L'epreuve Million ou les tourments

De
Publié par

L'epreuve Million ou les tourments d'un mathematicien amoureux par Gerald Tenenbaum Valerie etait en larmes. D'un geste lent mais definitif, elle repoussa son assiette de quelques centimetres. Relevant ensuite la tete en tremblant legerement, elle tamponna ses yeux avec sa serviette et, apres une vague hesitation, se leva en hoquetant. — Ma cherie... France Million, la cinquantaine blond cuivre qu'elle aurait voulu venitien, etait restee une femme simple en depit de l'eclatante reussite professionnelle de son mari. Simple, et maigre. Alors que la plupart de ses amies avaient pris leur lot de kilos superflus au fil des annees, elle s'amusait encore, certains dimanches, a enfiler sa robe de mariee et a esquisser des pas de valse devant le grand miroir en pied du grenier. Maigre, et simple. Mais, a cette heure, elle avait d'autres chats a fouetter, si tant est qu'elle fut femme a fouetter qui que ce soit. Elle detestait ces prises de bec entre sa fille Valerie, dont elle etait si fiere, et son mari Stanislas, objet de toutes ses attentions, dont elle redoutait en permanence les sautes d'humeur devastatrices. — Ma cherie... Ton pere pense d'abord a ton bien... Stan paraissait plus grand assis que debout. A cause, probablement, de ses membres trop courts, soi-disant qu'il aurait ?? fait un peu de rachitisme ?? dans les annees de l'immediat apres-guerre, avant le lait Mendes France.

  • annees

  • regard acere

  • ?? foyers septiques

  • bouquet etait

  • lot de kilos superflus au fil des annees

  • rachitisme ?? dans les annees de l'immediat apres-guerre

  • sorte de determination de la bouche et de la machoire

  • levres paternelles


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 39
Source : iecn.u-nancy.fr
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
L´epreuveMillionoulestourments d’un math´ematicien amoureux r G´rald Tenenbaum pa e
Vale´rie´etaitenlarmes.Dungestelentmaisd´enitif,ellerepoussasonassiette dequelquescentim`etres.Relevantensuitelatˆeteentremblantl´eg`erement,elle tamponnasesyeuxavecsaservietteet,apr`esunevaguehe´sitation,selevaen hoquetant. — Ma ch´erie... France Million, la cinquantaine blond cuivr´e qu’elle aurait voulu v´enitien, ´etaitreste´eunefemmesimpleend´epitdele´clatantere´ussiteprofessionnellede son mari. Simple, et maigre. Alors que la plupart de ses amies avaient pris leur lot de kilos superflus au fil des ann ees, elle s’amusait encore, certains dimanches, ´ `aenlersarobedemari´eeet`aesquisserdespasdevalsedevantlegrandmiroir en pied du grenier. Maigre, et simple. Mais,`acetteheure,elleavaitdautreschats`afouetter,sitantestquelle fuˆtfemmea`fouetterquiquecesoit.Elled´etestaitcesprisesdebecentresa lleVal´erie,dontellee´taitsie`re,etsonmariStanislas,objetdetoutesses attentions, dont elle redoutait en permanence les sautes d’humeur d´evastatrices. Mache´rie...Tonp`erepensedabord`atonbien... ` Stan paraissait plus grand assis que debout. A cause, probablement, de ses membres trop courts, soi-disant qu’il aurait  fait un peu de rachitisme  dans lesanne´esdelimm´ediatapr`es-guerre,avantlelaitMend`esFrance.Ilfulminait, mais conservait au coin des l`evres une sorte de mauvais sourire dominateur. Sa calvitieencouronnefaisaitapparaˆıtreun´etonnantcontrasteentrelerosedes joues et les reflets opalescents du cuir chevelu. Unmariage,apre`stout,cestpourtoutelavie...Enn,aumoinspour longtemps... MaisVale´rie,maˆchoiresserre´es,descendaitd´eja`lesmarchesduperron. Cestpr´ecis´ementcetinstantqueStanchoisitpourpasser`alaction.Avec une fulgurance dont plus personne ne le croyait encore capable, et certainement pas sa femme, il bondit de sa chaise, traversa la salle `a manger, le living, et, avant qu’elle n’ait pu y p´enetrer, se retrouva devant la Clio de sa fille (celle-l`a ´ meˆmequilluiavaitoertepourson capes d’histoire), lui bloquant r´esolument le passage. — Tu as vingt-cinq ans... ´ 19032003Unsie`cledemathe´matiques`aNancy, Institut Elie Cartan, Nancy, 2003.
82 Ge´raldTenenbaum Ilnavaitvraimentpaslairdhumeur`ane´gocier.Unpeucommelejouro`u M. Villeret, sous pr´etexte qu’il est pharmacien, avait voulu lui faire refaire tout le circuit d’arriv´ee d’eau de sa maison de campagne, arguant que les canalisations n’´etaient pas aux normes et que le d´efaut de pente engendrerait des  foyers septiques  .Sceptique,Stanl´etaitreste´jusquaubout,aussi´emu du risque de nids `a microbes que de son premier raccord en pvc . Il y avait eu une scene memorable sur le carrefour, juste devant la pharmacie. L’affaire ` ´ s´etaite´videmmenttermin´eedevantletribunaldecommerce,maisStans´etait d´efendumordicuset,apr`esplusieursann´ees,ilavaiteugaindecause. — Tu as vingt-cinq ans, ma fille... — Je sais bien, papa ! — ... et il est hors de question que tu ´epouses un gar¸con qui n’a pas de me´tier! — Mais, papa, il est chercheur, math´ematicien, c’est un scientifique ! C’est unm´etier,c¸a!Dailleursilcotise`alase´cu... C¸aneveutriendire.Math´ematicien,cenestpasunm´etier,pasunvrai... Arc-boute´,enracin´edanssescertitudes,StanislasMillionauraitpurepousser les assauts de tous les rh´eteurs des mondes antique et moderne r´eunis. La col`ere sourdait des prunelles amandines de Val´erie. — C’est quoi alors, M. Je-sais-tout ? — C’est... c’est... un adjectif, voil`a ! Voir traiter son Lucien d’adjectif, c’´etait plus que la jeune fille ne pouvait supporter. Et dire qu’il avait brillamment soutenu sa th`ese de theorie des ´ nombres quelques mois auparavant... Il fallait frapper vite et fort, ´etourdir l’adversaire avant de porter l’estocade. Tant pis pour les ˆames sensibles. — Papa, j’attends un enfant. Ellevitimme´diatementquelleavaitprislavantage:teluntaureauestourbi parlepicador,iltdeuxpasdecˆot´e,luilaissantennlapossibilit´edesasseoir au volant. — Hein ? Un enfant ? Mais, tu n’es... Stan´etaitbleˆme.Lesjoues,rosesquelquesinstantsauparavant,avaientvir´e aunacr´efa¸consaturnismechronique.Quelquesgouttesdesueurglac´eeperlaient sur le front et la moustache. Papa, tu l’as dit toi-mˆeme, j’ai vingt-cinq ans... Mais...mais...ilnapasdem´etier...C¸aneserta`rien,lesmath´ematiques... Si encore il ´etait prof, comme toi, mais chercheur, chercheur en maths, ¸ca n’a aucun sens... Et puis, d’ailleurs, il cherche quoi ? Qu’y a-t-il donc encore `a chercher ? Biensˆurquilyamatie`rea`chercher!Cest...tr`esimportantmeˆme. Devinantunsourireincr´edule,entreme´prisetd´e,surlesle`vrespaternelles, la jeune femme ajouta : — Il y a des masses de conjectures, sur lesquelles ils travaillent tous...
L´epreuveMillion 83 — Les conjonctures, on nous dit tous les jours qu’elles vont mal, qu’elles sont mauvaises, que c’est la crise... — Con-jec -ture, papa, pas con-jonc -ture. C’est diff´erent. Les conjectures, ce sontdeside´esdethe´o`ndxquinesontpasencoredevrais remes, e n e ceu th´e`mes,ceuxquonattendsanssavoir... eor Si c’est une fille ou gar¸con ? Elle sourit. Au moins, il n’avait pas perdu son sens de l’humour. Et le gros delatempeˆtee´taitvisiblementpass´e. — Si tu veux, sauf que, dans ce cas-l`a, il y a beaucoup plus que deux possibilit´es. Des milliards... UnpetitMillion,¸camesura.Cestpourquand? — Septembre. On aura le temps de tout pr´eparer. D’ailleurs, maman est au courant... — Pas si vite, fillette, je n’ai pas dit mon dernier mot ! Pasa`dire,ilencaissaitbienetilr´ecupe´raitvite.Ilavait`apresentlesyeux ´ brillants et ses joues avaient presque retrouv´e un semblant de couleur. Vale´riesortitdelavoiture.Silfallaitn´egocier,autantlefairedansunendroit confortable. — Viens, on rentre `a la maison. En les apercevant s’asseoir calmement au salon, France les gratifia de regards reconnaissants. — Ma ch´erie, tu veux ton dessert ? — Non merci. Papa a une proposition `a me faire. Stanattrapalegroscendrierenverrefum´eetsemita`joueravecle´teignoir en forme de gourdin pr´ehistorique. Un cadeau de mariage. Il semblait chercher ` mbler des souvenirs. a rasse Quandjaidemand´elamaindetame`re,javaisjusteun cap . Je suis venu un dimanche. Il pleuvait. J’avais des fleurs, mais le bouquet ´etait tremp´e. Beau-papa m’a fait entrer dans la pi`ece rouge, celle des r´eunions de famille, qu’il n’ouvrait que pour les grandes occasions... Il jeta un rapide regard circulaire autour de lui, comme pour se rassurer de tout ce qui lui appartenait, tout ce qu’il avait gagn´e. Il avala sa salive, se passa brie`vementlalanguesurlesl`evres,etreprit: — Il m’a dit :  Vous avez votre cap , bien, mais qu’est-ce que vous savez faire ?  Alorsjaiexpliqu´emesprojets,do`ujevenaisetoujevoulaisaller,et ` nousnoussommescompris,nousavonsparl´elemˆemelangage,concret,solide, re´aliste... — Papa, aujourd’hui, les choses ont chang´e. Peut-eˆtre,maisjaimeraisbienquetonLucien-chercheurvienneme raconter`amoiaussicommentilvoitleschoses,cequilsaitfaireetcequil cherche dans cette voie qu’il a choisie...
84 G´eraldTenenbaum — Impossible ! C’est beaucoup trop compliqu´e, tu n’y comprendras jamais rien ! — Justement, Valou, j’ai juste mon certif, je n’y comprendrai certainement rien, mais je suis ton p`ere. Alors, il faudra qu’il essaie. Fut ` se du  Valou  , le premier depuis si longtemps, la jeune fille -ce a cau re´ponditdoucement: — Bon, d’acc, ’pa, il viendra, une fois, deux fois, peut-ˆetre trois fois, et il t’expliquera... M. Million se renversa lentement sur son fauteuil. Il y avait si longtemps qu’il n´etaitpasretourn´ea`le´cole...Ilallaitlaissersachanceaublanc-bec... La`-dessus,ilsendormit. Il faut dire que, depuis quelques ann´ees, il faisait syst´ematiquement une petite siesteapre`slerepas. Lapremi`ererencontre´etaitpre´vuepourlundia`19heures.Lucien,qui avait contract´e tres jeune l’habitude d’arriver syst´ematiquement en retard de ` quelques minutes `a ses rendez-vous, fut ce jour-l`a scrupuleusement ponctuel. Franceluiouvritlaporte.Elleavaitpr´evuderestertre`sneutre,maislejeune homme avait un bon sourire qu’elle ne put s’empˆecher de rendre. — Bienvenue, M. Faus, mon mari vous attend. — Bonjour. Merci, Madame Million. Est-ce que Val est l`a aussi ? Il savait tr`es bien que la reponse serait n´egative. Les tourtereaux avaient ´ consid´er´equilseraitpr´efe´rablequeLucienarontˆatseulsesfutursbeaux-parentsetVale´riese´taite´clipse´eenndapr`es-midi,pre´textantunereunion ´ pe´dagogiqueenmargedesonstageenclassedeseconde. Lucien´etaitplutˆotgrand,mince,avecunregardnoirrehauss´edesourcils bien dessin´es. Il y avait quelque chose de na¨ıf dans le haut de son visage, qui contrastait avec une sorte de d´etermination de la bouche et de la mˆachoire. Francelintroduisitaupetitsalon-biblioth`eque,o`uattendaitsonmari,cal´e derri`erelebureauquilnutilisaitplusdepuisdesann´ees.Ce´taitassisa`cette tablequilavait,aud´ebut,e´tablilesdevisetlesfactures.Maisd` es que l’entreprise avait pris de l’envergure, il avait embauch´e une aide-comptable pourlede´chargerdecestˆachespourlemoinsfastidieuses. — Asseyez-vous, jeune homme ! — Merci, Monsieur. Aumoins,il´etaitpoli.Avecsaraiesurlecˆote´,sonpullmarineenVetsa serviette en cuir, il faisait plutˆot bon genre, quoique un peu intemporel. Cela dit, il aurait tout de mˆeme pu mettre une cravate. — Alors, comme ¸ca, vous faites des math´ematiques ? — Oui, enfin de la th´eorie des nombres... ´ — Et vous voulez epouser ma fille ?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.