Macroeconomie I (mai 2006) corrige

De faouzi (auteur)
Publié par

Macroeconomie I (mai 2006) corrige

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 4 590
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
1
Macroéconomie I (m
ai 2006)
Corrigé
Tenir compte de la démarche
Une faute de calcul est sanctionnée une seule fois
---------------------------------------------------------------------------------------
Questions de cours (5 points = 1 * 5)
1)
Faux
;
Dans
le
m
odèle
de
Fisher,
les
in
di
vidus
tiennen
t
c
omp
te
du
revenu
présen
t
au
tan
t que du revenu
fu
tur l
orsqu’ils prennen
t
leur décisi
on de c
ons
omma
ti
on.
2)
Vrai
;
Sel
on
le
m
odèle
de
cycle
de
vie,
les
agen
ts
f
on
t
rec
ours
à
l’épar
gne
e
t
a
u
cré
di
t
p
our
lisser
leur
c
ons
omma
ti
on
t
out
au
l
ong
de
leur
vie.
Leur
épar
gne
es
t
néga
tive au débu
t e
t à la
fin de
leur cycle de
vie al
ors qu’elle es
t p
osi
tive au
milieu ce
q
ui pe
rme
t un pr
ofil de c
ons
omma
ti
on s
table.
3)
Faux
;
P
our
F
rie
dman,
la
c
ons
omma
ti
on
pen
d
du
revenu
pe
rmanen
t
q
ui
es
t
défi
n
i
c
omme
é
tan
t «
la s
omme qu’
un c
ons
omma
teur peu
t c
ons
ommer en
main
tenan
t
c
ons
tan
te la
valeur de s
on ca
pi
tal
».
4)
Faux ;
P
our
les
classiques,
la
m
onnaie
n’es
t
jamais
désirée
p
our
elle
-même,
elle
ne
ser
t
qu’à
réaliser
les
échan
ges
e
t
n’a
a
uc
une
i
nfluence
sur
les
va
riables
réelles
de
l’éc
on
omie.
Le
se
ul
m
o
tif
de
deman
de
de
m
onnaie
es
t
d
onc
le
financemen
t
efficace
des
transac
ti
ons.
5) Vrai ;
une p
oli
tique
budgé
taire ex
pansi
onnis
te par une au
gmen
ta
ti
on
des dépens
es
publiques
en
traîne
un
effe
t
d’évic
ti
on
;
il
s’a
gi
t
de
l’évic
ti
on
de
l’inves
tissemen
t
p
rivé par l’inves
tissemen
t public
mais
n’a auc
un effe
t sur le revenu
d’éq
uilibre.
Exercice (5 points)
1)
p
our
i=3% ;
VAN
=
170
(9,954)
1506,71=
185,47>
0
l’in
vm
t
es
t
ren
table
(
1
point)
-
p
our
i=7%
VAN
=
170
(7,943)
–1506,71
=
-156,4<
0
l’invm
t
n’es
t
pas
ren
table
(1 point)
-
Par
déduc
ti
on
e
t
sans
faire
de
calc
ul
on
peu
t
déd
uire
que
l’in
vm
t
n’es
t
pas
ren
table
p
our i=9% p
uisqu’il
ne
l’é
tai
t pas pour i=7%
(1point)
2)
-
A
u
lieu
de
rechercher
le
bénéfice
actua
lisé
à
l’aide
d’un
taux
d’
intér
ê
t
externe
(i),
on
cherche
quel
est
le
taux
de
rendement
int
erne
(r)
qui
rend
l
a
VAN
égale
à
zéro.
On
parle
de
taux
de
rend
ement
interne
car
c’est
celui
q
u
e
retirerait
d’un
investi
ss
ement
dans
sa
pro
pre
firme,
un
entrepreneur
pa
r
2
opposition
au
taux
ex
terne
qui
corres
pond
à
c
e
qu’il
obtiendrait
s’il
plaçait
s
e
s
fonds
à
l’extérieur.
Dans
la
termino
l
ogie
ke
ynésienne,
le
taux
de
rendeme
n
t
interne s’appelle le taux d’efficacité ma
rginale du capital.
(1 po
int)
- P
our i=5% , VAN = 0
d
onc TRI = 5%
(1 po
in
t
)
Problème
(10 points) :
1)
Il s’a
gi
t du
m
odèle keynésien car :
-
les p
rix s
on
t ri
gi
des
-
la
f
onc
ti
on de c
ons
omma
ti
on es
t keynésienne
-
la
f
onc
ti
on de demande de
m
onnaie es
t keynésien
ne (f
onc
ti
on du
taux d’in
térêt)
Rq : no
te c
om
plè
te même si
l’é
tu
dian
t d
onne
un se
ul de ces
tr
ois arg
umen
ts.
2)
La
c
ourbe
IS
représen
te
l’ensem
ble
des
c
ombinais
ons
de
taux
d'in
térê
t
(i)
e
t
de
revenu (Y) qui assuren
t l’éq
uilibre sur
le
marché
des biens e
t services.
L’éq
uilibre sur
le
marché des biens e
t services s’éc
ri
t :
Y = C + I + G
Y = C
0
+ c(Y-T) - b.i + I
0
+ G
Y(1-c)
=
(C
0
+
G
cT
+
I
0
)–
b
.i
Or
DA
=
(C
0
+
G
cT
+
I
0
)
e
t
k=1/(1-c) ;
k>
1
car c<1.
Y = DA.k – b.k . i
Equa
ti
on de
la c
ourbe IS
3)
La
c
ourbe
LM
représen
te
l’ensem
ble
des
c
ombinais
ons
de
taux
d'in
térê
t
(i)
et
de
revenu (Y) qui assuren
t l’éq
uilibre du
marché
m
oné
taire
La c
on
di
ti
on d’éq
uilibre sur
le
marché
m
oné
taire s’éc
ri
t : M
o
= M
d
M
o
=
α
.Y –
β
.i + L
o
i
= (
α
/
β
).Y +(L
0
– M
0
)/
β
Y = (
b
/
a
).i -(L
0
– M
0
)/
a
Equa
ti
on de
la c
ourbe LM
4)
IS e
t LM d
onnen
t :
Y* = [
b
.DA – b.(L
0
–M
0
)]/ [
b
/k +
a
.b] avec
DA =
(C
0
+
G – cT + I
0
)
et
k=1/(1-c)
5)
on a
Y = DA.k – b.k . i
c'es
t-à-dire
Y = (C
0
+
G – cT + I
0
).k – b.k . i
d
onc
Y = k.
G –b.k
i
3
or d’après
l’éq
ua
ti
on LM,
on a :
i = (
α
/
β
)
D
Y
d
onc :
Y = k.
G –b.k. (
α
/
β
)
.
Y
Y (1+b.k.
α
/
β
) = k.
G
Y =
β
/(
β
+ b.k.
α
) .k.
G
Y = A.k.
G avec A =
β
/(
β
+ b.k.
α
)<1
Rq : ce résultat peut être obtenu aussi en utilisant l’expression de y* déterminée
dans la question 4).
Dans
le cas
où le
taux d’in
térê
t res
te c
ons
tan
t (
i = 0),
on a
Y = k.
G
C
oncl
usi
on :
la
valeur
du
m
ul
ti
plica
teur
de
dépenses
p
ubliques
es
t
infé
rieure
à
celle
ob
tenue si
le
taux d’in
térê
t res
te c
ons
tan
t.
C
ommen
taire :
cela
es
t
à
l’effet
d’éviction
exercé
par
les
dépenses
p
ubliques
s
u
r
la dépense p
rivée. En effe
t, l’au
gmen
ta
ti
on de
la demande de
f
onds prê
tables en
traîne
un
accr
oissemen
t
du
taux
d'in
térê
t
q
ui
déc
ourage
l’inves
tissemen
t
p
rivé
.
L’au
gmen
ta
ti
on de
l’inves
tissemen
t public
se
fai
t
d
onc au dépens de
l
’inves
tissemen
t
p
rivé.
En
l’absence
de
ce
t
effe
t
d’évic
ti
on,
l’effe
t
m
ul
ti
plica
teur
des
dépenses
publiques sur
le revenu serai
t
net
temen
t
plus
imp
or
tan
t (
Y = k.
G e
t n
on pas
Y
=
A.k.
G).
6)
IS
Y = DA.k – b.k . i
Y = 880*5 - 2 500*5
*i
Y = 4400 – 12500 i
LM
Y = (
β
/
α
).i -(L
0
– M
0
)/
α
Y = 20000 i – 800
7)
IS = LM
fi
y* = 2400
i* = 16%
8)
Si G au
gmen
te de 130 e
t que T ne b
ouge pas, cet
te au
gmen
ta
ti
on des dépenses
publiques es
t financée par défici
t budgé
taire, c'es
t-à-
dire par empr
un
t
.
1
ére
méthode : G’ = G +
D
G = 490
>
0
L’au
gmen
ta
ti
on de G
infl
uence se
ulemen
t IS
IS devien
t d
onc :
IS’ : Y = 5050 – 12500i
LM ne change pas
Y = 20000 i – 800
N
ouvel éq
uilibre :
On égalise IS et LM :
4
i*’ = 18%
Y*’ = 2800
2
éme
méthode :
D
G = 130
>
0
IS : Y = C+ I + G
fi
D
Y =
D
C +
D
I +
D
G
fi
D
Y = 0,8
D
Y – 2500
D
i + 130
fi
D
Y = 650 – 12500
D
i
LM:
Y = 20000 i – 800
fi
D
Y = 20000
D
i
IS = LM
fi
D
i = 0,02 = 2 %
fi
i*’ = i* +
D
i = 18 %
D
Y = 400
fi
Y*’ = Y*+
D
Y = 2800
Effe
t
d’évic
ti
on :
une
p
oli
tique
budgé
taire
expansi
onnis
te
par
une
au
gmen
ta
ti
on
des
dépenses
p
ubliques
en
traîne
un
effe
t
d’évic
ti
on ;
il
s’a
gi
t
de
l’évic
ti
on
de
l’inves
tissemen
t
privé
par
l’inves
tissemen
t
public.
En
effe
t,
l’au
gmen
ta
ti
on
de
la
demande
de
f
onds
prê
tables
en
traîne
un
acc
r
oissemen
t
du
taux
d'in
térê
t
q
ui
déc
ourage
l’inves
tissemen
t
privé.
L’au
gmen
ta
ti
on
de
l’inves
tissemen
t
public
se
fai
t
d
onc au dépens de
l’inves
tissemen
t privé.
i = 16% - 18% = 2%
D
I
= -2500
i = -2500 * 0,02 =
-50
<
0
S
ui
te
à
l’au
gmen
ta
ti
on
des
dépenses
p
ubliques
de
130
uni
tés,
l’inves
tissemen
t
p
rivé
diminue de 50 uni
tés.
9
)
P
oli
tiq
ue
m
oné
taire expansi
onnis
te
M
0
= 162,5
1
ére
méthode : M’
0
= 1362,5
LM devien
t :
LM’ : Y = 20000 i – 150
IS ne change pas :
Y = 4400 – 12500i
N
ouvel éq
uilibre :
i*’’ =14%
Y*’’ = 2650
2
éme
méthode :
D
M
0
= 162,5
>
0
IS : ne change pas
fi
D
Y = – 12500
D
i
LM:
M
0
= M
d
fi
D
M
0
=
D
M
d
fi
162,5 = 0,25
D
Y- 5000
D
i
fi
D
Y = 650 +20000
D
i
IS = LM
fi
D
i = - 0,02 = - 2 %
fi
i*’’ = i* +
D
i = 14 %
D
Y = 250
fi
Y*’’ = Y*+
D
Y = 2650
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

kfos

superbe tous cours encore merci

mercredi 15 septembre 2010 - 17:12
ouattarayacouba52

ok

jeudi 6 mars 2014 - 15:59
Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi