Histoire géopolitique

Publié par

Histoire géopolitique

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 357
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
V Histoire et géopolitique   
  1° La construction européenne   a) De l'idée de l'Europe à la consolidation de la CEE  -> L'idée, ses fondements : -> Une volonté : garantir la paix au sein du monde libre: -> Des étapes: -> Le Traité de Rome et l'approfondissement à 6:   b) Des obstacles  -> La question du vote et de la prise de décision :  - en 1965 la commission propose de réaliser le marché unique agricole avec un peu d'avance :  le conseil des ministre propose alors de renforcer les pouvoirs du parlement européen en -matière budgétaire avec vote à la majorité qualifiée  - forte protestation de la France qui y voit un renforcement de la supranationalité ce qui aboutit à la politique de la chaise vide   - c'est une des crise les plus grave de la construction européenne qui conduit en 1967 au compromis de Luxembourg  - celui-ci accord un droit de veto à la France et on en reste à l'unanimité pour les questions fondamentales (presque toutes)   -> L'attitude du Royaume-Uni: -> L'adhésion du Royaume-Uni et la renégociation:   c) La relance de la construction européenne autour d'objectifs ambitieux  -> La relance de l'intégration européenne :  - le marché commun prévu par le Traité de Rome n'existe par encore à cause de nombreux obstacles invisibles : * obstacles pour la plupart non-tarifaires comme les normes techniques    * mais aussi normes de santé et différences de fiscalité indirecte  - le relance de la construction est l'oeuvre de Delors soutenu par Mitterrand et Kohl : l'europtimisme regagne l'Europe  - en 1985 la commission publie le Livre Blanc :  * il recense tous les obstacles invisibles  * il propose des législations pour les supprimer et expose les effets de ces suppressions  * c'est un calendrier pour l'achèvement du marché intérieur de 1985 à 1993  - le rapport Cecchini de 1988 montre les avantages de la suppression de ces barrières
 -> L'Acte Unique de 1986 :  - il fait passer dans les faits les propositions du Livre Blanc et rentre en vigueur le 1er juillet 1987   - il s'agit aussi de rendre les institutions plus efficaces dans la prise de décision : * est introduite une modification primordiale : la majorité qualifiée     * celle-ci s'applique à tous les domaines touchant la réalisation du Marché unique - de plus, le Conseil Européen est institutionnalisé et le Parlement voit son pouvoir   législatif augmenté  - ce traité vise également à renforcer la cohésion économique et sociale de la communauté  -> Le marché intérieur :  - le 1er janvier 1993 le marché commun ébauché en 1957 est devenu le Marché unique sans frontières intérieures  - son but est de permettre la libre circulation des marchandises, des services, des capitaux et des personnes  - au cours de l'année 1993 plus de 90% des propositions du Livre Blanc sont adoptées, manquent :  * l'harmonisation fiscale * la suppression totale des contrôles sur les personnes     - la marché intérieur a profondément transformé l'Europe :  * les citoyens peuvent vivre, travailler, étudier ou prendre leur retraite n'importe en Europe : 15 millions déjà l'ont fait  * les consommateurs ont un choix plus large et de meilleure qualité  * les entreprises ont accès à un marché plus étendu  * l'ouverture des frontières a généré deux millions d'emplois supplémentaires  -> Le traité de Maastricht de 1991 est une avancée vers l'intégration européenne :  - avant l'achèvement du marché unique en 1993, les pays membres décident d'approfondir la construction européenne : la CEE devient l'UE le 1er novembre 1993   - le traité :  * il introduit l'Union Economique et Monétaire  * il prévoit le renforcement de la coopération en matière de justice et d'affaires intérieures  - il donne de nouvelles compétences à la communauté :  * protection des consommateurs et santé publique  * politique industrielle et réseaux de transport  * dans la culture également et se met en place une Europe Sociale  il met aussi en place le Comité des Régions et le Fonds de Cohésion - - ce traité est également une avancée démocratique :  * la citoyenneté européenne est née : éligibilité municipale, protection consulaire, droit de séjour, droit de pétition  * instauration du principe de subsidiarité : l'UE n'intervient que si les Etats ne peuvent pas le faire  * le parlement européen voit son pouvoir renforcé   d) Un fonctionnement de plus en plus lourd et éloigné des populations
 -> Les objectifs historiques se sont estompés:  - le traité de Maastricht prévoyait de changer le nom de la communauté :  * cela suggère de lui donner des compétences politiques  * c'est symbolisé par la BCE qui est un organisme fédéral nécessitant un gros transfert de souveraineté  * les Etats se sont engagés à se doter d'une PESC  - avec le Traité constitutionnel on force sur la carte politique avec le Président Européen élu pour 2 ans et demi et la création d'un ministre des affaires étrangères  - mais en 1992 le contexte a changé avec la fin du bloc communiste :  * l'URSS a laissé place à un danger d'instabilité générale  * il a été nécessaire de considérer le continent dans son ensemble  * c'est ce qui a poussé au bond dans l'élargissement avec l'acceptation des 12 candidats  * l'UE se confond de plus en plus avec le continent  - les conditions d'entrée dans l'UE :  * être un état démocratique respectant le droit  avoir en place les mécanismes de l'économie de marché *  * être en paix avec ses voisins  * accepter les politiques intégrées : PAC, Schengen, coopération judiciaire et policières  avec le recul on peut penser que l'élargissement a été un peu rapide - * car le financement de la zone n'était pas satisfaisant  * des actions communes auraient pu être poussées plus loin pour les infrastructures et dans l'industrie  - l'UE est considérée comme un succès en dehors de ses frontières est est attirante au niveau du continent  - pourtant, chez les 15, l'enthousiasme s'est dissipé :  * les habitants sont surtout sensibles aux divisions et aux contradictions et l'élargissement a été vu comme un fardeau  * on voit une déception vis-à-vis de la faible croissance et des décisions trop éloignées de la vie quotidienne  * par exemple, les accords de Maastricht ont choqués par les critères de convergence dans une période de difficultés  * il semblerait presque que l'€ se soit fait contre le peuple  * de plus, les citoyens rendent Bruxelles responsable : on le voit par le résultat du référendum et de l'éléction présidentielle d'avril 2002 en France  * on parle de plus en plus d'une division entre élite et peuple  * les français ne se reconnaissent plus dans une Europe que ne leur assure plus de peser dans le monde  le reproche principal des citoyens : le fonctionnement de l'UE - * les institutions sont lointaines et bureaucratiques  * même le parlement européen suscite l'indifférence alors même que ses pouvoirs augmentent progressivement  * c'est l'absence d'identité actuelle qui pose problème : il faudrait un but simple, une nature claire ressentie comme un bénéfice  * l'UE est donc face à un nouveau type d'obstacles : manque de projets, de vision
et problème de faire l'Europe avec les citoyens  -> Un risque de paralysie des institutions :  - mais des avancées tout de même  * renforcement du rôle législatif du Parlement avec le Traité d'Amsterdam qui introduit la codécision et l'approbation du Président de la Commission par le Parlement  * on a donc de plus en plus un fonctionnement de l'UE à trois qui est confirmée par le Traité Constitutionnel d'après lequel le Parlement désigne le président de la commission  * on a aussi la possibilité de coopérations bilatérales entre pays souhaitant allant plus loin dans l'approfondissement  - le problème essentiel reste la prise de décision directement lié à l'élargissement qui n'a pas été préparé :  * dans le traité de Nice on voit ressurgir le côté politique : la commission passe à un commissaire par état  * de plus la majorité est obtenue par un calcul très complexe qui tient peu compte du poids démographique des pays * Nice maintient aussi la présidence tournante qui affaiblit l'éxécutif    * des coalitions peuvent se former et notamment une coalition de petits états qui pourraient bloquer des décisions estimées essentielles par les grands  * le traité de Nice devait être un traité très provisoire  * une Convention était chargér de rédiger le Traité constitutionnel : réformer le processus de décision et simplifier les traités existants  * le traité constitutionnel pose que la double majorité est nécessaire pour la majorité qualifiée : 55% des états représentant 65% de la population * mais deux des états fondateurs ont dit non : le non de la France est très    paradoxale par rapport aux attentes des français     2° Géopolitique du continent   a) Europe de l'Est et intégration européenne  -> La satellisation soviétique et ses limites:  - à partir de 1947, on voit sur le continent deux formes d'intégration qui se justifient l'une par rapport à l'autre :  * à l'ouest une forme américaine : la CEE à 10 puis 12 a été un modèle ou un espoir  * à l'est une forme soviétique imposée par Staline  et sociale émane du  - ce dernier a imposé le parti unique : la vie politique, économique parti  - le Pacte de Varsovie de 1955 a entériné une situation de fait : la présence de l'armée rouge dans les démocraties populaires   - le modèle soviétique a été plus ou moins plaqué dans les démocraties populaires  * collectivisation des terres  * planification centralisée de l'économie avec coordination des plans entre les démocraties populaires (Division Internationale Socialiste du Travail)  
* conditionnement des esprits     - il y a pourtant des révoltes :  * la Yougoslavie en 1948 et la Roumanie en 1965 se placent hors de Moscou  * révolte populaire en RDA en 1965  * la dénonciation par Khrouchtchev des crimes de Staline a suscité un grand espoir de changement et donc des soulèvements encore plus forts en Pologne et surtout en Hongrie en 1956  * ces soulèvements révèlent que les peuples de l'Est aspirent à la liberté et à la souveraineté nationale, concepts clé de la culture politique européenne  * on retrouve ces aspirations lors du Printemps de Prague de 1968 qui essayait de concilier communisme et liberté  * l'écrasement par les chars de cette expérience montre qu'une sortie en douceur du communisme est impossible  * cela encourage la dissidence qui commence en Pologne avec des révoltes d'étudiants et d'ouvriers qui remettent Gomulka au pouvoir  -> Des efforts pour renouer les liens Est-Ouest :   - il s'agissait de rendre le rideau de fer perméable à quelques hommes, aux marchandises et aux idées   - les médias ont joué un rôle important puisque les TV et les radios de l'Ouest étaient captées à l'est  - la France de de Gaulle est un bon exemple de cette volonté  * il a pris ses distances avec les EUA et a reconnu la Chine Populaire dès 1964  * cette même année il évoque l'Europe de l'Atlantique à l'Oural  * il a voyagé dans les démocraties populaires et en URSS en 1966 et chacun de ses déplacements avaient un grand écho  * en effet dans ses discours il exaltait les souvenirs communs de l'Europe et des accords commerciaux et culturels ainsi que des jumelages étaient signés  - la RFA du chancelier W.Brandt avec l'Ostpolitik en est un autre :  * il s'agissait de renouer des liens avec la RDA et de maintenir la vie d'une communauté allemande  * d'autres traités ont été signés avec l'URSS, puis la Pologne et la Tchécoslovaquie pour régler la question des frontières  * la RFA reconnaît alors ses frontières avec la RDA et celles de cette dernière avec ses voisins  * cela aboutit au traité fondamental de 1972 : reconnaît l'égalité et l'indépendance des 2 Allemagnes et le respect par chacune du territoire de l'autre  * cela a également permis en 1973 l'entrée des 2 Allemagnes à l'ONU  question de Berlin est également réglée par un traité quadripartite : RU, USA, * URSS, France  * les puissances de l'Ouest garantissent l'existence de 2 Berlins et l'URSS la circulation entre Berlin-Ouest et la RFA  -> Vers la réunification : - les accords d'Helsinki en 1975 ouverts en 1972 à la demande de Brejnev sont l'acte final   de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe :  * ils ont été considérés avec beaucoup de scepticisme à l'ouest car ils comportent
une série de grands principes sur les droits de l'homme et la liberté  * mais, les étudiants et intellectuels des pays de l'est se sont emparés de ce texte pour exiger son application : renforce et strucure la dissidence  - en Pologne il y a recoupement de cette opposition avec celle des ouvriers :  * de plus la population était galvanisée par l'élection d'un pape polonais    * le résultat a été la création d'un syndicat indépendant : Solidarnosk en 1980 et la reconnaissance de la liberté syndicale  * malgré la répression, on peut dire que le processus de décomposition du communisme était lancé  - la protestation démocratique a été renforcée par deux séries d'évènements :  * soutien appuyé de l'Ouest par des visites officielles à l'Est avec des discours prônant le respect nécessaire des droits de l'homme  * rencontre avec les dissidents connus et suspension des relations diplomatiques lors de répressions  * mais c'est aussi l'évolution intérieure de l'URSS avec l'arrivée au pouvoir en 1985 de Gorbatchev  * le régime des démocraties populaires n'est alors plus soutenu par Moscou  * les réformes de Gorbatchev utilisées par les dissidents et les réformateurs après son discours de 1989 permettent une sortie du communisme  -> Depuis, la transition met l'accent sur les phénomènes économiques estompant ainsi la géopolitique:  - des regroupements géographiques s'expliquent par des flux de plus en plus intenses :  * ils sont stimulés par les privatisations et les investissements y compris dans les services  * on voit également des flux de voyageurs et de Gastarbeiter  * tous ces flux avantagent les métropoles   - se créent alors deux espaces en plus de la reconstitution du lien mer du Nord, mer Noire:  * un plutôt périphérique : le bassin Nordique ou baltique  * un plus central : la Mitteleuropa autour du val de l'Elbe  * ne pas négliger pour autant les états  et notamment la Pologne : - * elle occupe une position charnière par un axe E/O vers la Russie et un axe N/S qui va de la Baltique vers la Balkans ou la Turquie  * c'est le pays le plus grand et le plus peuplé (40 milllions) de l'élargissement et devient une puissance régionale  * possède déjà une personnalité politique : se rapproche du RU pour une UE plus libérale et a des liens avec les EUA  * toujours grande méfiance vis-à-vis de la Russie et a tenu à rentrer rapidement dans l'OTAN  * le but étant de neutraliser la Russie de Poutine, les relations diplomatiques sont très mauvaises  * pendant la crise en Ukraine c'est la Pologne qui a poussé à une médiation européenne et voudrait voir ce pays entrer dans l'UE    b) Dans l'UE, la PESC n'est pas un instrument d'intégration  
-> La difficulté de la coopération industrielle :   - dans ce secteur, la concentration piétine alors que c'est le préalable à une politique de défense européenne  - une grande étape à été franchie en 2000 avec la création d'EADS - quelques autres avancées : projet A400M et projet de regroupement de l'électronique de   défense autour de Thalès  - mais l'émiettement persiste et la tentation est grandes pour les entreprises européennes de s'allier avec des firmes américaines   -> La monde de l'après-guerre froide  - des nouveaux dangers qui nécessiteraient une Europe de la sécurité :  * conflits localisés ont repris sur le continent sans réponse communautaire  * la crime organisé a étendu ses activités  * le terrorisme se confirme comme une nouvelle forme de guerre efficace pour contester l'ordre établi  - de grands changement dans la nature des combats qui coûtent plus cher:  * volonté d'exposer le moins possible les militaires : il faut donc frapper à distance et avoir des informations très précises * cela est très couteux et gagnerait à être partagé     - l'UE doit être un espace de paix reposant sur le droit : la sauvegarde et l'extension de ce modèle nécessite l'utilisation de la force  - pourtant les dépenses ont baissé à partir de 1992 :  * chute du bloc communiste  * nécessité de maîtriser le déficit budgétaire et même de le baisser  * préparer l'union monétaire donc respecter ses critères  - il y a donc un gros contraste entre le budget militaire des EUA et les budgets nationaux européens juxtaposés :  * ces derniers ne dépassent pas 40% de celui des EUA  * il y a eu en plus une perte qualitative car la baisse s'est fait sans souci de rester dans la compétition scientifique  * c'est la plus grande différence avec les USA dont l'effort est 7 fois supérieur à celui des européens  - aux EUA, l'industrie de l'armement a compensé la baisse des commandes en se restructurant autour de 4 grands groupes et en baissant les coûts  - l'Administration Bush a lancé un gigantesque programme militaire de bouclier anti-missile : les EUA ont une vision mondiale de leur sécurité  -> A la recherche d'une PESC :  - Maastricht a mentionné la nécessité d'une PESC par une coopération entre les  gouvernements  - la sécurité était alors la préoccupation avec l'idée de mettre fin à des troubles extérieurs sur le continent  - avec les nouveaux types de menaces se précise la notion de défense avec la possibilité d'attaquer un ennemi commun  - hors la CE s'est construite avec l'idée d'éviter le retour de la guerre par la négociation  - le concensus est devenu un système de valeurs qui prépare mal à des actions de guerre ou à des pressions agressives
 - les pays de l'UE on des traditions différentes en matière de politique étrangère :  * RU très proche des EUA  * France a développé une politique de défense indépendante et est désormais la troisième puissance nucléaire mondiale  * plusieurs états ont des traditions de neutralité - la guerre des Balkans a témoigné de l'impuissance européenne     * à partir de 1992 on a vu une instabilité générale dans cette région * la CE a confié le dossier à l'ONU qui a désigné l'OTAN     * on voit donc bien que c'est toujours une force essentiellement américaine qui est responsable de la sécurité du continent  - la cadre d'action existant est un cadre intergouvernemental :  * il possède des moyens pour des missions à caractère humanitaire, d'interposition et de maintien de la paix  * c'est un compromis qui satisfait tout le monde  * un Haut Représentant de la PESC a été nommé en 2000 : Javier Solana  * une Force de Réaction Rapide a été créée en 2003, elle est héritée de l'Eurocorp franco-allemand de 1995 qui s'était enrichi d'autres nationalités et est également une force de maintien de la paix  * comment fonctionner à 25 alors que les nouveaux membres sont plutôt atlantistes ?   c) L'UE : le poids mondial ne fait pas forcément la puissance  -> Un espace reconnu comme un des trois pôles de la Triade :  - l'Europe n'est plus ce qu'elle était au début du 20ème siècle : ce n'est plus l'usine, le laboratoire, l'université, la banque, la police du monde  il y a eu un redémarrage impressionant au cours de la construction de la CE mais qui -semble plafonner depuis une douzaine d'années - l'UE aligne tout de même des performances :   * poids dans la création mondiale de richesse : 26% du PIB mondial  * 2ème producteur mondial de produits agricoles et premier importateur  * de grosses performances dans l'industrie : 1/3 production automobile mondiale, aéronautique, spatial, transport, chimie, machines, IAA  * premier rang mondial pour le tourisme grâce à la France et à l'Espagne  * 1er exportateur mondial de services  * 1er pôle récepteur et émetteur d'investissements : ~55%  * un poids démographique important : 455 millions à 25 et 382 à 15  * la voie maritime la plus fréquentée au monde est le rail et Rotterdam 3ème port mondial  * 1ère puissance commerciale au monde : déficit modéré, 40% des échanges mondiaux et 20% sans les échanges internes (EUA 16%)   * l'UE, par l'intermédiaire de la commission, parle d'une seule voix aux NCM  * la commission est un des deux grands organismes mondiaux antimonopole avec la Free Trade Commission des EUA  * les 15 sont de gros contributeurs au budget de l'ONU : 36% et 2 pays sont membres permanents du Conseil de Sécurité  * l'UE finance le FMI à hauteur de 30% mais les EUA ont quasiment un droit de
veto  * l'UE exerce une véritable influence sur le monde en développement par le biais de médiations diplomatiques et une politique d'aide originale  * l'UE possède le droit régalien de battre monnaie avec l'UE qui est une condition de la puissance   -> Difficile pour autant de parler de grande puissance  - l'écart avec les EUA, défini par rapport aux PIB/hab. était devenu faible dans les années   80 mais a repris depuis pour atteindre 30% aujourdhui  - il y a des entraves au statut de puissance :  difficulté à articuler la vision communautaire et les intérêts nationaux, il y a des * visions différentes de l'avenir de l'UE  * la place dans la DIT est difficile à garder  * on voit un essouflement du progrès technique et une insuffisance dans les filières électroniques et de la biotechnologie * recul de l'effort de RD sensible au niveau militaire     * certain retard dans les TIC qui explique des gains de productivité moindres    qu'aux EUA  * l'UE est plus vulnérable aux crises car la BCE a un pouvoir limité  * l'UE a beau posséder la moitié des stocks d'IDE elle a du mal à les transformer en innovation, emploi et investissements contrairement aux EUA  * l'espace de l'UE s'étend mais le poids géopolitique ne le fait pas dans les même proportions : pas de gouvernement européen, pas de vision planétaire * les européens cherchent à associer plutôt qu'à dominer donc en cas de conflit les   EUA sont les acteurs décisifs et les européens maintiennent la paix  -> L'érosion démographique :  - il y a un lien entre démographie, croissance et place de l'Europe dans le monde  - la forte croissance des EUA s'accompagne d'une démographie plus dynamique :  * taux de fécondité supérieur à 2 enfants par femmes  * immigration régulière et importante  * cela permet d'alimenter le marché du travail et de créer un esprit d'innovation  - en Europe un vieillissement est en cours :  * cela va poser des difficultés pour les retraites  * cela veut aussi dire moins de jeunes actifs et donc un marché qui ne va pas beaucoup se renouveler   d) Une position d'acteur de second plan face aux évolutions du monde  -> La compétition internationale :  - celle-ci s'est intensifiée parce que grossissent des flux de toutes natures dont il s'agit de tirer profit  - il y a de plus en plus d'acteurs importants comme le Brésil ou la Chine  - la compétition se fait désormais plus entre territoires qu'entre pays d'où une augmentation des disparités au sein même d'un pays :  - les acteurs essentiels sont désormais les firmes transnationales par leurs flux d'investissement et leurs échanges croisés:
 - la marge de manoeuvre des états s'est donc réduite  - les pays d'Europe, même les 15 s'en tirent inégalement face à la mondialisation :  * certes ils participent aux flux d'investissement mais réalisent les deux tiers de leurs échanges entre eux  * cela les protège en cas de crise des marchés émergents  mais cela pose problème car ils ne sont pas présents sur les marchés dynamiques * et en cas de récession en Europe  * l'adaptation est plus ou moins grande et généralement les plus performants sont de petits pays qui offrent soit des coût bas alliés à une main d'oeuvre qualifiée soit des technologies innovantes   -> La volatilité des marchés  - c'est celle des marchés financiers, mais aussi des prix de l'énergie et des matières premières  - les pays européens ont mis plus de temps à se relever après le krach internet de 2000  - apparaissent désormais déterminants :  * les places financières aux EUA   * et les besoins récents et énormes de l'économie chinoise qui sont en partie responsables de la hausse des prix de l'énergie et de l'acier  - on voit aussi une hausse des prix de la construction navale par une hausse du coût du fret  -> Le déplacement de la croissance:  - celui-ci se fait vers des pays en développement et souvent des pays asiatiques  il se calque sur le déplacement des activités de productions dans le cadre de la DIPP - - il est probable qu'il n'en soit qu'à son début et commence à toucher des activités innovantes et des activités de service - il est ressenti en Europe par le phénomène des délocalisations    - ce rattrapage en cours explique le recul global de la pauvreté dans le monde : en 2005 les PEVD représentent 20% du PIB mondial, surement 40 à 50% en 2050  - des pays en développement se sont regroupés pour peser dans les NCM et contrecarrer les objectifs des pays riches  - on voit un rapprochement entre l'Asie et les EUA et notamment avec la Chine qui conduira à un affrontement mais pour l'instant l'intérêt commun prime  - or, c'est l'Europe qui se soucie le plus du reste du monde, de la baisse de la pauvreté, des épidémies, de la dégradation de l'environnement, des crises politiques locales      3° Le réseau d'échanges de l'UE   - L'UE est très ouverte sur le reste du monde :  * le TEC est descendu très bas : l'UE est désormais plus ouverte que ses grands partenaires * c'est un paradoxe car de l'extérieur l'UE est vue comme une forteresse     a) Sur le continent  
-> Dynamisme des échanges internes:  - ils ont progressé deux fois plus vite que les autres  - les pays les plus intégrés : le Benelux et l'Irlande mais les échanges avec l'UE sont majoritaires d'où une ambiguité de la notion d'ouverture  - les échanges de marchandises portent essentiellement sur des produits manufacturés avec des spécialisations par pays :  * Allemagne premier exportateur : automobile et machines-outils  * France : aéronautique, pièces détachées et automobile, céréales, AA, produits de luxe  * RU : chimie, matériel informatique, énergie  * Italie : textile-habillement, lingerie, meubles, tannerie, machines spécialisées   - on peut être amené à englober les échanges de services et de capitaux : RU et France 2ème et 3ème rang mondial  - les flux d'IDE des entreprises se font en partie dans le cadre communautaire :  * enflent entre 1985 et 1990  * la France a plus de la moitié de son stock d'IDE dans l'UE  * l'intégration de l'ouest européen s'est faite aussi par l'internationalisation des flux financiers qui brouillent les repères nationaux  -> L'attraction exercée sur le reste de l'Europe: - à l'ouest :   * avant même l'UE à 15, les autres pays de l'Europe industrielle faisaient la moitié de leurs échanges avec la CEE  * un accord CEE/AELE a renforcé les échanges créant l'EEE et a permis d'étendre encore la liberté de circulation et l'acceptation de la concurrence  - les anciens pays communistes :  * la CE a été le principal partenaire de l'Europe de l'Est les échanges prenant plus d'ampleur dans les années 70  * ils se faisaient par compensation puisque les monnaies n'étaient pas convertibles et étaient freinés par l'écart technologique et le CoCom  * les rapports se normalisent à la fin des années 80 avec en 1988 la reconnaissance mutuelle CEE/CAEM  * les accords d'association se sont multipliés avec la fin des régimes communistes et se sont mis en place des aides financières (PHARE)   * les 15 absorbent 70% des exportations des PECO mais leur balance reste excédentaire car ils exportent des produits à forte valeur ajoutée  * le déséquilibre est cependant flagrant car les PECO n'absorbent que 5% des exportations des 15 * la moitié des échanges est effectuée par l'Allemagne qui est à l'origine d'un tiers     des investissements étrangers en Europe Centrale    b) Avec les EUA  -> Les tensions politiques:  - bien que "fille de l'Europe" par le passé colonial, les EUA sont les protecteurs de l'Europe (guerres mondiales, plan Marshall, guerre froide)  - l'Europe supporte difficilement une tutelle américaine jugée excsessive et désire
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.