FESIC sciences de la vie et de la terre 2006

Publié par

CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ESCOM – ESEO – IGAL – ISA – ISAB - ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISEN Lille – ISEN Toulon – ISEP – LOUIS DE BROGLIE SELECTION FESIC ADMISSION en 1ère ANNEE du 1er CYCLE 2006 EPREUVE DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Samedi 13 mai 2006 de 16h.45 à 18h.15 INSTRUCTIONS AUX CANDIDATS L'usage de la calculatrice est interdit ainsi que tout document ou formulaire. L'épreuve comporte 16 exercices indépendants. Vous ne devez en traiter que 12 maximum. Si vous en traitez davantage, seuls les 12 premiers seront corrigés. Un exercice comporte 4 affirmations repérées par les lettres a, b, c, d. Vous devez indiquer pour chacune d'elles si elle est vraie (V) ou fausse (F). Un exercice est considéré comme traité dès qu'une réponse à une des 4 affirmations est donnée (l'abstention et l'annulation ne sont pas considérées comme réponse). Toute réponse exacte rapporte un point. Toute réponse inexacte entraîne le retrait d'un point. L'annulation d'une réponse ou l'abstention n'est pas prise en compte, c'est-à-dire ne rapporte ni ne retire aucun point. Une bonification d'un point est ajoutée chaque fois qu'un exercice est traité correctement en entier (c'est-à-dire lorsque les réponses aux 4 affirmations sont exactes). L'attention des candidats est attirée sur le fait que, dans le type d'exercices proposés, une lecture attentive des énoncés est absolument nécessaire, le vocabulaire employé et les questions posées ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 232
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ESCOM – ESEO – IGAL – ISA – ISAB -ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISEN Lille –ISEN Toulon – ISEP – LOUIS DE BROGLIE
SELECTION FESIC ADMISSION en 1ère ANNEE du 1er CYCLE 2006  
EPREUVE DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE   
Samedi 13 mai 2006 de 16h.45 à 18h.15
  INSTRUCTIONS AUX CANDIDATS  L'usage de la calculatrice est interdit ainsi que tout document ou formulaire.  L'épreuve comporte 16 exercices indépendants. Vous ne devez en traiter que 12 maximum. Si vous en traitez davantage, seuls les 12 premiers seront corrigés.  Un exercice comporte 4 affirmations repérées par les lettres a, b, c, d. Vous devez indiquer pour chacune d'elles si elle est vraie (V) ou fausse (F).  Un exercice est considéré comme traité dès qu'une réponse à une des 4 affirmations est donnée (l'abstention et l'annulation ne sont pas considérées comme réponse).  Toute réponse exacte rapporte un point.  Toute réponse inexacte entraîne le retrait d'un point.  L'annulation d'une réponse ou l'abstention n'est pas prise en compte, c'est-à-dire ne rapporte ni ne retire aucun point.  Une bonification d'un point est ajoutée chaque fois qu'un exercice est traité correctement en entier (c'est-à-dire lorsque les réponses aux 4 affirmations sont exactes).  L'attention des candidats est attirée sur le fait que, dans le type d'exercices proposés, une lecture attentive des énoncés est absolument nécessaire, le vocabulaire employé et les questions posées étant très précis.   INSTRUCTIONS POUR REMPLIR LA FEUILLE DE REPONSES  Les épreuves de la Sélection FESIC sont des questionnaires à correction automatisée. Votre feuille sera corrigée automatiquement par une machine à lecture optique. Vous devez suivre scrupuleusement les instructions suivantes :  Pour remplir la feuille de réponses, vous devez utiliser un stylo bille ou une pointe feutre de couleur noire ou bleue. Ne jamais raturer, ni gommer, ni utiliser un effaceur . Ne pas plier ou froisser la feuille.
1.  Collez létiquette code-barres qui vous sera fournie (le code doit être dans laxe vertical indiqué). Cette étiquette, outre le code-barres, porte vos nom, prénom, numéro de table et matière. Vérifiez bien ces informations.   Exemple :
 
              2.  Noircissez les cases correspondant à vos réponses :   Faire   Ne pas faire   Pour modifier une réponse, il ne faut ni raturer, ni gommer, ni utiliser un effaceur. Annuler la réponse par un double marquage (cocher F et V) puis reporter la nouvelle réponse éventuelle dans la zone tramée (zone de droite). La réponse figurant dans la zone tramée n'est prise en compte que si la première réponse est annulée. Les réponses possibles sont :  V F V F vrai     faux     abstention     abstention     vrai     faux     abstention      Attention : vous ne disposez que d'une seule feuille de réponses. En cas d'erreur, vous devez annuler votre réponse comme indiqué ci-dessus. Toutefois, en cas de force majeure, une seconde feuille pourra vous être fournie par le surveillant.   
 
Epreuve de S.V.T.
Sélection FESIC 2006   Exercice n°1  Limite Crétacé tertiaire : Le bassin de Hell Creek aux Etats-Unis est un site fossilifère bien étudié renfermant de nombreux fossiles de vertébrés. On a étudié plus particulièrement lévolution du nombre de genres de dinosaures et de mammifères sur une période comprise entre -73 à -63 Millions dannées (Ma). Cette évolution est présentée dans le graphique ci-dessous.  
 a)  Les dinosaures, bien représentés au Crétacé ont très brutalement disparu il y a 65 Ma. b)  Les mammifères ont commencé à se diversifier il y a 65 Ma. c)  Les diminutions rapides du nombre de genres de mammifères, de 38 à 30, et du nombre de genres de dinosaures, de 10 à 0, caractérisent une crise biologique. d)  Après la crise biologique, on constate une diversification des mammifères.   Exercice n°2  Chromosomes et division cellulaire : Au cours de certaines divisions cellulaires, on peut observer des chromosomes présentant laspect visible sur la photographie ci-dessous.  
 a)  Les chromosomes photographiés sont observables au cours d’une mitose. b)  La cellule photographiée, comportant ce chromosome, est en prophase I. c)  Sur cette photographie, on peut voir deux chromosomes accolés par leurs centromères. d)  Au cours de la phase présentée, les chromosomes peuvent échanger des portions de chromatides.  CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LUOIS DE BROGLIE   page  1  
 
Epreuve de S.V.T.
Sélection FESIC 2006   Exercice n°3  Résultats de croisements de drosophiles : Pour expliquer la diversité des génomes, on réalise un croisement-test ou test-cross chez la drosophile, en considérant deux couples dallèles : vg et vg+, pu et pu+  Les résultats de ce croisement sont indiqués dans le document ci-dessous.    issues de la F1 x   [vg+ ; pu+] [vg ; pu]  Génération F2 [vg+ ; pu+] [vg+ ; pu] [vg et confondus  ; pu+] [vg ; pu] Pourcentages des 43.5% 6.5% 6.5% 43.5% différents phénotypes   a)  A la génération F1, les femelles sont hétérozygotes pour les deux gènes considérés, les mâles sont homozygotes. b)  Les proportions des différents phénotypes obtenus illustrent le brassage interchromosomique. c)  Les gènes Vg et Pu sont situés sur le même chromosome. d)  Les génotypes des femelles de la génération F1 s’écrivent donc (vg+, pu)//(vg, pu+).  
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LUOIS DE BROGLIE  
 page  2  
 
Epreuve de S.V.T.
Sélection FESIC 2006   Exercice n°4  Datation absolue La méthode rubidium-strontium est fondée sur la décroissance radioactive du 87 Rb, un isotope instable du rubidium qui se désintègre spontanément en 87 Sr, un isotope stable du strontium. Pour connaître lâge dune roche, on mesure dans différents minéraux de cette roche les quantités de 87 Rb et 87 Sr ainsi que de 86 Sr, un isotope stable dont la quantité est supposée constante au cours du temps. Les valeurs des rapports 87 Rb / 86 Sr et 87 Sr / 86 Sr fournies par ces mesures sont reportées sur un graphique. La datation sappuie alors sur la construction dune droite isochrone qui permet dévaluer lâge de cette roche. Des mesures isotopiques ont été réalisées sur des échantillons et des minéraux de deux granites G1 et G2, les résultats sont rassemblés dans le graphique ci-dessous :  
 a)  Le rapport 87Rb / 86Sr et le rapport 87Sr / 86Sr diminuent constamment au cours du temps. b)  Le géochronomètre 87Rb / 87Sr est utilisé pour dater des évènements anciens de 10 7 années ou plus. c)  Les pentes des droites reliant les mesures effectuées sur G1 ou G2 sont proportionnelles à l’âge de ces granites. d)  Le granite G1 est plus ancien que le granite G2.  
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LOUIS DE BROGLIE  
 page  3  
Sélection FESIC 2006 Epreuve de S.V.T.    Exercice n°5  Croissance des végétaux : Pour comprendre les mécanismes de la croissance des végétaux, Boysen-Jensen a réalisé une série dexpériences ; les résultats expérimentaux observés et présentés dans le document permettent de déduire certaines informations.     1 ère expérience  ème expérience  3 ère expérience  4 ème expérience  Conditions Résultats : Conditions Résultats : Conditions Résultats : Conditions Résultats : e érimen expérimentales : xp tales : expérimentales :  expérimentales :   Pointe du Croissance et Pointe coupée Croissance et Pointe coupée Croissance et Pointe coupée Pas de coléoptile courbure en puis remise en courbure en puis remise en courbure en puis remise en croissance ni coupée puis direction de la place séparée direction de la place séparée direction de la place séparée de courbure. remise en lumière. de la base par lumière. partiellement lumière. partiellement place. une lame de de la base par de la base par gélose.  une lame de une lame de mica : mica : -Placée du -Placée du coté éclairé.  coté opposé à la lumière.   a)  Les cellules exposées à la lumière se rétractent, ce qui provoque la courbure des coléoptiles. b)  La croissance cellulaire est due à une hormone végétale, l’auxine, qui est soluble dans l’eau. c)  Toutes les cellules éclairées produisent de l’auxine qui migre secondairement vers les cellules non éclairées. d)  La courbure du coléoptile est due à une inégale répartition de l’auxine dans celui-ci.  CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LUOIS DE BROGLIE   page  4  
Epreuve de S.V.T.  
Sélection FESIC 2006   Exercice n°6  Chez une brebis ovariectomisée, on empêche lactivité normale de la GnRH. Lexpérimentateur administre des pulses de GNRH. Une injection intramusculaire de benzoate dstradiol est réalisée. La concentration plasmatique de LH est mesurée régulièrement.  
  a)  la GnRH est une neurohormone qui agit sur l’antéhypophyse. b)  La courbe met en évidence un rétrocontrôle positif puis négatif. c)  La mise en place d’un rétrocontrôle est la seule action de l’œstradiol. d)  Chez la femme, le pic de LH est appelé décharge ovulante. Il déclenche la ponte ovulaire.  
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LUOIS DE BROGLIE  
 page  5  
 
Sélection FESIC 2006   Exercice n°7  quantité dADN Variations de la quantité d’ADN par noyau 2Q
Q Q/2 t 0  
Epreuve de S.V.T.
Classement des asques en trois types
temps t 1 t 2 t 3 1 2 3    Groupe d’asques obtenu lors d’un croisement        On croise deux souches de cet organisme, aux spores de couleurs différentes. On obtient les résultats suivants de répartition des spores dans les asques :  Type 1, 4 noires/4 blanches ou 4 blanches/4 noires. Type 2, 2n/2b/2n/2b ou 2b/2n/2b/2n Type 3, 2b/4n/2b ou 2n/4b/2n  a)  Q représente la quantité d’ADN présente dans la cellule-œuf. b)  Chez cet organisme, la méiose précède la fécondation c)  Chez tous les individus haploïdes, on obtient huit spores. d)  Chez cet organisme, le caractère noir domine sur le caractère blanc.  
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LOUIS DE BROGLIE  
 page  6  
Sélection FESIC 2006   Exercice n°8  Souris du 1 er lot
Souris du 2 ème lot
 
Epreuve de S.V.T.
Injection du virus LCM à certaines souris     7 jours plus tard, prélèvement des lymphocytes  Injection de ces lymphocytes aux souris du deuxième lot, toutes préalablement infectées par le virus LCM
 Destruction des Pas de 24 heures plus tard, on observe cellules infectées destruction les cellules infectées   Le document présente des expériences concernant la réaction immunitaire suite à une infection par le virus de la chorioméningite (LCM).  a)  Ce sont des lymphocytes T qui interviennent dans cette réaction. b)  Ce sont des lymphocytes T4 qui assurent la destruction des cellules infectées. c)  Dans le cas des souris A du second lot, il y a reconnaissance des antigènes du virus. d)  Un virus est un parasite cellulaire obligatoire.  
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LOUIS DE BROGLIE  
 page  7  
 
Epreuve de S.V.T.
Sélection FESIC 2006   Exercice n°9  Les relations de parenté des Vertébrés La classification traditionnelle regroupe les Vertébrés suivant leurs productions épidermiques ; mais la classification évolutive prend en compte les caractères partagés.  Document : Un arbre phylogénétique  
  a)  Chat, Homme, et Dauphin ont un même ancêtre commun placentaire. b)  Le placenta est un caractère ancestral. c)  Les crocodiles sont plus proches des merles que des lézards. d)  Les Reptiles (lézard, crocodile, tortue) sont un groupe monophylétique si on y inclut les Oiseaux. Donc la classification traditionnelle est erronée.  
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LUOIS DE BROGLIE  
 page  8  
 
Epreuve de S.V.T.
Sélection FESIC 2006   Exercice n°10  Histoire évolutive des gènes La lacticodeshydrogénase est une enzyme présente chez tous les êtres vivants. Elle est constituée par lassociation de quatre chaînes polypeptidiques, qui peuvent être identiques ou non. Chez lhomme il existe trois types de chaînes LDH-A, LDH-B, LDH-C.  Document 1 : Localisation des gènes sur les chromosomes de lhomme.   Locus du gène Locus du gène  codant la LDH-A codant la LDH-C  Chromosome 11 humain :  
Locus du gène codant la LDH-B
Chromosome 12 humain :   Document 2 : Séquences partielles dacides aminés des chaînes polypeptidiques LDH-A, LDH-B, LDH-C humaines, après alignement. La séquence LDH-A est prise comme référence (Les acides aminés sont désignés par le code mono-lettre, et leur position par un chiffre ; un tiret indique un acide aminé identique à celui présent dans la séquence LDH-A).   209 234 LDH-A GV SLKTLHPDLGTDKDKEQWKEVHKQ LDH-B -- --QE-N-EM---N-S-N------M LDH-C -- A----D-K----S---H--NI---  a)  Les trois molécules protéiques sont homologues. b)  Le gène LDH-B dérive de LDH-A par deux duplications. c)  La molécule LDH-C est plus proche de LDH-A que de LDH-B ; donc les gènes LDH-A et LDH-C se sont séparés depuis plus longtemps que LDH-A et LDH-B. d)  Ces trois gènes dérivent d’un seul gène ancestral.  
CPE Lyon – ESA – ESA Purpan – ECSOM – ESEO – IGAL – ISA – ISA–B  ISARA-Lyon – ISEN Brest – ISENL ille – ISEN Toulon – ISEP – LOUIS DE BROGLIE  
 page  9  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.