INTM 2006 economie et gestion

Publié par

MANAGEMENT Année 2006 èreConcours d’entrée en 1 année Epreuve d’Economie et Gestion Durée : 4 heures Coefficient : 12 EXERCICE 1 – (10 points), choisir une des deux questions : I – 1 Microéconomie (page 2), ou I – 2 Comptabilité Générale (pages 3 à 4). EXERCICE 2 – (5 points), choisir une des deux questions : II – 1 Macroéconomie (page 5), ou II – 2 Analyse financière (page 6 et 7). EXERCICE 3 III – 1 Histoire des Faits Economiques (page 8), ou III – 2 Comptabilité – Gestion (page 9). N.B.: Ce document comporte 9 pages. 1I – 1 MICROECONOMIE (10 points) La fonction de demande sur le marché d’un bien B est représentée par l’équation suivante : Yd = – 4P² + 800 P – 7600 avec Yd : quantité de bien B demandée P : prix du bien B 1. Etudiez cette fonction de demande et faites-en une représentation graphique. Sur ce marché interviennent 30 producteurs, nombre suffisant dans ce cas pour que le marché fonctionne en concurrence pure et parfaite. Chaque producteur se caractérise par la fonction de production suivante : Ys =(x1)¹/²(x2)² avec Ys : quantité de bien B fabriquée x1 et x2 : inputs utilisés 2. Définissez le taux marginal de substitution technique et donnez sa valeur. 3. Définissez la notion de sentier d’expansion. On se situe en courte période et on considère que le facteur x2 ...
Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 465
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins
         MANAGEMENT    Année 2006   ’ 1 ère année Concours d entrée en   Epreuve d Economie et Gestion    Durée : 4 heures  Coefficient : 12   EXERCICE 1 – (10 points), choisir une des deux questions :   I – 1 Microéconomie (page 2), ou  I – 2 Comptabilité Générale (pages 3 à 4).  EXERCICE 2 – (5 points), choisir une des deux questions :  II – 1 Macroéconomie (page 5), ou  II – 2 Analyse financière (page 6 et 7).  EXERCICE 3 – (5 points), choisir une des deux questions :   III – 1 Histoire des Faits Economiques (page 8), ou  III – 2 Comptabilit頖 Gestion (page 9).        N.B.: Ce document comporte 9 pages.
 
1
I – 1 MICROECONOMIE (10 points)   
  La fonction de demande sur le marché d’un bien B est représentée par l’équation suivante :   Yd = – 4P² + 800 P – 7600      avec Yd : quantité de bien B demandée  P : prix du bien B  1.  Etudiez cette fonction de demande et faites-en une représentation graphique.   Sur ce marché interviennent 30 producteurs, nombre suffisant dans ce cas pour que le marché fonctionne en concurrence pure et parfaite. Chaque producteur se caractérise par la fonction de production suivante :     Ys =(x1)¹/²(x2) ²   avec Ys : quantité de bien B fabriquée  x1 et x2 : inputs utilisés  2.  Définissez le taux marginal de substitution technique et donnez sa valeur. 3.  Définissez la notion de sentier d’expansion.    On se situe en courte période et on considère que le facteur x2 est fixe (x2 = 2) ; on a p1 et p2 les prix respectifs des inputs x1 et x2 avec p1=2 et p2=6. On appelle P le prix du bien B :  4.  Donnez les définitions des concepts de seuil de fermeture et seuil de rentabilité. 5.  Etablissez la fonction d’offre individuelle et la fonction d’offre globale. 6.  Déterminez l’équilibre sur ce marché et représentez-le sur le graphique précédent. 7.  Expliquez le processus de tâtonnement walrassien. 8.  Quelle analyse pouvez-vous faire de l’équilibre de ce marché à partir de ce processus ?
 
 
  
2
 CORRIGE - MICROECONOMIE   QUESTION 1  Y = - 4P² + 800 P -7600 dY/dP = -8P + 800 dY /dP = 0 si P = 100 dY/dP > 0 si P < 100 dY/dP 0 si P > 100 <  La fonction de demande sera donc d’abord croissante avec le prix puis décroissante ; elle passera par un maximum pour P = 100 ; on aura alors Y = 32400. La quantité demandée s’annulera pour un prix tel que : - 4P² + 800 P -7600 = 0 ; on obtient 2 racines à cette équation : P = 10 et P = 190. On constate que la demande croît avec le prix (bien de snobisme) mais, qu’à partir d’un certain prix elle décroît (bien superflu). Bien de snobisme mais superflu, voilà comment nous pouvons caractériser le bien B.  QUESTIONS 2, 3, 4  Il s’agit simplement de fournir des définitions que l’on peut trouver dans tous les livres de microéconomie.  QUESTION 5  La fonction d’offre individuelle nous est donnée par l’égalité entre le prix P et le coût marginal ; on obtient ainsi Y = 4P. La fonction d’offre globale est donc : Ys = 30(4P) soit Ys = 120P.  QUESTION 6  A l’équilibre il y a égalité entre offre et demande soit : 120P = - 4P² + 800 P -7600. Cette équation du second degré possède 2 solutions :  P' = 12,025 et Y = 1443  P" = 158 et Y = 18960 Il y a donc 2 équilibres possibles  QUESTION 7  Walras nous explique que la réalisation de l’équilibre partiel se fait à travers un processus de tâtonnement au centre duquel se trouve le commissaire- priseur ; celui-ci propose un prix ; il procède alors à l’addition des offres, d’une part et des demandes d’autre part, telles qu’elles apparaissent, les unes et les autres au prix proposé. S’il y a égalité, les échanges ont lieu et le processus s’interrompt ; s’il n’y a pas égalité entre offres et demandes le commissaire priseur propose un autre prix, plus élevé si la demande est supérieure à l’offre et moins élevé dans le cas contraire. Walras invente aussi la notion d’échange sur bons parce que, pour que l’équilibre soit réalisable, il est nécessaire qu’aucun échange ne s’effectue avant d’avoir trouvé le prix
 
3
d’équilibre. Ainsi, tout au long du processus, les co-échangistes mentionnent leurs désirs d’achat et de ventes au prix proposé sur un bon qui est déchiré, lors de l’étape suivante, quand un nouveau prix est annoncé.  QUESTION 8  Si on appelle DN la demande nette, c'est-à-dire la quantité demandée moins la quantité offerte on peut écrire : DN = Yd - Ys. Quand la demande nette est positive, si on veut qu’elle diminue, il faut proposer une augmentation du prix ; inversement si elle est négative. Il apparaît donc que la demande nette varie en sens inverse du prix ; on doit donc avoir : dDN / dP < 0 Si on applique cela au problème qui nous est proposé on a :  DN = (- 4P² + 800P – 7600)- (120P) = - 4P² + 680P - 7600  dDN/dP = - 8P 680 +  dDN/dP < 0 si P > 85 Pour que l’équilibre soit stable on doit donc avoir P > 85. Sur les 2 points d’équilibre, un seul sera stable ; ce sera le point P = 158 et Y = 18960.  
 
4
I – 2 COMPTABILITE GENERALE (10 points)  La balance avant inventaire de la société Soleil se présente ainsi au 31/12/2004 (en € )    Solde Solde créditeur débiteur 101 Capital 75 000 119 Report à nouveau 9 000 164 Emprunt 45 000 2011 Frais de constitution 1 200 211 Terrains 18 000 2182 Matériel de Transport 24 000 2183 Matériel informatique 18 000 232 Logiciels en cours 15000 261 Titres de participation 1800 28011 Amortissements des frais de constitution 600 28182 Amortissements du matériel de transport 4800 28183 Amortissements du matériel informatique 4200 2961 Provisions pour dépréciation des participations 300 37 Stocks de marchandises 6000 397 Provisions pour dépréciation des stocks 750 401 Fournisseurs 15 600 403 Effets à payer 22 650 411 Clients 4 350 413 Effets à recevoir 34 200 416 Clients douteux 16 200 44566 TVA déductible sur biens et services 600 44571 TVA collectée 750 491 Provisions pour dépréciation des comptes clients 9000 512 Banque 109 650 53 Caisse 2 100 607 Achats 441 000 613 Loyers 28 500 617 Etudes et recherches 10 500 623 Publicité 7 500 661 Charges d'intérêts 4 350 707 Ventes 573 000 76 Produits financiers 300  TOTAL 751 950 751 950  a.  Vous disposez des informations suivantes pour passer les écritures d'inventaire (taux de TVA: 19.6%) et pour dresser le bilan et le compte de résultat au 31/12/2004 :  1.  Les frais de constitution doivent être totalement amortis. 2.  Le comptable n’a pas encore passé l’écriture relative la paie et à son règlement : les salaires bruts s’élèvent à 90 000 €. Le taux des charges sociales salariales est de 20%, celui des charges patronales est de 40%. 3.  Un nouveau logiciel pour la gestion interne est mis au point par les services techniques de la société. Au 31/12/2004, le comptable avait identifié les dépenses à immobiliser pour 15 000€. Au cours de l'exercice 2004, les dépenses liées aux tests et aux jeux d'essais sont enregistrées en charges pour 6 000€; de même les dépenses liées à la documentation technique seront inscrites  5
en charges pour 4500€. Le logiciel est achevé le 01/08/2004. Sa durée de vie est raisonnablement prévue pour 5 ans. 4.  Un emprunt sur 10 ans a été contracté le 1/09/2004 au taux de 6%. Les intérêts sont payables une fois par an, le 31/08. 5.  Soleil compte entreprendre de grosses réparations dans 5 ans estimées à 30.000€. L’entreprise commence à provisionner cette somme à partir de cette année. 6.  Le fonds commercial est évalué à 65000€ alors que les terrains sont estimés à 30000€. 7.  Un salarié licencié abusivement a fait un procès contre la société Soleil réclamant une indemnité de 3 600€. 8.  Un client a des difficultés financières. Soleil espère récupérer 70% de sa créance d’un montant TTC de 1794. 9.  Le matériel informatique a été acquis le 18/5/2003. Sa dépréciation économique coïncide avec le mode dégressif fiscal. 10.  Le matériel de transport est amorti linéairement sur 5 ans. 11.  Le stock au 31/12/2002 s'élève à 8 000€ mais il convient de constituer une provision pour dépréciation de 1500€. 12.  Un achat de marchandises de 300€ HT comptabilisé en décembre 2004 ne sera livré qu'en janvier 2005. 13.  Une créance d'un montant TTC de 717,6 € provisionnée à hauteur de 50% devient totalement irrécouvrable. 14.  Un client qui devait 4200€ HT vient d'être mis en liquidation judiciaire. La société Soleil espérait récupérer la moitié de la créance et avait constitué une provision pour 2100€ au 31/12/2004. Le mandataire judiciaire a annoncé que les créanciers chirographaires ne recevront vraisemblablement que 25% de leurs créances. 15.  L’entreprise est abonnée à une revue technique. L’abonnement trimestriel est à régler d'avance. le 1/11/2004, la société a versé 8343€. 16.  Les consommations d’électricité du mois de décembre seront facturées en janvier et sont estimées à 1350€ hors taxe. 17.  La société Soleil vient d’acheter des titres dans un but de spéculation pour 4500€. 18.  Les participations se composent au 31/12/2001 des titres suivants :  A achetés à 600 provisionnés pour 300  B achetés à 1200 Au 31/12/2004, la valeur estimée des titres A est de 800 et le cours moyen du mois de décembre 2004 des titres B est de 1260.  b.  Énumérez les principaux principes comptables que vous avez appliqués lors de la passation de vos écritures comptables et donnez les définitions de deux de ces principes.
 
6
 CORRIGE - Comptabilité générale    Écritures d'inventaire au 31/12/2004   6815 Dotations aux provisions pour risques et charges 1511 Provisions pour litiges  641 Salaires 421 Personnel 43 SS et autres organismes sociaux 645 Charges de SS et de prévoyance 43 SS et autres organismes sociaux 421 Personnel 512 Banque 68111 Dotations aux amortissements sur immobilisations incorporelles 28011 Amortissements des frais de constitution 28011 Amortissements des frais de constitution 2011 Frais de constitution 205 Logiciel 232 Logiciel en cours 721 Production immobilisée (incorporelle) 68111 Dotations aux amortissements sur immo. Incorporelles 2805 Amortissements des logiciels (25500 * 20% * 5/12) 6611 Intérêts 1688 Intérêts courus (6% * 45000 * 4/12) 6815 Dotations aux provisions pour risques et charges 1572 Provisions pour grosses réparations  Rien pour l'opération 6 6817 Dotations aux comptes de provisions sur actifs circulants 491 Provisions pour dépréciation des comptes clients (1794/1,196*30%) 68112 Dotations aux amortissements sur immo. Corporelles 28182 Amortissements du matériel de transport (24000 * 20%) 28183 Amortissements du matériel informatique Dotation de 2003 = 4200 = (18000 * x% * 8/12) donc x = 35 Dotation de 2004 = (18000-4200) * 35% = 4830 6037 Stocks de marchandises 37 Variation des stocks de marchandises 68173 Dotations aux provisions pour dépréciation des stocks 397 Provisions pour dépréciation des stocks 486 Charges constatées d'avance 607 Achats de marchandises 491 Provisions pour dépréciation des comptes clients 781 Reprises sur provisions (717,6 / 1.196 * 50%) 654 Pertes sur créances irrécouvrables 44571 TVA collectée 416 Clients douteux 68174 Dotations aux provisions pour dépréciation des créances 491 Provisions pour dépréciation des comptes clients (4200 * 30%) 486 Charges constatées d'avance 6.. Documentation technique ….Lo yer (8343 * 1/3)
 
Débit 3600 90 000 36 000 72 000 600 1200 25500 2125 900 6000 450 9630 2000 750 300 300 600 117,6 1260 2781
Crédit 3600 72 000 18 000 36 000 72 000 600 1200 15000 10500 2125 900 6000 450 4800 4830 2000 750 300 300 717,6 1260 2781
7
6061 Fournitures non stockables 4686 Charges à payer 50 VMP 512 Banque 2961 Provisions pour dépréciation des participations 78662 Reprises sur provisions financières 44571 TVA collectée 44566 TVA déductible sur B&S 44551 TVA à décaisser   Bilan de la société Soleil au 31/12/2004 Actif Bilan de Soleil au 31/12/2004 Passif  VB A/P Net Actif immobilisé   66545 Capitaux propres      Immo. Incorporelles 25500 2125 23375 Capital Immo. Corporelles 60000 18630 41370 Report à nouveau Immo. Financières 1800 1800 Résultat de l'exercice      Actif circulant   92953,4 Provisions pour R&C      Stocks de Marchandises 8000 1500 6500 Dettes Créances clients 54032,4 10410 43622,4  VMP 4500 4500 Emprunt Disponibilités 33150 Fournisseurs Caisse 2100 Sécurité sociale Charges constatées d'avance 3081 TVA à décaisser Charges à payer  159498,4   Compte de résultat de Soleil au 31/12/2004 Charges d'exploitation 598784 Produits d'exploitation Achats de Marchandises 440700 Ventes de marchandises Variations de stocks (2000) Production immobilisée Achats non stockables 1350 Reprise sur provisions Autres charges externes 43719 Charges sociales 126000 Dotations aux A&P 24 5 41 Pertes sur CI 600  Produits financiers Charges financières 5250 Divers (balance d'origine) Intérêts 5250 Reprise sur provisions   Perte de l'exercice  Principes comptables en jeu - principe de rattachement des charges aux produits. - principe de prudence - coût historique, prudence.  
 
1350 1350 4500 4500 300 300 632,4 600 32,4
 10366  75000 (9000) (55634)  9600  139532,4  45900 38250 54000 32,4 1350 159498,4 583800 573000 10500 300
8
600 300 300 55634
II – 1 MACROECONOMIE (5 POINTS)
     Répondre à deux questions sur les trois proposées.   1.  Anticipations adaptatives et anticipations rationnelles   2.  Chômage classique et chômage keynésien   3.  Les banques commerciales ont-elles un pouvoir de création monétaire illimité ?     CORRIGE - MACROECONOMIE   1.  ANTICIPATIONS ADAPTATIVES ET ANTICIPATIONS RATIONNELLES   Définition de la notion d’anticipation : prévisions des valeurs futures qui guident les décisions d’aujourd’hui.   Anticipations adaptatives (Friedman) : les agents anticipent les valeurs futures de variables en fonction des valeurs passées prises par ces dernières, corrigées des erreurs d’anticipation qui ont pu être commises.  Critiques :  Les anticipations d’une variable ne dépendent que de la seule évolution de celle-ci.  Ce type d’anticipation suppose un coefficient d’adaptation dont on ne peut établir précisément la valeur.  Cette forme d’anticipation suppose que les agents se tromperont toujours.   Anticipations rationnelles (Muth, Lucas) : les agents prennent en compte toute l’information dont ils disposent et savent utiliser celle-ci rationnellement. L’écart entre anticipation et réalité est une variable aléatoire qui ne peut être corrélée avec aucune information pertinente au moment des faits. Cet écart est donc du au hasard et a une moyenne nulle ; les anticipations ne sont pas biaisées et les agents ne se trompent pas systématiquement. Seule une modification de l’information peut les conduire à modifier leurs anticipations.  
 
9
   
 
2.  CHOMAGE CLASSIQUE, CHÖMAGE KEYNESIEN
Chômage classique :   Notion de marché du travail avec définition des fonctions d’offre et de demande.  Equilibre automatique par la flexibilité du salaire.  A l’équilibre tous ceux qui désirent travailler au salaire proposé trouveront obligatoirement du travail.  Le chômage est donc soit volontaire, soit la résultante d’une rigidité des salaires.  Chômage Keynésien :   Pas de marché du travail.  Le niveau d’emploi résulte de la demande effective telle qu’elle est anticipée par les entrepreneurs.  Le chômage provient donc d’une demande effective insuffisante ; il est de nature totalement involontaire.    3.  LES BANQUES COMMERCIALES ONT-ELLES UN POUVOIR DE CREATION MONETAIRE ILLIMITE   Il convenait d’abord d’expliquer que les banques commerciales créent de la monnaie en accordant des crédits (les crédits font les dépôts) avant de répondre non à la question posée car elles subissent des fuites vers d’autres banques, vers la monnaie centrale, vers les devises étrangères et vers la monnaie du trésor.  Il était alors nécessaire de donner quelques éléments d’explication sur ces différentes fuites ainsi que sur les modalités de leur apparition.  Il n’était pas superflu d’aborder les notions de coût de refinancement et de réserves obligatoires.
10
II – 2 ANALYSE FINANCIERE (5 points)    A la fin de l’exercice N, le comptable de la société Alpha vous donne les informations figurant en annexes 1 à 3.  Travail à faire : Calculer le fonds de roulement normatif de l’année N (Le calcul du BFR normatif est basé sur l’hypothèse du rapport entre le CAHT et le besoin de financement du cycle d’exploitation).    Informations complémentaires :  - Les postes « créances diverses », « dettes diverses » et « impôt sur les sociétés » sont composés de montants non liés aux cycles d’exploitation (Hors exploitation : HE). - Le taux de TVA est de 19,6 % sur les achats, les ventes et les autres charges externes. - La TVA à payer d’un mois doit être régularisée le mois suivant. On suppose que le Temps d’écoulement (TE) pour la TVA déductible et collectée est de 35 jours.   Annexe 1  Bilan schématique au 31 – 12 – N   Actif Passif Immobilisations incorporelles 3 Capital et réserves 1500 Amortissements -2 Report à nouveau 200 Immobilisations corporelles 1500 Résultat non affecté (année N) 20 Amortissements -200 Capitaux propres (avant Immobilisations financières 250 affectation du résultat) 1720 Actif immobilisé net 1551 Emprunts et dettes assimilées 625 Stock de matières premières 220 Fournisseurs de matières P 385 Stock de produits finis 440 Effets à payer (fourn. de MP) 134 Créances sur clients 500 Impôt sur les sociétés 20 Effets à recevoir 250 TVA à décaisser 69 TVA déductible 50 Dettes diverses (HE) 128 Créances diverses (HE) 40 Banque 30       
 
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.