ENSAI composition d economie 2004 eco composition d'economie economie

Publié par

J. 0856INSITIi1TNA77ONAL DE IA STA71J1QUEET DES UDES ONOMIQUESECOLE NATIONALE DE LA STATISTIQUEET DE LNALYSE DE LNFORMATIONconcours dle titulaire de PENSAIconcours externe dttaché de lNSEEMAI 2004SPECIALITE ECONOMIEcomposition dconomieDurée : 4 heuresL 'usage des calculatrices est interdit.Le sujet comprend 9 pages (y compris celle-ci).L'épreuve est composée d'une partie consacrée à la macro-économie et d'une partie consacrée à la micro-économie. Ces deux parties sont indépendantes et peuvent être traitées dans n'importe quel ordre.La partie consacrée à la macro-économie comprend deux parties indépendantes qui peuvent être traitées dansn'importe quel ordre.La partie consacrée à la micro-économie comprend deux exercices indépendants qui peuvent être traités dansLa correction tiendra le plus grand compte de la qualité des interprétations données, et de la clarté de l'analyse.Tournez la page S.V.P.– 2 –Partie MACRO-ECONOMIE (10 points)Partie 1 : Le miracle de la création monétaire (4,5 points)Le texte ci-dessous de Patrick Castex est issu du numéro hors-série d'Alternatives Economiques sur lamonnaie (n°45 – Sème trimestre 2000).« Supposons que les habitants d'un pays possèdent des pièces d'or. Pour ne pas se faire dévaliser, ils lesdéposent dans une banque qui leur donnent en échange des « tickets de consigne », des billets. Grâce à cestickets de consigne, on peut reprendre son or quand on veut en ramenant les billets.Faisons maintenant un peu de ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 206
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
INSITIi1TNA77ONAL DE IA STA71J1QUE ET DESÉ7UDES ÉCONOMIQUES
ECOLE NATIONALE DE LA STATISTIQUE
ET DE L'ANALYSE DE L'INFORMATION
concours d'élève titulaire de PENSAI concours externe d'attaché de l'INSEE
MAI 2004
SPECIALITE ECONOMIE
composition d'économie
Durée : 4 heures
L 'usage des calculatrices est interdit.
Le sujet comprend 9 pages (y compris celleci).
L'épreuve est composée d'une partie consacrée à la macroéconomie et d'une partie consacrée à la micro économie. Ces deux parties sont indépendantes et peuvent être traitées dans n'importe quel ordre.
J. 0856
La partie consacrée à la macroéconomie comprend deux parties indépendantes qui peuvent être traitées dans n'importe quel ordre.
La partie consacrée à la microéconomie comprend deux exercices indépendants qui peuvent être traités dans n'importe quel ordre.
La correction tiendra le plus grand compte de la qualité des interprétations données, et de la clarté de l'analyse.
Tournez la page S.V.P.
– 2 –
Partie MACROECONOMIE (10 points)
Partie 1 : Le miracle de la création monétaire
(4,5 points)
Le texte cidessous de Patrick Castex est issu du numéro horssérie d'Alternatives Economiques sur la monnaie (n°45 – Sème trimestre 2000).
« Supposons que les habitants d'un pays possèdent des pièces d'or. Pour ne pas se faire dévaliser, ils les déposent dans une banque qui leur donnent en échange des « tickets de consigne », des billets. Grâce à ces tickets de consigne, on peut reprendre son or quand on veut en ramenant les billets. Faisons maintenant un peu de comptabilité[...]. Après la mise en consigne, la banque possède un actif en or de 100. Mais elle doit cet or aux clients qui le lui ont apporté, elle à une dette à leur égard, notée au passif, de 100 également. La monnaie est une dette pour l'émetteur de monnaie et une créance pour son possesseur. Aton créé de la monnaie en imprimant les billets ? Oui, diront certains . on a l'or plus les billets, la quantité de monnaie a doublé. Evidemment non, car la monnaie fiduciaire (les billets) s 'est seulement substituée à la monnaie matérialisée par de l'or : la masse monétaire est seulement ce qui appartient au public et peut être dépensé – on ne peut plus dépenser l'or déposé à la banque. L'or est la source ou la contrepartie de la masse monétaire, en billets pour le moment.
Les sources étrangères de la monnaie
Imaginons que nos habitants exportent plus qu'ils n'importent. Ils obtiennent, disons 40 en devises, de la monnaie étrangère qui n 'a pas cours légal dans le pays. Le public, qui veut de la monnaie locale, amène ces devises à la banque, laquelle lui fournit en échange des billets, par une opération de change (encore des tickets de consigne). L 'actif des agents non financiers a augmenté de 40 en billets, de même que le passif de la banque ; il y a alors une création monétaire dont les devises sont la source. On appelle contrepartie extérieure de la masse monétaire les devises (l'or étant noyé dans ce concept). L 'excédent commercial, plus généralement l'excédent de la balance des paiements, est donc source de création monétaire. Mais les voleurs – pensons aux frères Dalton – aiment aussi les billets de banque. Pour ne pas se faire dépouiller, le public dépose ses billets à la banque. Ce n 'est pas la même banque. La première, celle qui émet les billets nationaux et change les devises, c'est la banque centrale. Elle laisse les banques commerciales assurer cette nouvelle fonction de collecte des billets. Que se passetil ? Le public substitue à son actif des billets par des créances auprès des banques commerciales : des dépôts à vue. Les banques commerciales possèdent maintenant des billets à leur actif, mais doivent aux déposants un montant équivalent. Aucune création monétaire dans cette opération anti Dalton : la monnaie de banque centrale (les billets) s 'est transformée en monnaie banque commerciale, dont le principal support est souvent le carnet de chèques, que l'on appelle la monnaie scripturale. Les banques commerciales sont alors tentées de ne pas laisser dormir leurs encaisses, d'autant plus qu 'on leur propose de les leur emprunter moyennant un petit profit : le taux d'intérêt. Elles se laissent tenter. Supposons qu'une banque prête un montant supérieur à ce qu 'elle détient en billets. Comment feratelle ? Elle créditera le compte de l'agent non financier qui pourra payer par chèque, carte de paiement, etc. Apparemment, aucune monnaie n'a été créée, aucune planche à billets n'a ronronné. C'est faux. De la monnaie a bien été créée, le public possède maintenant dans son actif un moyen de paiement supplémentaire, sous forme de dépôts à vue créé par le crédit. De l'autre côté, au passif, le public doit cet argent à la banque qui, du coup, possède sur le public une créance, le crédit bancaire. Personne n'est devenu riche : le public a une dette de plus et un actif en banque de plus du même montant , la banque, une créance de plus (le crédit accordé) et une dette de plus (le dépôt à vue).
3
Le crédità l'économie : monnaie de singe ? Une nouvelle contrepartie de la masse monétaire vient d'apparaître : le crédit bancaire au public (les ménages ou les entreprises), nommé crédit à l'économie. Quand le public rembourse tous les crédits accordés, on constate une destruction de monnaie. Rien n'a brûlé, mais il y bien destruction de monnaie, car la masse des moyens de paiement des agents non financiers a fondu en même temps que le crédit, la source qui 1 'avait fait naître. Ce crédit bancaire ressemble fort à une création de monnaie de singe, dans la mesure où le stock d'or et de devises, la « vraie contrepartie » de la masse monétaire, n 'a pas bougé. Si le bénéficiaire du crédit ou l'ancien déposant veut de la monnaie en billets, la banque risque la faillite : elle n'en a généralement pas assez, c'est le risque d'illiquidité. Elle se précipite alors à la banque centrale et luidemandeun crédit du même montant pour honorer sa dette, en monnaie sonnante et trébuchante. La banque centrale hésite, mais se dit que si elle refuse, le système bancaire est par terre ; alors elle accorde le crédit en gros ; comme la banque commerciale 1 'avait accordé au public. Enfin, voilà de la vraie création monétaire diront certains : la planche à billets, et pas ces écritures qui ne créaient que de la monnaie de singe. Grave erreur : pas un centime de monnaie n'a été créé, la masse monétaire n 'a pas bougé, bien que de la monnaie de banque centrale ait été émise. Mais elle se trouve dans les coffres des banques et ne fait donc pas partie de la masse monétaire. Après ce refinancement, la banque, avec un large sourire, fournit les billets demandés. Enfin de la création monétaire ? Toujours pas ! De la monnaie fiduciaire a simplement remplacé de la monnaie scripturale : des dépôts à vue ont disparu à l'actif du public, remplacés par les billets, et ils ont disparu du passif de la banque commerciale, en même temps que les billets de banque à 1 'actif Il ne manquait que 1'Etat qui, s'il doit financer son déficit budgétaire, va aussi profiter de la création monétaire. Il le fait soit en empruntant de l'épargne déjà existante, en émettant des obligations à long terme ou des bons du Trésor à courtterme souscrits par le public ou par les banques, soit en demandant des avances à la banque centrale. Dans le premier cas, il n'y a pas création monétaire, simplement transfert par l'emprunt de monnaie existante — comme, plus haut, quand les banques émettaient des obligations. Pour le reste, il y a bien création monétaire (financement monétaire de la politique budgétaire). Comment cela se produitil ? La banque centrale achète, en fournissant par exemple des billets de banque, une partie des bons du Trésor détenus par les agents non financiers. Si elle en achète beaucoup, leur valeur va augmenter, et comme ils sont très demandés, le taux d'intérêt que l'Etat devra proposer va baisser. On assiste à une création monétaire, car des créances non monétaires se sont transformées en monnaie. La banque centrale vient de faire une opération d'openmarket. Elle a créé de la monnaie et fait baisser le taux d'intérêt. Une telle politique lui sert à soutenir l'économie. Si la banque centrale revend, contre par exemple des billets de banque, une partie des bons du Trésor qu'elle avait achetés aux agents non financiers, si elle en vend beaucoup, leur valeur va baisser et le taux d'intérêt augmenter. On assiste alors à une destruction monétaire. La banque centrale vient de faire une opération inverse d'openmarket, elle vient de détruire de la monnaie, d'assécher une partie de ce qu'elle estime être un surplus de liquidité à éponger , elle a fait monter le taux d'intérêt. Elle agit ainsi lorsqu 'elle a peur de l'inflation. Une autre contrepartie de la masse monétaire apparaît : les crédits à 1'Etat. Tout crédit bancaire estil donc source de création monétaire ? Non, si la source du crédit est la collecte d'une épargne existant déjà ; et si, par exemple, les ménages transfèrent une partie de ce qu'il y a sur leurs comptes à vue vers un plan d'épargne logement, il y a destruction monétaire, du fait de la baisse du montant de monnaie utilisable immédiatement. De même, si les banques commerciales émettent des obligations (c'estàdire empruntent de l'argent) souscrites par le public, on a une autre destruction monétaire : la masse monétaire détenue par le public passant dans les mains des banques disparaît, pas physiquement. mais en tant que pouvoir d'achat immédiat. D'où la présentation habituelle des contreparties de la masse monétaire, où ces sources non monétaires, dites ressources stables, sont déduites des crédits pour correspondre à la monnaie en circulation.
Tournez la page S.V.P.
– 4 –
Les contreparties de la masse monétaire en Europe (en milliards d'euros et en % du total des crédits, au 31/12/99)
Extérieur + Crédits internes à l'économie dont crédit au secteur privé dont crédit à l'État = Total des crédits Crédits sur ressources stables = Contrepartie M3
La moitié des crédits correspond à de la création monétaire
270 8 202 6 140 2 062 8 472 3 690 4 782
3 % 97 % 73 % 24 % 100 % 44 % 56 %
On note qu'il n 'y a qu'un peu plus de la moitié des crédits qui correspond à de la création monétaire. On remarque également l'insignifiance du rôle joué par l'extérieur, qui ne représente que 3 % de M3. La plus grande partie de la masse monétaire est donc bien la conséquence des crédits bancaires (au secteur privé, dans son écrasante majorité, mais aussi à 1'Etat) : une simple écriture comptable, du vent, pas de l'or ou des devises. Ce qui ne veut pas dire que ce vent ne puisse pas, en soufflant, avoir des effets tangibles sur 1'économie, pour relancer 1 'activité ou lutter contre le chômage.
Apartir de ce texte et de vos connaissances,
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.
Comment peuton définir la monnaie ?
Quelles sont les formes de la monnaie ?
Que sont les agrégats monétaires ?
répondre aux questions suivantes :
Que signifie l'expression « les crédits font les dépôts » ?
Quelles sont les limites au pouvoir de création monétaire des banques commerciales ?
Comment la monnaie estelle détruite ?
Qu'entendon par « contreparties de la masse monétaire » ?
Que désigne l'opération d'« openmarket » ?
5
Partie 2 : Le modèle keynésien en économie fermée
(5,5 points)
On considère une économie fermée à prix fixes en situation de chômage keynésien. Les différents
agents se comportent de la façon suivante :
Les
ménages
disposent de l'ensemble de la production, ils paient des impôts
forfaitaires, épargnent, consomment un volume de biens en fonction de leur revenu. Ils
émettent une demande de monnaie pour motif de transaction et pour motif de
spéculation.
Lesentreprisesproduisent le bien en situation de contrainte sur leurs débouchés. Elles investissent un volume de biens financé par emprunt sur les marchés obligataires.
L'Etat acquiert une quantité fixe de biens financée pour partie par impôts, pour partie
par émission de monnaie et pour partie par emprunt sur les marchés obligataires. LaBanque Centraleémet de la monnaie en contrepartie des titres qu'elles détient sur l'Etat.
La représentation de ce genre de modèle correspond au schéma ISLM dont une représentation est
donnée cidessous.
Tournez la page S.V.P.
ler cas : La situation initiale d'équilibre se situe au point A
r
LM
Is
Y
1) Que représentent ces deux droites ? 2) Que représente de façon plus générale le schéma ISLM ? 3) Que représente le point d'intersection des deux droites IS et LM ? 4) Commenter l'état d'équilibre ou de déséquilibre sur les différents marchés au point A. 5) Quelles seront les incidences sur chacune des deux droites des modifications suivantes :
Une augmentation de l'offre nominale de monnaie,
Une augmentation des dépenses publiques,
Une augmentation du niveau général des prix.
2ème cas : La situation initiale d'équilibre se situe au point E (à l'intersection des 2 droites).
r
Y
7
On considère une augmentation des dépenses publiques de l'Etat financée par emprunt auprès des ménages. 6) Quel sera l'effet de cette politique budgétaire sur l'activité du pays ? Décrire précisément les
mécanismes en jeu et illustrer graphiquement votre propos. 7) Sous quelles conditions cette politique budgétaire n'estelle pas efficace ? Représenter
graphiquement un cas d'inefficacité.
On considère désormais une augmentation des dépenses publiques de l'Etat financée par création monétaire (financement par emprunt auprès de la Banque Centrale). 8) Quel sera l'effet de cette politique budgétaire sur l'activité du pays ? Décrire précisément les mécanismes en jeu et illustrer graphiquement votre propos.
9)
Quelle est la signification du multiplicateur du budget équilibré ?
Tournez la page S.V.P.
Partie MICROECONOMIE (10 points)
Exercice 1(7,5points) :Etude de Monopole
2 Une firme est dotée de la fonction de coût total suivante : CT(q) = q + 2q + 200 où q est la production mensuelle. La capacité de production installée ne permet pas à la firme de produire plus que max g =100.
Question 1. Calculez les coûts fixes, le coût marginal et le coût moyen. Question 2. Justifiez de deux façons ce qui permet de penser que nous sommes à court terme. Question 3. On est ensituation de concurrence. 3.1. Déterminez la fonction d'offre de la firme.
3.2. Par ailleurs en supposant que le prix unitaire du bien produit par la firme est fixé à p = 100 , calculez la
production optimale et le profit de la firme.
L'entreprise change de propriétaire, et s'appelle désormais RECALL dont l'ambition (inavouée) est
d'éliminer ses concurrentset d'être
le maître du marché.
Question 4. Le prix reste fixé à 100 . La société RECALL décide de maximiser son chiffre d'affaires. Déterminez la nouvelle production optimale et le profit correspondant. Commentezles.
La société RECALL envisage de reconsidérer ses objectifs et de prendre en compte simultanément
un objectif de maximisation du chiffre d'affaires et un objectif de profit maximal en les pondérant respectivement par X et g aveca. ,g € [0,1] et X+g = 1._
Question 5. Ecrivezlafonction-objectif notée Wqui se déduit de cette décision. Question 6. En déduire la relation à l'optimum entre coût marginal et prix. Commentezla.
= Question 7. Calculez l'optimum de production et le profit correspondant pour p 100 et 2.=g.
La société RECALL récupère l'ensemble du marché et devient un monopole. La fonction de
demande du produit s'écrit : q=200p.
Question 8. Déterminez les productions, prix et profit de la société RECALL.
Question 9. Calculez les surplus du consommateur et du producteur.
` Selon une association de consommateurs, la société RECALLestun requin qui sefait de l'argent surle dos des modestes citoyens'. Et elle lui demande publiquement (via la presse) de ne pas pratiquer le même prix pour les personnes ayant des revenus modestes et pour celles ayant des revenus élevés.
La société RECALL répond favorablement à cette requête. Selon l'étude conduite par ses services, les
personnes aisées ont une fonction de demande ql = 120  2 p, et pour les personnes à revenus modestes ont 5
p une fonction de demande q2 = 80  3 z . 5
Question 10.
Calculez, pour les deux catégories, la valeur de l'élasticité de la demande lorsque le prix du
bien produit est égal à 100 . Commentez.
Question 11.
Trouvez les quantités optimales, les prix optimaux et le profit optimal. Vérifier que la société
RECALL a en fait augmenté son profit.
Exercice
2(2,5 points)
:Duopole de Stackelberg
sans mécanisme d'engagement de la part du Leader.
Soit un duopole de Stackelberg avec leadership en quantité. La firme 1 est ici leader et la firme 2 est
follower. Leurs fonctions de coût sont respectivement : CT g c g 1( l) = l l CT g c g 2( l) = 2 2 Où et , c2 0; cil et q2 sont respectivement les quantités (positives) produites par le leader et le follower.
La fonction de demande inverse est : p(q) = a — bq , où q= q i + q2
et a , b 0.
On supposera que pour des raisons diverses, le leader ne peut garantir formellement au follower qu'il jouera
bien la quantité q*l qu'il annonce.
Question 1. Expliquer brièvement pourquoi nous ne sommes plus dans le cadre d'un duopole de Stackelberg.
Question 2. Calculer les quantités optimales, les profits de chaque firme, ainsi que le prix de marché.
Fin de l'épreuve
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.