Epreuve de traduction 2002 Agrégation d'anglais Agrégation (Externe)

De
Publié par

Concours de la Fonction Publique Agrégation (Externe). Sujet de Epreuve de traduction 2002. Retrouvez le corrigé Epreuve de traduction 2002 sur Bankexam.fr.
Publié le : vendredi 8 juin 2007
Lecture(s) : 41
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Agrégation externe – Anglais
Session 2002
Épreuve de traduction.
Durée 6 heures
VERSION
A cat like a beadle goose-stepped with eerie convulsions out of the night cast by a cluster of statuary,
from the recesses of the entrance hall. A maid with matchless decorum left a door silently, she
removed a massive copper candlestick. She reintegrated the gloom that the cat had left.
The cat returned, with the state of a sacred dependent, into the gloom. Discreet sounds continually rose
from the nether stair-head, a dark whisper of infernal presences. The antlers of the hall suggested that
5
full-busted stags were embedded in its substance. A mighty canvas contained in its bronze shadows an
equestrian ghost, who otherwise might have ruffled the empty majesty of the house with confusing
posthumous activity.
Should a visitor, from just within the entrance, have been able to proceed at right angles to his left,
overcoming septum after septum, hung as though with gigantic medals with the bulging gilt frames, he
10
would have reached the gardener's tool-shed, and an arrangement of flagged steps —where the
impeccable staff indulged in those trite exchanges, inseparable from the menial life, with the more
alert of the tradesmen's messengers. There was a gap where the rhododendron hedge was just
exceeded by the stalwart street-front balustrade —where between the bulbous stone the policeman
could be observed at his usual occupation known as
Oh-dear-Mabel!
, which consists in a repeated
15
readjustment of the stiff melton trouser-fork, by a simultaneous flexion of both legs.
In a room upstairs a dead domestic, sneezing behind his hand because of the chill he had received as
he entered the vast apartment, placed heavy chiselled blocks of coal within the well of a grate,
armoured with a transverse caging two inches thick.
A grey-haired lady's-maid stood with a monk-like reverence before the figure of her mistress. The
20
veteran beauty awoke and the maid cast down her eyes. She then approached, armed for the carding of
her lady's hair.
Trapezoid in profile —an indoor model of the Maya Pyramid, the building for which that structure is
the blank pedestal represented by her savage head— Lady Fredigonde Follet received the combing at
first with immobility.
25
Wyndham Lewis,
Apes of God
, 1930.
THÈME
Lucien Bourcier parcourait les rues en claudiquant, sa valise à la main. Il aurait pu louer la voiture du
père Yves et se rendre tout de suite au port, à une dizaine de kilomètres, où le
Devonshire
était à quai
depuis la veille. Mais le
Devonshire
était un petit cargo qui n'admettait qu'un nombre très restreint de
passagers, et ne possédait pas de cabines, rien que des couchettes. Aussi les passagers n'avaient-ils le
droit d'embarquer que quelques instants avant l'heure régulière du départ. Le
Devonshire
lèverait
5
l'ancre demain matin avec la marée à sept heures, Lucien ne pourrait donc embarquer qu'à six au plus
tôt. Restait à trouver une chambre pour la nuit. Et pour la journée. Il était résolu à se cacher, à rester
seul. Par prudence il ne prendrait pas de chambre d'hôtel, il savait trop bien que sa mère n'allait plus
avoir de cesse qu'elle n'eût découvert sa retraite, afin de le harceler encore une fois. Elle allait
s'arranger pour envoyer dans tous les hôtels de la ville des messagers plus adroits que des policiers.
10
Peut-être ne songeraient-ils pas que la pension de Mme de Villaplane ait pu accueillir Lucien pour si
peu de temps et il y avait tout à parier que dans cette vieille maison il trouverait le repos qu'il voulait.
II se dirigea de ce côté.
Il ne regrettait rien. Demain, il serait à Londres, quelques jours plus tard en Suède. Ensuite, on verrait
comment passer plus loin...
15
Sur la place de la Mairie, partout des boutiques. Une bâche sur deux piquets faisait un éventaire
suffisant pour vendre aux conscrits des mirlitons, des cocardes, des drapeaux. À boire et à manger
aussi. On faisait frire de la morue en plein vent, de la saucisse, qu'ils avalaient en buvant de la
piquette. Sur les marches de la Mairie, un gendarme faisait l'appel.
Lucien parcourait la place, flânait d'un étal à l'autre, fasciné par tous ces jeunes gens qu'il regardait
20
comme s'il eût cherché parmi eux tous quelqu'un de connu. C'était, pour la plupart, de petits paysans
venus le matin à pied par la route, en bandes, conduits par un violoneux. Ceux de la ville ne restaient
guère sur la place. La morue, le pain noir et la piquette, ils n'en mangeaient pas. Ils étaient dans les
cafés, ou déjà rentrés chez eux porter à leurs parents la nouvelle: bons service armé ou ajournés. On ne
réformait pas.
25
Louis Guilloux,
Le sang noir
, 1935.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.