IEPP epreuve sur documents sciences economiques 2006 bac+1 epreuve sur documents sciences economiques admission en deuxieme annee

Publié par

ADMISSIBILITE EN DEUXIEME ANNEE DU PREMIER CYCLE EPREUVE SUR DOCUMENTS A DOMINANTE SCIENCES ECONONOMIQUES Mardi 9 mai 2006 Durée de l’épreuve : 4 heures LES POLITIQUES ECONOMIQUES CONJONCTURELLES DANS LA ZONE EURO Liste des documents Document 1 Soldes publics en 1999 et 2004 page 3 Document 2 Dettes publiques en 1999 et 2004 page 3 Document 3 Evolution en volume du PIB page 4 Document 4 Taux d’intérêt à court terme entre 1999 et 2004 page 4 Document 5 Taux d’inflation de 1999 à 2004 page 5 Document 6 Taux de chômage standardisé page 5 Document 7 Taux d’emploi en 2004 page 5 Document 8 Texte de Jérôme Creel page 6 1 QUESTIONS A partir des documents fournis, répondez aux questions suivantes : 1) Quels liens peut-on établir entre les soldes publics (document 1) et les dettes publiques (document 2) ? 2) La dette publique française (document 2) semble-t-elle excessive ? 3) Que signifient les données de l’année 2004 présentées dans le document 3 ? 4) Quels ont été les effets des politiques budgétaires (documents 1 et 2) sur la croissance économique (document 3) ? 5) Comment les taux d’intérêt (document 4), instruments de la politique monétaire, influencent-ils l’indice des prix à la consommation (document 5) ? 6) Les politiques budgétaires (documents 1 et 2) et monétaires (document 4) mises en œuvre dans la zone euro ont-elles permis de lutter efficacement contre le chômage ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 286
Tags :
bac
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
ADMISSIBILITE EN DEUXIEME ANNEE DU PREMIER CYCLE EPREUVE SUR DOCUMENTS A DOMINANTE SCIENCES ECONONOMIQUES Mardi 9 mai 2006 Durée de l’épreuve : 4 heures LES POLITIQUES ECONOMIQUES CONJONCTURELLES DANS LA ZONE EUROListe des documents Document 1Soldes publics en 1999 et 2004page 3 Document 2Dettes publiques en 1999 et 2004page 3 Document 3Evolution en volume du PIBpage 4 Document 4Taux d’intérêt à court terme entre 1999 et 2004page 4 Document 5Taux d’inflation de 1999 à 2004page 5 Document 6Taux de chômage standardisépage 5 Document 7Taux d’emploi en 2004page 5 Document 8Texte de Jérôme Creelpage 6
1
QUESTIONS A partir des documents fournis, répondez aux questions suivantes : 1) Quels liens peut-on établir entre les soldes publics (document 1) et les dettes publiques (document 2) ? 2) La dette publique française (document 2) semble-t-elle excessive ? 3) Que signifient les données de l’année 2004 présentées dans le document 3 ? 4) Quels ont été les effets des politiques budgétaires (documents 1 et 2) sur la croissance économique (document 3) ? 5) Comment les taux d’intérêt (document 4), instruments de la politique monétaire, influencent-ils l’indice des prix à la consommation (document 5) ? 6) Les politiques budgétaires (documents 1 et 2) et monétaires (document 4) mises en œuvre dans la zone euro ont-elles permis de lutter efficacement contre le chômage (document 6) ? 7) En quoi le taux d’emploi (document 7) est-il un indicateur plus pertinent que le taux de chômage (document 6) pour évaluer la situation du marché du travail ? 8) Quelles sont les difficultés des politiques économiques conjoncturelles depuis la mise en place de l’euro (document 8) ?
2
DOCUMENT 1 Soldes publics en 1999 et 2004 (besoin ou capacité de financement en % du PIB)
1999
 zoneeuro AllemagneFrance Etats-UnisJapon  (12pays) Note : Le besoin (-) ou la capacité (+) de financement des administrations publiques est la différence entre les recettes et les dépenses des administrations publiques. Le secteur des administrations publiques comprend les sous-secteurs de l'administration centrale, des administrations d'États fédérés, des administrations locales et des administrations de sécurité sociale. Source : site Internet Eurostat DOCUMENT 2 Dettes publiques en 1999 et 2004 (Dette brute consolidée des administrations publiques en % du PIB)
1999
 Zoneeuro Allemagne FranceEtats-Unis Japon  (12pays) Source : site Internet Eurostat
3
DOCUMENT 3 Évolution en volume du PIB(Indices base 100 en 1995)  AllemagneFrance États-UnisJapon 1995 100,0100,0 100,0 100,0 1996 100,8101,1 103,6 105,1 1997 102,2103,1 108,2 105,3 1998 104,2106,7 112,8 104,2 1999 106,1109,9 117,4 104,9 2000 109,3113,7 122,3 107,3 2001 110,0116,1 122,7 107,0 2002 110,2117,5 125,4 106,7 2003 110,2118,5 129,1 108,2 2004 111,3121,0 134,8 111,0 Source : INSEE DOCUMENT 4 Taux d’intérêt à court terme entre 1999 et 2004 (taux interbancaires à trois mois, moyenne annuelle en %)
1999
2000
2001
2002
2003
2004
 Zoneeuro Etats-UnisJapon  (12pays) Note : Depuis janvier 1999, les taux de la zone euro sont les différents taux EURIBOR (EURo InterBank Offered Rates) à trois mois. EURIBOR est le taux de référence du grand marché monétaire de l’euro qui a émergé depuis 1999. C’est le taux auquel les dépôts à terme interbancaires en euros sont offerts par une banque de premier ordre à une autre banque de premier ordre. Source : Banque centrale européenne et banques centrales nationales
4
DOCUMENT 5 Taux d’inflation de 1999 à 2004 (taux moyen de variation annuelle des indices des prix à la consommation harmonisés)
1999
2000
2001
2002
2003
2004
 Zoneeuro AllemagneFrance Etats-UnisJapon  (12pays) Note : Les indices des prix à la consommation harmonisés (IPCH) sont conçus pour permettre la comparaisoninter-nationale de l'inflation des prix à la consommation. Source : site Internet Eurostat DOCUMENT 6 Taux de chômage standardisés (en %)  19992000 2001 2002 2003 2004 Allemagne 7,97,2 7,4 8,2 9,1 9,5 France 10,59,1 8,4 8,9 9,5 9,7 Union Européenne à 158,5 7,6 7,2 7,6 7,9 8,0 Etats-Unis 4,24,0 4,7 5,8 6,0 5,5 Japon 4,74,7 5,0 5,4 5,3 4,7 Source :Perspectives économiques de l’emploi 2005, OCDE DOCUMENT 7 Taux d’emploi en 2004 (rapport emploi/population totale en %)  15-64ans 15-24ans 55-64ans Allemagne 65,541,9 39,2 France 62,829,5 37,1 Union Européenne à 1565,0 40,7 41,8 Etats-Unis 71,253,9 59,9 Japon 68,740,0 63,0 Source :Perspectives économiques de l’emploi 2005, OCDE
5
DOCUMENT 8 L'inertie des autorités européennes face aux évolutions conjoncturelles, en termes de PIB ou de prix, a deux grandes causes. Pour la BCE, elle témoigne de son apprentissage - elle cherche à faire ses preuves auprès des marchés financiers et des autres grandes Banques centrales - et, dans cette perspective, de sa volonté d'asseoir sa crédibilité en démontrant son indépendance vis-à-vis des gouvernements européens. Ainsi, elle s'interdit de donner la plus petite impression qu'elle souscrit à la détérioration des finances publiques européennes, voire qu'elle la facilite. Toute politique monétaire accommodante doit dès lors reposer sur des variables fondamentales très clairement identifiées (évolution anticipée des prix à la consommation ; évolution du PIB), ce qui, dans un environnement économique incertain, revêt une grande difficulté. Dans ces conditions, les décisions de politique sont rares, et elles sont asymétriques : la Banque centrale réagira plus vite à une bonne nouvelle (une croissance économique plus forte qu'escomptée) qu'à une mauvaise car, dans le premier cas, son manque de réaction peut lui faire dépasser son objectif, alors que ce n'est pas le cas dans le second. Par ailleurs, les règles du Pacte de stabilité et de croissance, même si elles ne sont pas toujours scrupuleusement respectées, se sont imposées aux gouvernements et conditionnent leurs politiques budgétaires. […] En l'absence d'une réforme ambitieuse du Pacte de stabilité et de croissance, et sans gestion concertée des taux de change des principales monnaies au niveau international (dollar, yen, euro), il est nécessaire que la zone euro adopte une coordination plus efficace de ses politiques budgétaires. Au lieu d'une coordination par le bas (le Pacte) et d'une coordinationex post, une mise en œuvre concertée de politiques budgétaires plus discrétionnaires permettrait de réguler efficacement l'activité et d'envisager de supporter la comparaison avec lepolicy mixaméricain. Source : Jérôme Creel, « Les difficultés dupolicy mixà l’œuvre »,Cahiers français, n°319, 2004
6
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.