SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES, Épreuve ÉCRITE - ACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL (Session 2011)

Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée
11EC2SME1 Page 1/8 Session 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Épreuve ÉCRITE Durée : 3 heures Coefficient : 7 L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Aucun document n'est autorisé. Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu'il est complet et que toutes les pages sont imprimées. Si le sujet est incomplet, demandez-en immédiatement un nouvel exemplaire aux surveillants. Ce sujet comporte 8 pages

  • maladie chronique

  • qualité de la vie

  • qualité de vie des personnes

  • adulte jeune

  • loi de santé publique

  • plan d'amélioration de la qualité de vie des personnes


Publié le : mardi 19 juin 2012
Lecture(s) : 390
Source : ac-aix-marseille.fr
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE
Session 2011
SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL
SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Épreuve ÉCRITE Durée : 3 heures Coefficient : 7 L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Aucun document n'est autorisé. Dès que le sujet vous est remis, assurezvous qu'il est complet et que toutes les pages sont imprimées. Si le sujet est incomplet, demandezen immédiatement un nouvel exemplaire aux surveillants. Ce sujet comporte 8 pages
11EC2SME1
 Page 1/8
En France, près de 15 millions de personnes sont atteintes de maladies chroniques. Il s’agitd'affections comme le diabète, l’asthme, la sclérose en plaques, le SIDA, le cancer, ou de maladies plus rares comme les maladies génétiques. Ces pathologies, durables et évolutives, engendrent des incapacités, des difficultés personnelles, familiales et sociales importantes. Elles atteignent toutes en profondeur la qualité de vie des personnes qui en souffrent. (…)En France, on compte près de 2,5 millions de personnes atteintes par un diabète. Le diabète insulinodépendant, dit diabète de type 1, (10 %) atteint principalement les enfants et les adultes jeunes et le diabète non insulinodépendant, dit diabète de type 2, (90 %) les personnes âgées. Présentation du Plan sur l'amélioration de la qualité de vie des patients atteints de maladies chroniques et dossier de presse améliorer la qualité de vie des patients atteints de maladies chroniques ; Intervention ministre de la santé et des solidarités ; le 24 avril 2007.QUESTION 1 :Justifier le fait que le diabète est un des axes prioritaires du plan 20072011 sur l’amélioration de la qualité de vie des patients atteints de maladies chroniques. QUESTION 2 :Expliquer comment se mettenten œuvre les différents principes d’intervention des politiques sanitaires visant à promouvoir la santé des personnes atteintes du diabète de type 2. QUESTION 3 :Montrer l’intérêt de l’éducation thérapeutique dans la prise en charge de ce risque maladie. BARÈME Question 1 : 6,5 points Question 2 : 6 points Question 3 : 4,5 points Qualités rédactionnelles : 2 points Ca acité à identifier les différents as ects du uestionnement : 1 oint
11EC2SME1
 Page 2/8
ANNEXE 1 :
ANNEXE 2 :
ANNEXE 3 :
ANNEXE 4 :
ANNEXE 5 :
ANNEXE 6 :
ANNEXE 7 :
11EC2SME1
LISTE DES ANNEXES
Dossier de presse Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques, Plan présenté par le ministre de la santé et des solidarités 24 avril 2007.
Publicationdes textes d’application de la loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST)relatifs à l’éducation thérapeutique du patient, ministère de la santé et des sports.
Extrait de la loi n° 2009879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires(TITRE VI).
Enquête sur les pratiques éducatives auprès des patients diabétiques de type 2 en 2001 ; rapport de synthèse général.
Guide Affection Longue Durée (ALD) 8, diabète de type 2, Haute Autorité de la Santé (HAS), Service des affections de longue durée et accords conventionnels, juillet 2007.
Deuxième Programme National Nutrition Santé (PNNS) 20062010, ème Livre des plans de santé publique, 2 édition, novembre 2009.
Les personnes enALDau 31 décembre 2008, Points de repère n°27, décembre 2009. Site assurance maladie en ligneameli.fr, consulté le 29 Juin 2010.
 Page 3/8
ANNEXE 1 Pourquoi un plan sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques ? En France, on estime que 15 millions de personnes, soit près de 20 % de la population, sont atteintes de maladies chroniques. Certaines souffrent même de plusieurs maladies à la fois. Une maladie chronique est une maladie de longue durée, évolutive, souvent associée à une invalidité et à la menace de complications graves. Les maladies chroniques comprennent : des maladies comme l’insuffisance rénale chronique, les bronchites chroniques, l’asthme, les maladies cardiovasculaires, le cancer ou le diabète, des maladies lourdement handicapantes, comme la sclérose en plaques ; (…)De l’asthme infantile au diabète du jeune adulte, une maladie chronique, quelle qu’elle soit, détériore la qualité de vie. (…)L’Organisation Mondiale de la Santé fait de l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques une priorité. La loi de santé publique du 9 août 2004 a pris en compte cette nécessité et prévu la mise en place d'un plan d’amélioration dela qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques. (…)Ce plan est indispensable :  Parce que plus le patient est impliqué dans les soins et la gestion de sa maladie, plus la prise en charge est efficace ;  Parce que nombre de complications peuvent être évitées, si le patient est conscient des risques attachés à la maladie chronique dont il souffre et si on l’aide à acquérir les bons réflexes ;Parce que du fait de l’allongement de l’espérance de vie et des progrès de la médecine, il y a et il y aura de plus en plus de personnes vivant de nombreuses années avec ce type de maladie ; (…)Pour répondre à ces exigences, le plan a quatre objectifs : 1) Aider chaque patient à mieux connaître sa maladie pour mieux la gérer, 2) Élargir la pratique médicale vers la prévention, 3) Faciliter la vie quotidienne des malades, 4) Mieux connaître les conséquences de la maladie sur leur qualité de vie. 15 millions de personnes souffrent de maladies chroniques (hors hypertension artérielle qui compte 7 millions de personnes), dont :  Diabète :millions 2,5  Asthme : 3,5 millions  Psychose : 890 000  Maladie de Alzheimer : 900 000  Épilepsie : 500 000  Maladie de Parkinson : 100 000  Cancer : 700 000  Insuffisance rénale chronique : 2,5 millions  Sclérose en plaque : 50 000 SIDA: 30 000  Maladies rares : 3 millions (…) 11EC2SME14/8 Page
ANNEXE 1 (suite) Mieux connaître sa maladie pour mieux la gérer Le constat Aujourd’hui encore, les maladies chroniques entraînent des complications qui pourraient être évitées ou retardées si les patients connaissaient les bons réflexes et les comportements à adopter et s'ils avaient appris à détecter les signes avantcoureurs d’une complication. Alors qu’il est essentiel qu’il applique son traitement dans la durée, le patient ne bénéficie souvent ni d’une information claire, compréhensible et accessible, ni d’une éducation adaptée lui permettant de gérer au quotidien sa maladie. (…)L'objectif  Informer et éduquer les patients, pour leur permettre de mieux comprendre leur maladie et ses évolutions possibles, de détecter les premiers signes de complications éventuelles et d'adopter les bons gestes.  Développer une éducation thérapeutique pour aider le patient et son entourage à mieux coopérer avec les soignants et maintenir ou améliorer sa qualité de vie. Il peut s’agir, par exemple, des gestes de surveillance et d'adaptation du traitement à réaliser chez un patient diabétique (contrôle de la glycémie et adaptation des doses d’insuline), asthmatique (mesure du souffle, recours aux médicaments), ou encore du respect d'une alimentation adaptée. Les mesures Diffuser auprès des patients descartes individuelles d’information et de conseils Ces cartes fournissent, de manière simple, les informations essentielles sur la maladie du patient (définition, cause, signes et conseils de prise en charge, « règles d’or »...).(…)Les principales complications du diabète  La rétinopathie diabétique : 1ère cause de cécité en France avant 65 ans, Les complications du pied : 1ère cause d’amputation non traumatique en France  (12 000 par an), L’insuffisance rénale : 30 % des 7 000 nouveaux dialysés par an sont diabétiques,  Les complications cardiovasculaires et notamment les infarctus. L’intérêt de l'éducation thérapeutique et de l'accompagnement des patients est majeur pour éviter des complications en permettant au patient : D’équilibrer sa glycémie,  De respecter les règles hygiénodiététiques, De faire pratiquer chaque année un fond d’œil (seul 1 patient sur 2 en bénéficie  actuellement), De faire pratiquer examen et soins podologique (…)Dossier de presse Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques, Plan présenté par le ministre de la santé et des solidarités 24 avril 2007.
11EC2SME1
Page 5/8
ANNEXE 2 Éducation thérapeutique du patient Mieux connaître sa maladie pour mieux la gérer, telle pourrait être la définition de l’éducation thérapeutique du patient (ETP), qui est aujourd’hui reconnue par l’ensemble des acteurs de santé comme une priorité pour les personnes atteintes de maladies chroniques. Elle est désormais inscrite dans le code de la santé publique par la loi du 21 juillet 2009 « Hôpital, patients, santé et territoires » (Art. L. 11611 à L. 11614). Publication des textes d’application de la loi HPST relatifs à l’éducation thérapeutique du patient, consulté le 16 octobre 2010, site ministère de la santé et des sports. ANNEXE 3 « Art. L. 11611.L'éducation thérapeutique s'inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome en facilitant son adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa qualité de vie. Elle n'est pas opposable au malade et ne peut conditionner le taux de remboursement de ses actes et des médicaments afférents(1) à sa maladie. Extrait de la loin° 2009879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (TITRE VI).(1) Qui se rapportent à…ANNEXE 4 Le diabète, un problème de santé publique qui pose de manière exemplaire la question du développement de l'éducation du patient : Quelques repères sur la maladie Le diabète est souvent considéré comme une pathologie modèle pour l'organisation pratique de l'éducation des patients. Cette maladie touche une part importante de la population : son taux de prévalence est estimé à 3 % en Métropole (Ricordeau, 2000) et supérieur à 10 % dans lesDOMTOM, sans compter la population des patients non diagnostiqués, estimée entre 300 et 800 000 personnes. En 1999, 27 000 décès ont été imputés au diabète (cause initiale et associée), soit 5 % de la mortalité globale, et cette part est probablement sousévaluée. Le coût de sa prise en charge représente, hors coûts indirects, 4,9 milliards d'euros par an en France, dont 2,1 milliards de dépenses hospitalières. Le terme de diabète recouvre en réalité deux entités pathologiques bien distinctes, le diabète de type 1 et le diabète de type 2, qui constituent deux réalités très différentes pour les patients et les soignants. Enquête sur les pratiques éducatives auprès des patients diabétiques de type 2 en 2001, rapport de synthèse général. Cécile Fournier, direction des affaires scientifiques, Inpes ; Julie Pélicand, Unité MDESPRESO, université catholique de Louvain ; Isabelle Vincent, direction de la communication et des outils pédagogiques, Inpes, Août 2007.
11EC2SME1
Page 6/8
ANNEXE 5 Facteurs de risque diabète de type 2 Facteurs de risque cardiovasculaire (éléments d’estimation du risque cardiovasculaire global) : Âge : > 50 ans chez l’homme et > 60 ans chez la femme ;Antécédents familiaux d’accident cardiovasculaire précoce : infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez le père ou chez un parent du 1er degré de sexe masculin ; infarctus du myocarde ou mort subite avant 65 ans chez la mère ou chez un parent du 1er degré de sexe féminin ; Antécédents familiaux d’AVC(1) constitué précoce (< 45 ans) ;  Tabagisme (tabagisme actuel, ou arrêté depuis moins de 3 ans) ;  HDLcholestérol(2) ≤ 0,4 g/l quel que soit le sexe ; LDLcholestérol(3) > 1,60 g/l (4,1 mmol/l). Autres facteurs à prendre en compte : Obésité abdominale (périmètre abdominal > 102 cm chez l’homme et 88 cm chez la femme) ou obésité (Indice de Masse Corporelle (IMC) ≥ 30 kg/m²) ; supérieur à 50 ans chez l’homme et supérieur à 60 ans chez la femme ;Sédentarité : absence d’activité physique régulière, soit environ 30 minutes, 3 fois par semaine ; Consommation excessive d’alcool : plus de 3 verres devin/jour chez l’homme et 2 verres/jour chez la femme ;  Aspects psychosociaux : activité professionnelle, problèmes psychologiques, psychosociaux, troubles de l’alimentation, dynamique familiale, facilité d’adaptation, éducation, emploi.Guide ALD 8, diabète de type 2, Haute2007.autorité de santé, SaintDenis, (1) AVC : Accident Vasculaire Cérébral.(2) HDL : High Density Lipoprotein : Lipoprotéine* de haute densité.(3) LDL : Low Density Lipoprotein : Lipoprotéine* de basse densité. *Lipoproteine :molécule constituée de lipides et d’une protéine, qui permet le  transport des lipides dans le sang. ANNEXE 6 Deuxième Programme National Nutrition Santé (PNSS) 20062010 Les effets des incitations permanentes à la consommation, principalement de produits gras, sucrés et salés, mais aussi les effets de la sédentarité, de l’inactivité physique et d’une consommation alimentaire excessive ont engendré une montée continue des pathologies liées à une mauvaise nutrition, comme l’obésité, le diabète de type 2 (…). Ces pathologies sont les premières causes de mortalité en France et pèsent très lourd dans les dépenses de l’assurance maladie. Elles coûtent 5 milliards d’euros par an et la part attribuée à la mauvaise nutrition atteindrait 800 millions d’euros.Le PNNS a fixé des objectifs précis et quantifiés tant en matière de consommation alimentaire que d’activité physique. (…).ème Livre des plans de santé publique, 2 édition, novembre 2009.
11EC2SME1
Page 7/8
ANNEXE 7 Les personnes en ALD au 31 décembre 2008 Qu’estce qu’une A.L.D. ?Une affection de longue durée exonérante est une maladie qui nécessite un suivi et des soins prolongés (plus de six mois) et des traitements coûteux ouvrant droit à la prise en charge à 100 %. Il s'agit : des affections de longue durée inscrites sur une liste établie par le Ministre de la Santé (liste des A.L.D. 30).  Diabète de type 1 et diabète de type 2,  Hémoglobinopathies(1), hémolyses, chroniques constitutionnelles et acquises  sévères,  Hémophilies et affections constitutionnelles de l'hémostase graves, Les personnes en ALD en 2008 Au 31 décembre 2008, 8,3 millions de personnes du Régime général bénéficient de l'exonération du ticket modérateur au titre d'une affection de longue durée (ALD), soit près d'une personne sur sept. Le Régime général compte 280 000 personnes enALDde plus en une année, soit une augmentation de 3,5 %. (…)Le groupe des affections cardiovasculaires avec 2,8 millions de personnes, les tumeurs malignes (1,7 millions), le diabète (1,6 millions) et les affections psychiatriques de longue durée (0,95 millions) concentrent plus des troisquarts des personnes enALD. Évolution des effectifs de personnes en affection de longue durée pour les principales ALD entre 2005 et 2008, pour le régime général Éffectif au Éffectif au Éffectif au Taux de Intitulé de 31/12/2005 31/12/2007 31/12/2008 croissance l’affectionrégime général régime général régime général 2007/2008 Maladies 2 340 778 2 635 380 2 790 317 5,9 % cardiovasculaires Diabète de type 1 et diabète de 1 310 864 1 517 773 1 640 716 8,1 % type 2 (ALD 8) Tumeur maligne 1 412 839 1 598 226 1 695 838 6,1 % (ALD 30) Points de repère n° 27, décembre 2009, Site de l’Assurance maladie en ligne ameli.fr, consulté le 29 Juin 2010. (1) Hémoglobinopathie: ensemble de pathologies liées à une anomalie de l’hémoglobine.
11EC2SME1
Page 8/8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.