THEOREME DE BOLZANO WEIERSTRASS

De
Publié par

THEOREME DE BOLZANO WEIERSTRASS

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 247
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
P A R T I E I Introduction à la macroéconomie
1 Qu’est-ce-que la macroéconomie ?
2 Les comptes macroéconomiques
C’st ici qu l’on plant l déco. L chapit  xpos ls objctifs t ls éthods d la acoéconoi, pésnt son utilité t squiss son histoi, ls contovss qui l’anint t ls qustions qui stnt n suspns. Il définit ds notions d bas t suvol la suit d l’ouvag. L chapit  intoduit la coptabilité national, l langag utilisé pa ls éconoists pou déci ls activités éconoiqus d’un égion ou nation, t pou couniqu. Il pésnt aussi la balanc ds paints, synths ds lations d’un nation avc l st du ond.
1.1 Aperçu .. Production, croissance et cycle conjoncturel .. Le chômage .. Facteurs de production et répartition du revenu .. L’inflation .. Marchés financiers et économie réelle .. Ouverture 1.2 La macroéconomie en tant que discipline scientifique .. La genèse de la macroéconomie .. Macroéconomie et microéconomie .. Macroéconomie et politique économique .. « Côté cour » et « côté jardin » en macroéconomie : offre et demande 1.3 Méthodologie de la macroéconomie .. Que cherche-t-on à expliquer ? .. Théorie et réalité .. Analyse positive et analyse normative .. Les théories à l’épreuve des faits : le rôle des observations .. Modélisation macroéconomique et prévision 1.4 Survol de l’ouvrage .. Structure .. Controverses et consensus .. Rigueur et intuition .. Données et institutions .. L’Europe
1 Qu’est-ce-que la macroéconomie ?
4 I NT RO D U C T I O N  À  L A  M A C RO É CO N O M I E
1.1 Aperçu
Qu vous l vouliz ou non, ls ths éconoi -qus tndnt à doin l’actualité. Il n s pass pas un jou sans qu’on ntnd pal d’infl ation, d chôag, d coissanc éconoiqu, d bouss, d taux d’intéêt ou d cous d chang. Si nous ntndons tllnt pal d cs phénons, c’st qu’ils affctnt not bin-êt, dictnt ou indictnt. C’st sans dout sutout pou cla qu la acoéconoi, l’étud d cs phéno-ns qui ont tait à l’éconoi dans son ns-bl, st si xcitant. Mais la acoéconoi n s liit pas aux uns ds jounaux, c’st aussi un avntu intllctull fascinant. L’étndu ds qustions qu’ll couv attst sa coplxité in-tinsqu. Cla dit, nous vons qu’un aisonn-nt éconoiqu sipl put nous n ts loin. On sa supis d voi cont qulqus idés sipls puvnt nd copt d situations coplxs. La acoéconoi put aussi êt util. Ls vaiations du taux d’intéêt ou du cous d chang affctnt l bin-êt d tous ls consoatus, ichs t pauvs. Quant aux ntpiss, aussi bin géés soint-lls, lls puvnt pd ou gagn baucoup d’agnt quand lu nvion-nnt acoéconoiqu chang. Un bonn pépaation à d tls changnts d fotun a un valu considéabl. D façon plus géné-al, copnd ls défi s coplxs auxquls font fac nos sociétés fait d nous d illus citoyns. La acoéconoi intéss ls élc-tus qui s’intognt su ls intntions d lus gouvnants, t put aid ls pouvois publics à évit ls pis ciss éconoiqus qui aint af-fcté ls sociétés industills odns au sicl passé : dépssi ’ st-à-di  ds situations où ons, c   l’activité éconoiqu s situ loin n dssous d la noal, t hypinfl ations, qui s poduisnt quand ls pix augntnt à ds taux nsuls d  % ou davantag. Cs situations xtês puvnt disloqu l tissu social, ais puvnt aussi êt évités si ls décidus appliqunt ds pincips éconoiqus appopiés.
1.1.1 Production, croissance et cycle conjoncturel L’indicatu l plus utilisé du bin-êt d’un nation st l produit intérieur brut (PIB) , un su d la poduction étoitnt lié au vnu. La figu .( a ) n tac l’évolution dpuis  pou l’Allagn, la Fanc t l Royau-Uni. Un tendance  d long t positiv doin anifstnt ls fl uctuations d plus cout t. L’évolution tndancill du PIB st un « ésué » qui fait abstaction d ss accéléations t décéléations tpoais : tout s pass co si l’on goait ls iégulaités ds coubs d la figu .. L taux d coissanc a été assz stabl, avc put-êt un augnta-tion aps la Scond Gu ondial. On l voit nco iux su l gaphiqu ( b ) d la figu, qui pésnt l’évolution du logaith natul du PIB au cous d la péiod. Quand on utilis un échll logaithiqu pou l’ax ds odonnés, la pnt d la coub nsign dictnt l taux d coissanc (annul dans l cas pésnt) : un taux d coissanc constant s taduiait pa un doit1. A long t, n oynn, nous n’n sos pas ts éloignés. (L’ncadé ., à la fi n d ctt sc-tion, pésnt qulqus notions utils lativs aux taux d coissanc, t aux convntions d notation utilisés dans ct ouvag.) Dans la gand ajoité ds pays, la coissanc tndancill du poduit a coïncidé avc un aé-lioation substantill du nivau d vi. L tablau . indiqu qu, dpuis , l vnu él pa têt a été ultiplié pa ps d  n Blgiqu, t ps d  n Sud. (Il a été ultiplié pa plus d  au Japon; il n’augnté qu d  % au Bangladsh n-t  t .) Ctains pays ont été confontés, pndant c tps, à d doutabls épuvs, tlls qu ds gus t fains, tandis qu d’auts ont connu un coissanc apid. Ctains, co 1 Pécisons pou ls lctus féus d athéatiqu qu si x ( t ) coît au taux constant g , [d x ( t )/d t ]/ x ( t ) = g , d sot qu x ( t ) = A gt ou ln x ( t ) = ln A + gt , où A st un constant t t pésnt l tps.
 
800 600 400 200 000 800 600 400 200 0 ( a ) 870
7,5 7 6,5 6 5,5 5 4,5 4 3,5 ( b ) 870
France A ll emagne Royaume-Uni
890 9 0 930
France A ll emagne Royaume-Uni
890 9 0 930
950
950
970
970
Q U E S T -CE -Q U E  L A  M A C RO É CO N O M I E  5
990
990
Figure 1.1  Produit intérieur brut, Allemagne, France et Royaume-Uni,   La croissance domine l’évolution des produits et revenus réels des trois économies. Cette croissance tend à être expo-nentielle : les variations annuelles en pourcentage sont r aisonnablement stables à long terme, même si les variations d’année en année peuvent être importantes. Lorsque les données sont mises en échelle logarithmique (partie b ), la pente de la courbe donne le taux de croissance annuel. Source : www.eco.rug.nl/Maddison.
6 I NT RO D U C T I O N  À  L A  M A C RO É CO N O M I E Tableau 1.1 PIB par tête en dollars de  Taux de 1850 1900 1913 1929 1950 1980 1990 2005 croissance moyen Allemagne                 , Autriche                 , Belgique                 , Chine            , Danemark                 , Espagne                 , Etats-Unis                 , Finlande                , France                 , Grèce                , Hongrie n.d.               , Inde n.d.          , Italie                 , Norvège                 , Pays-Bas                 , Pologne n.d.               , Portugal                , Royaume-Uni                 , Suède                 , Suisse                 , Tchécoslovaquie                 , Sources : -: A. Maddison (), The World Economy: Historical Statistics , OECD; -: The Conferenc e Board and Groningen Growth and Development Centre, Total Economy Database , Janvier , http://www.ggdc.net. Notes : l’Allemagne désigne l’Allemagne de l’Ouest pour la période - ; Chine et Inde :  au lieu de . l’Ind, ont stagné pndant ds décnnis avant ssntills. C’st ainsi qu’on associ pafois l’oi-d’nta d façon soudain un péiod d cois- gin d la évolution industill à la ntt accé-sanc apid du nivau d vi. léation ds découvts scintifi qus à la fin du C’st pouquoi la croissance économique  ème sicl. Ctains sont convaincus qu nous constitu l’un ds phénons ls plus passion- sos aujoud’hui à l’aub d’un nouvll vagu nants n acoéconoi. Ls soucs n sont d pogs liés aux tchnologis d l’infoation nobuss, co on l va au chapit . t d la counication. L’un d’lls st la coissanc déogaphiqu : la Si la poduction t l vnu ont augnté d coissanc d la population pt d podui façon phénoénal su d nobuss décnnis, davantag. Un aut souc st l’accuulation ctt coissanc n’st nullnt constant ni ê d oyns d poduction : usins t équipnts, éguli. Un scond ssag d la fi gu . st outs, ésaux d counication t auts qu l poduit él tnd à fluctu autou d sa infastuctus qui ndnt ls tavaillus plus tndanc : c sont pécisént ls iégulaités poductifs. L’élaboation t la obilisation ds dont faisait abstaction la tndanc. Cci ssot connaissancs à ds fins éconoiqus sont aussi nco plus claint d la fi gu ., latif au
 
Q U E S T -CE -Q U E  L A  M A C RO É CO N O M I E  7
800 3  % 600 2  % 400 200 % 000 0  % 800 600 −  %  400 2  % 200 0 3 %  ( a ) ( b ) PIB  observé PIB  tendancie l Ecart  de  production Figure 1.2 PIB observé et tendanciel, et écart de production en France, – Le PIB est mesuré en milliards d’euros en prix constants de . Les chiffres de  sont des estimations de la Commission datant de . Le graphique (a) représente le niveau des variables. Le PIB tendanciel est plus lisse que le PIB observé, mais les écarts ne sautent pas aux yeux. Le graphique (b) représente les écarts entre PIB observé et PIB tendanciel (en %). Les fluctuations cycliques apparaissent de façon beaucoup plus nette. Source : Base de données Ameco, Commission européenne. PIB fançais dpuis . L gaphiqu .( a ) ans, t, l cas échéant, qu put-on fai pou évit illust à la fois l PIB obsvé t un évaluation ls ptubations qui ls accopagnnt ? Tl st l d la tndanc, la coub liss2. Ls fl uctuations d fil d’Aian qui tavs ls Patis III, IV t V d cout t appaaissnt plus claint nco ct ouvag. au gaphiqu ( b ), qui illust l’évolution d l’écat du PIB pa appot à sa tndanc, pafois applé 1.1.2 Le chômage  écart de production . Ls succssions d péiods L’un ds pincipaux phénons associés aux fl uc-soutnufs s dpa h aauptsp ot t dà l ab tas nd adnécc ats,  spoonsti tiafps -tuations d lactivité éconoiqu st l  chômage , opul énésg  c at y i cles conjoncturels 3. Un gand défi d la qui appaaît losqu ls gns chchnt n vain un ploi, c qui put ê s podui n péiod cas cdoéévciaotnioonsi:  qcuonllsi stn  psét clisoéiginnt ,à  pxopuliqquuoi  d coissanc apid d la poduction. L taux de chômage  st l appot, généalnt xpié psistnt-lls su ds péiods allant d’un à cinq n poucntag, du nob d chôus à la O2n  Ppuu ti papo tx à cpl s tpadn sco à unn t cotyt nconu bo ab iélté obtà nuun .  population active . Cll-ci s copos d touts x ou ls psonns qui ont un ploi ou qui n -copuobn notiigliln.a lL  opnot iéntté  iabpootétasn.t st qu ls aspéités d la chchnt un activnt. En copaaison avc la 3 Bin ntndu, pou qu l PIB soit tpoaint supé-population total, ll ot ls juns qui n sont iu à la tndanc, il faut qu son taux d coissanc xcd pas nco n âg d tavaill, ls psonns âgés, ddasbsoouds  dl  ctaluuxi -dci.  Lcso icssycalncs s otnnt ddaonncci al,u spsiu ids sd suscccnsdsio nns  à la tait, t tous cux qui n souhaitnt pas d coissancs fots t faibls. tavaill,— ou n ont abandonné l’spoi.
8 I NT RO D U C T I O N  À  L A  M A C RO É CO N O M I E
2
0
8
6
4
2
0 970 974 978 982 986 990 994 998 2002 Suisse Etats-Unis Union  européenne
Figure 1.3 Taux de chômage en Union européenne, en Suisse et aux USA,  –  Le taux de chômage (le nombre de travailleurs sans emploi mais en cherchant un rapporté à la population active) varie d’un pays à l’autre. Aux USA, il fluctue avec le cycle conjoncturel. En Union européenne, on constate en outre une forte croissance tendancielle. Le cas de la Suisse montre que certains pays européens y ont échappé. Source : OCDE.
Il y a ds nobuss aisons d s péoccup pas été bonn, co l ont la fi gu . : l taux du chôag. On associ natullnt l’inoccupa- d chôag y a cû inxoablnt, pou dépass tion ds tavaillus à un pt d poduction t ls  %. Aux Etats-Unis, n vanch, l chôag d vnus. Nous dvons nous dand n ê a suivi d ps l cycl conjonctul, coissant n tps si ls chôus çoivnt ds off s d’ploi, phas d alntissnt t s ésobant quand la s’ils ls déclinnt, t si oui, pouquoi. Ls plois coissanc pat. Cla dit, l cas d la Suiss ont qu chchnt ls tavaillus sont-ils disponibls, qu tous ls pays uopéns n’ont pas été logés à la ou lus aspiations sont-lls déaisonnabls ? Ls ê nsign. Ls chapits  t  pésntont éponss à cs qustions nous aidont à iux ds aisons pouvant xpliqu cs diff éncs. copnd c phénon coplx. 1.1.3 Facteurs de production Mê ds pogas élaboés t fficacs et répartition du evenu d’aid aux chôus n ttnt pas ls chôus r d longu dué à l’abi d la pt d confi anc n L poduit d’un éconoi, ou PIB, ésult d ux-ês t d l’ffitnt d lu savoi-fai. l’association du tavail d’hos t d fs L coût psychologiqu t social du chôag, bin t d’équipnts — « achins », ais aussi bâti-qu’il n puiss êt sué xactnt, st élvé tant nts t auts constuctions4. Travail t capital  pou ls psonns concnés qu pou la société 4 L factu t, l’éngi, la popiété intllctull t dans son nsbl. A ct égad, la pfoanc d’auts inputs ipotnt aussi, ais sont négligés dans ctt uopénn au cous ds dnis décnnis n’a pi appoch.
 
Part  du  travai l (%  du  PIB)
Cours  rée l des  actions  ( 995 =  00) Part  du  travai l (%  du  PIB)
Cours  rée l des  actions  ( 995   00) =
Q U E S T -CE -Q U E  L A  M A C RO É CO N O M I E  9
Part  du  travai l (%  du  PIB)
Cours  rée l des  actions  ( 995 =  00) Part  du  travai l (%  du  PIB)
Cours  rée l des  actions  ( 995 =  00)
10 I NT RO D U C T I O N  À  L A  M A C RO É CO N O M I E
95
90
85
8 6 4 2 0 2 4  6 70 962 967 972 977 982 987 992 997 2002 Variation  du  taux  d’in ation  T aux  d’uti l isation  des  capacités
80
75
Figure 1.5  Taux dutilisation des capacités de production et inflation  USA, Le taux d’inflation tend à accompagner à la hausse et à la baisse l’intensité de l’utilisation des capacités. Sources : FMI ; OCDE, Principaux indicateurs économiques .
sont ls ts tchniqus qui désignnt ls dux ntpiss st bass, t ls cous bousis tndnt pincipaux facteurs de production (ou inputs). L à êt dépiés. S’il st péatué d’n infé un poduit donn liu à un vnu épati nt ls fac- lin d causalité5, on put aisonnablnt pns tus. Ctt épatition du vnu constitu souvnt qu ls dux phénons sont égis pa ds causs un pobl politiqu, à fot coloation éconoi- couns. Nous vons au chapit  qu’un qu. Il va d soi qu ls salaiés souhaitnt accoît pssion à la baiss su ls cous bousis put lu pat du gâtau, la part du travail . La figu . affct négativnt l’accuulation d bins d illust cll-ci, pou l sctu anufactui d poduction, t n fin d copt la coissanc t l quat pays. Ell tac aussi l’évolution su la volu du gâtau éconoiqu lui-ê. ê péiod d’ indices bousis, qui fltnt ls 1.1.4 L’inflation cous ds actions — ds pats d sociétés —, cotés n bous. Un indic st un atio d’un obsvation L taux d’inflation  st l taux d vaiation du d’un vaiabl à un aut obsvation d la ê nivau généal (ou oyn) ds pix. Pou facilit vaiabl, utilisé co bas d copaaison, ls copaaisons, l’inflation s’xpi l plus sou-t st pincipalnt à ont ls vaiations vnt n poucntag annul, ê losqu’ll st lativs pa appot à la péiod d bas. On l sué à ds intvalls plus appochés, ois ou ultipli pafois pa . En bous, ls actions tists. Habitullnt, l’infl ation st faibl ou font l’objt d’échangs t d’évaluations su bas odéé, avc ds taux vaiant d’un pu plus d d lu ntabilité. On obsv à la fi gu . un  % à  %. Au cous ds annés , cpndant, lation invs nt la pat du tavail t l’indic d nobux pays uopéns ont ngisté ds bousi. Quand la pat du tavail dans l vnu st 5 N fût-c qu pac qu l’indic n’st pas coigé d  élvé, la pat disponibl pou ls popiétais ds l’inflation.
 taux d’inflation à dux chiffs, d  % à  %, voi davantag. Dans ctains pays, notant n Aéiqu latin ou dans ls pays n tansition d’Euop cntal t ointal, ds taux d’infl ation d plusius cntains d pou-cnt étaint couants dans ls annés . Quand ll st ts élvé, l’in-flation s su souvnt su un bas nsull. Losqu l taux d’inflation nsul dépass  %, on pal d’ hyperinflation . C phénon flt un situation éconoiqu xcptionnllnt dé-téioé. On a pu l’obsv n Euop cntal au début ds annés , n Aéiqu latin au cous ds annés  t, à la fin ds annés  t au début ds annés , dans d nobux pays issus d l’écoulnt d l’Union soviétiqu. En tps noal, l’infl ation st lié au cycl conjonctul. La figu . illust l’association nt ls vaiations du taux d’infl ation t l dgé d’utilisation ds capacités d poduction. L degré d’utilisation des capacités de production , qui -su l taux d’utilisation d l’équipnt poductif pa ls ntpiss, constitu un bon indicatu conjonctul. Généalnt, l taux d’infl ation st procyclique  : il augnt n haut conjonctu t s éduit n bass conjonctu. A l’opposé, l copotnt du chôag st contracyclique . L copotnt d l’inflation sa xainé d plus ps dans ls Patis IV t V d c liv. 1.1.5 Marchés financiers et économie réelle L ôl cntal qu jount dans ls éconois odns ls achés fi nancis an à lu ésv un attntion paticuli. Au sns pop ou d façon vitull, ils constitunt ds ans où s ncontnt ls achtus t vndus d’actifs financis co ls obligations, ls actions, ls dviss ou d’auts instunts fi nancis. Avc ls banqus t ls auts institutions fi nancis, ls achés financis collctnt aups ds énags ls ssoucs qu’ils ont épagnés pou ls pêt à d’auts agnts. Un spécifi cité d cs achés st l’xtê vaiabilité d jou n jou ds pix ds ac-tifs échangés, qui sont souvnt applés ds cous. L’invstissnt fix, c’st à di l’accuula-tion d capital poductif, st intint lié aux
Q U E S T -CE -Q U E  L A  M A C RO É CO N O M I E  11 conditions financis. Clls-ci constitunt un ds canaux pa lsquls ls achés fi nancis affctnt l’ économie réelle (ou la sph éll d l’éconoi). L’aut canal st la consoation. Ls actions pésntnt un fo d ichss pivé. Quand lus cous augntnt, ls énags s sntnt plus ichs t consont davantag. L’éconoi éll put êt contasté avc la sph- financi, ou monétaire . Ctt dni st l cad ds échangs d’actifs onétais t fi nancis, alos qu l’éconoi éll a tait à la poduction t à la consoation d bins t svics, ainsi qu’aux vnus associés aux activités poductivs. L cha-pit  établia ds lins nt ls sphs éll t onétai pou copnd la détination à cout t d la poduction, ds taux d’intéêt t ds cous d chang. L chapit  xploa plus
Tableau 1.2  Parts en % des exportations dans le PIB,  et  1960 2001 Allemagne , , Belgique , , Danemark , , Espagne , , Fédération russe n.d. , Hongrie n.d. , Irlande , , Japon , , Pays-Bas , , Pologne n.d. , Portugal , , Royaume-Uni , , Suède , , Suisse , , Ukraine n.d. , Union européenne , , USA , , Source : Banque Mondiale et Eurostat.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.