ENM physique 2005 ci tse concours interne tse

Publié par

METEO-FRANCE INTERNE - E.R. - ECOLE NATIONALE DE LA METEOROLOGIE T.S.E CONCOURS INTERNE ET EMPLOIS RESERVES 2005 DE TECHNICIEN SUPERIEUR LA METEOROLOGIE FILIERE EXPLOITATION -:-:-:-:-:- EPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 3 heure s Coefficient : 4 -:-:-:-:-:-:- La clarté des explications et le soin apporté à la présentation seront pris en compte dans l’évaluation des copies. ______________ Exercice n°1 La scintigraphie Données susceptibles d’être utilisées -27 -19 8 -1 1u=1.66.10 kg 1u correspond à une énergie de 935MeV 1eV=1,6.10 J c=3.10 m.smasse du noyau de l'iode 123: 122,87652u masse du noyau d'iode 131: 130,87705u masse du noyau de xénon 131: 130,87545u masse du proton:1,00728u -4masse du neutron:1,00866u masse de l'électron: 5,4858.10 u Numéro atomique du tellure Te: Z=52 de l'iode I: Z=53 du xénon Xe: Z=54 du césium Cs: Z=55 L'image scintigraphique utilise des traceurs et des marqueurs. Un traceur est une substance qui peut se localiser de façon sélective au niveau d'une structure particulière de l'organisme. Un marqueur est un radionucléïde qui se prête aisément à une détection externe. Il émet des rayonnements g qui sont détectés à l'extérieur de l'organisme à l'aide d'une gamma-caméra. L'association d'un traceur et d'un marqueur permet, grâce au marqueur, de suivre l'évolution du traceur dans l'organisme. ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 573
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
METEO-FRANCE ECOLE NATIONALE DE LA METEOROLOGIE    CONCOURS INTERNE ET EMPLOIS RESERVES 2005 DE TECHNICIEN SUPERIEUR LA METEOROLOGIE  FILIERE EXPLOITATION
- -:-:-:-:-: EPREUVE DE PHYSIQUE    Durée : 3 heure s Coefficient : 4 -:-:-:-:-:-:- La clarté des explications et le soin apporté à la présentation seront pris en compte dans l’évaluation des copies. ______________   
 Exercice n°1La scintigraphie   Données susceptibles d’être utilisées 1u=1.66.10-27 1eV=1,6.10 correspond à une énergie de 935MeVkg 1u-19J c=3.108m.s-1 masse du noyau de l'iode 123: 122,87652u masse du noyau d'iode 131: 130,87705u masse du noyau de xénon 131: 130,87545u masse du proton:1,00728u masse du neutron:1,00866u masse de l'électron: 5,4858.10-4u Numéro atomique du tellure Te: Z=52 de l'iode I: Z=53 du xénon Xe: Z=54 du césium Cs: Z=55   L'image scintigraphique utilise des traceurs et des marqueurs. Un traceur est une substance qui peut se localiser de façon sélective au niveau d'une structure particulière de l'organisme. Un marqueur est un radionucléïde qui se prête aisément à une détection externe. Il émet des rayonnementsg qui sont détectés à l'extérieur de l'organisme à l'aide d'une gamma-caméra. L'association d'un traceur et d'un marqueur permet, grâce au marqueur, de suivre l'évolution du traceur dans l'organisme. Pour réaliser des scintigraphies thyroïdiennes, l'iode radioactif est le traceur physio logique de référence, il sert à la fois de traceur et de marqueur. On utilise pour cela soit l'iode 131 soit l'iode 123  1) Généralités a) Donner la structure des noyaux des deux isotopes de l'iode. b) L'iode 123 est produit par réaction nucléaire entre le s deutons11H de haute énergie et du tellure25221Te. Ecrire l'équation correspondant à la réaction nucléaire. Préciser les lois de conservation utilisées et donner la nature de la particule qui accompagne la formation de l'iode 123. c) Quelle doit être la caractéristique commune aux deux isotopes de l'iode pour qu'ils puissent être utilisés comme marqueur? d) Calculer l'énergie de liaison par nucléon pour chacun des isotopes.  2) Utilisation de l'iode 131 émetteur (b-,g) de demi-vie t1/2=8 jours. a) Quels sont les rayonnements émis par l'iode 131 lors de sa désintégration? b) Ecrire l'équation de sa désintégration. c) Calculer, en MeV, l'énergie libérée par chaque désintégration. d) Pour une scintigraphie thyroïdienne, un patient adulte doit ingérer par voie orale une quantité d'iode 131 d'activité Aoimages est de 24h. Quelle est, en. Le délai entre l'administration du traceur et la réalisation des fonction de Ao, l'activité A de l'iode 131 dans le corps au moment où les images sont réalisées?  T.S.V.P.è  1
3) Utilisation de l'iode 123 émetteurgde demi-vie t1/2= 13,2h a) On rappelle que la constante de tempstradioactif est l'inverse de sa constante radioactive.d'un corps Calculertpour l'iode 123 en heures et en secondes. b) Pour une scintigraphie thyroïdienne, il faut injecter à un patient adulte une quantité d'iode 123 d'activité égale à 6,4MBq. Tracer la courbe représentant L'activité en fonction du temps t ( on tracera la courbe sans calculatrice, on représentera simplement les activités correspondant à t1/2; 2 t1/2; 3t1/2; 4 t1/2; 5t1/2;…) c) La réalisation des images se fait entre 2 et 4h après administration de l'iode. Déterminer graphiquement l'activité de l'iode au bout de 4h. Que vaudrait-elle si on réalisait, comme dans le cas de l'iode 131, une image 24h après l'injection?  Exercice n°2: Chute de grêlo La grêle, précipitation atmosphé formée de grêlons, se produiv (m.s-1) temps orageux au printemps ou e25 Les grêlons, grains d'eau congel22,5 5 à 50 mm de diamètre (qui pe20 parfois être agglomérés en blocs gros), se forment dans les cu17,5 nimbus orageux, lorsque les g15 d'eau, entraînées par des co ascendants, gèlent en haute alti12,5 On a filmé le mouvement de10 d’un grêlon de masse m d l’instant de sa formation, pris co7,5 origine des dates, où l’on5 considérer que sa vitesse, qualifi2,5 vitesse initiale, est L’exploitation du fichier vidéo o0 t (s) permet de tracer la courbe do0 2 4 6 8 l’évolution temporelle de la vite du grêlon. Celle-ci a été représen I –Exploitation de la courbe 1 )A la précision de la courbe près, pendant quelle durée peut-on assimiler le mouvement de chute du grêlon à une chute libre ? Justifier votre réponse. Quelle est la hauteur de chute correspondante ? Donnée : g = 10 m.s-2. 2 )d’après la courbe, la valeur de l’accélération initiale du grêlon.Déterminer, 3 )En justifiant votre réponse, déterminer la valeur du temps caractéristique relatif au mouvement de chute du grêlon. 4 )Déterminer la valeur de la vitesse limite vLdu mouvement de chute du grêlon. II –Choix d’un modèle pour le mouvement de chute du grêlon 1 ) Premier modèle : chute libre Le grêlon s’est formé en un point O situé à une altitude de 8,0 km du sol. On cherche à savoir si un modèle de chute libre est adapté.  grêlon de masse m? En appliquant laDans ce modèle, quelle est la seule force extérieure appliquée au deuxième loi de Newton au grêlon, et en adoptant un repère Oz d’axe vertical orienté vers le bas, déterminer les expressions v (t) de la valeur de la vitesse du grêlon et z (t) de sa hauteur de chute en fonction du temps. Quelle serait la valeur de la vitesse du grêlon, dans ce modèle, lors de son arrivée au sol ? 2 ) Second modèle : la valeur de la vitesse du grêlon devant manifestement être inférieure à la valeur précédente, est-ce dû à la poussée d’Archimède ? Données :masses volumiques : de la glacerg= 1,0 x 103kg.m-3, de l’airra= 1,0 kg.m-3. Vérifier que la poussée d’Archimède ne peut justifier la valeur de la vitesse réellement observée pour le grêlon.      T.S.V.P.è  
 
2
3 )  existence d’une force de frottement.Troisième modèle :  L’étude se fera encore dans le repère Oz, d’origine le point O de formation du grêlon et d’axe muni d’un r vecteur unitaire u vertical et vers le bas. On envisage une force de frottement s’exerçant sur le grêlon dont r r l’expression serait : F= -k×v2u× , vitesse v étant la valeur de lagrêlon et k un coefficient constant ne du dépendant que de la forme du grêlon et du fluide dans lequel intervient la chute (ici l’air). a )En utilisant l’analyse dimensionnelle, donner l’unité du coefficient k. b )au grêlon, montrer que l’évolution temporelle de la valeur de sa En appliquant la deuxième loi de Newton t ré e ielle suivante : dv+k×v2=g(1). vitesse es gi par l’équation différent dt m c )Cette équation peut être résolue à l’aide de la méthode itérative d’Euler. Indiquer brièvement le principe de cette méthode. En particulier, en désignant parDt le pas d’itération, expliciter les calculs que l’on ferait pour obtenir v (Dt), valeur de la vitesse à la dateDt, et v (t +Dt), valeur de la vitesse à la date tDt. + d )Déduire de l’équation(1)l’expression de la valeur de la vitesse limite vLde chute du grêlon dans l’air. e )grêlon à une sphère de rayon r = 1,0 cm. L’expression du coefficient k est alors : k = On assimile le 12×arS×C×x, où S =p ×r2est la section du grêlon et Cx= 0,50. Sachant que le volume dune sphère vaut 34× pr×3, calculer la valeur théorique de la vitesse limite vLde chute du grêlon dans l’air. Comparer celle -ci à la valeur expérimentale obtenue auI –4 )et conclure sur la validité du modèle.   Exercice n°3: Réponse d’une bobine à un échelon de tension On se propose d’étudier l’établissement du courant au travers d’une bobine, d’inductance L et de résistance r, lorsque celle -ci est soumise à un échelon de tension. Pour obtenir une indication sur la durée nécessaire à l’établissement d’un régime permanent, on utilise la grandeur notée t, appelée constante de temps du circuit et L  t définie par=R . I – Détermination expérimentale de la valeur numérique de t à partir de l’étude de la courbe d’établissement du courant. On donne : R = R’ + r = 50 O. Un dispositif (centrale d’acquisition) permet d’enregistrer l’évolution, en fonction du temps, de l’intensité i du courant traversant le circuit. A laRK date t = 0 s, on ferme l’interrupteur K. Cette action déclenche lai+   réalisation des mesures.obtient la courbe de la figure n° 1On  ci-( L , r ) dessous.  1 ) I l’intensité du courant électrique qui traverse le circuit, en Soit régime permanent. Etablir l’expression littérale de I à partir des= 10 V caractéristiques du circuit. Déterminer sa valeur numérique. 2 )l’intensité du courant atteint 63 % de sa valeur admet que  On maximale I au bout d’un temps t. Déterminer la valeur de t, constante de temps du circuit, à partir de lafigure n° 1.  II –Vérification de l’expression littérale de t Pour effectuer cette détermination, l’expérience réalisée dans la partie I – est reprise en conservant pour R la valeur de 50 O, mais en donnant à L différentes valeurs. Les enregistrements effectués permettent d’obtenirle faisceau de courbes de la figure n° 2 .suossdei- c 1 )Déterminer, à partir des enregistrements effectués, les valeurs de t correspondant aux différentes valeurs de L ; compléter le tableau ci-dessous . L (H)0,20 0,40 0,60 0,80 t (ms)      2 )de l’étude expérimentale, établir par la méthode de votre choix, la relation entre t et L.A partir 3 )En déduire la valeur expérimentale de R. Est-elle en accord avec les données ?    T.S.V.P.è  3
  III – Détermination de la valeur numérique de t à partir de l’exploitation théorique de la courbe d’établissement du courant. 1 )Le circuit étudié est le circuit proposé dans la partie I -. En utilisant la relation d’additivité des tensions dans un circuit série, donner l’équation différentielle régissant l’établissement du courant dans le circuit. 2 )n  umpte s.se Roh tègomà eneuL req irif éV 3 ) Quelle est la valeur de l’intensité du courant, i (0), à la date t = 0 s? Comment s’écrit alors l’équation différentielle donnée précédemment ? 4 ) .nEd déiuerl équation de la tanegn etnimr ,re etéD= 0 e t  datà laoi nerssepx,sl o lue q,id dde)0(tdid areton n t à la courbe d’établissement du courant à la date t = 0 s, et monter que cette droite passe par i = I à la date t = t . 5 )Déduire graphiquement dela figure n° 3ci-dessous, la valeur numérique de t .                T.S.V.P.è 
 
4
0,2
i (A) 0,25
120
t (ms)
100
80
0 0
0,05
0,1
0,15
t (ms)
        Figure n° 1                     Figure n° 2                  Figure n° 3    
0,2
L = 0,8 H ; E = 10 V ; R = 50W
 
5
i (A)
20
0 0
60
4 0
L = 0,2 H
L = 0,6 H
L = 0,8 H
L = 0,4 H
20
E = 10 V ; R = 50W
60
40
100
80
t (ms) 120
 
0,15
0,1
0,05
20
0,05
0,1
0,2
0,15
100
80
60
40
0 0
i (A) 0,25
L = 0,8 H ; E = 10 V ; R = 50W   
120
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.