Rhône-Alpes ras-semblent à eux seuls 46% des néo-bacheliers 2008 de La Ré-union. Parmi les académies du sud, c’est l’académie de Toulouse qui arrive en tête, suivie de très près par les académies de Lyon, Montpellier et Bordeaux.
Les migrants sont en grande majorité des bacheliers géné-raux. Huit néo-bacheliers sur dix ins-crits à la rentrée 2008 dans un établissement d’enseignement supérieur de la France métropoli-taine sont issus de la filière géné-
Note d’information n° 189 -Janvier 2010Page 3
rale, dont la majorité de la filière scientifique (54% des l’ensemble des migrants). Les poursuites d’études des néo-bacheliers de 2008 en métropole concernent 30,6 % des bacheliers scientifi-ques contre21,8 % en moyenne pour l’ensemble des bacheliers généraux. Parmi les bacheliers technologi-ques, 7,5 % d’entre eux ont choisi la carte de la mobilité ; ils ne sont que 1,7% des bacheliers profes-sionnels à avoir fait un tel choix. Les bacheliers scientifiques ins-crits dans un établissement d’en-seignement supérieur de la France métropolitaine se distin-guent des autres bacheliers gé-néraux par une orientation davan-tage tournée vers les filières sé-lectives (CPGE, STS, IUT, grands établissements) : 38 % des mi-grants y sont inscrits en 2008 contre 26 % des bacheliers géné-raux. A noter que sur un effectif de 79 bacheliers réunionnais ins-crits en 2008 en métropole dans une école d’ingénieurs ou un grand établissement (ENS,…) 72% sont des bacheliers scientifi-ques.
Division des Élèves et de la Scolarité
Graphique 3:Taux d'accès immédiat des bacheliers 2008 dans l'enseignement supérieur selon le sexe ( hors formations diverses relevant du privé ou d'autres ministères que celui de l'EN : en %ormations parmadicales et sociales)commerce, architecture, f 80 74,7 Grands 69 70 établissements 20,2 60 STS,DCG 23,4 5,1 50 3 CPGE 5,9 40 5,1 30 IUT 45,7 20 33,3 Université 10 0 Filles Garçons Source : Rectorat de La Réunion - DES3 Statistique
Les filles sont un peu plus nombreuses que les garçons à entreprendre des études supé-rieures Si les filles réussissent mieux que les garçons l’examen du bacca-lauréat, elles sont aussi plus nombreuses qu’eux à poursuivre des études supérieures. Ainsi, à la rentrée universitaire 2008, l’ac-cès immédiat des néo-bacheliers dans l’enseignement supérieur concerne 74,7% des filles contre 69% des garçons soit un différen-tiel de +5,7 points. La différence
provient en grande partie des filières générales de l’université vers lesquelles s’orientent près de 46 % des fillesversus 33% des garçons. Cependant, bien qu’ayant une meilleure réussite au bac S, les filles s’orientent moins vers la filière scientifique que les garçons (5 %versus 11,8%). Par contre, elles sont un peu plus nombreuses à opter pour les études de médecine (6,9% contre 3,8%). En matière de mobilité, on ne note pas de différenciation entre les filles et les garçons en 2008.
METHODOLOGIE ET DEFINITIONS L’appellationnouveaux bacheliers (ou néo-bacheliers)2008désigne les bacheliers de la session 2008 inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur à la rentrée suivant l’obtention du baccalauréat. On appelletaux global de poursuites d’études des néo-bacheliers (ou pour une série considérée),le ratio du nom-bre de nouveaux-bacheliers rapporté au nombre total de bacheliers (de la série considérée). Lesdonnéessont majoritairement extraites du fichier SISE des 83 universités françaises. Elles proviennent aussi des fichiers des écoles d’ingénieurs indépendantes des universités, des ENS et grands établissements, et des instituts catholi-ques qui fournissent pour la première fois en 2008 des informations individuelles.La série publiée dans les publications précédentes a donc été rétropolée. Enfin une petite partie des données est issue de l’enquête n°26 sur les établissements d’enseignement privés de l’académie (gestion et commerce, architecture), de l’enquête n°39 sur les écoles de formation sanitaire et sociale (données de 2007), et de l’enquête 48 auprès de l’école supérieure artistique ; pour ces écoles les données sur les établissements de métropole et les données par sexe ne sont pas disponibles.Les taux de poursuites par sexe ne dont donc pas directement comparables au taux global.Ne sont par ailleurs pas comptabilisés les étudiants en poursuites d’études à l’étranger. POUR EN SAVOIR PLUS :«Les candidats du baccalauréat 2008 ayant admis un vœu d’orientation en PCEM1 à l’univer-sité de la Réunion en 2008 », note d’information n°165, février 2008 ; « Résultats définitifs du baccalauréat, session 2008 » note d’information n°167, Mars 2008, Rectorat de la Réunion DES3 Statistiques.
DIVISION DES ELEVESDirecteur de publication: Mostafa FOURARRectorat24 avenue Georges Brassens ET DE LA SCOLARITERédacteur en chef: Yvon CHEUNG-CHIN-TUN97702 Saint-Denis Messag Cedex 9 DES 3 – Service StatistiqueRédacteur: Fabrice PAYETsdeva@ac-reunion.fr Note d’information n° 189 -Janvier 2010Page 4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.